Récit de la course : Les Carrières by Night 2011, par Le Loup

L'auteur : Le Loup

La course : Les Carrières by Night

Date : 5/11/2011

Lieu : Mondeville (Essonne)

Affichage : 702 vues

Distance : 21km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Battle in the dark night...

La fatigue traîne encore dans mon organisme… C’est normal, un marathon ne s’efface pas en 2 semaines.

 

Oui mais voilà… L'animal en moi veut sa part ; fini de faire la route en plein soleil ! Place à la lune, place à l'instinct, place aux sensations !!! Tonight gonna be your night me joue ma petite musique intérieure…

 

Les conditions climatiques s’annoncent bonnes et je sais que s’il y a un peu de boue sur les chemins exposés, les sous-bois sont eux encore assez secs et tapissés de feuilles mortes. C’est décidé, j’y vais, je ne peux me soustraire à l’appel de la forêt ! Mais on fera selon les sensations, je ne dois surtout pas me blesser…

 

La clarté du jour nous tiendra jusqu’à l’entrée en sous-bois. Je connais tous les sentiers ici mais l’excès de confiance est un piège connu et j’allume ma bougie en passant à la ferme de Noisement, juste avant d’entrer dans les bois. Cristina Faria, coureuse bien connue, choisit ce moment pour me rejoindre, km 4… c’est habituel vu le niveau de la dame… je ne suis donc pas surpris bien que je sois curieux de savoir comment elle tirera son épingle du jeu pour sa 1ère expérience nocturne. Sa lampe ne me semble pas de bonne qualité… Ceci étant elle connaît très bien ces forêts elle aussi !

 

La toute première descente me confirme mon impression. Cristina hésite dans sa trajectoire et le faisceau de ma propre lampe va lui permettre d’éviter de perdre trop de vitesse. Ok, elle sera mon petit chaperon rouge du soir…

 

Le chemin jusqu’aux 100 marches est dégagé, la meute est disloquée et j’estime être dans le 30 de devant. Cristina est à nouveau hors de vue, la partie de cache-cache va commencer.

 

Je monte les marches en évitant soigneusement les côtés que je sais glissants. On laisse beaucoup de force pour rien lorsqu’on glisse sur les poussées ! A la relance je suis en mesure de prendre 2 places.

 

La portion suivante me ramène doucement sur Phil77 qui semble dans une mauvaise nuit. Nous sommes au km 7 ou 8 à la traversée du chemin des pendants (une route en fait) et je décide de boire la 1ère des 3 gorgées d’eau que j’ai emmené pour faire la course. En le passant 2 km plus loin je lui glisse amicalement que ça va revenir, en espérant le contraire, puis j’accélère un peu. Quoi ? Où est le problème ? 

 

La première descente un peu technique arrive. J’accélère et j’oriente un peu mon buste, les abdos sont mis à contribution, j’expulse l’air par saccades en rythme avec les prises d’appui pour rester uni et compact. Ma lampe est en mode halo comme sur chaque passage technique : rien à faire de ce qui se passe 80m devant, ce qui compte ce sont les 3 mètres qui m’environnent. La vision latérale est très importante en ce sens qu’elle permet une bonne spatialisation, des points de repère importants pour gérer sa gestuelle et ce malgré un petit "effet tunnel" qui peut troubler les néophytes qui descendraient vite malgré tout. C'est là la spécificité des nocturnes...

Les cailloux roulent et s’entrechoquent sous mes chaussures mais mes appuis sont vifs et je ne fais porter mon poids que pour des changements de trajectoire ou de petits ajustages. Je l’ai déjà dit dans un autre de mes récits mais ces sensations sont celles d’une descente à ski pour moi… Je suis comme en transe et je sais que rien ne peut m’arriver tant que je ne réfléchis pas trop. C’est ton cerveau d’humain l’ennemi, tandis que ton cerveau animal sait quoi faire lui !

 

Je suis à mi-pente de cette première descente travaillée lorsque je reconnais Cristina. Elle est comme au ralenti dans l’image que je garde en mémoire - instant motion capture - je visualise l’espace en avant pendant un court instant et j’accélère encore pour sortir de la trajectoire du chemin par la gauche. Je prends un appui bondissant et je passe quasiment au-dessus du petit chaperon rouge mais sans prise de risque inutile. Je l’entendrai s’exclamer que c’est une injustice de voir des gens descendre comme cela ! Cette remarque me trottera à chaque nouvelle descente, me permettant d’accélérer sans cesse afin de m’assurer contre son retour. C’est désormais le petit chaperon rouge qui court après le loup !  

 

Je prends encore 2 ou 3 humains jusqu’aux Roches en réussissant à courir chaque montée. Je sais que derrière ça peut rentrer fort d’un seul coup si je m’endors sur mes petits lauriers et le terrain qui s’annonce ne me sera pas aussi favorable que les bois.

 

C’est la sortie du couvert, il reste environ 3 km de chemins pour rentrer au gymnase. Je me retourne un instant pour jauger de la fin de course à envisager… 3 ou 4 frontales sont en approche rapide me semble-t-il. Ce ne sera pas une fin de course relâchée…

 

Je veux conserver ma place, je retrouve un peu de vélocité en forçant mes montées de genoux. Je cours façon trailer de carte postale !

 

Je visualise le virage à droite tout au bout, à la sortie du chemin, et le dernier passage en sous-bois qui suit… Je me rappelle la branche en pleine poire à la fin du trail des moulins, instinctivement ma langue passe sur la dent ébréchée ce jour-là.

 

Les bénévoles qui viennent de m’encourager applaudissent déjà mon poursuivant !

- Virage à droite - je plonge en risquant un œil en arrière. Merdoum, il est juste à 30m. Il me piste le charognard ! 

J’attaque le tout petit single final et j’envoie tout ce qu’il me reste. C’est le dernier passage technique, ma dernière chance, je m’arrache - et je baisse la tête au bon moment – pour déboucher comme un missile sur le terrain de sport.

Je continue d’accélérer en traversant, on doit se balader à 16-17 km/h avec des têtes à faire peur mais il faut que je décourage ce chasseur de place. Il reste 2 virages, je passe en puissance dans la petite montée, virage à droite court, virage à gauche, courbe molle et c’est l’arrivée… pfiou !

Je me retourne, il est là, de la bave sur le menton… On se fend la poire, on se serre la main... j’ai tenu ma place. Même temps et même place qu’en 2009...

 

Le petit chaperon rouge termine à un peu plus d'1' : chapeau pour une première fois ! Je pense que j’ai mangé mon pain blanc ; les prochaines sorties nocturnes de la furia Faria seront certainement plus rapides ! 

 

La bise à toi Cristina, merci aux bénévoles et à l'organisation bien huilée de Mondeville, bravo à Jean-Claude Blum pour sa superbe 3ème place, Phil (je sais que tu n'as pas fait une course à ta main), Patricia B sur la plus haute marche V2F, Caro S en guest et tous ceux croisés là-bas. A la prochaine !

 

@ Alkor : tu es 20ème ? Si oui alors c'est bien toi qui me traquait dans les derniers mètres ; que ce fut dur de t'échapper, tu rentrais assez fort !!! Bravo. Oui Cristina est redoutable, de jour je ne peux suivre ! Et non tu n'avais pas de bave au menton, lol !!! Rassures-moi, c'est bien toi que j'ai félicité après la course quand même ? J'ai mis 10 bonnes secondes à récupérer...

@ Phil : mince, ça fait 2 fois que tu me mets le doute... J'aurai repris Cristina avant de te rattraper ?? Je sais que je te passe un peu après la traversée de route au niveau de l'aqueduc de la vanne, au kilo 10 et que je t'avais en point de mire depuis le chemin des pendants au kilo 8... Je pensais avoir repris la Faria dans la descente qui précède la vallée aux vaches... Pff, tout est allé si vite... :-) Bon ça ne change pas vraiment le cours des événements au final !

Oui je savoure, bien sûr... je sens bien que la prochaine fois tu vas rectifier !!! lol.

5 commentaires

Commentaire de alkor posté le 07-11-2011 à 10:21:20

bonjour,
j'ai bien l'impression que ce soit moi le charognard en question ;). J'ai bataillé une bonne partie de la course avec christina qui sur le plat était diablement efficace.
@+.

Commentaire de Bikoon posté le 07-11-2011 à 11:36:39

Encore une course menée tambour battant Alex !
J'aime ta façon de ne rien lacher, quoiqu'il arrive ; et quand les jambes répondent à l'unisson avec le cerveau animal, s'en est que plus jubilatoire !
Bravo à toi et merci pour ce CR lu en apnée.

Commentaire de caro.s91 posté le 07-11-2011 à 13:58:28

Je suis super contente que tu aies fait cette course là, 2 semaines après ton marathon en 3h, c'est top comme perf! Je suis fatiguée après avoir lue ton récit.

Oui, à 21h quand je disais au revoir à Martine, elle m'a invitée à rester pour leur repas parce que je n'avais pas pu rester après le trail du Gâtinais. Du coup j'ai dit que je n'étais pas seule (ne pouvant conduire) et elle a invité aussi Pat et sa fille.

A un de ces jours !!!

Bise,
Caro

Commentaire de phil77 posté le 07-11-2011 à 15:10:18

Bravo le canidé ! savoure ta victoire :-)je compte bien me ré-entrainer pfff! tu étais vraiment dans une super forme Alex et seulement 2 semaines après ta perf sur marathon chapeau ! Bon finalement je termine pas trop mal (24eme)car quand tu m'as passé je n'étais vraiment pas au mieux. Christina m'a passé peut de temps après toi elle allait vraiment bien dans les montées, par contre effectivement dans les descentes j'ai recollé à plusieurs reprises... Vivement que notre Caro soit de retour pour avoir une bataille au sommet ! Content d'avoir recroisé pas mal de kikous sur cette course.

Philippe

Commentaire de Bleau78 posté le 07-11-2011 à 22:50:41

Bravo Mr super course, si j'avais été là je t'aurais poussé encore plus au derrière....Pfff évidement dans mes rêves. A bientôt.
Marco

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran