Récit de la course : Le Tour de l'Oisans et des Ecrins Non Stop 2011, par jmh

L'auteur : jmh

La course : Le Tour de l'Oisans et des Ecrins Non Stop

Date : 27/7/2011

Lieu : Les Deux Alpes (Isère)

Affichage : 440 vues

Distance : 1600km

Objectif : Pas d'objectif

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

TOE 2011 .... vu par un bénévole

Après 3 défis de l'Oisans (2008/2009/2010) comme concurrent .... je me suis mis au service de l'organisation cette année : une autre façon de le vivre .... et de le raconter !

Arrivé Dimanche 24 juillet, je pars Lundi matin à Grenoble avec 2 compères (Eric et Jean Pierre) chercher le gros du ravitaillement  commandé par Arnaud.  Une palette nous attend mais oh surprise tout n'y est pas, et pendant que nous commencons les aller-retours avec la camionette pour charger la douzaine de chariots d'eau, de coca, de pastèques, de pates, de sucre, de fruits, etc,  les responsables de rayons viennent compléter la commande. Il nous faut maintenant compléter par la commande concoctée par les "féminines-bénévoles" pour les repas des bénévoles eux-mêmes sur les bases-vie : il faut bien que nous mangions aussi ! Premier virage en sortant du supermarché ... et les plateaux d'oeufs glissent dans la camionnette : ouf pas d'omelette , tout semble intact grâce à la conduite cool d'Eric ... un peu inquiet de l'affaissement arrière de la camionnette dû au poids total transporté ! Nous recalons tout cela et remontons aux 2 alpes en fin de matinée. Panier repas à midi pour les bénévoles. L'après midi nous commencons l'agencement de la salle et récupérons avec les 2 camionnettes, le gros de l'approvisionnement en liquide (eau, coca) livré à l'office du tourisme. On charge, on décharge, on répartit ..... c'est la valse des packs !

En fin de journée, Arnaud tient le briefing des bénévoles : qui va où ? Quand? comment ? Suite à quelques désistements de bénévoles, le planning a un peu évolué : pour ma part, je serai "signaleur" à Mont de Lans avec Danièle puis nous foncerons à Vallouise pour metter en place la base vie. Je resterai à Vallouise pour en faire la fermeture puis me rendrai à Valsenestre pour monter au col de la Vaurze pour pointer les concurrents jusqu'au passage des serre-file. Nous serons 3 à Vaurze et nous avons concocté un planning permettant à 2 d'entre nous de ne passer qu'une nuit au col, où il n'est pas impossible qu'il neige et où la température devrait avoisiner zéro la nuit. Daniel et Roland montent mercredi soir, je les rejoins le lendemain matin, Daniel descend au désert dans la matinée, reprend de l'eau, du ravitaillement et remonte afin que Roland descende avant la nuit tandis que je reste avec Daniel au col jusqu'au lendemain 15h. Nickel tout cela  ... dans les têtes au moins (voir plus loin) !

Arrivés à Vallouise, il tombe des cordes et nous arrêtons de baliser à la bombe : il faudra revenir plus tard quand le sol sera sec. Nous décidons de l'organisation de la salle et premier tour d'horizon: pas de grand couteau, pas de planche à découper, pas d'ouvre boites ! Danièle doit aller chercher le jambon et le saucisson à l'Argentière, et c'est avec Michelle que je sors tous les sacs des coureurs entassés dans son 4x4 pour les déposer dans l'ascenseur, puis les reprendre pour les déposer dans la salle avant de les trier par numéro : cela facilitera la recherche pour les coureurs. Le bagnard est également là avec les couvertures qu'il est allé chercher lundi à GAP. Les 2 bénévoles de la croix rouge nous ont également rejoints et nous installons environ 18 lits sur l'estrade, où le rideau devrait permettre aux coureurs d'être un peu isolés phoniquement de la salle tout en étant dans une semi obscurité. Le Maire de Vallouise est venu faire un petit tour et va nous dépanner des ustensiles  manquants : merci Monsieur le Maire. Stéphane , un concurrent "duo"  sur la deuxime partie du parcours nous rend visite : il met a notre dispositon son appartement à Puy Saint Vincent pour que nous puissions aller dormir : "les lits sont faits, j'ai mis le chauffage, n'hésitez pas" : merci à toi Stéphane ... même si nous n'aurons pas le loisir de quitter Vallouise pour utiliser ce que tu as mis à notre disposition !

Par la connection Internet de nos ordinateurs de pointage, je récupère les heures de passage des premiers concurrents à La Grave puis à Monetiers : cela nous donne une idée de l'heure de leur arrivée. Chantal et Axel nous rejoignent, ainsi que les podos et les kinés.  Vers 18h50, les 3 premiers arrivent à quelques minutes d'intervalle. On pointe, on cherche des sacs de rechange, on ravitaille, et ils repartent après quelques minutes après un nouveau pointage en sortie de la base-vie. Un peu plus tard, c'est les 3 premières féminines qui arriveront dans un mouchoir de poche. La base commence à s'animer progressivement, puis à la tombée de la nuit, les premiers se couchent et il nous faut dare-dare sortir les compléments de lits de la croix rouge que nous repartissons .... là où il y a de la place. La nuit tombée, la salle est pleine et nous faisons notre possible pour trouver un lit, une couverture ..... mais nous sommes en saturation et certains vont devoir dormir là où ils peuvent ! Nous, nous ne chômons pas et les coups de mains apportés par Rodio, Michelle, nos 2 compères de la croix rouge, nous sont très précieux : sans eux nous n'aurions pas pu faire face ! Au lever du jour, la salle se vide en un éclair tandis que des concurrents souvent plus marqués, arrivent encore. Vers midi, les derniers concurrents quittent le gite avec les Marie-Rose et Nino en serre-file, ainsi que Danièle et Chantal qui doivent rejoindre Valsenestre au plus tôt.  La salle est un vrai désastre : nous replions tout, remettons tout en ordre du mieux que nous pouvons et pouvons enfin quitter Vallouise après un bon coup de serpillière vers 13h45. Merci à toi le coureur ayant abandonné pour l'aide que tu nous a apportée ... j'espère que tu te reconnaitras !

36 heures que je suis debout et je dois filer à Valsenestre en emmenant Adrien (le podo). 2h30 de route et quelques pannes de paupières plus  tard (Adrien , heureusement que tu dormais !) j'arrive fatigué à Valsenestre et file me coucher  jusqu'à ce qu'une crampe au mollet me réveille : je suis coincé sur le lit en haut du lit superposé et je dois attendre que cela passe un peu pour envisager la descente ... avec précaution. Et une bouteille d'eau pétillante, une soupe bien salée, un peu de charcuterie, un petit massage par Fanny et je pars préparer mon sac à dos pour demain matin.

5 heures : je me lève, vais prendre mon petit déjeuner, me charge d'eau pour mes compères et moi pour les "36 heures" que je pense passer au col, avant de rejoindre le Désert et entamer ma montée au col de Vaurze. Je suis dans les nuages  jusqu'à l'altitude de 2000m environ, puis c'est le soleil éclairant les sommets et la mer de nuages : superbe ! Je croise quelques concurrents (dont Stéphane) qui me disent " dépéche toi, ils t'attendent avec impatience au col ... ils n'ont plus d'eau !", un concurrent me dit "à demain" , je lui réponds "non, à samedi!" et il me retorque "oui mais demain c'est samedi !"  ... mais rien n'attire mon attention ! Arrivé au col, Daniel et Roland me voient arriver avec plaisir  "mais comment se fait il que tu n'arrives qu'aujourd'hui ? on t'attendait hier !"  et moi "c'est impossible.. puisqu'hier j'étais à Vallouise jusqu'à la fermeture de la base-vie à 14 heures !" Ma chronologie (dans ma tête) était bonne ....sauf qu'il y avait un jour de décalage  ... et personne ne l'avait vu ! J'ai de l'eau chaude, du gâteau et c'est avec un petit plaisir que nous attaquons notre petit déjeuner au soleil. J'admire la prouesse de Daniel et Roland dans l'installation de leurs tentes, faite en nocturne et sous quelques flocons de neige !  Les derniers concurrents arrivent progressivement : le dossard 148 arrive exténué et nous le couchons sous la tente de Roland avec une couverture de survie : il est (très) mal et nous n'avons plus aucun moyen de communication opérationnel. Nous déciderons plus tard, après l'arrivée des serre-file (et de leur téléphone satellite) de lancer un appel au 112 conformément à la procédure mise en place, afin de réaliser son évacuation par l'hélico du PGHM de Briançon.  Nous apprendrons plus tard, qu'il s'est bien remis et a regagné les 2 Alpes en fin de journée. Nous attaquons alors la descente avec Daniel et Roland et arrivons au Désert alors que les bénévoles du ravito quittent également les lieux. Mission accomplie ! Nous regagnons les 2 Alpes pour une bonne nuit de récupération avant d'aller accueillir les derniers concurrents qui regagnent  l'arrivée.  

Voila c'est fait ! Nous avons fait notre maximum avec les moyens disponibles et la bonne volonté de tous. Merci à tous ceux qui nous ont apporté un coup de main (la Croix Rouge, Michelle, Adrien, Rodio,  les coureurs ..... et ceux que j'oublie vraissemblablement) ce fut une belle aventure ..... et peut être à l'an prochain ... mais à nouveau en concurrent cette fois-ci ... sûrement avec Axel, Françoise, Michelle (si si Michelle, tu peux le faire)  et bien d'autres !  Et bravo à tous ceux qui ont osé se risquer à ce Défi exceptionnel ! Ce fut une belle expérience !

Jean Marc

(désolé pour les images : je n'ai pas su faire ! ... si qq peut m'indiquer la procédure ! J'ai essayé par la commande ajouter photos sur le serveur , j'ai sélectionné et téléchargé les photos ..... mais après ? Où sont elles ?

9 commentaires

Commentaire de jpoggio posté le 11-08-2011 à 19:44:11

Merci de ce récit des coulisses. Nous avons été bien heureux de vous voir en haut de Vaurze!
Encore bravo pour votre investissement à tous dans cette affaire.

Commentaire de millénium posté le 11-08-2011 à 21:15:15

Très interessant . Merci pour ce récit de l'intérieur . Gros boulot , bon boulot des bénévoles , c'est incontestable ! Un autre ultra , c'est sûr !
J'ai beaucoup apprécié de partager quelques moments avec eux et ne peux qu'apporter ma petite pierre à l'immense cairn qu'ils méritent

Commentaire de ptijean posté le 11-08-2011 à 23:38:03

Merci de votre présence et d'avoir fait que nous puissions assouvir notre folie dans d'aussi bonne condition. ( j'englobe tous les bénévoles bien sur)

Commentaire de Goldenick posté le 12-08-2011 à 09:25:41

Bravo à toi pour ton aide si précieuse pour tous les coureurs. Et merci pour le CR!

Commentaire de Land Kikour posté le 12-08-2011 à 09:30:41

Je me souviens très bien te croiser, lourdement chargé, alors que l'on descendait le col de Vaurze, une démonstration supplémentaire de tout le travail accompli par l'équipe des bénévoles. BRAVO !!
Merci encore et sympa de l'avoir retranscrit ici.
@+

Commentaire de Françoise 84 posté le 12-08-2011 à 12:20:10

Je t'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir... en bénévole cette fois!! Chapeau pour le boulot accompli et surtout, MERCI!!! reprendre côté coureur va te paraître reposant!! Bisous, Jean-Marc, à bientôt!

Commentaire de goonif37 posté le 12-08-2011 à 16:46:37

Excellent CR, vraiment très intéressant... on se rend compte du dévouement des bénévoles, bravo à vous tous !!!

Commentaire de lolod posté le 17-08-2011 à 22:35:03

Belle narration qui reflète le dévouement des bénévoles. Un très grand merci.

Commentaire de martinev posté le 24-08-2011 à 17:15:32

Merci, merci et encore merci car sans toi et tous les bénévoles, nous n'aurions pas pu vivre cette belle aventure. Toi et les autres, vous avez été formidable, toujours aux petits soins et toujours avec le sourire. A la lecture de ton cr, on se rend vraiment compte du boulot fait par les bénévoles. Chapeau

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran