Récit de la course : La Course nature du Pays de l'Arbresle - 32 km 2011, par Cyrille

L'auteur : Cyrille

La course : La Course nature du Pays de l'Arbresle - 32 km

Date : 26/6/2011

Lieu : L'Arbresle (Rhône)

Affichage : 520 vues

Distance : 32km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

L'Eolienne à l'Arbresle. Pas trop loin de la maison, pas trop dure (32 km et 1000m+ annoncés), voila de quoi se faire plaisir à moindre frais.

Une centaine de concurrents sur la ligne. Pan. Une petite boucle sur le stade pour étirer le peloton. Départ en souplesse - 4'05"/km quand même sur le plat - puis remontée progressive - comme d'hab' - sur les parties montantes. Les chemins sont agréables, pas de grosses montées, tout passe à la course. Je suis tranquille à un bon tempo qui devrait m'emmener au bout et en bonne place au classement. Je suis avec un petit groupe en ce début de course mais je suis contraint d'accélérer un poil à un moment car il y en avait un dans le lot qui puait la transpiration, c'était une horreur. Ma plus grande peur : qu'il soit de mon niveau et que je me le coltine pendant 30 bornes, un coup à mettre le moral par terre et abandonner.

1er ravito à 7.1 km (d'après le GPS) : 32'53".
Arrêt "Remplissage" en 47". Un peu trop long, deux gars que j'avais dépassés précédemment me redoublent.

Je les récupère plus loin à la faveur d'une bosse. Bosse où, pour la 1ère fois, je vais un peu marcher. Je suis mon plan de marche à la lettre : interdiction de me mettre dans le rouge pour garder des forces et envoyer la cavalerie sur la partie descendante du final. Je reviens sur un gars (en bleu) qui est en train de "coincer" quelques hectomètres avant le second ravito sur une route toute en montée. Je le lâche direct, regarde l'altitude annoncée sur la montre. 703 m, c'est bon, nous en avons bientôt fini avec cette 1ère montée. Une bonne descente où j'ai le temps d'apercevoir un concurrent en rouge avec 30 à 40" d'avance et voilà l'arrivée au ravito.

2ème ravito : 14.3 km en 1 h 07'51" - 34'01" pour cette section.
Arrêt plus rapide cette fois : 24" pour boire un coca, faire remplir mon bidon et me jeter un verre d'eau sur la tronche (yabon ça).
Les bénévoles m'annoncent à la 4ème place à ce moment.

Maintenant une partie très rapide où je lâche un peu les chevaux pensant de la sorte recoller sur mon coco. Que nenni, il doit aimer les descentes lui aussi. Rien repris voire même perdu alors que je le vois au loin et que j'aborde une partie bitumée assez dure. Fiou, ça fait la même impression quand on est en vélo, que l'on vient de s'envoyer une bonne séance avec du gros braquet et que tout d'un coup, arrive une côte qui demande de la moulinette. Horrible. Je n'arrive pas à trouver mon rythme. Je le regarde au loin mon 3ème, ah tant pis s'il court, lui, je marche, moi. Jusqu'en haut de cette côte qui bifurquera sur un chemin, je vais alterner marche et course, seule solution pour éviter la surchauffe. Car, putain, oui, il commence à faire chaud. Bref, je ne reprends toujours rien à mon gaillard et arrive le 3ème ravito. Ah celui-là m'a surpris car je ne l'attendais pas de sitôt. Nous n'avons pas fait encore 5 km depuis le précédent. Je demande si c'est bien le ravito officiel - oui oui - bon bon - alors je vais remplir ma gourde alors et je me mets comme d'hab' un verre de coca dans le gosier.
Je n'ai pas topé ici mais en partant j'ai vu qu'il y avait 22' d'affiché sur mon garmin.
Maintenant c'est tout en descente mais bazar je n'arrive pas à revenir. Je suis tombé sur un cuir, un qui aime la descente et qui commence à me faire douter. Je ne baisse pas l'allure, pour l'instant tout va bien, je finis mon tube de crème de marrons et le balance sur une mamie qui passait par là : "tiens salope !" . Mais non, c'est des conneries

Et me voilà arrivé au dernier ravitaillement qui est le même que le 1er. Et cette fois, les bénévoles sont bien prêts et ça va beaucoup plus vite.
1 h 55'26" pour faire les 24.8 km. 47'11" pour les 10.55 km que mon GPS m'indique depuis le second ravitaillement.
Arrêt express : 18" pour tout faire.
Je n'ai pas mis longtemps car cette fois j'ai mon loulou en point de mire. Je relance vite et revient doucement.
Le moment décisif : nous reprenons une côte bitumée très sévère. Courte mais très dure. Dès que je rentre dans la pente, je me mets en mode marche. Et mon 3ème, lui va la monter tout en courant et, qui plus est, sans me prendre un seul mètre. Faut dire que j'appuie et que je laisse l'empreinte de mes Skylon dans le goudron. Là, je me suis dit que ça sentait bon cette histoire car il allait forcément payer ce zèle. Et pas loupé, je reviens sur lui très facilement sur la partie roulante qui suit.
Je suis calé derrière. Je ne bouge pas. Je le laisse mener pour mesurer sa fatigue. Il a encore une belle foulée. Un client, le monsieur.
L'intermède "passif" m'a permis de me refaire totalement et je sens ma foulée qui trépigne. A un croisement, je passe devant et j'accélère. C'est sur route, c'est tout plat. La foulée est bonne et je prends un max de plaisir. Je ne l'écoute pas donc j'ai du prendre quelques mètres d'avance. Je vais tenir environ deux km à cette allure, sans doute du côté 3'30" au kilo. Je n'ai pas regardé le GPS pour le confirmer, tout concentré que j'étais sur mes sensations et ma pose de pieds. Je m'en donne la peine. la 3ème place, je ne vais pas la lâcher comme ça, va falloir qu'il vienne la chercher (je me voyais déjà faire un sprint avec lui). Mais non, il ne reviendra pas. Et pourtant je me suis remis en mode marche dans la dernière côte du parcours. Franchement insignifiante pourtant. Mais moi, j'étais franchement en surchauffe. On (enfin, moi) ne fait pas impunément du 17 km/h par 25° sans en payer les conséquences. Le bon côté de cette marche est que j'ai pu reprendre mes aises et relancer sans souci derrière (entre 3'45" et 3'55").
Je finis l'éolienne sur le même tempo, content d'ailleurs que la ligne arrive plutôt que les 32 km annoncés.
24'53" pour les 6.45 km. Et 2 h 20' 28" à mon chrono. 2 h 20'30" à l'officiel.
Content de ma gestion de course en optimisant le potentiel du jour. Les deux 1ers étaient intouchables pour moi aujourd'hui : 2h15 et 2h17.

Pour visualiser le parcours et le profil ;) : http://www.openrunner.com/index.php?id=1058840

3 commentaires

Commentaire de zwiling posté le 27-06-2011 à 19:20:00

Je finis presque une heure derrière toi en y laissant beaucoup de plume donc je n'aurai qu'un mot : bravo !

Commentaire de Jerome_I posté le 01-08-2011 à 22:24:29

bravo pour ta course. La vieille dame n'a pas eu de blessure trop grave? ;-)

Jérome

Commentaire de Cyrille posté le 01-08-2011 à 22:34:20

Ma façon de me moquer du fameux "esprit trail" :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran