Récit de la course : Eco-Trail de Paris Ile de France - 30 km 2012, par LongJohnSilver

L'auteur : LongJohnSilver

La course : Eco-Trail de Paris Ile de France - 30 km

Date : 24/3/2012

Lieu : Versailles (Yvelines)

Affichage : 1101 vues

Distance : 30km

Matos : Adidas Response Trail
Sac Queshua 5l Light avec 2l d'eau
Buff kikourou :)

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La sortie longue de l'avant-avant dernière semaine

L'entraînement marathon

Cette année, je remets ça. Profitant d'un entraînement régulier avec mes collègues de bureau, je me suis réinscrit au marathon de Paris 2012. Les séances s'enchaînent depuis la mi-janvier sans problème avec un niveau en hausse par rapport à 2011. Mais il me reste le problème des crampes qui montent vers 35km. Evidemment, pas de problème jusqu'à 25km, même avec ce temps estival: il suffit de bien boire!

Je m'inscris donc au tout nouveau Ecotrail format 30km. Cette distance devrait généré une fatigue musculaire importante et l'occasion de tester du sel de sodium et des baies de Goji en guise d'antioxidant. L'année dernière, j'avais fait TwinSanté 18km le matin, où les quais en plein soleil avaient été difficile par manque d'eau. Et j'avais enchaîné par les montagnes russes du 10km des Foulées du Tertre l'après-midi, en grillant mes cuisses à la première grosse descente.

Samedi, c'est la course des petits

Du coup, ce samedi, je suis un peu juste sur les horaires le matin, comme une séance d'entraînement. Le matériel était prêt et testé et j'ai mangé des féculents depuis 3 jours. Je débarque au Trocadéro 25' avant le dernier train. C'est bon mais faut pas traîner. Sur le parvis, je rencontre Marguerite qui vient de Quimper pour aller courir le 30km aussi. Elle stresse un peu pour trouver la consigne, le train, ... Au moins là, j'ai l'expérience pour l'emmener. Je discuterai avec elle jusqu'au départ, de courses faites, de courses en projet. Je la laisserai pour un autoportrait avant de partir (des fois que je sois moins frais sur les photos finish Langue tirée).

Je regagne le sas et je me place dans le milieu, mais je n'ai pas de référence. Ni en temps, ni de plan, ni rien. Juste me fatiguer, boire et ne pas me blesser 3 semaines avant le marathon. A part ça, l'objectif de ce samedi est une course pour enfants de 1km dans Montmartre à 14h30. Et oui, la course de ma journée ne sera pas l'Ecotrail mais les foulées du Tertre Cool.

Doucement le départ

Après une minute de silence, le bruit ne reprend pas complètement. Les coureurs autour de moi qui blaguaient quelques minutes avant semblent plus concentrés. Je me sens un peu déplacé, en faisant une sortie longue balisée dans des forêts inconnues. Mais dès le départ en faux plat montant, je retrouve mes réflexes de pipelette avérée: j'engage la conversation avec Caroline et Patricia qui courent ensemble. Caroline me parle de trails à faire dans le sud de Paris, où elles habitent. Je lui parle de mon entraînement marathon et du fait que je doit être à peu prês à la tour Eiffel à 13h environ pour ne pas rater l'objectif à Montmartre. Je crois que c'est Caroline qui nous tire tous les trois, doublant dans les chemins larges de Meudon. Patricia s'arrête pour récupérer une gourde, essaie de passer les coureurs pour nous rejoindre, et finalement Caroline me dit de mettre les gaz si je veux finir en 3h.

Contrairement à la course sur route avec des km, je profite de la forêt que je vois rarement. Le chrono indique des temps que je ne regarde même pas. Je ne sais pas où je suis géographiquement, et je jette vaguement un oeil sur la fréquence cardiaque mais je me sens plutôt bien. Je bois régulièrement (pas autant que bubulle Rigolant) et je suis les gens de devant. J'ai droit à mon premier bouchon sur le premier monotrace qui descend. Je suis gentiment les gens devant en regardant où je mets les pieds. Les chemins sont peut-être sec mais le terrain un peu sablonneux ne me fait pas regretter mes chaussures de trail à gros crampons. Un étang nous fait de l'oeil loin en bas entre les arbres.

Les vacances avant l'heure

Après la première grosse montée où je n'hésite pas une seconde pour marcher, les coureurs sont déjà en file indienne. Et même en trail les lois de la physique s'applique: tout ce qui monte redescend. Je négocie la descente correspondante avec prudence; elle semble amener à l'étang de Chaville croisé sur le Paris Versailles. Mais juste après, ça remonte encore plus dur. Evidemment je n'ai pas regardé le profil avant de partir Embarrassé. Ca fait vraiment touriste.

D'ailleurs je me sens en vacances. Comme je ne sais pas où j'en suis (je ne connais que le temps déjà couru), je prends plaisir à découvrir ces chemins. Je marche dans presque toutes les montées; je cours arrivé en haut, et je descends tranquillement. La seule chose dont je suis sûr, c'est de reconnaître le parc de Saint-Cloud 2km avant le ravitaillement.

Accélération

Quelque part dans le parc de la Mare Adam (merci Sabzaina pour la trace GPS), je suis obligé de prendre une descente un peu plus rapidement, pour éviter un autre coureur sur ma trajectoire. Evidemment, à un endroit plein de feuilles sèches, où on ne voit pas le sol. Par contre, les cuisses répondent bien à faire des foulées plus courtes et plus rapides.

Du coup, je descends partout le nez sur le chemin (pour suivre les coureurs à la trace). Je double pas mal de monde dans la descente avant la passerelle sur les voies ferrées. Je recommencerai dans les descentes de Fausses Reposes. D'ailleurs, à partir de là, j'ai l'impression de tout le temps descendre. Je reconnais le mur d'enceinte du domaine de Saint-cloud, je suis parti il y a 1h45. Ca semble être correct. Les deux derniers kilomètres avant le ravitaillement sont courus vite: c'est là que j'ai rôdé mes chaussures de trail Clin d'œil.

Bobo les cuisses?

A l'arrivée au ravitaillement à Saint-Cloud, je sais deux choses: j'ai bu 1,5l environ sur les 2l d'eau du départ et il reste une dizaine de km au soleil sur lesquels j'ai déjà été en difficulté. Même si je ne me sens pas fatigué, je bois coca + eau + eau et je remets 1l d'eau dans la poche. Après 2' d'arrêt, je repars dans la descente, direction Tour Eiffel. Le long du tram, je marche pour prendre encore des gojies et une pastille de sel (0,5g d'un coup). Je bois toujours et encore et c'est reparti. Le passage le long des péniches est toujours aussi agréables. Un passage bétonné pas terrible pour rejoindre le parc de l'Ile Saint Germain et ... merci Bert' pour les affiches! Sourire Ca tombe bien car maintenant je commence à ressentir la fatigue musculaire, mais elle attaque un peu les cuisses et les mollets.

On rentre ensuite dans Paris, avec le passage sous le périphérique plein de poussière et de détritus. De nouveau le nez sur le sol: ce serait bête de se blesser là, alors que j'ai fait attention dans les descentes en forêt! Mais une fois passé l'usine à béton, on retrouve les quais où j'aime vraiment courir (malgré les pavés). Par contre, je ne suis toujours pas taillé pour la chaleur et la montée sur le pont de Grenelle me fait peur. Allez je marche un peu, je courrai dans la montée et j'arborerai un sourire content pour les photographes: ça fera un joli souvenir pour ma chérie Rigolant. Un passage Allée des cygnes, les escaliers de Bir Hakeim, et une dernière accélération et j'arrive en... 3h02.

Objectif 1km

On me passe la douchette, des fois que j'ai été trop rapide pour les capteurs au sol. Nous sommes deux à utiliser avec déléctation un brumisateur géant. RHAAHH, c'est trop bon. Je tâte la poche à eau: pratiquement vide soit plus de 3l/30km. Je m'étire et me rends compte que la récupération va être un peu plus longue que quelques minutes. Je mets mon t-shirt finisher tout sec. Je vais enfin me restaurer essentiellement en sucre, en blaguant avec les coureurs déjà arrivés.

Puis je cours au Trocadéro, direction Montmartre (bon en métro, puis en funiculaire!). J'arrive sur la butte à 14h10: objectif atteintCool. Les copains du Paris Running Tour me regarde effarés en me demandant "tu cours?" "ben oui". Enfin juste le 1km enfant. Et là, comme l'année dernière, mon fils prendra beaucoup de plaisir dans les petites rues vallonnées. Il termine même au sprint avec une fille en rigolant. Mais bon sang, 12km/h c'est rapide pour de la récupération. Mais ça vallait la peine.


Et cemarathon alors?

  • Les baies de gojies sont bien passées mais ça colle aux dents
  • La pastille de sel est bien assimillée mais n'a pas semblé avoir d'influence sur la récupération que j'espérais moins longue
  • j'ai dépensé sur ce 30km autant de calories sur le marathon de Paris
  • Je n'ai pas de bobo et ma séance du lundi s'est bien passée
  • Il faut essayer un autre truc à la dernière sortie longue: le sodium tout seul n'a pas l'air suffisant et pour ceux qui me suggère le magnésium, laissez tomber, ma consommation en chocolat doit suffire pour un 100km par semaine Langue tirée

Le vrai résultat dans 3 semaines. A bientôt sur les Champs Elysées!

 

4 commentaires

Commentaire de jack91290 posté le 28-03-2012 à 01:40:31

beau compte rendu de ta course, effectivement tu etais juste derriere moi
a bientot

Jack

Commentaire de Sabzaina posté le 28-03-2012 à 06:58:28

On était pas trop loin tous les 3 ;)
CR très sympa, belle course, bravo à toi et à ton fiston!

Commentaire de bubulle posté le 28-03-2012 à 08:47:21

Bonne idée, ça, l'Ecotrail 30 en sortie longue avant le MDP. En plus, là, fallait en profiter qu'il y a trois semaines d'écart! Bonne chance en tout cas pour ton retour sur bitume dans 3 semaines (le premier MDP que je ne fais pas depuis 3 ans, mais j'avais un veto à la maison pour doubler l'Ecotrail et le MDP comme l'an dernier..:-))

Peut-être pourrai-je convaincre Madame d'aller faire une promenade dans Paris le 15 au matin et encourager un peu les kikous! C'est quoi ton objectif? Souhaitons juste une chaleur un peu moins forte, quand même (25°C l'an dernier).

Commentaire de Japhy posté le 28-03-2012 à 10:00:44

Oui, belle idée qu'une sortie longue en terrain souple pour ne pas se faire trop mal avant le marathon!
Il est mignon ce petiot.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran