Récit de la course : Paris-Brest-Paris 2011, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Paris-Brest-Paris

Date : 21/8/2011

Lieu : St Quentin En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 874 vues

Distance : 1260km

Matos : Kuota Kebel

Objectif : Terminer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La belle aventure des mousquetaires du CCK

 

LA BELLE AVENTURE DES MOUSQUETAIRES DE CCK

 Dimanche 28 Août, c'est le jour J; Aprés une matinée passée à buller, et puisque le cuistot de l'Ibis est en vacances (arghhh .... l'Ibis de Jouy mériterait un chapitre complet, qu'on pourrait intituler "Escroquerie à Jouy" ...), nous prenons la direction de la Pizzeria Pino à Velizy, testée avec succés la veille au soir .... Outre la qualité de la bouffe, nous avons découvert une serveuse extraordinaire, un vrai personnage de BD, un bagou incroyable, une culture, un faible pour notre belle région .... le genre de personne qu'on aimerait renconter plus souvent. Aprés la calamiteuse CourtePaille de la veille et les bestiaux de l'Ibis, voila enfin une bonne adresse ... Idéale pour se reforger le moral (et l'estomac), a quelques heures du grand départ.

Pas facile d'aller garer la camionnette dans ces foutus parking de Centre Commerciaux ... heureusement, c'est Dimanche matin et y a pas grand monde. On peut s'autoriser quelques raccourcis .... hi hi hi ... Christophe et son Team avaient reservés dés repas à St Quentin pour assurer un départ en première ligne, avec les cadors ...

Maurice, déjà impatient de passer (enfin) au menu Brownies .... hi hi hi !!!

Heureusement qu'on a vu large au niveau des horaires, because c'est pas vraiment facile de trouver un parking pas trop loin du départ .... On sort de la pizzéria et Raymond (estomac sans fond ????) attaque déjà une gamelle de Spordéj !!!!

Les mousquetaires passent la tenue de scène ...



Christian et Maurice s'initient au clic clac ....








14h20, on est aux portes de l'arène ...












Ca frotte un peu pour rentrer sur le stade ..


Commence alors la longue, trés longue attente autour du stade, sous le cagna ....















Ambiance Bretonne déja ...


Les chasseurs d'images mitraillent a qui mieux mieux ...




Ca bouge un peu ...


Raymond la classe à tout prévu .... encore un p'tit pot (jetable) de Spordéj .... trop fort ce Raymond ...








Nous voici enfin dans le dernier Sas, deuxième paquet, départ à 16h25 ... Philippe est le premier à se faire refouler ... pas possible pour lui de rejoindre les copains au maillot jaune !!! Un peu strict et pointilleux sur ce point les contrôleurs ... Il partira donc 20' aprés nous ...


Rencontre avec Bernard Nollet, un REVeur récidiviste et son copain de club Jean François ... lui même rencontré la semaine précedente dans le peloton du Tour de l'Ain; Bernard terminera l'aventure en un peu moins de 94h .. Jean Francois (qui frequente le Forum) m'avait expliqué que sa femme était partante pour le PBP, accompagné d'un copain, avec un objectif de 70h. Il fait beau, ça va bientôt partir, tout le monde affiche un grand sourire ....


Tiens, encore une connaissance ... le sympathique Jean Luc, un costaud de Vesoul, avec qui j'avais roulé sur le 400 arrosé de 2010 à Besançon, et qui a fait les brevets cette année avec Christophe. Me raconte que son fiston s'est mis au trail, et qu'il courrait ce matin même "notre" grande classique des Crêtes Vosgiennes ... Je ne connais pas le nom de Jean Luc ... sais pas comment il a terminé .... Jean Luc, si tu passes par là, donne nous des nouvelles ....


Inutile de vous presenter le grand moustachu ... on aurait du se retrouver pour manger ensemble à l'Ibis, mais le plan à donc foiré .... on en a déjà parlé. Le Mimi est tout souritre aussi, l'affaire se presente bien ...




On a jamais été si pres du départ ...


Et Raymond est content ..


Et voila le deuxième paquet est enfin laché à 16h25 ...




Le départ est "moins pire" que ce que je ne pensais ... ça roule à 30-35, plutôt raisonnable, je suis relax. Jacky est dans les parages, et Cekek'chose déjà devant .... Faut vraiment être attentif. Un trou se fait avec le gros du paquet et je suis rapidement obligé de faire l'effort pour recoller au plus vite. J'ai quelques gars dans la roue, dont un costaud qui relaie fort, avec une jolie nenette derrier , qui s'abrite parfaitement ... On mettra une bonne dizaine de bornes à revenir. Voila, c'est calmé, on reste tranquillement au milieu du groupe ...


La fille me demande "t'es qui toi au CCK ???" .. Euh, ben moi c'est Poucet qu'on m'appeles .. Et voila, les presentations sont faites, c'est Isabelle, l'épouse à Jean François, partie avec un garde du corps (costaud costaud) pour un objectif de 70h ...
Je les perdrai de vue un peu plus tard, quand à commencé la chasse à la canette ... m'a semblé les appercevoir en sens inverse alors que je remontais le roc Trevezel au retour ...; Isabelle, ou Jean François, si vous passez par là, donnez nous des nouvelles ...

Un des gros pelotons sur la route de Mortagne ... ça roule vraiment trés bien, ça relaie sans rechigner, vraiment trés agréable.


Cette première étape est la plus longue. Faudra jouer avec la chaleur et un fort vent de coté, provoquant souvent des gros éventail sur toute la largeur de la route .... Pas beaucoup de circulation, mais quand même hyper dangereux !!! Beaucoup de monde dans les villages qui proposent de remplir les bidons .... indispensable, mais un peu la guerre à chaque fois pour arriver le premier au bon tuyau !!!! Et surtout repartir au plus vite, et recoller .... Je retrouve Raymond comme ça, à l'occasion d'une chasse canette. On terminera quasi ensemble à Mortagne ....
Rodage de notre organisation logistique en arrivant à Mortagne ... téléphone au Boss dés qu'on arrive au contrôle, qui nous indique ou est planté la camionnette. Petite panique, on trouve pas ... re-telephone, un peu d'enervement (ridicule et inutile il faut bien le reconnaitre, dans peu de temps les minutes seront anecdotiques, on comptera en heures ..). Raymond en profites pour s'alleger de ses lunettes, qu'il balance malencontreusement dans une bouche d'égout !!! Ah ben ça, c'est kek'chose alors !!!
Bon, on trouve finalement les copains Maurice et Christian .. et une bonne assiette de pates !!! Je passe le maillot long, les verres jaunes pour la nuit et je repars rapidement ... Jacky temporise un peu, Philippe arrive déjà (il nous a donc quasiment repris 20' sur les 140 bornes !! .. parti vite le Schwarzi !! Peut être trop ...). Philippe lui s'est déjà allégé de sa lumière avant ... heureusement qu'il y a une assistance avec le matos de secours !!!!
Je pars tranquillos sur quelques bornes et accroche rapidement un groupe qui file bon train ...; Cette deuxième étape de 81 km nous emmene à Vilaines la Juhel. Je suis super bien, à l'aise dans les groupes, ça y est, je suis vraiment dans le PBP et c'est génial .... Ca doit être lors de cette étape que j'ai appeçu une longue silhouette sur un trés grand vélo ... Eric Royer, encore un REVeur récidiviste. Gros rouleur et gros bavard le grand Eric ... trés sympa surtout. On a discutaillé un bon moment ... de vélo !!! , lui ai proposé de venir "chez nous" au ravito suivant .. pis on s'est bêtement perdu au contrôle, ou il faut toujours marcher quelques centaines de métres pour trouver le tapis et les bénévoles qui pointent le carnet de route, toujours un peu sous tension, en dépit de l'ambiance bon enfant qui régne partout dans les villages. Eric a finalement terminé en 66h et des bricoles, pile poil dans ses prévisions !!!

Un contrôle, quelque part ....


Notre assistance Royale .... Pas facile de suivre les 4 lascards, avec des écarts grandissant au cours de la nuit. Aprés Fougères, il a vraiment fallu "jongler" pour assurer au mieux ...


La nuit s'est vraiment trés bien passée pour moi. Aux contrôles Christian et Maurice me donnait des nouvelles des copains.
question alimentation, je me suis trés rapidement saturé des produits énérgétique "classiques" ... trois bidons de poudre Décat et un seul bidon de 640 sur toute la randonnée. On dit souvent qu'il ne faut pas innover en cours d'épreuve ... je l'ai fait pourtant sur ce PBP, en tournant avec toujours au moins un bidon de st Yorre. Ce truc est toujours bien passé, jamais saturé .... et puis beaucoup de solide, de la soupe et du coca à chaque point de contrôle.

Saint Méen le Grand, village des freres Bobet .... une photo prise lors de la 5ème étape, entre Tinténac et Loudéac, à un moment où j'étais seul .... à peine le temps de faire clic clac et un groupe déboulait .... plus qu'a prendre le wagon.


Aprés Loudéac j'ai connu un gros coup de pompe ... genre scotché sur la route. C'est là que j'ai reconnu une autre silhouette familière, celle du Manu Conraux, l'homme de l'extrème, accompagné de son copain Christian Mauduit, un gars que je "connaissais" à travers les supers articles qu'il écrit régulièrement dans le magazine Ultrafondu ( une belle histoire ) ....


Manu et Christian c'est jamais que 3 Déca-Iroman à eux deux .... Ironman, ça vous dit kekchose ... 3,8 km de natation + 180 km à vélo + un marathon pour finir !!!! Déca, c'est facile ... suffit de multiplier chacune des distances par 10 !!!! Manu et Christian termineront ensemble ce PBP en 58h50 .... Bravo les gars !!!! A ce moment, les lascards ne roulait pas vraiment vite, mais je n'étais pas du tout en état d'accrocher ....
Le Manu c'est donc deux déca à son actif, dont un remporté ... jamais à cours d'imagination pour s'inventer les défis les plus fous ... A l'heure ou j'écris Manu est sur le point de prendre le départ de l'UTMB (166 km et 9500 m de D+ autour du Mont Blanc) .... enfin, j'espère pour lui et pour tous les participants, puisque la course devait partir à 18h30 et que le départ a été reporté a cause d'une météo excécrable ... aprés déjà une annulation pour les mêmes raisons l'an dernier !!! Allez Manu, dossard 543, bonne chance, on
suivra ça de pres !!!


Christian est taillé dans le même genre de moule .... le 11 Septembre prochain, il prendra le départ du Tor des Géants, une balade de 330 km et 24000 m de D+ dans le Val d'aoste ... Glups !!!


Bon, revenons à notre "petit" PBP .... je me refais la citrouille tout doucement à coup de Mars ... pour le coup, la fameuse publicité n'est pas usurpée !!!! Je retrouve de bonne jambes à l'approche de Carhaix, en début d'aprés midi. Sais plus trop ce qu'il y avait au menu du stand CCK, mais bon .... c'était parfait !!! Christian et Maurice resterons plantés à Carhaix, pour pouvoir choper tout le monde à l'aller et au retour (encore que je ne sois pas certain pour Jacky, au retour). Ca nous fait un bon 180 bornes AR .... je remplis les poches au max et je pense être de retour un peu avant minuit .... Dés la sortie de la ville, on attaque de grosses bosses, de vrais petits cols en fait ... et ainsi jusqu'au fameux Roc Trevezel. Depuis la sortie de Cahraix je suis trés attentif à ce qui vient en face .... Je m'attend à voir les premiers, j'espère pouvoir encourager Christophe, notre champion maison. Bizarement c'est peu avant le Roc Trevezel je croise deux gaillards que je pense être les premiers .. puis quelques lascards plus ou moins éparpillés .... Mais pas de groupe, et pas de Christophe ... Pas tout compris !!!

Les montagnes bretonnes ...


Au Roc Trevezel ...


Reste alors 55 km pour aller jusqu'à Brest ... globalement ça descend, mais alors qu'est ce que ça parait long sur la fin !!! Voila, enfin on plonge vers la mer ...


Instants magiques .. bonheur intense ...


Bon, ça se gâte aprés, parceque le parcours nous promène pendant 10 bons km dans d'immondes zones portuaires bien tristounettes, sur des routes assez pourries, avant de rejoindre la "vraie" ville avec ses feux, ses ronds points, et sa circulation intense ... pour le coup, c'est pas que du bonheur !!
Contrôle à Brest .. vraiment pas le plus chaleureux non plus, bien loin de l'ambiance rencontrée ailleurs ..


Vraiment pas envie de trainer par là, je repars rapidement. Et là forcément ça grimpe sévére ... j'alterne les périodes seul et les passages avec des petits groupes. J'observe amusé une espèce de petite bagarre entre un trio de bretons de Lamballe et un autre trio de ritals planqués .... C'est vrai que ces trois là sont ennervant à sucer systematiquement, sans prendre le moindre petit bout de relais. Ca me gâve, je passe devant et j'embraie seul le Roc Trevezel ... C'est sympa de voir tous ces cyclos dans l'autre sens.

J'ai commencé à prendre la bruine (de la vraie, de la bonne, de la bretonne ... celle que tu vois pas vraiment et qui te trempe jusqu'à la moelle) vers le haut du Roc Trevezel ... Là les 3 Lamballe m'ont doublé, quasi au taquet .... 100m derrière les 3 italiens qui se bougeait enfin le cul .... Un peu n'importe quoi, mais bon, ça fait partie du folklore PBP !!!! Suis revenu sans le chercher quelques bornes plus loin sur les italiens qui étaient en train de bâcher. On a fait route commune jusqu'à Carhaix ...
Alors que la nuit était sur le point d'arriver, j'ai bien entendu le "Allez Poucet" de Jacky, sans vraiment le voir ..... Nous étions en pleine descente, et donc forcement pour Jacky ça devait grimper severe. Content de savoir que notre ancien n'était plus trés loin de Brest.
Je suis arrivé à Carhaix vers les 23h, l'esprit un peu embrumé ... pfff ... pas moyen de retrouver le rue ou etait garé la camionette. J'appele le Boss .... qui était enfin parvenu à trouver un petit créneau pour pioncer !!! Désolé de voir la tronche de Christian, carrément dans le cirage ... me déballe pourtant un matelas, une couverture et un sac de couchage. Je m'installe sous la tente pour dormir une heure ... Ce n'est pas le reveil qui me sort des bras de morphée, mais l'orage ... Ca tonne et il pleut des cordes !! Je vois l'eau ruisseler sous la tente, la couverte s'imbibe un peu, je me blotti dans le sac et décide d'attendre que ça passe pour sortir du nid !!!
Lorsque ça se calme, je prepare des fringues séches et je file au contrôle situé à quelques centaines de metre, puis à l'hebergement pour prendre une douche ... C'est là que je découvre une autre facette du PBP, avec tous ces bénévoles au petits soins, tous ces cyclos plus ou moins endormis ... Cette douche me fait un bien énorme. J'en profites pour me beurrer largement les burnes, qui commencent à chauffer sevère !!! .... puis je vais manger tranquillement à la "cantine" ... Vraiment, il faut voir ça, une "cantine" du PBP en pleine nuit ... C'est un peu bondé, mais on attend pas trop pour se faire servir. On trouve de tout pour vraiment pas cher, les bénévoles sont adorables ... le plus dur est de se trouver un petit coin pour poser le plateau, au milieu des cyclos affalés dans tous les sens !!! Je profites de cet instant "live", c'est génial !!!!
Le stand CCK est toujours endormi ... je retourne mes loupiottes pour accrocher ma sacoche de guidon, que je rempli de tout ce que je peux trouver dans les caisses ... J'assure avec une couverture de survie, un jeu de piles neuves et mon tube de crème Nok !!! J'informe le boss que je repars en autonomie ....
Je décolle gonflé à bloc ... quelques centaines de mètres, et je m'appercois que j'ai oubliè ma sacoche de guidon ... C'est malin !!! Retour à la case CCK, ou arrive Raymond et Philippe, avec des p'tits yeux ... Deux minutes de papotte, et ce coup çi c'est reparti pour de bon .... Je repasse devant le contrôle, 3 cyclos me coupent la route et je reconnais le piallement des 3 ritals ... Quelle poisse !!! Heureusement, les lascards sont bien cuit cuit, et ils ne me suivront pas bien longtemps.
J'ai de bonnes jambes, mais l'étape suivante est quand même diffficile. D'abord les routes sont sacrément granuleuses, étroites, sans marquage au sol ... Et puis il fait nuit, on prend pleine poire les phares de camion des hordes de cyclos qui dévallent en sens inverse. C'est épuisant, stressant ... c'est pourtant le moyen
le plus sûr de trouver la bonne direction, parcequ'on ne voit pas vraiment le fléchage ... ni la route d'ailleurs ... ni les fameuses chasubles sécurité "obligatoires". On est aveuglés, un point c'est tout, et ça tire au flanc dans les groupes pour ne pas passer devant. Je trouve ça trés trés dangereux, étonné qu'il n'y ai pas d'accident (tant mieux).
Content de voir le jour poindre; Je profites d'un super p'tit déj au contrôle de Loudéac, puis d'un vrai repas à celui de Fougère (tres trés jolie cette petite ville) vers 13h30. D'ailleurs, c'est trés appaitisant et, comme je suis gourmand, je me gâve un peu ... Reprise trés difficile, je me traine, l'estomac lourd, mes yeux se ferment, je paie la note ... Je profites d'une éclaircie pour m'allonger dans l'herbe, regle la montre à 20' ... Je suis finalement révéillé 10' plus tard par quelques gouttes de pluie, et un gros nuage ... Vite, vite, je repars avant que ce gros machin tout noir ne lache les vannes .... Un fort vent me pousse, ça roule tout seul, me voila reparti comme en 14 !!!
Pas pris de photos sur le retour, vraiment concentré sur la gestion du temps .... Parfois seul, parfois en groupe au fil des humeurs ou des arrêts plus ou moins obligatoires. Lorsque je suis en groupe, je me trouve pas si mal que ça, souvent en tête quand ça grimpe. Le vent nous est toujours trés favorable, ça aide bien !! Lorsqu'un petit coup de mou arrive, j'applique systematiquement la méthode "un coup de Mars et ça repart".
Je ne sais plus trés bien où, un costaud double mon mini groupe .. "Eh les gars, vous pouvez accrocher la roue ... je demandes rien ..." On est deux trois à accrocher le balaise, qui roule vraiment bien, sans rien demander .... Puis je le perds sur un arrêt pipi urgent ... le retrouve un peu plus loin, toujours a jouer le bon samaritain. Il est de Vilaines la Juhel, lieu du prochain contrôle .... m'explique un peu la suite du parcours, avec notamment les alpes mancelles à l'approche de Vilaines, la traversée du Perche et le final "facile" selon lui !!! M'explique aussi que je serai avant lui à St Quentin, parceque lui va dormir à la maison ... Vraiment une rencontre trés sympa ....

En roulant, j'entend pas bien la sonnerie du téléphone ... ou alors je décroche trop tard ... Parfois ça tombe bien, quand c'est un appel "boulot". Quand c'est pour notre organisation, c'est plus embétant .. Bref, tout ça pour dire que j'avais pas capté les appels du Boss qui m'annonçait une assistance à Mortagne ... Wouaouhhh, quelle bonne nouvelle, retour du confort 4* !!!!

Aprés Vilaines je n'insiste pas à suivre le samaritain qui roule un poil trop fort .... Il reste encore des bornes, et je preferes assurer à mon rythme ..... Même si les jambes me semblent encore pas trop mal, je commence à connaitre quelques petits soucis avec la carcasse ... les mousses frontales de mon casque sont partis en lambeaux, et les scratch m'irritent le front ... je commence à ressentir quelques raideurs au niveau du cou ... j'ai choppé des ampoules au mains, le frottement contre la sacoche m'irritent, je ne sais plus trés bien comment tenir le guidon .... des échauffements aux pieds, évidement ... Question burnes, ça ne s'arrange pas vraiment : j'ai l'impression d'avoir un barbecue dans le cuissard !!
Je suis seul et j'avance pas trop mal ... Je trouve cette traversée du Perche vraiment jolie et agréable, a la tombée de la nuit ... je comprend que je ne suis plus trés loin de Mortagne lorsque j'apperçois la lueur d'une assistance qui me parait vachement bien installée, juste avant un p'tit pont, sur la droite. Je passe le p'tit pont et attaque les 2 bornes de grimpée jusqu'au panneau Mortagne ... un virage à gauche et 200 m de gros raidard pour nous conduire au contrôle tant attendu. Vite, un coup de grelot au Boss ..."Z'êtes où ?" .... " 2 bornes avant le village, pres d'un p'tit pont ..." Arghhhh , sur le coup j'ai un p'tit moment de découragment .... Il est 22h30, il reste 140 bornes à faire, et je crois toujours possible de passer sous les 60h .. Pour cela je doit être à St Quentin pour 4h25 au plus tard ... Parait que la fin est plus roulante, ça peut donc le faire, mais faut pas trainer !!! Je repars donc en sens inverse sous les cris des bénévoles qui me prenne pour un gros naze et fonce jusqu'au p'tit pont ... je retrouve la lueur de la camionette, Christian et Maurice qui s'affairent à chauffer la soupe; Je prend des nouvelles des copains, rempli les poches de Mars et les bidons de st Yorre et de Coca, m'enfile une soupe et deux tranches de poulet et je repars au plus vite ...
En fait, dés la sortie de Mortagne, on attaque deux trés grosses côtes ... On ne voit pas beaucoup de fléches, et je suis bien content d'appercevoir des feux rouges au loin, ce qui semble indiquer que je suis sur la bonne route. Je force un peu pour recoller sur les 3 lascards de devant ... mais ça grimpe toujours et je comprends alors que c'est cuit pour les 60h. Objectif ajusté à "rentrer au mieux" ...
Parmi les gaillards, il y a un anglais (ou assimilé) avec qui j'avais déjà fait quelques bornes auparavant, typé "vrai randonneur des familles", sans casque mais avec tout l'équipement qui va bien. Dont la fameuse sacoche Carradice vert kaki et un moyeu dynamo qui donne une puissance extraordinaire à ces deux lampes de camion ..; Un français qui cause pas trop, et qui parait être le plus entamé ... Et un autre français, une jambe au dessus, qui cause beaucoup. En fait il doute de la direction .. et nous fait douter. Nous dit qu'on va rester ensemble, c'est plus sûr .. Baraguine avec l'anglais, qui sort le road book .. Je comprends rien, mais ce qui est sûr c'est qu'on est en plein dans une profonde foret, et qu'on perd beaucoup de temps comme ça .... Jusqu'a ce qu'un petit groupe déboule à toute à allure. On leur file le train ....

On est emmené par deux italiens super costaud, qui ne demandent rien a personne.
Le bavard va encore papotter avec les balaises, puis finalement se range ... Ouf, c'est reparti, j'ai les jambes pour suivre mais les douleurs cervicales sont de plus en plus pénibles .... Il faut vraiment aller chercher profond le brin de lucidité qui me motivera a m'accrocher.
On arrive comme ça pour le dernier contrôle à Dreux ... Les italiens repartent illico, suivi du bavard qui avait dit "on reste ensemble" .... hi hi hi ... ça aussi c'est du PBP.
Je me pose un instant, le temps de boire un coca et de m'enfiler deux croissants .... Je repars avec le discret qui paraissait entamé .... bonne pioche ! Le gars est trés sympa, c'est un local, connait pas mal les routes du final, l'a aussi le moyeu dynamo et un phare de camion .... ça tombe bien, parceque les miennes merdouillent un peu ... un faux contact, et les engins fonctionnent seulement de temps en temps ...
On fera toute cette dernière étape ensemble, en ramassant pas mal de types complétement lessivé ... On trouvera encore quelques sacrés raidards sur cette dernière étape. Les yeux ont un peu de mal a rester ouvert, mais faut tenir .... Il est dans les 5h30 et le rond point des saules apparait enfin, on glisse derrière les barrières et on est dirigé dans le gymnase des droits de l'homme, pour un dernier bip et un dernier coup de tampon, aprés 61h et 11' !!!
Ce qui nous donne droit à un bon pour une boisson ... Royal !!! Vu le prix de l'inscription et sachant que toutes les prestations sont payantes sur le parcours, ça laisse quand même un peu songeur ... mais c'est le prix de la passion , certainement !!!
Je quitte mon camarade de fin de galère autour d'un coca et d'une grosse assiette de crudités ... et je me vautre direct dans les gradins, enroulé dans ma couverture de survie !!! Reveil 3 heures plus tard, et me voila en chasse d'un p'tit déj ... Le stand restauration n'a rien à voir avec ce que l'on avait pu trouver dans les villages contrôles ... ça flaire le "prestataire" à plein pif. Un gros meugle sur les nenettes qui assurent le service. J'aurais bien envie de lui en coller une, mais bon ... suis un peu dans le gaze et il est vraiment trés gros. Sur ce coup je la joue p'tit slip !!!
Je m'enfile le p'tit dej astronomique et je vais me poser dans l'herbe, pour guetter l'arrivée des copains ... les spectateurs sont plus nombreux, il y a beaucoup d'applaudissement pour chaque arrivée. C'est souvent émouvant ...


Christian me tient informé des passages des loustics, et improvise une livraison de sacs express avant de retourner sur Dreux pour ravitallier Philippe et Jacky ... malheureusement trop tard pour Raymond ...
Un peu plus tard, Christophe et son team me retrouve dans l'herbe ... Le gardien des sacs est content ...


13h24 ... Arrivée de Raymond ...










14h ... Arrivée de Michel ...








Cheik Kek'chose ...




Michel, qui a vraiment souffert sur le final ...


17h19 ... Arrivée de Philippe, final douloureux aussi ...




Un dernier gorgeon ...


Et hop, on remballe ... direction nos "potes" de chez l'Ibis




23h22 ... arrivée de Jacky qui a geré parfaitement son 5ème PBP !!!! BRAVO Monsieur Jacky








Fin de l'aventure 2011 ... je signe des deux mains pour un 5ème PBP comme Jacky, dans 16 ans !!!


UN GRAND GRAND GRAND MERCI à Christian et Maurice pour leur dévouement et leur bonne humeur permanente ...


















Le Paris Brest c'est bien plus qu'une "performance" sportive ... c'est une véritable aventure humaine, des rencontres, des émotions .... Je suis trés heureux d'avoir pu vivre cela avec notre sympatique équipe CCK






2 commentaires

Commentaire de philkikou posté le 03-09-2011 à 17:56:21

Chapeau , bravo pour votre aventure PBP ... bien géré d'après ce beau récit qui permet d'avoir une petite idée de ces 61h de vélo !!! bonne récup. .. partout où ca "faisait"...

Un coup barre ? CCK , et ca repart ;-)

Commentaire de poucet posté le 03-09-2011 à 18:46:36

Merci PhilKiKou ... vouiii vouiii, ça repart déjà avec le CCK .... hi hi hi !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran