Récit de la course : 2 Alpes Raidlight Trail - Maratour des Glaciers 2011, par Franck30

L'auteur : Franck30

La course : 2 Alpes Raidlight Trail - Maratour des Glaciers

Date : 10/7/2011

Lieu : Les Deux Alpes (Isère)

Affichage : 1203 vues

Distance : 43km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

MARATOUR DES GLACIERS : Trail en Haute altitude

Bonjour à tous voici 3 récits pour le prix d'un des membres de la Team présent sur les pentes des 2 Alpes et un bonus track le film

le film:

 http://www.youtube.com/watch?v=Re3yuK_9KLo

LE RECIT PAR PATOCHE:

 

Maratour des 2 Alpes : Just magic

 

Ca fait plus d'un an que je disais à mes petits camarades que ce trail était quelque chose de très spécial au vue de son altitude. Bref, on a tenté le coup. Pour les futurs concurrents de la CCC, une sortie très utile pour faire du D+ et pour moi, une manière très originale de voir la station des Deux Alpes que je connais par cœur (mais avec des skis au pied...) et aussi d'aller cueillir mon premier point UTMB !

 

Ce dimanche 11 juillet, après un briefing pas très rassurant (météo capricieuse = barrières horaires très compliquées à aller chercher et risque de coupure de la course à 3200 voire 2600 en cas de nécessité), c'est le départ pour une très longue journée.

D'entrée, ceux qui connaissent mon amour immodéré pour les descentes techniques comprendront que cela ne pouvait pas plus mal débuter... La descente de la station vers Cuculet est raide, glissante du fait de l'orage de la veille et j'arrive en bas de celle-ci totalement vidé... on a fait 3 kms, il n'en reste que 40, une paille... Ca va pas du tout. Pas de jambes, mal partout, bref, je me dis alors que ca va être une journée très très très longue. Je prends un gel, m'hydrate bien et serre les dents.

 

Vers 8H45, arrivée à la cascade de la Pisse, c'est le début de l'interminable ascension : 2200 m de D+ à avaler d'une traite. Ca commence par des lacets raides dans un champ de pierre. C'est ma toute première fois avec des bâtons, et je dois avouer que ca aide terriblement. Ca monte beaucoup, les paysages sont justes magiques passant de sous bois à alpages en suivant la cascade de la Pisse jusqu'à son sommet. Les sensations reviennent bien, plus de doutes possibles... Indurain est de retour J.

IMG00096-20110710-0935

 

 Point de contrôle à 2000m, l'ensemble du team passe sans encombre mais on a peu d'avance sur le seuil. Il nous faut arriver au second point (2600m) sous une heure. La montée se fait par le secteur de la Fée et la piste des Gours (marrant de voir les pistes empruntées chaque hiver en terrain de trail...) C'est très beau, très vert et la météo semble se maintenir. Je fais cette montée avec Franck, Matthieu et FX sont un peu devant.

 

 

Vers 10H30, arrivée à 2600m d'altitude, nous passons la barrière horaire avec 10 minutes d'avance...ce n'est pas beaucoup ! Ca passe mais faut pas s'attarder. Nous nous alimentons, nous changeons car l'ambiance est beaucoup plus fraiche ici et nous passons dans des paysages de type minéral. C'est reparti pour une heure maxi pour joindre le point suivant à 3200... La montée se fait par le secteur Serre Pallas, ca monte de manière régulière mais nous nous essoufflons beaucoup plus vite que d'habitude du fait de l'altitude. Le Patron avec qui je fais la montée a un coup de moins bien sur ce secteur. Mais il serre les dents, c'est un costaud ! Nous croisons les premiers de la course (qui finiront en un peu plus de 5H...) qui nous ont donc mis un beau carreur sur la montée. Le glacier approche, on peut presque le toucher mais la montée est longue. Il faut continuer à bien s'alimenter et boire.

 

Et nous y voici ! 3200m, 11H35 environ, 6 minutes d'avance sur le minimum requis (il semble que pas mal de concurrents seront recalés à 2600 puis à 3200 du fait de ces barrières très limitatives, mais la Team passe sans encombre J) On a donc le « privilège » de finir l'ascension vers le sommet du glacier, au milieu des surfeurs et skieurs qui doivent vraiment nous prendre pour des dingos... Dire que l'avant-veille moi aussi j'étais là avec mes skis, profitant de l'opportunité qu'offre le glacier des 2 Alpes de pratiquer les sports de glisse en été. Là, ce n'est pas pareil... Mais je monte toujours de manière régulière et avec un bon rythme. Au sommet, je retrouve FX et Matthieu. Franck suit de peu. On est tous arrivé en haut (Prés de 3500m d'altitude), c'est juste magique.

 

C'est parti pour la descente la plus longue dont on puisse rêver car là, c'est direct vers les Deux Alpes, 2000 m plus bas ! Ca commence par quelques glissades sur le glacier (FX nous gratifiera d'un double hoop) puis passage à nouveau au point 3200 pour pointage. On a repris du temps sur les barrières horaires, du coup le moral est bon. Le Patron qui a beaucoup souffert sur la montée réalise une bonne descente. Et même moi qui n'aime guère cet exercice, je m'y prête bien volontiers ici car la descente est belle avec des chemins larges et peu piégeux. C'est bon de faire tourner les jambes. Nous revoici rapidement à nouveau à 2600 (c'était un A/R entre 2600 et 3200). L'ensemble du team est là, au complet.

IMG00107-20110710-1312

 

Le pauvre Matthieu souffre pas mal de ses pieds mais c'est un costaud ! Petit secteur de remontée afin d'arriver sur le secteur du Super Diable. Je me sens très très bien alors qu'on a déjà plus  de la moitié du chemin dans les pattes. Et ensuite, redescente vers la station via la piste de Descente puis le secteur des Sapins par des petits sentiers. C'est très très beau à cet endroit là avec les alpages et la station en contre bas.

 

Voilà, il est environ 14H30 quand nous passons aux Deux Alpes (31kms de course). Fx et Matthieu sont devant, ils ont bien négocié la descente. Franck ne se sent pas de réaliser la seconde boucle de 13kms et préfère s'arrêter là. On ne peut pas lui en vouloir avec le nombre de kms qu'il a avalé cette année et il a pris une bonne dose de D+ pour la 3C. Je m'engage donc seul sur la fin du parcours. La météo s'est franchement améliorée et à cette altitude plus basse, il fait plus chaud. Dernier ravito, je remplis bien mon Camel et en voiture Simone !

 

Après avoir traversé la route sur le pont de l'entrée de la station, direction la Molière avec du plat et du descendant léger pendant 3kms en sous bois. C'est pas mal du tout ! Et puis arrive le fameux col du Mais dont j'ai souvent entendu parler dans les récits antérieurs. C'est juste l'enfer cet endroit ! Il fait chaud, c'est long (3,1kms) et terriblement pentu (600 m D+). Bref une montée très difficile quand on a déjà 35kms dans les jambes. Une fontaine fraiche sur l'ascension est là pour nous rappeler que même en enfer il y a des coins de paradis ! Cette montée est interminable. Obligé de m'arrêter tout les 100m pour reprendre des forces !!!

 

Enfin, voici le sommet, j'ai grillé mes cuisses mais je suis heureux d'être là haut, secteur Pied Moutet. Le temps tourne et je prendrai quelques gouttes de pluie sur la descente qui est plutôt technique, ce qui fait que je n'avance plus très vite... Enfin, la station, encore 1 km à couvrir et je franchi la ligne après 8H45 de cours (71eme sur 118 partants mais seulement 74 finishers, j'ai eu chaud aux fesses J) Matthieu et Fx m'ont mis un joli carreau sur la fin, ils arrivent une demi heure avant moi.

 

Je me suis vraiment régalé sur ce parcours. J'ai beau connaitre Les 2 Alpes par cœur, j'ai à nouveau pu profiter des paysages splendides et très variés qu'offrent ce Maratour. Un vrai bonheur, et mon premier point validé UTMB !!! Et une pensée particulière pour notre ami Magic qui n'a pas pu prendre le départ de la course du fait de sa blessure sur l'Hortus.

 

 

LE RECIT PAR FX:

 

Nous voici maintenant engagé sur le Maratour des Glaciers. Il s'agit d'une petite course J Oui, seulement 117 inscrits...

3000m de d+, et environ 43 km.... Ce n'est pas la distance qui nous fait peur, mais plutôt le dénivelé et l'altitude qu'aucun d'entre nous ne maitrisons...

 

Nous arrivons sur place vers 19h, après avoir subi un très violent orage de grêle sur la route qui monte aux 2 Alpes.

C'est un rappel, la météo en montagne est capricieuse... gloups....

Petit repas de pates aux resto en face l'appart de Patrice, puis quelques blagues et pronostics pourris plus tard, nous allons nous coucher, en sachant que le lendemain est le jour J, le jour où on devrait quasi tous « battre » notre record de temps de course.

Pas moyen de m'endormir, le stress d'avant course, et la compagnie de bucherons qui dorment à coté de moi sont sans doute responsables...

Dimanche, 6h : ca y est, c'est le départ d'une belle et longue journée. Le temps semble parfait, mais quelques minutes après, les nuages arrivent fort sur les sommets : on verra bien.

7h45 : on arrive dans la grande salle à coté du départ : ambiance de mort là-dedans : qu'est ce qu'ils ont tous à faire la tête : on va passer une belle journée aujourd'hui, non ?

Allez, on va sur la ligne de départ,

IMG00095-20110710-0745

on écoute le brief de départ, qui restera sans doute le brief le plus pourri de ma carrière. Aucune motivation ni encouragement dans le discours, aucune ambiance

8h05 : « Bang », c'est parti pour le trail le plus haut de France. Les premières foulées sont très dures, et nous sommes tous très vite essoufflé à cause de l'altitude... La longue descente vers Cuculet se fait sans problème (une petite cascade sur les fesses, rien de plus à déclarer), et je profite de cette portion qui descend sur 4 km...

8h40 : on commence cette longue ascension qui nous amènera au glacier à 3500m. On sort les bâtons, qui resteront mes copains jusqu'au sommet. Ca nous soulage les jambes, et on fait travailler les bras : très utile pour les longues montées. Une révélation !

 

IMG00098-20110710-1056

Altitude 2000m : déjà 800m d'ascension : on est juste sur les barrières horaires, à peine une dizaine de minutes d'avance...mouais, va pas falloir trainer, et Mathieu l'a bien compris en prenant une avance significative sur la team. Après avoir donné mes deux anti-inflammatoires à Patrice, Je le lâche progressivement, il restera avec Franck tout le reste de la montée... Le paysage est superbe, et c'est un vrai plaisir de faire un trail dans ces conditions.

 

IMG00099-20110710-1057

1h30 de course, une rivière à traverser, j'y mets un pieds dedans L. Pas bon d'avoir les pieds trempés en début de course, ca favorise les ampoules...

Ravitaillement altitude 2600m au bout de 2h10 : je rejoint Mathieu, nous ferons la suite de l'ascension ensemble. Le parcours est vraiment majestueux, et le moral est là, avec moi !

Allez, après s'être changé avec des vêtements plus chaud, on monte, on n'attend pas nos deux compères, car les barrières horaires sont très proches, et on veut arriver au sommet. Direction le prochain ravito à 3200m. La neige est de plus en plus présente, et le froid aussi.

2900m : on croise les premiers qui descendent L : on comprendra plus tard de l'avance qu'ils ont pris sur nous : tout simplement incroyable.

Mathieu est un peu en dedans sur cette portion, mais il ne lâche pas. Me concernant, tout va bien, et le p'tit challenge d'aller sur le glacier courir dans la neige me motive toujours autant.

3200m : on est toujours dans la course, avec 15 min d'avance sur la barrière horaire ! Encore des chips et du Coca : ca commence un peu à me saouler ces petits ravito où il y a quasi rien à manger  . Encore quelques photos,

IMG00100-20110710-1134

on se couvre toujours un peu plus, car ca commence à cailler. Nous voici reparti avec Mathieu 10 min après, pour l'ascension sur le glacier, au beau milieu des skieurs/surfeurs en combinaison d'hiver : surréaliste !

J'ai du mal à avancer dans cette neige soupe, et Mathieu derrière moi a encore plus de difficultés... nos bâtons sont utiles plus que jamais. C'est long, très long...

 

IMG00102-20110710-1142

 

IMG00103-20110710-1145

Altitude 3500m : 3h45 de course : le sommet enfin ! Mathieu arrive 5 min après,

 

IMG00105-20110710-1213

et Patrice fait un retour canon 10min après. Une belle photo pour immortaliser ce pur moment.

 

IMG00104-20110710-1209

On redescend, et nous croisons le Patron en souffrance, qui me demande les clés de l'appart (que je lui donnerai pas ).

Cette descente dans la neige est un peu folklorique, mais on avance, c'est l'essentiel. J'envisage même de m'assoir sur un sac plastique que j'ai dans mon sac pour aller plus vite : problème de conscience, je ne le ferai pas. Mathieu et moi gambadons comme des cabris, et je me retrouve d'un coup sur de la glace, et je me rétame comme une grosse bouse des alpages. Je tombe sur les bâtons, en vrac, trampé, mais sans trop de bobo, juste très surpris par une telle cascade !

20 min après, nous revoici à 3200 pour un autre ravitaillement, et on se change à nouveau...on range les bâtons, et je comprends à cet instant que les barrières ne nous stresserons plus. 50 min d'avance nous donne une sérénité pour la suite. Toute la team se retrouve à 3200m, pour enchainer une descente de 1600m.

C'est parti ! On quitte la neige, et on redescend par le même chemin que la montée jusqu'à 2600m. Bonne descente, mais je sent que les jambes ont souffert, car les appuis sont instables. On se retrouve tous à 2600, et ca sera notre dernière ravito ensemble L. Encore des changements de tenues (on est coquet dans cette team J)...

Je parts avec Mathieu pour descendre ensemble vers la station des 2 Alpes, et on laisse Patrice et Franck derrière. Très longue descente, pas toujours facile, et qui sollicite énormément nos articulations, nos appuis et surtout nos pieds qui sont en ébullition.

Agrr, ca commence à être dur ce trail !

Les longs lacets qui serpentent la descente vers la station deviennent réellement interminables. On longe la station par des grandes étendues désertes, j'ai l'impression de courir sur de la braise, mes baskets font fondre !

Une pensée pour Franck qui arrêtera à cet endroit de la course.

Dernier ravitaillement : 6h22 de course, et il reste un très gros morceau : le fameux col du maïs à plus de 2000m d'altitude

Mathieu et moi nous faisons soigner par les infirmières de la croix rouge (les pieds de Mathieu ont leur place dans le Guiness book !), et nous revoilà repartit, très fatigués, mais confiant pour franchir la ligne d'arrivée. En avant pour ce dernier col : 600m de dénivelé positif très très raide.

Après 4,5 km sur du quasi plat, la montée est là, devant nous : horrible ! Ma Garmin m'indique des données peu flateuse : entre 1.7 et 2.3 km/h !

Du jamais vu : je n'avance plus. Mathieu est devant, et semble un peu mieux que moi qui fait du surplace. Les arrêts sont nombreux, le paysage doit être beau, je n'ai plus trop la force de lever la tête pour essayer de voir le sommet : un véritable calvaire pour en finir !

Encore quelques 150m avant le sommet pour la grande descente, et un beau vomis perdu qui nous appartient pas au milieu du chemin, et nous voilà en haut, pour la dernière descente sur la station, et l'écurie en bas...

On y va, on essaye de relancer les machines, on court entre 10 et 12 km/h pour en finir avec ces 4 derniers km... On arrive dans le village, encore 800m, Mathieu est derrière, et je fais mine de l'attendre alors que je ne peux plus avancer J. C'est beau la solidarité ! Ca y est, je vois la ligne d'arrivée, on la franchi ensemble, soulagé et heureux, comme à chaque fois....

 

Merci P'tit Pin pour cette balade ensemble, je m'en souviendrai longtemps...

 

Fx

 

 

RECIT DU PATRON

 

Samedi 9 juillet nous partons Fx et Mathieu et moi-même pour rejoindre Patrice aux 2 Alpes pour disputer ce qui doit être l'un des gros morceau de notre saison à savoir le Maratour des Glaciers. Au programme 43 km pour 3000D+ avec passage sur glacier pour atteindre une altitude de 3400 m au sommet , donc  sa calme d'entrée sur le papier...

 

Nous arrivons vers 19h15 aux 2 Alpes sous un terrible orage de grele...sa calme dèjà au niveau de la météo... enfin on espère pas avoir cela demain ...

 

Patrice nous accueille dans son appartement des 2 Alpes, lui est présent depuis 2 jours sur place, il a eu le temps de s'acclimater à l'altitude ce qui est un réel avantage avant le départ de demain . Il arbore d'ailleurs un super bronzage ...

 

Le soir petite pasta party, puis retour à l'appart pour revue de matos, préparation de la tenue, et consultation de la météo qui est incertaine pour demain matin....

Dimanche matin réveil 6h , petit déjeuner très light, ce qui peut s'avérer une grave erreur pour la suite...Avec Mathieu nous allons récupérer nos dossards tranquillement puis nous revenons à l'appart pour un dernier brief avec  Fx et Patrice. C'est vraiment l'euphorie ce matin au  sein de la Team , la météo est menaçante ce matin... les barrières horaires ont déjà été réduite de façon drastique donc tout est fait pour que nous passions une belle journée...

Nous rejoignons la ligne de départ , où nous prenons un petit café. Il n' y a pas foule, nous sommes seulement 117 inscrits, pas vraiment une grosse ambiance au départ.

 

Le départ est donné nous partons plutôt tranquillement et déjà au bout de quelques mètres l'altitude se fait sentir( pas très rassurant pour la suite...) Nous entamons un descente de 4 km qui doit nous amener à 1200 m d'alt avant de d'attaquer les choses sérieuses. Je fais la descente avec Mathieu nous prenons quelques secondes d'avances sur  Fx et Pätrice pour qui les descentes ne sont jamais des parties de plaisirs. Nous attendons nos copains  en bas , puis vient le début des hostilités.

Dès que le chemin commence a monter , nous sortons nos bâtons, nous ne les quitterons plus  jusqu'au sommet à 3500 m d'alt. Ca commence plutôt fort par un petit sentier en serpentin qui nous conduit dans un pierrier très raide. Pour le moment l'ambiance est plutôt à la rigolade au sein de la Team mais cela ne va pas durer. Les barrières horaires commencent déjà à nous inquiéter, Mathieu décide d'accélérer  le pas,  on voudrait pas être privé de sommet et de courir dans la neige quand même ;

 

2 groupes se forment alors , Fx rejoint Mathieu et feront la course ensemble jusqu'au sommet, Patrice et moi traceront la route ensemble.  Sa monte plutôt fort  ,  nous avançons en rythme avec Patoche , on discute on papote , direction point 2600 d'alt. Nous arrivons à 2600 avec 10 minutes d'avances sur la barrière , c'est peu , vu  ce qui nous attend derrière. Petit ravito, changement de T° aussi , nous décidons de nous couvrir pour aborder au mieux la partie sommitale. C'est reparti , ça grimpe plutôt sévère, je commence déjà à souffrir ( l'altitude ? un petit déj trop léger ?) en tout cas j'ai du mal à suivre Patrice. Nous approchons de 3200 m , au passage nous avons croiser les premiers , qui eux redescendait, ils nous ont mis un sacré bouchon , hallucinant au vu de la difficulté proposé ce jour...

Le  timing est serré , on est vraiment short au niveau de la barrière horaire, je dit à Patrice d'y aller car je ne peu guère allez plus vite. Il part devant , je serre les dents pour pouvoir passer à temps et me faire ce put... de sommet... J'arrive avec quelques minutes d'avance sur la barrière, je rejoins Patrice et nous nous engageons sur  le glacier. Vision surréaliste , nous sommes au milieu des skieurs et surfeurs, qui nous regardent avec des yeux interloqués, on doit vraiment passer pour des dingos... J L'ascension vers le point 3500 m s'apparente pour moi, à l'ascension du Mont Blanc, chaque pas dans la neige devient un effort extrême, j'ai parfois l'impression de tituber . Patrice me lache une nouvelle fois, je vais donc devoir finir au mental cette portion. Je me filme un peu , pour dire que je prend vraiment «  du plaisir »....

 

J'arrive enfin à 3500m, je croise les garçons qui vont amorcer la descente sur le glacier, je leur dit que je prendrai bien les clefs de l'appart car je suis bien carbonisé... j'ai droit à un refus, donc on verra une fois en bas... les garçons ont bien 5 min d'avance sur moi.

J'arrive au sommet, une des personnes de l'orga me demande de toucher la table avant de repartir ??? Cela doit porter bonheur peut être ??

J'entame donc la descente sur le glacier tambour battant , car j'aime bien la descente et en plus  dans la neige  

A mi chemin sur le glacier je reprends Patrice qui n'est pas super à l'aise dans cet exercice, puis j'ai en point de mire Mathieu et Fx qui ne sont pas très loin finalement. Je poursuit ma descente , et j'arrive finalement 30 s après eux au point 3200 m d'alt. Ils sont d'ailleurs surpris de me voir déjà là. 

Cet épisode ne sera d'ailleurs mon meilleur fait d'armes sur ce trail après pour le reste ce sera moins glorieux.

Patrice nous rejoint, Mathieu souffrant du pied en profite pour enlever sa chaussure, et nous dévoile une Ampoule venu d'ailleurs, un truc énorme, un machin  capable d'éclairer la station des 2 Alpes tellement elle est grosse. En bon compagnon...on en profite tous pour repartir vite, et prendre un peu d'avance sur Mathieu qui est bon descendeur. Nous rallions le point 2600 m d'alt, petit ravito, la team est reconstitué nours remontons sur 100 m de D+ avant de reprendre une grosse descente de 1000D-.

Je commence à montrer des signes de faiblesses, je crois qu'aujourdhui mon corps et surtout ma tete ne répondent plus...rare mais bon c'est comme ça. Dans la descente nous nous arretons avec Patrice pour enlever des petits cailloux dans nos chaussures... Comme un idiot j'enlève ma chaussure avec mon autre pieds et me déclenche une énorme crampe au Mollet....quelle buse alors.. Patrice m'étire pendant quelques secondes, je me relève et nous reprenons notre descente vers la station. La descente est longue,  on serpente , reserpente, j'ai définitivement le moral dans les chaussettes, je ne pense qu'à une chose , arriver à la station et rendre mon dossard....

Nous arrivons à la station au bout de 6h30 de courses et 32 km, je suis cuit. Connaissant la suite du parcours , je préfère la mort dans l'âme mettre fin à mes souffrances et arrêter le massacre pour aujourhdui. C'est la première foirs que j'abandonne en Trail, donc je vis cela comme un réel échec...mais bon il faut savoir aussi dire stop.

J'abandonne donc Patrice lachement, sur cette dernière portion de parcours. Je rejoins l'arrivée , donne mon dossard, je vais me restaurer, me doucher et je vais attendre les garçons pour leur final.Etrange sensation...

 

Fx et Mathieu finissent mains dans la mains en 8h13, bravo les gars puis  Patrice les suivra en 8h46 , au bout de l'effort, pour venir chercher son graal pour l'année prochaine ( il comprendra  )

Pour résumer : vraiment un trail costaud,  des paysages magnifiques,  un passage à 3500 m totalement surréaliste  J , encore une belle performance pour les membres de la Team , Patrice, Fx et Mathieu.

 

Pour ma part cela devrait me servir pour la CCC au mois d'aout....

 

http://team.denivplus.over-blog.com/

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran