Récit de la course : Le Printemps d'Ozon Courir - 21.1 km 2012, par franck de Brignais

L'auteur : franck de Brignais

La course : Le Printemps d'Ozon Courir - 21.1 km

Date : 11/3/2012

Lieu : St Symphorien D'Ozon (Rhône)

Affichage : 811 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Se dépenser

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le semi d'Ozon... 1h58 de liberté...

1H58 de liberté... l'esprit vide... les cheveux au vent... se sentir en communion avec Dame Nature...

Bon... ça c'est pour attirer le chaland ! Dans les faits, c'est une liberté beaucoup moins romantique et plus pragmatique que je suis venu trouver ce dimanche matin à St Symphorien d'Ozon. 

Oui, à la maison depuis quelques semaines c'est... comment dire... un chantier permanent, vous savez cette sensation de ne jamais chercher dans le bon placard : "où est ce que tu as mis l'huille d'olive ?"... "les enfants, les serviettes c'est en bas à gauche svp !!... pas avec les corn flakes !!"... "Caro, pourquoi les couverts à salade sont dans le bureau ?!... Parce qu'il n'y a plus de place ailleurs !!". 

Vous l'aurez compris : à la maison, on change de cuisine !! Et quand on fait tout soit même... il faut s'improviser menuisier, plombier, électricien et carreleur !!... mais en même temps continuer à vivre à peu près normalement ! Vous devez commencer à me connaitre : dans ma vie peu de place à l'impro, tout doit être mesuré, calculé, préparé... et tout ça est un minimum !! Ce WE c'était changement de lavabo (avec l'ensemble des éléments autour évidemment !!) : 36h sans eau. Démontage, installation et remontage, tout devait être nickel dimanche soir pour la semaine qui allait recommencer. Vous imaginez donc la nécessité que j'ai eu à m'échapper quelques heures du chantier permanent qu'est ma cuisine en ce moment....

 

La matinée s'annonce correcte. En tous cas bien meilleure que l'année dernière : pluie et froid en 2011... nous n'aurons que du vent (mais quel vent !) pour l'édition 2012. 

Arrivée à 8h15 avec Denis, changement dans un coin de la salle (très discret : face aux baies vitrées qui donnent sur la route principale...) et on part s'échauffer dans le quartier. On se paume un peu... on revient difficilement au point de départ... et on va se mettre dans le sas de départ. Nous serons environ 800 à prendre le départ du doublé 10/21 km. Ce sera ma dernière compet' avant le Marathon d'Annecy, donc un test pour vérifier les résultats du plan d'entrainement en cours. L'année dernière c'est dans la souffrance que j'ai terminé en 2h04. J'espère me rapprocher des 2 heures cette fois ci.  

 

Le départ est donné et on s'élance doucement. Le parcours sera le même que les précédentes année : rude (en tous cas loin d'être plat !!) . Les principales difficultés commencent à partir de la seconde moitié du parcours : il faudra avaler une grosse grimpette de 3 km à partir du 9ème et une succession de bosses jusqu'à la fin.

 

Je commence sur des faux rythmes. Il y a beaucoup de monde et je suis un coup trop rapide, un coup trop lent. C'est seulement au 3ème, une fois trouvés les champs et le plat de la campagne environnante que je trouve mon rythme et que je commence à apprécier le moment. Mais le plat et les champs, sont aussi synonymes de vent. Pour le moment, tout va bien : une fois sur notre gauche, une fois derrière. C'est assez agréable même par moment. Mais je ne me berce pas d'illusion : on fait une boucle, on l'aura forcément de face à un moment (ouai je sais... une logique impressionnnante ... et une intelligence hors norme... je m'épate moi même parfois !!) 

 

Revenons à nos moutons ... (qui seront des chevaux d'ailleurs et qui me regarde passer tel le guépard dans sa course féline traquant une gazelle apeurée et qui se sait vouée à un terrible destin...) En parlant de gazelle rien à l'horizon .... pas une paire de jambe féminine joliment gainée qui vous fait vagabonder l'esprit quelques précieux instants ... rien !! Je suivrai tristement Robert, le short court découvrant des jambes poilus, mais musclées, la foulée, certes légère, mais très masculine et assez peu gracieuse à mes yeux. Vous n'aurez donc içi que l'image de Robert. 

 

L'arrêt pipi de Robert signe la fin du plat et l'arrivée au km9 : la grimpette. Je m'y suis préparé, je sais qu'elle est longue. Je me suis promis de ne rien lacher. C'est içi que j'ai explosé l'année dernière, j'ai bien l'intention de me prouver que j'ai progressé. Se caler sur un rythme et le tenir jusqu'au bout. Petit trait d'humour d'un bénévole (merci à eux pour leur sympathie et leur présence !!) "Allez c'est pas grand chose quelques centaines de mètres !!"... "Ouai... juste une trentaine... de centaines !!". Et c'est partit... je me sens pas mal sur le début, les jambes sont là, le souffle est un peu court, mais j'arrive à maintenir 9 de moyenne. C'est plutôt pas mal. Et puis je sens un souffle régulier derrière mois : une petite blondinette, jeunette, rouge comme une écressive qui tente... tout doucement un dépassement par la droite. Alors, mademoiselle, le dépassement par la droite n'étant pas autorisé, je ne peux me laisser faire ainsi, je maintiens un rythme légèrement supérieure et la compétitrice restera à côté sans pouvoir me dépasser. Ces 3 km se feront côte à côte. Tour à tour l'un menant l'autre. Nous ne cèderons rien et les virages montant s'enchainent, nous dépassons 2 ou 3 coureurs qui auront préféré la marche. 

 

Enfin, le haut de la grimpette se dessine... virage à droite (ah bah tiens... le vent de face ... le voilà !!) Je maintiens mon rythme afin de montrer qui est le patron, ma compagne de quelques instants cèdera doucement quelques mètres... jusqu'au ravito (merci à tous, j'en profite et particulièrement à ceux ci qui sont restés 2 heures en plein vent !!) . J'ai beaucoup donné dans cette montée, je dois boire 2 verres de coca. La coquine en profitera pour repartir plus rapidement et je pars à sa poursuite. Mais elle aussi a laissé beaucoup de forces dans la montée et 500 mètres plus loin, à la faveur d'une lègère descente, je la dépasserai assez facilement arborant un sourire d'une oreille à l'autre, du style "même pas fatigué... pourquoi t'attaquais toi ??!!". Je ne la reverrai pas.

C'est maintenant un plateau très venté qu'il nous faut attaquer, le vent est fort, en rafale et ne nous aide pas à affronter les bosses qu se succèdent. Arrive enfin la grande descente du 16ème. C'est aussi le moment que choisit mon chrono pour m'indiquer que lui aussi est à bout de souffle, et que le coca ne lui sera d'aucun secours !!

Je profite pleinement de la descente et en profite pour prendre 4/5 places assez facilement. Mais je commence à payer les efforts précédents : les faux plats montant commencent à se faire sentir dans les jambes et j'ai toutes les peines du monde à maintenir 10km/h les 3 kilos suivants. Je sais aussi qu'un petit raidillon nous attend juste avant la fin, et là aussi, je veux le passer en courant, contrairement à l'année dernière. Mon chrono profite sournoisement que je sois dans ces saines réflexions pour s'arrêter corps et biens !! lacheur !! D'après mes calculs, 2h00 sont accrochables !!

Je passe donc cette dernière bosse en trottinant ... et en me faisant pulvériser par un papi à bout de souffle ... mais bien meilleur que moi sur ce coup là. L'ego en prend un coup ... bon sang de bois !! je me mets à suivre ce nouveau compétiteur qui ne sait pas de quel bois je peux me chauffer !! En l'occurence il devait parfaitement le savoir, parce que la dernière ligne droite me sera fatal : il accélère comme un fou, je suis incapable de suivre et laisse partir cet athlète de haut niveau vers sa gloire. Je me contenterai de la mienne... plus modestement. 

Je passe la ligne... arrête le chrono ... enfin j'appuie sur un bouton qui ne fera pas "bip". Je cherche donc des yeux le chrono officiel... rien !! Je retourne en arrière et essaie de voir par dessus l'épaule de la benévole qui a relevé mon temps, mais je ne vois qu'une succession de chiffres incompréhensibles !! Impossible de connaitre mon temps !! Bon pas grave, je vais me réchauffer à l'intérieur. Bonne soupe de cresson, bon saucisson. Je reprends mon sac et me dirige vers la douche (oui rappelez vous : pas d'eau à la maison !!... et je ne me vois pas refaire la plomberie avec une odeur de rat mort 5 mètres autour de moi... je peux avoir besoin d'un coup de main!!). 

La chaleur naturelle et familière de ce genre d'endroit ne fera pas disparaitre la sensation de douche gelée : plus une goutte d'eau chaude !!... on a pas trainé sous les douches !! Va falloir que j'arrête d'être à la fin des classements si je veux prendre un jour des douches chaudes moi !! 

Je finis par retrouver Denis qui m'annoncera mon temps : 1'58"51. Je suis heureux : rassuré pour le Marathon dans un mois, et un temps très nettement amélioré par rapport à l'année dernière. Denis gagnera, lui, une précieuse minute et finira ... 27 ème au scratch (bizarrement il a pris une douche chaude lui ??!!...) 

 

Bon ben ... on va rentrer à la maison maintenant ... comment ça j'ai pas envie ??!! 

 

Franck

  

9 commentaires

Commentaire de galak42 posté le 13-03-2012 à 08:08:01

Merci pour ce C.R détaillé à un moment j'avais été tenté par ce semi mais le dénivelé ne me disait rien ;)
rdv donc au 15 avril pour annecy puisque j'en serai aussi
bonne fin de prépa !

Commentaire de Arclusaz posté le 13-03-2012 à 10:02:08

Bravo pour ton éclectisme : aussi à l'aise en plomberie qu'en CAP qu'en rédaction de CR.
Y a juste au niveau "drague pendant les courses" que ta technique pourrait être peaufinée (bon, en même temps, pas sur que ce soit un de tes réels objectifs !).

Deux questions me brulent les lèvres :

- la soupe de cresson d'Ozon est-elle toujours aussi bonne ?

- et la cuisine, elle est finie ?

à bientôt

Commentaire de sebmelalix posté le 13-03-2012 à 11:15:12

Bravo Franck, exellent début d'année!!! Ton résultat est de bon augure pour ton objectif Marathon. Les moins de 4h00 se profilent assurément. Félicitations pour ta bonne gestion de course et un récit encore bien sympathique.

Commentaire de Jean-Phi posté le 13-03-2012 à 13:28:24

La 2 ° question d'Arclusaz me laise perplexe... Le connaissant, il attend une invite à manger et connaissant son appétit, bref...
Bon toute blague mise à part et attendu que tu n'as pas voulu être dragué paur une petite jeune qui soufflait derrière toi, je ne peux que te féliciter pour ta belle course d'autant que refaire une cuisine n'est pas le plus simple et le plus reposant ! Rien que pour cela : BRAVO !!

Commentaire de totoro posté le 13-03-2012 à 13:39:45

Bravo Franck ! J'aurai la même question que Arclusaz à propos de la soupe au cresson ?

Ton enthousiasme et ton bonheur à courir se lisent dans tes récits : merci et continue comme ça ! Et viens participer à un OFF un de ces quatre !

Commentaire de lalan posté le 13-03-2012 à 13:52:09

C'est sur que de suivre une coureuse en "forme" va te faire aller plus vite que les de voir les jambes poilues de robert.bravo pour ta course,la progrétion est là,bonne prépa pour Annecy.T'aura plus de temps vu que la cuisine doit être fini!!

Commentaire de SOUSSEN posté le 13-03-2012 à 13:59:26

BONJOUR fRANCK bravo pour ta course ,pour ma part j'ai fait le 10km ,avec les difficultés que tu a cité :le froid le vent violent un parcours pas facile. je regrette de n'avoir pu te saluer, comme signe distinctif des kikou j'avais une casquette rouge. un petit détail que tu n'as pas cité : la biere offerte merçi les organisateurs. Ma prochaine course sera à Vourles ce dimanche ( 10 km ) .au plaisir de te rencontrer un jour.

Commentaire de marat 3h00 ? posté le 13-03-2012 à 15:38:18

je suis bien content de te voir performer de la sorte ! Sûr qu'à Annecy, tu vas carburer au vu du nombre de coureuses qui vont t'entourer ...

Bravo !

Commentaire de tidgi posté le 14-03-2012 à 14:44:51

Tu ne veux pas me croire ! Tu vas voir que tu vas les titiller ces 4h ;-)
Comment non ? Alors une cuisine en moins de 4h, çà ira ?

Bravo pour ta course...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran