Récit de la course : Trail des Trois Châteaux - 34 km 2012, par Maëlwenn

L'auteur : Maëlwenn

La course : Trail des Trois Châteaux - 34 km

Date : 11/3/2012

Lieu : Le Creusot (Saône-et-Loire)

Affichage : 785 vues

Distance : 34km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail des Trois Châteaux étape de jour

Ce qui m'a le plus interessé sur ce combiné est la gestion des 2 efforts.

J'avais regardé le parcours et le 1er tracé me semblait un peu plus dur que le 2e. Il fallait donc en garder sous le pied pour le lendemain.

 

Bref de retour au vestiaire, je m'isole (inutile de rajouter l'odeur du camphre à celle de nos chaussures dans le vestiaire!) pour me masser les mollets.

J'ai fini ma bouteille de St Yorre, je vais pouvoir me coucher.

 

Mais le sommeil tarde à venir, et comme je me reveillerai à 6h, je ne pense pas avoir beaucoup dormi. D'ailleurs on a tous mal dormi…

 

A 7h on est (les 4 premiers!!) au petit déjeuner, et là on est choyé comme des rois par de gentilles mamies.

Pain frais, confitures maison …. thé, café, bref génial. On en oublierai presque qu'il va pourtant falloir repartir.

 

D'ailleurs la bonne surprise du matin c'est l'état des cuisses. Nickel! absolument AUCUNES traces des efforts de la veille ….Sourire

 

Retour au vestiaire, on se prépare puis nous liberons la place. On échange avec les autres "collocs" tout le monde est satisfait de sa course et aussi de l'ambiance. Encore une fois un endroit qui gagne à être connu.

 

10h je fais qq foulées pour m'échauffer mais aussi et surtout pour vérifier que tout tourne correctement. RAS.

10h30 top départ, 3 courses partent en même temps le 35km "open" c'est à dire sans avoir fait le 20km de la veille, le 35km combiné et un 20km. Cela fait déjà plus de monde  que la veille sur la ligne.

Petite boucle dans le parc du château, je prends une allure de sénateur. Aujourd'hui le maître mot sera gérer son effort…

 

Je suis vraiment sur une allure très très cool, a tel point que je décide de hausser un peu le rythme pour rester sur un objectif théorique de 3h30 soit 10kmh.

Sauf …. que rien ne se passe. J'avance, je n'ai mal nul part, mais je me traine comme un escargot.En pleurs

 

Je suis rattrapé par Dominique et Didier tout content de me doubler. Quant à Bruno et Patrick ils doivent être devant, je ne les ai pas vus.

30' que nous sommes parti, je me dis que j'ai fait 1/7e de la course…. Pas bon d'avoir des pensées comme celles ci à ce moment de la course, je le sais bien.

Finalement Bruno était derrière, il me passe dans une bosse, tranquile. Je suis incapable de de le suivre. Et bien me voilà dernier, il reste environ 3h de course…Qu'est ce que je vais prendre !!

 

Ah, si j'avais moins fait le kéké hier soir à table en disant que j'avais de bonnes jambes, que j'avais pas tout donné …blabla....pfff quel C..Embarrassé

 

Au bout d'une heure j'apperçois Didier, première lueure de cette matinée. Mètre après mètre je refais mon retard et le rejoins.

C'est maintenant Dominique qui est en ligne de mire, juste avant qu'on arrive au ravito du 13e km, on se regroupe tous les 3. L'endroit est superbe, on traverse un château sur les hauteurs et on ressort par une petite porte. D'habitude je passe quasi systématiquement les ravitos. Mais là j'ai besoin d'un petit breack. Pas longtemps 1'.

Je remplis mon bidon, mange une banane et je repars en petites foulées (comme depuis le début). La partie qui vient est plus cool, il y a de la d+, certes mais sur sol dur et en faux plat uniquement ce qui me convient beaucoup mieux. Didier est laché. Nous sommes tous les 2 désormais avec Dominique. Et c'est moi maintenant qui mène. Je me sens mieux depuis le ravito où la banane m'a fait le plus grand bien. Mine de rien on commence à remonter du monde. Je regarde de moins en moins ma montre ce qui est plutôt bon signe.

 

Au loin je crois reconnaître les deux silhouettes de Bruno et Patrick. Et si c'était eux? Ce ne serai pas surprenant finalement, car même si je n'étais pas bien, je n'ai pas été à la dérive non plus. 1h45 de course, ça y est. J'ai reconnu Patrick, le moral remonte en flèche. 30" de retard à ce moment là c'est inespéré vu le début de la course. on les reprend petit à petit. La jonction s'effectue au bout de 2h de courseRigolant. Nous sommes tous les 4. On s'amuse de cette situation et on reste ainsi près de 30'. Le rythme est un peu tombé, je me garde bien de mener et je reste tranquillement planqué en dernière position.

 

Je commence à reprendre espoir, sans être fringant, je suis quand même de mieux en mieux. Je me méfie juste de Patrick qui a l'air plutôt bien et dont je redoute une mine.

 

Nous arrivons maintenant au 2e ravito. Nouveau break d'1' on reprend de l'eau et des forces. Je suis bien content qu'il arrive celui là, besoin de souffler.

On longe un lac, puis on passe un barrage et hop on tourne à gauche par un chemin qui nous amène sur une belle bosse. Patrick nous dit que ça va monter méchant pendant un bon bout de temps.

 

Dominique est devant et commence à creuser l'écart. 10, 20,  50m rien de méchant je l'ai en point de mire même si je ne peux pas le suivre.

Je me retourne et je remarque que Patrick et Bruno sont un peu distancés derrière, mais là non plus rien de méchant.

 

Mince j'ai pas vu ou était passé Dominique, je ne vois plus personne… je me suis perdu. J'ai dû prendre à gauche au lieu d'aller à droite ou l'inverse.

Je fais demi tour pour voir ou sont Bruno et Patrick, je les appelle. Ca y est, ils m'ont entendu et me voilà de nouveau sur la bonne trâce. Nous continuons tous les 3 mais Dominique a pris la poudre d'escampette!

 

Tant pis, je ne me sens pas capable de placer une grosse accelération pour aller le chercher. Et puis de toute façon je ne le vois pas.

 

Nous descendons maintenant plein but en traversant un champs en devers. Mes cuissent commencent à pleurer un peu. On voit au moins 300m devant nous et pas de Dominique en vue. C'est cuit pour le reprendre. Je me dit alors qu'une 2e place vaut quand même le coup sachant que  Bruno et Patrick ne me semble pas si facile que ça.

 

On a perdu du temps dans la descente et un groupe de tri athletes nous depasse. On essaie de suivre mais Patrick s'écarte, moi aussi.

Je ne sais pas ce qui s'est passé, on a emprunté un champs un peu gras en faux plat montant sur 500m. Je suis explosé!!Déçu

 

Avec Patrick on marche pour reprendre notre souffle, Bruno nous dit qu'il continue cool.

 

Au bout d'1' je recommence à courir alors qu'on va entamer la dernière difficulté.

Tranquillement, je vais reprendre un à un tout le groupe qui nous avait doublé en bas de la descente, je passe également Bruno.

 

On est maintenant dans le moneytime, 3h de course et les visages de tous commencent à grimacer. Moi je continue ma remontée, toujours en mode diesel. Mais à ce moment là de la course mon allure me permet d'aller chercher un à un tous ceux que je vois devant.

 

Un ici, deux là, il ne se passe pas 300m sans que je double quelqu'un. L'air de rien je suis tiré par tous ces coureurs et cela me permet de tenir une allure max alors que si j'étais tout seul…

 

J'en suis là de mes pensées lorsque j'en crois pas mes yeux : Dominique en ligne de mire à moins de 200m!!

 

3h10 de course, il nous reste à peu près 20' à courir. Cette partie du parcours est la même que celle d'hier soir effectuée au retour également. On traverse un parc dans une foret de pins, une petite bosse puis la bascule sur Le Creusot.

 

Je le vois se retourner et m'apercevoir, il y a, à tout casser 150m entre nous. Mais Dominique est redoutable en descente, une fleche dont j'ai vu la vitesse aux Coursières.

 

Il faut donc que je limite la casse sur les 3km de descente si je veux pouvoir le reprendre sur le dernier km plat avant les montées des escaliers.

Mais à peine a t'il basculé qu'il m'a déjà remis 50m de plus. J'ai les cuisses en feu, je souffle comme une loco. Faut pas lâcher!!!

 

Au moment de retrouver le bitume, J'estime à 200m maxi l'écart. Ca y est j'ai quitté le mode diesel, je suis au taquet. Mais ça marche je me rapproche.

Le dernier km est en fait une longue ligne droite bordant le parc des sports, je ne le quitte pas des yeux.

Ca y est je le reprends à 50m des escaliers, je lui dis "Allez on fini ensemble", et hop la série d'escaliers est avalée. Je crois qu'il en a pris un coup au moral, il ne me suis pas.

 

Je coupe la ligne en 3h32'44" en 25e position soit 5h20'17" en cumul des deux courses. Je me place 26e au classement final.

 

Je reviens de loin, mais la dernière 1/2h a été super agréable, je me suis arraché comme jamais.

Avec Dominique on attend les autres. Bruno et Patrick arrivent moins de 10' après nous. Didier un peu plus.

 

Après la douche, on retourne au village pour prendre notre dernier repas tous ensemble (une blanquette de poulet svp)

On refait la course en se disant que l'année prochaine on y retourne en espérant être encore plus nombreux.

 

J'en profite pour saluer tous les bénévoles qui nous ont permis de passer un aussi bon weekend.

5 commentaires

Commentaire de Jean-Phi posté le 15-03-2012 à 14:44:18

Et ben dis donc, j'ai souffert pour toi en te lisant mais je vois que tu as su sacrément bien gérer ! De diesel tu es passé turbo diesel ! Bravo ! Et puis 3h32 après la course de la veille, c'est plutôt un super score, félicitations ! Du tout bon pour la suite !

Commentaire de totoro posté le 15-03-2012 à 15:49:16

Tout comme Jean-Phi : t'as fait un super truc sur ce we ! J'imagine que même si tu n'avais pas mal aux jambes, ton corps, lui, savait et il a fallu du temps pour décoincer tout ça ... Tu nous as donné envie !

Commentaire de lalan posté le 15-03-2012 à 15:59:51

Que de suspence pour un très beau résultats.belle enchainement de tes 2 courses,avec une belle bourre avec tes amis.un super week end.bravo

Commentaire de Arclusaz posté le 15-03-2012 à 17:17:37

Bravo pour ta course et merci pour ce CR plein de suspens ; ah, ça, l'esprit de compet entre potes, tu là, c'est le moins qu'on puisse dire !

Faut creuser cette idée d'aller au Creusot l'année prochaine : vous vous occupez de courir (vous êtes forts pour ça !), je m'occupe des confitures des mamies et de la blanquette de poulet (j'me débrouille...).
Si avec une stratégie d'équipe aussi fine,on fait pas tout péter , j'y comprends plus rien.

Commentaire de Jean-Phi posté le 15-03-2012 à 18:38:42

je te prends au mot ! Tous avec Arclu et Maëlwenn, on monte un team "off in Lyon" pour l'occase, ça vous tente ??

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran