Récit de la course : Sparnatrail 2011, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Sparnatrail

Date : 13/11/2011

Lieu : Epernay (Marne)

Affichage : 1112 vues

Distance : 55.7km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

SPARNATRAIL 2011 by Poucet

 
SPARNATRAIL 15-11-2011



Après des perf automnales un peu décevantes, je m’étais programmé ce Sparnatrail un peu tardivement, dans l’espoir de terminer la saison sur une meilleure note. J’étais déjà allé promener mes runnings à Epernay en 2005. C’était alors la finale du feu Challenge des Trails de l’Est. Les épreuves dans le coin se comptaient sur les doigts des deux mains … Il y a 6 ans déjà. Le Trail à bien changé depuis.

A l’époque j’avais découvert une épreuve sérieuse, bien rodée, parfaitement organisée. Le vainqueur se nommait déjà Jean Jacques Moros, et moi je mettais une heure de moins !!! Je n’en avais cependant pas gardé le souvenir du parcours le plus attrayant qui soit.

Depuis le Sparnatrail à gagné un départ sur l’Avenue de Champagne et quelques kilométres supplementaires. Il y a toujours plus de monde pour aller s’éclater dans la boue du vignoble champenois …. 378 inscrits sur le grand parcours et 307 sur le P’tiot.

Si la mise en jambe groupée jusqu’à départ réel est toujours sympa et conviviale, le lâché de moineaux sur cette voie royale au cœur de la ville aurait peut être mérité un peu plus d’entrain … C’est qu’on s’y habitue à ces musiques qui chauffent les brâves et collent à la peau des épreuves mythiques.

Hormis l’épaisse couche de brouillard qui nous a gardé au frais tout au long de la journée et qui à bien gâché le coté contemplatif du trail, pas vraiment de surprise sur ce parcours très roulant, comprenant de nombreuses portions goudronnées ou bétonnées. C’est un Trail ou les routiers peuvent s’éclater. D’ailleurs le père Jean Jacques 
http://www.yanoo.net/index.php?load=news&key=1247 qui a survolé l’épreuve est bien plus connu pour être un ultra runner hors pair qu’un traileur assidu.

Je ne vais pas me pâmé devant la sublime beauté du parcours ou fanfarroné d’avoir pris le pied du siécle sur le terrain graveleux des “autoroutes“ viticoles du coin. J’ai pourtant la satisfaction d’une journée pas trop mal maitrisée. Le fait de retrouver la silhouette tout Raidlight de l’ami Christian en point de mire à une douzaine de bornes de l’arrivée, m’a conforté dans mon allure de course. A partir de là, je me suis simplement appliqué à dérouler du mieux possible et j’ai plutôt ramassé des gars.

Pourtant à l’occasion d’un nième raidar, j’ai eu l’agréable surprise de voir rappliquer la jolie frimousse de la 3ème féminine, encore bien fringante … Mais elle avait apparemment un petit problème à un genou. Ce qui me permettait de revenir dans les descentes, et finalement de m’accrocher …. Pourtant j’ai bien ramé dans cette interminable sentier tout droit parallèle à la route, qui nous ramenait à Moussy. Usure mentale, plus que physique je pense …

Dés que nous somme revenu sur la partie commune dans le sens du retour, le fait de voir les fléches R sur le bitume à suffit à me rebooster pour repartir de plus belle sur les derniers kilométres. Je termine donc en bon état, après 5h27 de course, 58ème au scratch et 11ème V2. Voila enfin un classement 
http://joggingepernay.free.fr/IMG/pdf/resultats_16eme_Sparnatrail_13_nov_2011.1_xls.pdf scratch qui répond à ce que j’espèrais. Et paradoxalement c’est mon plus mauvais classement caté de l’année …. De là à considerer que le Sparnatrail est une course de vieux, il y a un pas que je ne franchirai pas.

J’ai fait ce Sparnatrail avec une paire de Nike Pégasus, parfaitement adapté à ce type de parcours. Ce n’est peut être pas la pompe qui propose la meilleure accroche, et d’autres marques proposent des chaussures plus confortables …. Mais c’est celle qui semble provoquer le moins de dégât musculaire. Deux jours après je descends les escaliers normalement, ce qui n’est pas forcément le cas avec des modéles plus techniques, ou plus tendance.

Encore un mot pour saluer le remarquable boulot du Jooging Club Epernay Champagne. Le balisage est impeccable, les nombreux parcours carrefours parfaitement sécurisés … pas de salon machin bidule, mais des douches chaudes sur place et un stand Chimay à l’arrivée. Bref une organisation qui va à l’essentiel. Bravo à toutes et à tous.


Il faut toujours connaître les limites du possible ... pour tenter l'impossible dans les meilleures conditions !!!

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran