Récit de la course : Saintélyon 2011, par o[Bob]

L'auteur : o[Bob]

La course : Saintélyon

Date : 4/12/2011

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1380 vues

Distance : 69km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le contébon

Mon dernier trail 2011...

Je me devais bien -enfin !- un petit CR, ne serait-ce qu’en juste retour envers tous ceux que j’ai pu dévorer pour préparer mon premier trail, celui d’il y a tout juste un an, la STL… 2010 (jusque là, tout roule, l'addition n'est pas mauvaise..)

Les "objectifs de fin de saison 2011" (rhoo le déjà pro !) :

A mon fan club qui avait poireauté 13h00 l'an dernier (une TFL à mi-course, puis 20 kil en marchant, puis 10 en rampant), j'avais vaguement laissé espérer, assez au pif, "un bon 10h00 scoussi". Suspense....

Le matos :

En définitive, en compilant les avis autorisés : 2 couches fines, une veste D4 « running » qui respire, qui étanche et qui puis quoi encore, le collant, les Mizzu Ascent, les guêtres, la casquette kikou, la Mio RXP, et dans le sac la bouffe QUE pour 3 jours (last year, rien que le rabe de GatoSport soigneusement enveloppé masquait tout le reste ; je m'améliore..), plus de quoi cautériser les arpions d’une armée de gueules cassées.

On va voir ce que ça donne tout ça.

l'AAB :

Une arrivée trop tardive (+/-23:00). Je me suis contenté de me changer sans vouloir déranger les rares kikous roupilleurs/méditateurs. J'espère vraiment mettre d'avantage de visages on pseudos la prochaine fois (une kikoute aperçue en arrivant, pleine de tresses et de chaleureux "bonne course" à la cantonade : MamanPat ?).

Le début de course :

J'ai un peu regretté qu'on n’entende pas le speaker à partir d'un certain noyage dans la masse, mais bon, la masse ça réchauffe ...

Puis go !

Ces derniers mois, douleurs fréquentes au tendon d’Achille et au genou (heureusement, réparties sur au moins 2 jambes), entraînements plus que light du coup : départ prudent.

Une bruine Stéphanoise qui semble se calmer, je m’arrête pour virer la couche 3, puis je me ravise  -des minutes perdues, mais effectivement, ça pluviote quand même sur +/-10 kil. Ma sécheur persistante me console de ma moiteur naissante.

J’enlève la casquette pour le buff (kikou toujours), moins gênant sous la capuche.

La première moitié :

Très vite, il ne pleut plus (avec un ciel quasi dégagé à un moment de la course).

Avec la couche sus-évoquée définitivement conservée, j’ai bien chaud, je deviens bien gluant.

Les mini guêtres D4 ont dû se descratcher au moins 5/6 fois, c'est gonflant, elle finiront dans le sac.

La célèbre boue du cru est presque décevante : ça glisse, c'est peut-être vicieux pour les rapides (et les têtes en l'air), mais comme sables mouvants, c'est pas ça qu'est ça. A part à un moment : une grosse flaque s'amuse à faire peur aux coquets et crée un petit bouchon.

Je dis ça, mais je préfère. J'évite tant que je peux les pieds humides, la peur des ampoules..

Je préfère, et je m’imagine déjà : « comment ça, mon objectif ? C’est la faute aux bouchons ! ».

Mais pour l’instant :

J'arrive assez « facilement » à St Genoux.. à 06:00. Un peu étonné, sur la neige 2010, j'avais fait mieux. Mais je gère bien les bobos. Une 'tite douleur ? Vite, ne pas la laisser s'installer : adapter le geste, transférer l'effort vers d'autres muscles. Constater un tiraillement, presque l'apprécier au début tant c'est supportable, ça m'avait été fatal l'an dernier ; erreur de débutant.

Assez frais à St Genoux donc, même pas mal au même saint, c’est en remontant vers la tête que l’échauffement thoraxale fout la pagaille. Et se conclut ce redoutable constat : 34 kil "en descente" à faire en 4h00, c'est jouable, mais poussez-vous !

Gaz !

La suite prouvera la (ma) limite des mathématiques...

Le reste:

Evidemment ça passe pas !

Un rythme trop élevé pour moi dans les faux-plats, alors que la plupart de mes voisins (ceux d’infortune) marchaient, des descentes pas à l’économie ; j’arrive à Soucieu à 7h08. Bon, why not..

Je ne m’attarde pas, pas assez sûrement : juste un chouille de RedBull (ça marche !?), les poches saturées de Vache Qui Rit et de minicakes. Quand on est c…, on est c…

Je continue du même métal, ça commence à tirailler dur des quadris, c’est Beaunant à… 9h00 !

Là, j’appelle mon fan club, les 10h00, ça le fera pas ! Heureusement on m’encourage à grands coups de « ben kes tu veux kont'dise, bien obligés d't'attendre..».

La suite, c’est des crampes croissantes aux quadris, même les étirements n’y font rien. Alors marche, arrêts massage, course un peu, et bis repetita.

La fin du parcours, célèbre pour son « gardez-en sous la semelle » n’en finissait pas.

Puis si.

Au final, c’est pas terrible : 10h56 (mais au sprint, je dois être un gros frimeur) avec la promesse 10 fois répétée sur les quais de ne plus remettre les pieds sur cette putain d’épreuve et ses «30 bornes de bitume en trop».

Mais j’ai déjà un doute sur ma promesse..

Bon, c’est quand la prochaine ?? Faut attendre un an !!??

Une considération sur le matos :

Le 3ème œil : Certains couraient quasiment au toucher, j'avais mal pour eux et me sentais presque indécent avec ma Réguled XP. Mode full power quand j'étais tout seul, économique sur le goudron (j'ai un coté radin), normal en général. J'ai quand même changé les piles au ravito ad'hoc (Ste catherine je crois), mais surtout pour me rassurer. Je ne regrette pas l'investissement (datant de la STL 2010).

L'anti-pluie : je suis très tenté par la veste D4 Raid, qui me semble avoir trouvé la bonne formule avec ses larges ouvertures sur le coté. Des kikous, surtout vu son prix, l'achètent, puis la vantent.

Les mini guêtres D4 ont finit dans le sac et sûrement leur courte carrière. Je vais en chercher des mieux que ça à la prochaine occase. N'empêche, avec : pas de cailloux, sans : ça se faufilait parfois.

Les pompes trail : difficile d’évaluer le ratio ‘facilité en devers boueux’/‘fatigue sur le dur’. J’ai pas osé prendre mes Asics Nimbus, mais je tenterai sûrement un jour, sur une STL bien sèche.

Une révélation en compilant le matos des autres : une ceinture bi-bidons (comme c’est mignon !), faciles à remplir (et à vider, et à surveiller) PLUS un micro sac genre celui en cadeau cette année. Je redécouvre la roue ?

En tous cas, me faut une soluce plus pratique que mon CHER Raidlight Endurance, plein de poches inaccessibles, et surtout (refrain connu) qui ne facilite pas le ‘contrôle hydrique’.

Le miam : trop c’est trop, surtout ici, où ils sont pas radins, eux. Un truc pas mal quand même : les minis pâtes de fruits de chez D4, mono-bouchées, mes gels à moi..

10 commentaires

Commentaire de Belet posté le 06-12-2011 à 00:50:23

Bravo pour ce récit.

Optimisation matos possible: Pour les guêtres, celles de Raidlight n'ont pas de scratch :). Pour le sac, l'option citée peut être envisageable, sinon sac Olmo de la même marque avec bidon sur la bretelle.

Pour le surplus de gatosport dans le sac, j'ai pas de solution, certains sur la ligne m'ont demandé si je partais pour l'UTMB :)

A l'an prochain pour les 10h !

Commentaire de phoon posté le 06-12-2011 à 08:23:49

tu perds 2 heures par an ... respect
merci pour ce retour

Commentaire de TomTrailRunner posté le 06-12-2011 à 08:55:49

2h par an dis Phoon....je me garderai bien de faire une extrapolation chrono pour l'année prochaine.
par contre pas d'extrapolation pour ce récit dynamique (manque les photos non ?)

Commentaire de Tercan posté le 06-12-2011 à 09:50:55

Superbe progression dit donc.
C'est quoi la recette ? J'veux la même :)
Pour le portage, te fais pas chier l'an prochain : porte bidon, ça suffit largement sur la STL. Les ravito sont proche les uns des autres !
A+

Commentaire de Arclusaz posté le 06-12-2011 à 17:06:40

Bravo ! 2 h de moins, c'est géant !

pour le sac, j'ai fait le parcours avec le même que le tien : départ poche à eau pleine (St Yorre dégazéifié + caloreen) et bidon vide. pas d'arrêt À St Christo. Puis remplissage uniquement du bidon qui sert aussi de gobelet. j'arrive à Gerland avec la poche à eau presque vide (donc rien de charrié pour rien et toute la caloreen d'ingurgitée). Pour moi, c'est parfait car je ne supporte pas les ceintures porte bidons sauf... celle du sac RL !

à l'année prochaine !!!!!

Commentaire de vial posté le 06-12-2011 à 19:31:50

tu l'as fini c'est l'essentiel
bravo

Commentaire de Byzance posté le 07-12-2011 à 20:40:53

L'année prochaine, ce sera encore une autre aventure et je sais déjà que tu y seras !!!

Commentaire de lalan posté le 08-12-2011 à 16:26:38

Tu as eu la gnaque,heureux que est l'envie de revenir l'année prochaine.Tu abaissera encore le chrono.bonne continuation a toi.

Commentaire de yves_cool_runner posté le 09-12-2011 à 14:41:17

Bon, une belle progression quand même ! Les 10h00 ça sera pour 2012... Et puis, ce qui compte c'est de passer la ligne ! Pour la lampe, perso je pense que ce n'est pas super utile d'avoir le truc qui tue... J'oublie souvent d'allumer la mienne et je dois tout juste l'utiliser sur la moitié du parcours. Bravo pour ta course et 9h59 l'année prochaine !

Commentaire de Mamanpat posté le 09-12-2011 à 15:55:19

Pourquoi faire du Tolstoi qund du bon bien rythmé suffit ?! Y'a plus qu'à l'appliqué à ta course !!! ;-p
Allèges toi, sac, corps et esprit, je te proposerai bien de tenter les tresses power mais... Sinon running ça passe, juste un porte bidon avec mini secure ine the pocket. Et dis toi que si tu n'as pas de change au moins tu ne traîneras pas !
Moi j'dis, 9h30 à ta portée !
Je te souhiate déjà bonne course pour 2012 ?
Non je le ferais avec les tresses et le smiley pinky flashy !
Bravo et merci pour ton récit !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran