Récit de la course : La Nuit des Cabornes - 25 km 2011, par franck de Brignais

L'auteur : franck de Brignais

La course : La Nuit des Cabornes - 25 km

Date : 9/9/2011

Lieu : St Romain Au Mont D'Or (Rhône)

Affichage : 604 vues

Distance : 25km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

UNE BELLE REPRISE...

vendredi 9 septembre... 20h20....St Romain ou Mont d'Or... la température, le temps, tout est idéal... on va passr un bon moment.  

5 mois ... ça fait 5 mois que je ne m'étais pas retrouvé sur la ligne de départ d'une course ...

Il s'est passé beaucoup de choses durant ces 5 mois : un voyage de 15 jours en Chine avec la petite famille début Mai. Des moments intenses, uniques, tous les 4, vraiment super... et puis le retour... ce retour je vais m'en souviendrai toute ma vie.  Je ne vais pas fort : maux de ventres, diarrhées, fatigue intense. J'ai dû choper une cochonnerie, ça va passer. 15 jours de plus, ça ne passe pas, de la fièvre apparait en plus. Entre temps j'ai tenté une reprise de la CAP, mais pas moyen, 2 pauvres sorties, incapable de faire plus de 6 km... Il faut que j'aille voir un toubib, je vais vraiment pas fort ....

"Ne vous inquiétez pas ce doit être un virus qui a du mal à passer"... les examens s'enchaînent, de plus en plus précis. Et puis début Juillet la douleur au ventre devient insupportable, je fais bonne figure devant la famille, les amis ou au boulot... mais je n'en peux plus, je vais aux toilettes 8 fois par jour, 3 ou 4 fois dans la nuit... je suis à bout, je n'arrive plus à me reposer... Dernier examen, le diagnostic tombe : "Monsieur, c'est une maladie de Crohn... malheureusement aucun doute possible... vous êtes dans une crise très forte, on va prendre en charge médicalement, la douleur va disparaitre"... "donc je vais guérir ?" ... "Non... on ne guérit pas d'un Crohn, on vit avec... et avec une prise en charge médicamenteuse..." .... La voilà la nouvelle... elle tombe dans la petite chambre d'une clinique. Ta vie change d'un coup, t'as 36 ans et tu vas devoir vivre toute ta vie avec une maladie, handicapante par poussée, dont on a aucune idée de l'évolution... qui fait flipper quand on se renseigne à droite à gauche ... "Vous avez des questions ?" ... "Je peux courir ??"... "Bien sur, tant que votre état le permet, pas de contre indication..." ... Tant mieux ... parce que sans la course à pied, je laisse tomber le combat.

Il va me falloir du temps pour avaler la nouvelle, et puis je prends la décision fin juillet : maladie ou pas maladie, je prendrai le départ des Templiers. Comme je l'ai prévu il y a plusieurs mois... en tous cas, je tente le plan d'entrainement... on verra qui est le plus fort : elle ou moi...

La reprise est extrêmement dure : presque 3 mois sans courir... les premières sorties sont lentes, j'ai l'impression de redébuter, je n'ose même pas regarder les chronos de mes sorties habituelles... et puis ça revient doucement. Je suis aidé dans ma reprise : une partie du traitement de la maladie consiste à ingérer des corticoïdes à haute dose... ce dopant naturel m'aide beaucoup : la récup est plus facile, le souffle plus profond... ouai ça revient.

Une semaine de vacances à La Plagne, je vais tester mes batons tous neufs (indispensables pour les Templiers) dans ces dénivelés que je cherche à maitriser. Je vais tomber 80 km dans la semaine : la prépa est lancée .... et moi je me sens pousser des ailes !!!  Les deux autres semaines de vacances sont sur le même rythme : au bord de la mer, mais je tombe facilement des sorties de 27 km ... c'est la grosse patate, c'est repartit ... et pourvu que ça dure !!

Le départ de la nuit des Cabornes va être donné dans 5 minutes. Cette course fait partie de mon plan d'entrainement : 25 km, que du chemin et quelques passages techniques, 1 000m de D+, un bon avant goût des Templiers...en beaucoup plus modeste... Je mets mon chrono en route... enfin j'essaie ... plus de batterie !! P..... !!! c'est pas vrai (on se sent seul d'un coup ...), je l'ai pas rechargé hier... va tout falloir faire au ressentit ... allez c'est pas grave, t'es un guerrier !! (ouai m'enfin quand même avec le chrono, j'aurais été un meilleur guerrier .... )

Je pars tout au fond, le directeur de course a prévenu "C'est une course difficile, partez doucement... gardez en sous le pied pour les 5 derniers... ils sont très longs..." Bon ok.... de toutes façons partir tout doux, c'était bien mon intention. On va monter sur les 8 premiers km... pas un moment de répit, je l'avais bien vu sur le profil ... mais là ... ouch !! ça fait mal aux cuisses. Mais je suis bien, la nuit est finalement chaude, je transpire beaucoup et je ne suis partit qu'avec ma gourde en ceinture. Le plus dur sans le chrono c'est de gérer le 1er ravito au 12ème : dur de savoir ce qu'il faut garder en eau ... quand on ne sait pas ou on en est ...

J'apprécie la nuit, elle est superbe, on traverse des prairies, beaucoup de monotraces, de nombreux passages techniques dans des cailloux... et puis un moment magique : j'entends au loin comme une musique, dur à identifier d'abord, puis de plus en plus présente... je suis sur une monotrace, encadré par deux haies naturelles de sapins, La frontale projete un halo lumineux, c'est superbe !! Et d'un coup, au détour de ce chemin, une caborne (petite maison en pierres originaire des temps préhistoriques, mais très utilisé plus récemment par les bergers de la région au début du siècle) est entièrement illuminée par des bougies et, devant l'entrée, une jeune femme, entièrement vêtue de blanc joue de la flute traversière !! L'instant est magique... vraiment superbe ... tellement, que pour être sur de ne pas avoir rêvé, j'interroge habilement le concurrent que je double "c'était joli hein ??" "ah ouai superbe !!" ... bon ça va, ce n'était pas une hallucination ... bravo les orga pour ce petit moment de magie !! Et merci mademoiselle pour la beauté du moment !!

Ravito du km 12... on vient de passer le point haut de la course. Je n'ai bu que la moitié de ma gourde... vraiment pas assez, je transpire tellement, je vais le payer !! je remplis la gourde, boit 3 verres successifs d'eau gazeuses, pate de fruit, barre au chocolat ... Je remercie chaleureusement les bénévoles ... et en avant !!¨Profil descendant, mais assez technique par endroit, je ne peux pas me lacher comme je le voudrais. Je continue à doubler, doucement, mais régulièrement. Je n'ai aucune idée du temps, de la moyenne... bref, je gère vraiment au ressentit... et pour le moment ça se passe bien. Ca remonte sec, ça redescend sec ... On reste sur la même typologie de terrain : sous bois, accidenté, des racines, des pierres, de la terre, les appuis sont moyens, mais c'est impeccable, c'est ce que je viens chercher !!¨Puis très longue descente qui nous amène droit au deuxième et dernier ravito : km 17. Je prends le temps de faire le point rapidement : il reste 8 km, je demande l'heure à une bénévole : 22h 55 ... OK, j'ai donc mis 2h25 pour faire 17 bornes... (c'est pas une perf' je vous l'accorde !!) ... petit coup au moral... je tablais sur 3h30 de course. Je fais part de ma réflexion à la bénévole et lui affirme : "dans une heure c'est terminé !!" ... "C'est pas sur monsieur ... c'est de la grosse montée qui vous attend, sur 5 km au moins !!" Ah !!.... je l'avais oubliée celle là ...

Bon sang qu'elle a été dure... très très dure... j'adopte la marche rapide (de toutes façons je suis incapable de courir à ce moment là !!) et je dépasse encore des coureurs !! au moins une dizaine dans la montée. Il n'y en a qu'un qui va me doubler comme une balle en courant (mais d'où il sort lui ??... il a pas fait les 20 premiers kilo ou quoi ??!!). Puis arrive la dernière loooooongue descente vers St Romain... et c'est là que je vais payer mon manque d'hydratation... je suis pris de violentes crampes à l'intérieur de la cuisse (j'en ai jamais eu là d'ailleurs ??!!... ) qui vont presque me faire tomber... Je m'arrête, mais impossible de m'étirer sans provoquer une autre crampe, je reste au moins 2 ou 3 minutes appuyé contre un arbre. 3 concurrents vont me passer en me demandant si ça va "Oui merci !!... juste des p.... de %¤§§{ de crampes !!" J'arrive à repartir, d'abord tout doux, puis de mieux en mieux... la dernière descente, très technique, des pierres, de l'herbe humidifiée par la rosée,... je double mes 3 amis avec une grande facilité, je suis sur de mes appuis, pas un seul moment les chevilles n'ont faiblit. D'un coup les lumières du village, le goudron, les maisons... je passe devant ma voiture, je sais qu'il reste 400 mètres au plus, mais j'ai tout donné dans la descente et j'ai les cuisses en feu ... mes jambes tremblent, je dois ralentir. Je me refais passer une fois, derniers virages, on entend la sono, la ligne d'arrivée est devant la salle des fêtes... applaudissements et encouragements de ceux qui sont déjà arrivés... je passe la ligne et lève les bras au ciel . Le speaker annonce mon n° de dossard et mon nom en précisant "3h17 min" .... Yes !!! je prends 15 minutes sur mon objectif.... je vais me réhydrater... j'ai très soif, je prends une bouteille et la vide aux 3/4 !!

Je rentre dans la salle ou nous attend un joli buffet... mais j'ai envie de vomir ... plus d'un litre d'eau en 40 secondes, l'estomac exprime son mécontentement. Je vais donc grignoter un peu de raisin et rejoindre ma voiture. Je passe la case osthéo et douche : pas le courage, je suis vidé ! En revenant vers la voiture, le croise le 1er du 42 km qui est en train de finir : moins de 4 heures !!... et il a encore une sacré foulée le garçon !! respect !!

C'est une belle reprise que j'ai fait... elle me rassure (un tout petit peu...) sur l'objectif final des Templiers. La prochaine sera les 3 Monts à Limonest(le trail des Glières prévu initialement est complet !!) toujours dans le cadre de la prépa... et après .... après on verra si on peu tomber 73 km et 3500 positifs en moins de 13H !!

 

Franck

5 commentaires

Commentaire de DROP posté le 17-09-2011 à 08:04:44

Jamais facile de vivre "avec" une maladie, mais si elle te laisse vivre ta passion la cohabitation sera peut etre plus facile.
En tout cas félicitations pour cette belle course que j'avas adoré l'année derniere.
Bonne recuperation

Commentaire de Jean-Phi posté le 17-09-2011 à 08:23:01

Content d'avoir de tes nouvelles et encore plus content de savoir que tu vas mieux.
On s'est inquiété de ne plus te voir sur le post de Lyon depuis que tu avais dit que tu allais devoir t'éloigner de la course...
En tout cas, c'est une bien belle reprise que tu nous as fait là sur une course plus difficile qu'il n'y parait. Bravo! Ce sera tout bon pour les templirs. Avec ta ténacité, sûr que ce sera TA course. Bonne récup

Commentaire de totoro posté le 17-09-2011 à 10:15:32

Bravo Franck pour ce joli retour ! Vis ta passion et bon courage pour la prépa templiers !

Commentaire de tidgi posté le 17-09-2011 à 21:22:22

Tu aurais du me dire que tu venais (je fais partie de l'orga et étais à la porte de séparation au 16°km). Dommage, on aurait pu se voir en "réel"...
Beau retour en tout cas.

Tu as pu admirer les MdO de nuit, reste à le faire de jour sur un OFF ;-)

Bon courage pour les templiers.

Commentaire de Arclusaz posté le 19-09-2011 à 15:54:12

c'est dur de ne pas dire des banalités dans ce genre de circonstance. Tant pis, j'ose un : "merci Franck pour cette leçon de vie".
Je ne trouve pas mieux.
c'est beau, cette capacité à rebondir, à "faire avec",...
Et comme j'ai eu l'occasion de te le dire, la maladie, ce n'est que temporaire, çà va passer.

Ah, si une dernière chose : ta femme, elle sait, que tu es subjugué par les jeunes filles croisées la nuit ?

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran