Récit de la course : Saintélyon 2011, par elbrubru

L'auteur : elbrubru

La course : Saintélyon

Date : 4/12/2011

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 958 vues

Distance : 69km

Matos : formidables NB876

Objectif : Objectif majeur

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Découverte de l'Ultra en Kik-ékip

4ème objectif de l'année après trois contreperformances (toutes relatives) à l'écotrail (manque de préparation à cause d'une grippe), au marathon Cap Malo - Rennes (mal supporté la chaleur) et au marathon de Berlin.

L'objectif était ici de découvrir l'ultra, je n'avais jamais fait de courses nocturnes, ni courru plus de 55km, et encore moins dans la boue, avec un objectif de score rodio de 1100. Alors que mes records sont à 1164 au marathon de Berlin et 1174 au semi de Boulogne.

En conditions normales (score rodio de 1500 = 5h), un score de 1100 vaut environ 6h50... mais en voyant quelques kikourous prétendre à des objectifs inférieurs à 7h, je me suis dit qu'en courant en petit groupe, nous aurions plus de chances de s'entrainer mutuellement et pourquoi pas viser la Sainté d'Or (<6h30).

Nous formons alors une belle équipe avec TomTrailRunner et OlafMax : objectif 7h, revu à 6h30.

 

Tous 3 dans le dernier vestiaire mobile train Paris - Saint-Etienne, nous rejoignons le Flore vers 22h. Loul nous avait gentillement pris nos dossards (merci encore) !

 Le temps de grignoter une tarte aux pommes, de se changer et c'est l'heure de mettre les sacs au chaud dans les bus et de rejoindre la ligne de départ.

 

La ruée vers l'or

Les premiers kilomètres sont volontairement rapides pour permettre d'engranger quelques secondes et surtout de doubler un maximum tant que la route est large, nous rattrapons même les premiers relais au début de la montée vers Sorbiers. 6 premiers kms en 28mn16s.

J'avais noté de ralentir nettement dans la montée vers Sorbiers car mon expérience est plutôt sur le plat... mais dans cet élan, je garde la foulée de Tom qui monte à très bon rythme, 22mn46s pour les 4kms de montée vers Sorbiers, soit 2 minutes de moins que le plan de marche ! Olaf nous a regardés partir sur ce rythme insensé et nous nous retrouvons à deux...

Mais je laisse rapidement Tom mener le rythme dans les côtes vers Saint-Christo, refaisant mon retard dans les descentes (moins vite tout de même que l'avion Olaf). Je garde ce principe jusqu'à Moreau (dans les temps, passage en 2h1 contre 2h prévues), à partir d'où Olaf prend son envol... et je ne peux plus voir son dossard 611 au loin.

Finalement, Tom et moi reprenons un rythme toujours doré jusqu'à Sainte-Catherine où nous passons en 2h31.

 

Le tandem alterné

A partir de Sainte-Catherine, j'ai vraiment mis le frein à main dans les montées, d'abord les plus rudes et juste avant le col, puis je marchais de plus en plus tôt et pour des pourcentages de plus en plus faibles. Mais je me disais que je gardais de l'énergie pour la descente où je rattrapais aisément ceux qui venaient de me doubler, Tom en faisait partie à cause de crampes qui l'empêchaient de dérouler. Nous avions finalement un trop grand décalage de capacités, Tom en montée, moi en descente, pour réellement fonctionner en duo mais il est toujours agréable d'avoir une tape dans le dos dans la montée pour te relancer.

Mais évidemment, l'efficacité n'était pas totalement au rendez-vous, et nous perdons du temps sur le plan de marche. Passage à Saint-Genoux en 3h33 pour 3h27 prévues.

 

Les semelles de plomb transforment l'or en argent

J'avais toujours l'illusion de pouvoir atteindre la sainté d'or avec un bon finish de marathonien... mais cela ne peut s'effectuer qu'en arrivant frais à Soucieu. Ce qui n'était pas du tout mon cas, même si je n'avais aucun problème musculaire ou articulaire... il n'y avait simplement plus de jus dans le moteur... difficile alors d'essayer d'imprimer une pseudo-allure marathon alors que nous avions déjà dépasser les 42km... mon corps ne comprenait pas et mon cerveau n'arrivait pas à trouver en quelle langue lui expliquer qu'il ne restait plus qu'un Paris-Versailles à courir...

 J'arrive à Soucieu avec 8minutes de retard sur le plan mais y réalise mon meilleur classement (175ème), avant de réellement décrocher (25minutes de retard à Beaunant).

Je me fais évidemment doubler par Tom sur la terrible côte des Acqueducs de Beaunant, avant de le rattraper dans la descente vers Lyon alors qu'il était en proie avec une forte envie de sommeil et que j'arrivais à dérouler tranquillement dans la descente.

 Les derniers kms sur les quais ont été longs, très longs, Tom m'a passé comme une fusée... j'ai essayé de m'accrocher à ces boosters mais n'ai pu tenir qu'un petit km avant d'alterner marche en montée (si s, une pente de 0,05% est une montée) et course à 11-12 km/h, avec un oeil sur le chrono pour rester sous les 7h, objectif initial.

Tom m'attend quelques minutes sous l'arche pour me voir passer à 6h59 et finir cette épreuve en 6h57 !

Bravo à Olaf qui était déjà sur la route du retour vers Paris après sa Sainté d'Or en 6h27.

 

Conclusions et leçons :

- belle première expérience de l'ultra avec toutes ses difficultés concernant la capacité du mental à prendre le relais et le corps qui fait la sourde oreille

- j'ai été extrêmement satisfait de mes choix matériels même si j'ai porté bien plus qu'il ne fallait (veste pluie et barres céréales notamment) : débardeur + TS ML, short, mini guêtres, sac 1,5L, frontale Led Senser H7 + Petz Tikka Plus (pour assurer l'éclairage dans les descentes) et la formidable paire de NB876 (gagnées sur un concours New Balance sur Facebook, merci jack26 !).

- magnifique ambiance avec Tom et Olaf alors que l'on ne s'était que rapidement croisés auparavant, respectivement dans un Off2Ouf Les Ponts de Paris, et à l'Eco trail où Olaf m'avait doublé avant de faire une belle perf (là encore).

- objectif tenus en cote rodio puisque URW me cote en 1120.

- il faudra faire plus de D+ la prochaine fois, mais surtout plus de sorties longues, et plus de sorties (des raisons pros m'ont vu préférer le sommeil à quelques sorties) : j'aurais dû faire plus de 500km en 31 sorties selon le plan de Bruno Heubi que je suivais (environ 410km sur le plan d'entrainement du site SaintéLyon)... et j'en ai fait 270 en 19 sorties, et seulement 3000m D+. Pas du tout étonnant qu'il me manquait de la distance dans les jambes !

5 commentaires

Commentaire de Mamanpat posté le 09-12-2011 à 10:45:29

Et ben, bravo !
Trop facile ! Vise les 6h l'an prochain pour faire moins de 6h30 !

Commentaire de yves_cool_runner posté le 09-12-2011 à 15:17:08

Super chrono. Félicitations. Donc, il faut faire du D+ ! Personne ne me l'avait dit ! Arrête de rire Mamanpat...

Commentaire de TomTrailRunner posté le 09-12-2011 à 20:18:03

C'était une belle ballade en effet : impossible de compter le nb de fois où nous nous sommes (dé)-doublés :)

@ très bientôt sur des sentiers....

Commentaire de olafmax posté le 10-12-2011 à 20:18:40

merci à toi pour le CR super sympa ! et pour la motiv ;-)

au plaisir de te revoir en off ou bien en course ! c'était un plaisir de partager cette course avec vous 2 ! bien amicalement !

Commentaire de elbrubru posté le 11-12-2011 à 10:01:32

@Mamanpat, j'espère que cela fonctionne ainsi... mais c'est alors frustrant de se louper d'1/2h à chaque fois ;-)
@Yves, et oui, je crois que je vais connaitre chaque cm et chaque face de la côte des gardes à Meudon...
@Tom & Olaf, à bientôt en Off2Ouf ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran