Récit de la course : Saintélyon 2011, par jano

L'auteur : jano

La course : Saintélyon

Date : 4/12/2011

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1920 vues

Distance : 69km

Objectif : Terminer

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Ma 1ère saintélyon

2 semaines après la course, voici le CR de ma 1ère saintélyon.

lien vers le récit sur mon blog course : https://objectiftrail.wordpress.com/2013/03/18/saintelyon-2011-ma-premiere-stl/

Avant l'inscription :
Après avoir écrit dans mon profil il y a quelques mois que je ne ferai pas dans un avenir proche de courses dépassant 50 ou 60 km car je m'en sentais incapable (suite à des problèmes à finir les courses quelque soient les distances), j'ai basculé dans la "folie" en septembre en m'inscrivant à la saintélyon.
Bon, ça a été vaguement réfléchi quand même, hein...un collègue qui l'avait faite en 2010 m'a certifié que je pouvais y arriver, lui-même l'ayant fait; Et puis je sortais d'une expérience réussie (à mon niveau) sur un trail en montagne (frison roche) et mon oeil a été attiré par le sujet kikourou sur la STL : au p'tit bouchon de la saintélyon.
et là, j'ai été embobiné par la "secte" des offeurs lyonnais plus quelques autres...
je cite en vrac :
- jeanphi69 le 6/09 : Et puis la STL, si tu la fais pas avant tes 50 ans, t'as raté ta vie, moi je dis...
- Elcap le 6/09 aussi : c'est vrai que la distance n'est plus aussi impressionnante qu'elle a pu l'être...
- fulgurex, toujours ce fameux 6/09 : vas y fonce! mais doucement!
- margoulin m'achève le 8/09 : AAB : Appel à Boire (je suis breton donc bon...j'ai pas retenu l'appel à bouffer)
- arclusaz après confirmation du "yapuka": Grand fou !!!! qu'est ce que tu peux être influençable .....Tu vas adorer, je pense !

bon ben yapuka...inscription validée mi-septembre à peu près donc...

La préparation physique et l'objectif :
j'ai commencé à être un peu plus organisé dans l'entrainement depuis avril où j'ai suivi une partie du programme d'un collègue qui préparait l'annécime (40km) fin mai à annecy.
donc environ 8 semaines avec du fractionné (en côte) et du seuil mais pas les sorties longues prévues.
Puis je me suis inscrit à un 30 km et 1000m D+ en juin (éolienne) et j'ai enchainé sur la prépa de mon trail de début août (frison roche 37km et 2400mD+) à peu près de la même façon (un peu plus de dénivelé et d'entrainements longs en juillet)
Après, pendant les mois d'août et septembre, toujours pas de coupure et donc entretien classique + reprise du sportCo en septembre et re-plan sur 8 semaines avant la saintélyon (octobre-novembre) avec des sorties plus longues et quelques entrainements de nuit.

C'est à cette occasion que j'ai eu le plaisir de croiser certains membres du groupe "courir à lyon" et de faire avec eux 2 offs : soucieu-perrache où ils ont essayer de m'éliminer en me laissant attendre 45 minutes dans le froid (2 semaines de crève) puis sainte-catherine-chaponost, reco qui m'a été très utile pour la STL, tant pourles repères visuels que psychologiquement (même si j'ai cru 20 fois attaquer la descente du bois d'arfeuille avant d'y être pour de bon).

Côté objectif, en regardant les temps des uns et des autres, en croisant avec mes quelques temps sur 2-3 courses communes, les cotes de rodio et le pifomètre, je me dis que si je fais 8h30, ça sera super et que si j'ai un probable coup de moins bien vu l'inconnue de la distance pour moi, ça fera peut-être 9h (j'ose pas imaginer faire plus tellement ça voudrait dire que j'en bave).


La préparation logistique et matérielle :

Dès l'inscription à la saintélyon, j'ai commencé à poser des questions à droite, à gauche, sur le matos parce que je pensais (à juste raison je pense) que c'est important.
Bon, c'est principalement les jambes qui doivent être adaptées mais pour moi, courir de nuit pendant 68 bornes en terrain aléatoire et varié, en décembre, ça ne s'improvise quand même pas totalement.
3 éléments m'ont paru importants :
- une bonne lampe pour la nuit : il m'a semblé, malgré les avis relativement bons sur les petzl de catégorie inférieure aux myo (TIKKA XP par exemple) que c'était trop juste. D'autant plus que je possède cette petzl xp pour le camping et que j'ai bien remarqué cet été que l'intensité baisse rapidement et régulièrement. En cherchant des infos avant achat sur les myo xp, rxp, tout ça, je suis tombé (sans me faire mal) sur le post de valinor et pour un prix inférieur à une petzl, j'ai acheté...chinois...ben oui...pas forcémént fier...mais très content de ce que j'ai reçu.
-  des chaussures adaptées pour la distance et le terrain : après avoir acheté comme beaucoup le best-steller "trabucco" il y a 2-3 ans (un peu au pif) et m'étant senti bien dedans d'entrée de jeu, je n'ai pas vraiment hésité. Il aurait vraiment fallu que le temps soit très sec (et encore) pour que je choisisse autre chose. Alors, elles sont un peu plus lourdes que des chaussures de route mais je les trouve assez souples et vraiment confortables sur la distance. Et moi qui suis sensible aux ampoules, je termine mes courses avec les pieds nickel de chez nickel avec les trab.
- une veste pour affronter la météo de décembre : une veste adaptée qui permet de se protéger de la pluie, du vent du froid m'a semblé indispensable. J'ai donc trouvé une veste membranée assez légère, pas trop chère et avec des bons retours que j'ai décidé de prendre quand la confirmation d'un temps instable et incertain est tombée.

Pour le reste, j'avais comme tout le monde décidé d'emmener plusieurs combinaisons de vêtements possibles et j'ai décidé au relativment dernier moment ce que j'allais prendre...relativement parce qu'en fait, mis à part la pluie, les températures étaient identiques au dernier off à partir de sainte-catherine où j'avais trouvé ma tenue adaptée donc je suis reparti avec la même.
J'ai juste ajouté des guêtres au dernier moment sur des avis récoltés sur...kikourou.  

Pour le trajet, habitant à peine à 1/2h de Gerland, j'ai prévu d'y aller en voiture, puis navette jusqu'à sainté.

L'avant-course (ouais, c'est long, je sais...) :
Siestes d'1h30 le vendredi et le samedi AM puis trajet jusqu'au palais de gerland où j'avais RDV vers 17h avec des collègues.
J'y croise Arclusaz qui rejoint sa famille à Saint-étienne.
Départ vers 18h après l'attente des retardataires et arrivée à saint-étienne à 19h pour retirer les dossards.
Tout contents d'avoir un dossier complet, les 2 du groupe qui ne l'avaient pas envoyé sont plus rapides que nous pour récupérer le leur !!
Après un passage éclair dans la partie exposant, on va donc au Flore où il n'y a pas grand monde encore, l'ambiance est feutrée et il y a juste quelques tables avec 2-3 personnes.
Je ne connais personne et étant avec des collègues qui ne sont pas des kikous, je n'ose ni les planter, ni aller faire le tour des tables.
Je me dis que j'attendrai la photo pour croiser du monde et discuter (y'a pas eu photo au fait ?).
On mange donc dans le calme puis après avoir croisé Arclusaz qui vient jeter un oeil sur l'arrivée des kikous lyonnais, je vais me poser dans la salle prévue à cet effet.
L'attente se fait bien, probablement un petit somme, puis tout le monde s'agite mais il est encore bien tôt à mon goût pour se préparer.
Quelqu'un fait tous les essayages possibles et va tester dehors.
Je reconnais autour de moi les quelques têtes qui sont sur les avatars ou les photos de profil. (belet, tomtrailrunner, yves_cool_runner (écrit sur la casquette, c'est plus facile !!), mamanpat...). 
Puis c'est le moment de se préparer tranquillement : prépa sac, dernière vérification du matériel...
Je croise à nouveau Arclusaz qui revient chercher du kikou !!

Puis il est temps de partir pour aller déposer les sacs dans les bus. Je croise lalan et ogo qui ont l'air au top et fin prêts à en découdre.
Puis je perds, retrouve, re-perds, retrouve, re-perds les collègues...que je retrouve in-extrémis avant de partir vers GG...sans avoir une dernière fois croisé...Arclusaz devant les bus...il est partout, c'est dingue !!

Le trajet en convoi vers le départ se fait rapidement et on arrive à geffroy-guichard...bon, je ne suis pas supporter stéphanois mais mis à part le symbole et le fait qu'on le sache avant, ça n'est pas marquant. J'ai plus remarqué la salle précédemment sur le trajet (zénith ?)
Arrivé vers 11h30, l'attente est relativement courte avant le départ où j'ai quand même le temps de me poser 10 fois la question si j'enlève la veste ou pas.
Je décide de l'enlever à moins 10 car la pluie s'est arrêtée. Une fois bien rangée au fond du sac, la pluie recommence...pas grave, on avisera lors des 1ers km.
De loin, on voir que y'a de l'animation devant mais ça n'arrive pas jusqu'à moi.

et le 1er départ est le bon...

La course :
On se souhaite bonne chance avec 2 collègues et chacun part à son rythme.
Depuis le temps que j'attendais ce départ, je suis sans stress, content et concentré sur mon rythme et sur l'idée fixe de ne pas faire n'importe quoi (tendance à forcer en début de course).
Je pars donc tranquille, juste perturbé par le cardio qui décroche au bout de quelques mètres. Comme c'est la 1ère fois que ça arrive, j'attends 5 minutes qu'il resynchronise mais ça ne marche pas donc j'enregistre cette 1ère trace et j'en commence 1 suivante : ça me perturbera toujours un peu de ne pas savoir exactement mon temps exact, sachant qu'à l'autre poignet, j'ai un chrono qui me bip toutes les 15 minutes pour penser à boire mais que j'ai déclenché environ 3 minutes après le départ.
bon, tout fonctionne maintenant donc on oublie.
Comme souvent en début de course quand il y a un peloton, j'essaye plus ou moins de m'isoler, peut-être pour ne pas être tenté de suivre un rythme trop rapide.
Les rues dans saint-étienne s'y prêtent bien et je me place côté gauche de la route, sur le trottoir quand c'est possible, ça me permet d'éviter sans problème les quelques flaques sur la route mais je manque plusieurs fois de prendre un bloc de béton (ceux qui empêchent de stationner).
Du coup, sur ces 1ers kms, je reste à peu près dans la plage cardio fixée. J'en profite pour répondre à 2-3 SMS d'encouragements de potes, par exemple : "bon courage mais t'es fou !!", "t'es complètement malade !!"...oui, je sais, mais on est plein !!!
Au bout de quelques kms, la route s'élève et je commence à être un peu trop haut en FC...mais j'hésite à me mettre à la marche, ça me parait un peu tôt...on ne se refait pas !!
Et puis je rattrape une concurrente concentrée qui m'a l'air d'avancer correctement, bien régulièrement : je décide donc de me caler derrière et ça dure comme ça quelques kms. j'essaye de retenir son dossard car je suis persuadé qu'elle sera pas trop mal classée à l'arrivée et je me dis que je vérifierai. Elle a donc le dossard 7964 mais c'est pas gagné que je le retienne.
Nous attaquons les premiers chemins et j'ai toujours mon lièvre mais au gré d'un ralentissement dans la montée boueuse, je me déporte sur l'herbe à gauche et grâce à mon éclairage puissant, je trouve que c'est beaucoup plus confortable : ça ne glisse pas, il n'y a quasi personne et je garde pour l'instant mes chaussures préservées.
J'hésite à ralentir pour garder mon point de mire qui est légèrement derrière...mais non, c'est trop grisant de doubler !!
Je continue donc à mon rythme...Bon, le problème est que je suis totalement en sur-régime mais d'une part, je me sens bien, d'autre part, je regarde un peu moins mon cardio donc je m'en fous un peu et puis j'aurai le temps de ralentir sur la prochaine portion de route.
J'avais un temps de passage théorique à sorbier (1h) mais j'ai pas fait gaffe quand on est passé donc j'approche maintenant de saint-christo où je vais pouvoir me rendre compte sur quelles bases je suis parti.
Après coup, je me fais peur en regardant ma FC pendant les 9 km de montée autour de 85% de FCM !!
Pas loin avant ce premier ravito, je rattrape les "mini-dossards" 53 et 54, mamanpat et marat 3h, et je les interpelle avec un "allez les kikous". Limite, je me fais engeuler par Patrice (en fait, il est très concentré et pris dans sa course, son rôle et son roadbook)qui me dit que je suis parti vite pour quelqu'un qui vise 8h30-9h car eux sont sur les bases de 7h30...ah ouais, ça m'étonne...j'ai pourtant pas l'impression d'aller trop vite et ça m'étonne d'être sur ces bases.
J'arrive donc en même temps qu'eux au ravito mais 2'30 plus vite puisque parti dans le peloton, j'entends marat donner ses consignes à mamanpat (à droite, à gauche, fonce...enfin, je sais plus trop quoi) mais de toutes façons, j'ai décidé comme eux de sauter ce 1er ravito.
SAINT-CHRISTO : 1h38 (temps prévisionnel 1h45)...ah ouais, un peu

Je traverse donc le chapiteau...pardon, pardon...si je m'arrête pas, c'est pas pour perdre du temps.
je continue vers moreau où je me projète en imaginant comment c'est (je ne connais pas) car j'ai prévu d'y faire le plein (en espérant avoir bien vidé mes 2l de boisson).
J'ai un peu ralenti et ça permet au cardio de redescendre vers des valeurs acceptables.
Je n'ai pas trop de souvenir des ces kms, sauf que la boue y est bien présente, que je suis en confiance grâce à mes chaussures que je sens bien accrocher et ma lampe qui me permet de passer sans trop de risque en dehors du chemin.
J'ai aussi quelques moments de doute sur le fait de remettre ma veste car la petite pluie agrémentée de vent sur les crêtes me donne un peu froid.
Mais je sais que si je la remets, j'aurai un peu chaud...ça sera plusieurs fois le cas de conscience...
MOREAU : 2h24 (temps prévisionnel 2h30)...pas mal

J'enlève donc mon sac, sort mon sac congélation avec ma poudre et réussi sans faire de cata à bien le vider dans la poche. Puis c'est le remplissage d'eau, le secouage, le remettage dans le sac (ça c'es chiant) et c'est reparti.
J'aurai à peu près mis 5-6 minutes pour effectuer l'opération...et vu énormément de concurrents passer pendant ce temps.
Je repars donc serein, content de l'opération toujours un peu stressante et qui devrait me faire tenir jusqu'à soucieu.
Jusqu'à Sainte-catherine, j'ai à nouveau l'impression de doubler progressivement du monde que je reperds rapidement à l'occasion d'une pause pipi (boisson dosée trop légère).
J'ai quelques débuts de crampe à l'ischio droit mais ça ne m'inquiète pas trop bizarrement.
Je me fais plaisir dans la descente vers sainte-catherine en attaquant un peu : les jambes vont bien et j'arrive bientôt sur une partie du parcours faite en reco avec les lyonnais.
SAINTE-CATHERINE : 3h07 (temps prévisionnel 3h10)...nickel après l'arrêt à moreau

J'avais décidé de "quasi" sauter ce ravito mais de commencer à boire un verre de coca à partir de là. C'est un bon dopant moral je trouve avec du sucre qui monte vite au cerveau.
J'en profite pour prendre 1 madeleine et 2 bouts de bananes, histoire de manger un truc que j'aime bien.
Je repars du stade toujours content d'être là : pas de problème gastrique, jambes en état correct, cardio pile comme il faut.
J'ai quand même une inquiétude car depuis quelques km, je commence à avoir des douleurs à l'adducteur gauche. D'un côté, c'est pas la 1ère fois et j'ai toujours réussi à le gérer et à guérir vite mais là, il reste 40 bornes et les glissades dans la boue n'aident pas à la gestion du bobo.
Je profite de la traversée de sainte-catherine pour réveiller ma femme au téléphone (je ne sais pas ce qui m'a pris de l'appeler à 3h du mat) et lui raconter mon début de course.
Un peu porté par l'idée d'être sur un parcours connu (enfin déjà fait parceque à part reconnaitre les lieux, je ne sais jamais où j'en suis avant saint-genoux), j'avance pas trop mal (pour moi hein !) et commence à adopter des foulées réduites et plus fréquentes, ce qui me permet de ne pas tirer sur l'adducteur.
Je crois 20 fois arriver dans la descente du bois d'arfeuille, attendue avec impatience, mais à chaque fois, une petite dernière remontée !!
J'y arrive enfin, et là, véridique, je perds le signal de ma radio et "j'aterri" sur radio "espérance". Impossible de changer, mon téléphone bugue et puis c'est le début de la descente donc je le range en catastrophe dans la poche du sac à dos.
Alors...radio espérance...je tombe sur une chronique du père "jesaipluquoi" qui fait un petit cours de téologie sur "notre père ..." intercalé avec des cantiques.
Je sais pas si c'est ça qui me booste (je ne crois pas en fait) mais après quelques mètres pour prendre mes marques, j'attaque la descente et me fait vraiment plaisir à doubler (à 70% pour pas prendre trop de risque, comme à skis). Mais pourquoi ils sont tous mal éclairés ???!!!
C'est une course de nuit mais rien n'oblige à courir dans le noir...
J'enchaine ensuite pas mal les montées/descentes jusqu'à Saint-genoux...d'ailleurs, c'est à partir de là que lorsque je me traine sur le plat, j'essaye de me souvenir quand il se termine car à chaque fois que ça remonte ou que ça descend, je reprend un bon rythme et je rattrape du monde.
SAINT-GENOUX : 4h20 (temps prévisionnel 4h25)...pile poil

C'est aussi un ravito où je ne m'arrête pas et où je prends juste un verre de coca à la volée. Sans scrupule puisque avec le gobelet perso, on peut partir avec sans se poser la question de ce qu'on en fera une fois vide.
C'est aussi le début d'une partie que j'imaginais plus monotone, la descente vers soucieu mais il y a encore pas mal de chemin et quelques repères du off fait 15 jours avant, comme la fameuse distribution des pains par marat pas loin après saint-genoux (pour ceux qui se souviennent, il me semble qu'il y avait juste après, des enfants en combinaison de ski qui faisaient du jonglage).
Je mouline de plus en plus des jambes pour ne pas tirer sur l'adducteur et ça marche pas trop mal.
On commence un peu plus loin à sentir le retour à la civilisation avec les "faubourgs" de Soucieu où on retrouve le plus grand nombre de supporters courageux, pas mal de concurrents pas trop en forme physique ou morale.
SOUCIEU : 5h15 (temps prévisionnel 5h20)...quelle régularité

C'est mon 2ème ravito prévu et j'arrive effectivement en fin de ma poche à eau (3ème et 4ème litres de boisson). Je me pose donc pou rcupérer mon sac de poudre, sortir la poche à eau, essayer de tout mettre dedans sans me rater et trouver de l'eau. Je ne sais pas qu'il y a le stand remplissage dehors et une bénévole, après avoir essayé de me vendre avec conviction du red bull, me remplit ma poche.
Je passe rapidement sur les arguments en faveur du red bull...apparemment, on court plus vite, plus longtemps et sans fatigue...intéressant ?
je bricole donc moins bien mon remplissage ce coup-ci et ça me prend 9 minutes en tout avec 2 eondelles de saucisson au passage, 1 morceau de banane et 1 verre de coca.
c'est reparti pour le contournement de Soucieu que je trouve moins long que lors de la reco et le faux plats descendant vers le garon.
J'attends avec impatience le raidillon derrière et j'accélère donc franchement en faisant quand même attention dans la descente casse-gueule de la fin.
Arrivé en bas du raidillon, je sais qu'il faut bien loner sur la gauche pour éviter les cailloux et je peux monter en mode rando sportive et en doublant encore pas mal au passage.
Comme de plus en plus au fur et à mesure, je cale à nouveau lorsqu'on arrive en haut et qu'il faut relancer. Ce moment moins agréable dure jusqu'à chaponost et la traversée du parc et s'achève avec à nouveau la montée à la sortie.
La suite jusqu'à Beaunant est longue mais j'apprécie car ça n'est quasi jamais plat. Je continue à me faire plaisir dans les descentes où je double pas mal de concurrents qui semblent avoir les quadriceps en compote...De mon côté, RAS...trop cool.
BEAUNANT : 6h43 (temps prévisionnel 6h50)...j'essaye de calculer...7h30...non...8h, ça doit être jouable ?

On ne m'avait pas vanté ce ravito, je n'avais donc pas prévu de m'y éterniser. Je remplis mon verre de coca et je trace en le finissant sur les 1ers mètres de la montée.
Comme on me l'avait dit en reco, personne ne court comme on l'avait fait alors.
Mais l'odeur de l'arrivée et des bonnes jambes me font me poser la question...non, ça sera plus efficace en marche rapide.
Le GPS indique 8km/h et j'attaque comme en montagne avec les grosses chausssures.
J'enchaine pas trop mal le replat devant l'hopital de sainte-foy puis la traversée du village mais l'agonie commence à la sortie avec le faux-plat descendant de 2 km vers choulans.
Je commence à lutter pour rester à courir. Une pause pipi plus psychologique que nécessaire et je reprend mon déplaisir.
Arrive la descent avec les escaliers : je sais qu'il faut que j'en profite car c'est le dernier moment agréable.
Beaucoup ont du mal avec les escaliers que je descend à fond.
j'encourage quelques-uns qui galèrent vraiment alors que le but est si "proche" !!
Je repars sur mon rythme poussif à partir du pont kitchener en essayant de laisser le GPS autour de 10km/h !! pas bien rapide...
LYON : 7h25 (temps prévisionnel 7h30)...je m'en tire pas si mal...

A partir de là, je ne sais pas vraiment où on passe, n'ayant pas reconnu cette partie pas trop agréable.
Le temps de faire quelques sourires à 15 euros (pour les photos officielles)
Je me fais doubler un peu, double aussi des rampants...un gars me double en encourageant son collègue ; "plus que 11 minutes, ça peut le faire !!"
Je regarde mes montres, essaye de faire des calculs sans savoir la distance restante...s'il le dit, c'est que ça doit être jouable...si je m'accroche !!
Arrivé en bout de presqu'ile, je me demande s'il faut traverser à la nage...ah non, faut revenir en arrière pour traverser.
La vision des coureurs plus loin de l'autre côté est démoralisante.
En haut du pont, 1 bénévole annonce 1500m : re-calcul...ça doit le faire mais je doute...un peu négatif sur la fin...
J'arrive à accélérer..pas beaucoup...
Je vois une arche...ça y est !!! ah, non, ça continue derrière...je rentre dans le palais des sports, je cherche le chrono...pas de chrono...
Je franchis donc la ligne, je regarde un peu partout, je découvre...et en même temps qu'on me décroche la puce, je cherche des indications sur le temps que j'ai pu mettre; je finis par trouver l'horloge de Gerland : 8h02...me voilà bien avancé.

L'après course :

Je me pose 5 minutes pour récupérer de l'effort final.
Je me rend compte que ça va pas mal du tout finalement : les jambes vont bien, les quadri impec, les débuts de crampes aux ischios sont oubliés, les pieds sont nickel aussi (légère chauffe en-dessous mais ça va)..y'a que les adducteurs qui vont me faire marcher de travers je pense.
D'ailleurs, j'ai déjà commencé à refroidir quand je me relève pour aller chercher mon t-shirt et ça commence déjà à tirer.
petite remarque sur les t-shirts : la gentille dame qui les donne me dit que le M taille grand...je prends quand même un L, comme d'hab...heureusement parce que finalement, c'est pas trop grand du tout et j'imagine comme les concurrents à partir d'1m85 doivent être frustré de l'absence de XL.

J'appelle ma femme pour lui dire que je suis arrivé : elle est sur la route pour venir me chercher. j'en profite pour naviguer un peu et essaye de suivre les panneaux pour accéder aux sacs et repérer où sont les douches.
Je trouve finalement le chapiteau pour récupérer mon sac : vu le nombre de concurrent, je trouve quand même pas mal, voire très bien qu'ils soient tous rapatriés et classés par tranche assez faible finalement. Surtout quand on se souviens du bordel à sainté, avec des sacs jusqu'au toit des bus même au-dessus du volant et sur la fin sans respecter la numérotation des dossards.
ça me prend donc 20 secondes pour le repérer et ressortir.
On peut éventuellement s'interroger sur ce libre-service parce que finalement, la majorité est honnête et après 1 nuit d'efforts, on a un peu des oeillères mais c'est quand même ouvert à tout le monde.

Je zone à nouveau en refaisant un tour pour trouver les pancartes des douches quand ma femme arrive. On se dirige vers les douches, préalable pour moi à profiter un peu et aller manger.
Bon, ben c'est raté...au moins 20 personnes devant moi dehors avec le crachin et le vent, et apparemment très peu de place à l'intérieur du vestiaire.
Donc changement de plan, retour à l'intérieur pour aller chercher à manger.
Un peu frustré de la non-douche, je prends mon sac et erre avec ma femme en lui racontant un peu ma course.
J'attends ensuite l'arrivée d'un collègue, le salue puis sans avoir profité de l'ambiance, sans avoir croisé un kikou...c'est déjà le départ...j'ai envie de rentrer prendre une douche, bordel !!! pas dormir forcément mais prendre une douche (c'est pas pour rien la 1ère chose qui m'était venue à l'esprit en remplissant mon profil sur kikourou).

C'est donc le retour à la voiture en marchant pas bien vite...puis à la maison, en passant par chaponost : il doit être 10h30 à peu près et on croise encore quelques concurrents dans le parc...faut être courageux(se) pour partir en sachant qu'on mettra 12-13h !!

Je profite du trajet pour regarder sur mon téléphone le lien suivi live...ayé, c'est mis à jour : 798e et 7h57mn57s...trop top, je suis passé sous les 8h...je me suis pas speedé pour rien sur les 2 derniers km.
La douche tant attendue est un réel plaisir, puis une bonne sieste l'après-midi me rend frais comme un gardon, prêt pour un bon apéro le soir !!!

voilà, cette saintélyon 2011 est finie...ça m'a permi de valider que j'étais capable de bien gérer un peu plus long que ce que je faisais jusque là...que ce soit au niveau alimentation ou gestion de course...et accessoirement d'ouvrir le spectre des courses accessibles pour 2012.
D'ailleurs, je pense déjà à ce que je ferai l'été prochain, et ça me donne envie !!!

voici le plan que j'avais avec moi et qui m'a permis de vérifier à peu près où j'en étais au court de la nuit.

mon roadbook STL 2011
Liste des Merci :

- Merci à papy pour son sujet sur l'hydratation qui m'a fait comprendre pas mal de choses sur ce que je devais faire.
- Merci à arclusaz pour son rôle de GO des offs lyonnais qui m'ont permis de découvrir en avant-première le tracé de la STL entre sainte-catherine et perrache.
- Merci à marat 3h pour ses précieux conseils sur la gestion des efforts sur la saintélyon : pas se mettre dans le rouge avant saint-genoux, pas attraper froid dans la descente vers soucieu...et pour son récit de l'UTMB qui présente une approche très efficace de l'objectif.
- Merci à ogo pour ses démonstrations de foulées économiques qui m'ont permis de ménager mes adducteurs sur les 50 (!!) derniers km.
- Merci à lalan de montrer avec gentillesse ce qu'est le haut niveau et de m'avoir conseiller d'éviter la surchauffe au départ avec une veste
- Merci à elcap pour m'avoir fait relativiser ce qu'était l'effort en s'ajoutant un petit échauffement avant la STL.
- Merci à tidgi pour la même chose et pour son récit de sa 1ère STL qui m'a grandement influencé.
- Merci aux autres "lyonnais" rencontrés lors des offs préparatoires pour leur sympathie (twotival, nini, trotinette, bouzzy-goulum, arthurbaldur).
- Merci à valinor pour son sujet sur les lampes frontales : ça a été un plaisir de courir de nuit avec une lampe qui éclaire au top du top et permet d'être relâché quelque soit le terrain.
- Merci à tercan pour son site perso sur lequel j'ai récupéré des estimations de temps de passage qui m'ont finalement beaucoup correspondu.
- Merci à lidia gomez de bilbao (dossard 7964) qui m'a permis de trouver un rytme régulier sur la sortie de saint-étienne pendant quelques km (elle ne le sait pas car j'étais calé derrière).
- Merci aux personnes qui maintiennent le ravito de moreau, point important dans ma planif de ravito (je l'aurais fait à sainte-catherine sinon mais ça aurait été trop loin du départ)
- Merci à ludorsan pour l'organisation de l'AAB au flore, camp de base idéal pour se préparer sans stress, manger et se reposer.
- Merci à tous ceux qui ont pris le temps d'écrire un récit de leur STL ou de toute autre course : ils ont tous un intérêt et permettent d'emmagasiner de l'expérience facilement.
- Je suis sûr d'en oublier beaucoup...

11 commentaires

Commentaire de tidgi posté le 16-12-2011 à 16:04:34

Moins de 8h pour une 1° : nickel !
Ah ! La Confluence, 1 passage intéresssant pour la gestion du mental !

Bravo à toi en tout cas, de bon augure pour les projets 2012 ;-)

Commentaire de Arclusaz posté le 16-12-2011 à 16:09:47

Waouh !! super récit ! ça valait le coup qu'on attende un peu .....

J'ai bien ri sur le coup de "Radio Espérance" à St Genoux : juste un peu avant l'endroit où Marat pris le pain, le rompit et le donna à ses disciples....

Bravo pour oser appeler ta femme à 3h du matin pour lui raconter ta course : pas sur que je tente le truc...

Bravo pour ta gestion de course quasi parfaite (et encore, je me demande pourquoi je mets quasi !).

Enfin, heureusement que nous nous sommes "un peu" croisés avant la course, ça risquait pas de nous arriver pendant ou après !

Et dire que tu n'étais pas sûr d'y arriver.....

Sainté d'argent l'année prochaine ?

Commentaire de jano posté le 16-12-2011 à 16:32:30

appeler ma femme à 3h, c'est plutôt un manque de lucidité que du courage.
sainté d'argent : c'est jouable je pense mais d'autres l'ont dit avant moi et s'y sont cassé les dents.

Commentaire de marat 3h00 ? posté le 16-12-2011 à 16:45:54

félicitations !
t'as géré à merveille ta course et plus encore ton avant-course.
Prochaine étape (ou leçon suivante) : les coursières des hauts du lyonnais !

Commentaire de lalan posté le 16-12-2011 à 16:51:51

tu avais dit que ton cr serai long.il l'est,mais super bon.Ravi que cette magnifique course t'est donné l'envie d'aller plus loin.félicitation.

Commentaire de TwoTiVal posté le 16-12-2011 à 16:58:49

Et merci à toi pour ce retour où on peut lire les bons moments de maitrise de la course !

Y'a plus qu'a continuer sur le même rythme !

Commentaire de totoro posté le 16-12-2011 à 17:06:36

Félicitations pour ta course ! Et ton récit est très intéressant mais c'est quoi la prochaine étape de l'été prochain ???

Commentaire de Arclusaz posté le 16-12-2011 à 17:14:17

Totoro, si tu veux savoir, faut venir aux OFFs !!!!
là, je suis dur, car je sais que ce n'est pas l'envie qui te manque.

deux petits indices : janot est Beau, janot est fort,.....

Commentaire de sarajevo posté le 16-12-2011 à 18:24:46

Bravo a toi !!!!!

Commentaire de coach Jack posté le 16-12-2011 à 19:36:02

Félicitations à toi Fabien, belle gestion de course, que du bonheur durant celle-ci, pas de galère ... la course idéale !!!
Et que vas-tu faire l'été prochain ???
Au plaisir de se retrouver cet été ... si mon dos est moins capricieux qu'en ce moment !

Commentaire de Jean-Phi posté le 20-12-2011 à 11:04:48

Jolie gestion de course ! Bravo ! Ca en appelle d'autres je suppose.
Joyeuses fêtes d'ici là.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran