Récit de la course : Le Tour des Glaciers de la Vanoise 2011, par jcdu38

L'auteur : jcdu38

La course : Le Tour des Glaciers de la Vanoise

Date : 3/7/2011

Lieu : Pralognan La Vanoise (Savoie)

Affichage : 834 vues

Distance : 72km

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Moins de 12 heures, moins de 12 heures, moins de 12 heures ...

 

Moins de 12 heures, moins de 12 heures, moins de 12 heures, …

C’est le temps que j’ai toujours rêvé de faire sur ce tour des glaciers de la Vanoise (72  km – 3 600 m de dénivelé positif) et c’est une barrière horaire que j’ai toujours allégrement dépassée.

 Pourtant en juillet 2006, lorsqu’assis sur une terrasse de café à Pralognan on avait essayé, avec mes camarades de club, lors de notre première participation de deviner le temps qu’on mettrait à boucler ce tour, on était loin d’imaginer le temps effectif qu’on réaliserait alors. De ce mois de juillet 2006, il reste une video « collector » où on annonce avec une assurance extraordinaire nos temps prévisionnels.

Les montées successives au col de la Vanoise, à celui du Barbier et à Chavière ainsi que la longue descente vers Pralognan laminèrent nos ambitions. Surtout pour moi qui m’arrêtait cette année là, au refuge des portes de l’Orgère au 50ème km. Je n’étais pas prêt encore pour m’aligner sur un ultra en montagne. J’avais cru naïvement qu’après une SaintéLyon courue en solo en décembre 2005, j’étais prêt pour m’aligner sur des distance équivalente avec « un peu plus » de dénivelé.

Pourtant cela semblait jouable, alors l’année suivante je n’avais pas hésité à me réinscrire. « Terminer et si possible en moins de 12 heures » tel avait été mon pronostic à l’époque. Terminer ce fut bon, moins de 12 heures ce fut encore raté.

Tant et si bien, que l’année suivante je sautais le pas une nouvelle fois. Cette année là, en 2008, nous avions eu droit au parcours de repli à cause de la météo. Le « moins de 12 heures » fut acquis mais sur un parcours de 46 km donc ca ne comptait pas.

2009 fut une année de convalescence où le TGV fut vécu en spectateur avec une montée au refuge de la Vanoise avant les coureurs pour prendre des photos, les encourager et une longue attente sous la pluie à l’arrivée.

2010, je m’inscrivis sur un coup de tête dans la semaine précédent l’épreuve. Je n’avais pas programmé cette course dans mon calendrier, c’était juste à l’origine pour faire une surprise à deux amis en me pointant sur la ligne de départ et courir avec eux. Pas préparé spécialement, j’en profitais néanmoins pour me remettre sérieusement le parcours en mémoire, notant les endroits les moins roulants ainsi que tous les temps d’arrêt aux différents ravitaillements.

Je terminais alors en 12 H 29 en améliorant mon temps précédent de 2007 de près de 10 minutes. Après analyse de la course, les moins de 12 heures n’étaient pas si illusoires que cela. Il fallait « juste » prendre moins de temps aux ravitaillements et « juste » courir plus longtemps sur certaines parties. 

«  Juste » …

Alors, ce 3 juillet 2011 avant le départ, la rengaine « moins de 12 heures, moins de 12 heures, moins de 12 heures, … » trotte dans ma tête depuis quelques temps et j’ai pris le temps auparavant de tout préparer sérieusement en travaillant l’allégement du matériel nécessaire, en réfléchissant sur les parties où il faudra absolument relancer et en optimisant la quantité de ravitaillement qui sera consommé pendant la durée de l’épreuve.

Au petit matin, la montée au col et au refuge de la Vanoise est toujours aussi belle avec cette  vue magnifique sur la Grande Casse. Le refuge est atteint en 1 h 27. Une minute de pause et c’est reparti sur les premiers plats roulants où il faut envoyer jusqu’à la traversée du pierrier. Devant moi tout un groupe de coureur s’est trompé et part vers le haut du pierrier alors que le chemin est vers le bas. Piège classique au TGV qui fait perdre souvent de longues minutes aux coureurs qui loupent les cairns matérialisant le passage.

J’arrive au refuge de l’Arpont en 3 heures 22 de course, 5 minutes de pause, le temps de remplir le gamel bag, faire une réparation de fortune sur celui-ci la tétine du camel bag ayant rendu l’âme et je vois arriver mon pote Christophe qui a fait partie des coureurs qui se sont loupés dans le pierrier. Même lui a suivi le groupe sans faire attention alors qu’il en est à son 7eme TGV au moins !!

On repart ensemble et on arrive au refuge de Plan Sec (36eme km) à 11 heures 10 soit 05 heures 50 de course. Remplissage rapide du camel bag, ravitaillement express (2 soupes, 2 verres d’eau pétillantes, quelques tuc). Opération crème solaire sur toute la peau non couverte par un tissu et c’est reparti. On s’est arrêté 8 mn quand même et pourtant on n’a pas chômé !!

Longue remontée roulante vers le col du Barbier au dessus des lacs d’Aussois avec la barre et le dôme des écrins visibles tout au loin. Première défaillance de ma part avant d’attaquer la descente, Christophe en profite alors pour s’éloigner.

Je le reverrai brièvement au refuge de l’Orgère que j’atteindrai au moment où il repart. Passage à l’Orgère en 07 heures 58 de course , 6 minutes de pause. Un rapide calcul 2 H 30 pour monter à Chavière et arriver au refuge de Péclet Polset, 1 H 30 de descente vers Pralognan montrent que l’objectif moins de 12 heures est jouable mais ca va être serré, très serré.

La montée à Chavière est éprouvante sous le soleil, j’ai l’impression d’être à l’arrêt. je devrai d’ailleurs m’arrêter un moment pour ravitailler sous le col puis ensuite au col pour pouvoir continuer.

Le refuge de Peclet Polset est atteint au bout de 10 H 26 de course. 2 minutes de pause, vite, vite, … il faut accélérer pour arriver à Pralognan sous les 12 heures. Désormais c’est devenu une obsession de passer cette fichue barrière. Alors dans la descente de Pralognan, je souffle, je peste, je grogne intérieurement, mais j’avance et je ne m’arrête pas.

Arrivée au parking des Prioux, il reste 5 km de descente et 40 minutes. D’ordinaire ce serait du gâteau mais là après 67 km et 3 600 m de D+, les jambes sont dures, le souffle est court, alors ce n’est pas gagné.

Je continue, …, un regard vers l’exposition photo sur l’Islande qui s’affiche dans le hameau des Prioux. Dommage, je n’ai pas le temps de m’attarder.

Moins de 12 heures, moins de 12 heures, …

Passage du pont, il reste 3 km. Que de la descente avec 2 ou 3 petites bosses. Ces petites bosses, je les passe en courant !!

Moins de 12 heures, moins de 12 heures ….

Le camping de Pralognan est en vue. Il reste 1,5 km ! et l’heure tourne.

… moins de 12 heures, moins de 12 heures, … alors je trouve les ressources je ne sais pas où pour accélérer encore un peu.

Arrivée sur le bitume, il reste 1 km maxi dans les rues de Pralognan.  Je ne m’arrête pas et je continue à accélérer.

Moins de 12 heures, moins de 12 heures … Mais que ca va être juste !!!

L’arche rouge est désormais visible. Je jette un coup d’œil sur le chrono 11 : 55. A ce moment une pensée saugrenue traverse mon esprit. Pourvu que l’organisation n’ait pas déclenché le chrono avant le départ !!

Et je passe la ligne d’arrivée enfin la ligne d’arrivée. 11 H 56.

Objectif atteint. Enfin !!!

 

--

J-C

6 commentaires

Commentaire de kiki38 posté le 06-07-2011 à 11:58:31

Moins de 12 h......tu y est arrivé !Bravo pour ton exploit et ceux de la semaine précédente ,Jean Christophe. Merci pour ton récit.
Christian

Commentaire de ch'ti Gone posté le 06-07-2011 à 14:10:01

Félicitations!
12h00...un objectif pour moi aussi, mais pas encore atteint (12h23 en 2009, 12h18 en 2011)

Je constate que tu es parti beaucoup + vite que moi, tu es plus rapide sur tous les "partiels" jusqu'à l'Orgere ou tu passes avec 38' d'avance sur moi.

A méditer pour mon prochain TGV

Merci pour ton récit riche d'enseignement.

Commentaire de the dude posté le 06-07-2011 à 14:27:40

Merci pour ce chouette récit où tu as bien ménagé le suspens :0)

Et surtout bravo pour le chrono et le gestion parfaite!

Commentaire de philkikou posté le 07-07-2011 à 06:56:51

Bravo pour l' objectif atteint !!! J'espère quet'es pas resté le nez dans le guidon et que t'a eu le temps d'apprécier ces magnifiques paysages !!!

Commentaire de Fimbur posté le 07-07-2011 à 07:54:22

Bravo pour ta course, et merci pour ton récit palpitant,

bonne récup

Commentaire de LtBlueb posté le 07-07-2011 à 22:07:34

Content d'avoir de tes nouvelles Jean Christophe ! et bravo pour l'objectif atteint !! C'est une sacrée jolie perf !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran