Récit de la course : La Ronde de Velizy - 10 km 2011, par Nikoureur

L'auteur : Nikoureur

La course : La Ronde de Velizy - 10 km

Date : 16/10/2011

Lieu : Velizy Villacoublay (Yvelines)

Affichage : 489 vues

Distance : 10km

Objectif : Faire un temps

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Ronde de Velizy - 2011

Pourquoi avoir choisi cette course ?

Pour plusieurs raisons. D'abord, le 10 bornes a toujours été ma distance préférée. Ensuite, je me suis fixé comme objectif de revenir à un niveau que j'ai quitté il y a plusieurs années: 40' pour 10 km. "Revenir", car faire 3 enfants en 5 ans, ça m'a obligé à lever le pied, voire à stopper. J'ai bien essayer de reprendre à plusieurs reprises, mais j'étais tellement pressé de retrouver ce niveau que je m'entrainais n'importe comment, je me fatiguais à l'entraînement, et je finissais par tomber malade ou à me décourager.

Mais cette fois-ci, j'ai retrouvé l'élan. En effet, depuis quelques mois, je n'arrêtte pas de progresser, sans vouloir en faire trop. J'ai repris en avril en m'entraînant différemment. Il y eu les 10 km du 19ème en mai, temps: 47mn. Il y eu les 10 km de l'Equipe en juin: temps 45'30.  Août et Septembre ont pour plusieurs raisons été difficiles à passer sur le plan sportif, mais j'ai tenu un entraînement minimum. Mon plan de 8 semaines s'est fait en ... 14 semaines à cause des décalages, des répétitions de certaines séances foirées etc... Il me fallait dans la région un 10 km en octobre. Le seul me convenant à la fois pour la date et pour son côté roulant: Vélizy !

Pas très sexie comme course au 1er abord. Mais réputé si roulant que j'y voyais le lieu idéal pour mon nouvel objectif: 44' maxi.

Arrivée dimanche matin sous un superbe soleil, mais qu'est-ce qu'il caille ! 6° ! Dur de se garer, l'avenue donnant accès au stade étant en travaux. Le petit quartier pavillonnaire en face se fait envahir. Une fois au gymnase, trouver le stand pour retirer le dossard. Top chrono m'avait indiqué le n°21. Je fais la queue, très courte, je donne mon numéro, et là, on me dit qu'il y a un problème: il faut aller aux réclamations. Une fois là-bas, la personne ne comprend pas pourquoi on m'y a envoyé. Je ne suis pas en avance, l'heure tourne, et j'ai besoin de bien m'échauffer avant une course. Je commence à stresser. On me renvoit au 1er stand et après concertation, on se rend compte qu'il y a eu une erreur internet et que le 21, ben ce n'est pas moi. On me recherche par mon nom et en effet, je suis dossard 697. Il faut donc refaire la queue à un autre stand. Où on me réclame mon certificat médical que j'avais déjà donné au 1er stand. Bref, on finit par y arriver. Déjà 10h00 pour un départ à 10h30, il est temps que je m'habille. Chose faite, je zappe le stand "vestiaire", plus le temps. Je refourgue le tout à ma compagne et je file m'échauffer.

En effet la zone promet d'être bien plate. Beaucoup de clubs sont présents. Toujours la bonne ambiance des routards qui m'a tant manquée ces dernières années. Le temps de faire un footing 10 mn, de faire un peu de PPG, de rejoindre la ligne de départ et tout s'enchaîne très vite. Beaucoup de monde sur l'aire de départ. J'aimerais me rapprocher de la 1ère moitié du "paquet", mais il y a trop de coureurs, impossible de me rapprocher. Le départ est donné.

Plusieurs secondes avant de passer sous la banderolle. Le peloton est serré. Je n'arrive pas à trouver mon rythme. Dès que j'accélère, je suis freiné par d'autres coureurs. Dur de doubler. Je ne souhaite pas partir trop vite, mais là, je perds trop de temps. Les 500 premiers mètres sont cahotiques. Mais cela devient ensuite plus fluide. Mon guide est ma montre Suunto reliée à l'accéléromètre. Mon objectif étant de 44', je dois rester dans une zone de vitesse entre 4'20 et 4'30 au kilo, l'accéléromètre n'étant pas toujours très précis. Le départ "frustrant" a laissé des traces. J'ai du mal à me caler sur ma vitesse de croisière. Je prends le parti de ne pas regarder mes temps de passage aux bornes. Petit à petit, ma foulée s'allonge, je me sens plus à l'aise, plus décontracté, je sens que les jambes sont finalement là. Malgré le déménagement de la veille ( Merci Christophe ;-) ). Parcours toujours plat dans les 3 premiers kilomètres si ce n'est quelques légers faux-plats. Je me cale derrière un coureur qui a l'air d'avoir la caisse. Mais il n'est pas causant, voire même bougon. En effet, il double un gars en lui disant " T'aimes bien zigzaguer toi !" puis lâche dans sa barbe un "Sal****". Il y a donc des exceptions parmi la bonne humeur de ces courses. Je decide d'en rire et d'en faire abstraction car son rythme me convient. Je le colle. Je gère bien pour l'instant.

Le parcours traverse un quartier d'immeubles peu élevés puis d'un coup, après un virage bien serré qui coupe le rythme, on rentre dans un bois. La partie sous bois, avec les cailloux et la terre, je l'aime moins. Je ne sais pas pourquoi, mais ça me déconcentre et je commence à cogiter comme je sais si bien faire " Est-ce que je vais tenir le coup ?", "Est-ce que je ne vais pas avoir de crampes à la fin" Et patati, et patata... Heureusement, ça ne dure pas bien longtemps. Le passage près de ma petite famille supportrice me redonne de la vigueur et comme je n'ai toujours pas mal aux jambes, je me dis que c'est finalement tout bon. Passage au 5ème ( oui je sais, j'avais dit que je ne regarderai pas ) en 21'30 et là, je suis à la fois content et stressé car je me demande si je ne suis pas parti un peu vite. A ce moment, le bougon me demande le temps et accélère. Il me lâche. Je choisis un autre lièvre. Au 7ème, les mollets commencent à tirer. On est à nouveau dans ce bois. Là; j'aurais bien aimé me retrouver derrière une jolie coureuse histoire de me remotiver. Ma montre m'indique 4'50 au kilo: HORREUR ! Mais je m'endors!!! Pas grave. A ce point, faut plus réfléchir, je décide d'allonger un peu et je retrouve une vitesse plus convenable avec des pointes à 4'10. Voire moins. Et c'est là que tout le monde dans mon entourage s'observe pour essayer le capter les états de fraîcheur des uns et des autres. On se double, se redouble. La vitesse est beaucoup moins régulière pour beaucoup de monde. Arrivé à l'entrée du stade, je constate une fin sur la piste et j'adore ça ! Je regarde ma montre, et là, je sais que c'est gagné: je ne finis pas en sprint, mais j'accélère nettement. Résultat : 43'47 ! YES ! J'ai encore progressé !

De plus, 5 mn après l'arrivée, je me sens déjà beaucoup mieux. Pas de tensions, de douleurs. Finalement, ça s'est super bien passé. Les stands sont bien copieux. Pas de médaille et c'est tant mieux, car elles sont môches en général.

Finalement, l'organisation a été bonne, malgré un départ trop dense et un caffouillage au retrait des dossards. Mais je suis sûr que j'ai été une exception ! Je la referai sûrement l'an prochain. 

Les jours suivants, la récupération a été excellente, et j'ai très vite retrouvé un entraînement normal. Cela est très bon pour la suite. Bonne course, bonne récup'. J'ai de plus en plus confiance en moi, je me sens toujours dans une dynamique de progression et c'est jouissif. J'espère descendre sous les 43 à la prochaine, et à 40 d'ici l'été prochain ! En attendant, je vais faire le semi de Boulogne, histoire de changer un peu de distance.

Merci de m'avoir lu. J'espère ne pas avoir été rébarbatif.

2 commentaires

Commentaire de jepipote posté le 31-10-2011 à 09:33:32

eh ben voilà un dix kil rondement mené nico, dommage que tu n'es pas trouvé de coureuse au 7ème, tu aurai explosé ton chrono :)

Commentaire de Gibus posté le 05-11-2011 à 23:10:59

Bravo pour ton chrono

J'avais fait la 5° édition de cette course en ... 1991.
C'était alors un 11 bornes.
a+

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran