Récit de la course : Trail de la Cotière - 20 km 2011, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Trail de la Cotière - 20 km

Date : 17/4/2011

Lieu : Beynost (Ain)

Affichage : 1013 vues

Distance : 20km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La côcôtière et la gourde volante.

La côcôtière et la gourde volante.

 

Le trail de la côtière à Beynost étonne tout le monde car faire un trail à cet endroit là est surprenant.

En effet le lieu n'est pas bien vallonné mais pour remonter sur le plateau il y a de quoi faire.

Cette course propose quand même 650 m de D+.

 

Je traine toujours cette $*ù^!§ de bronchite et malgré les médocs mon toubib m'a dit que dimanche, aujourd'hui, j'allais mourir, en chier, tousser.

 

Je suis inscris d'avance et je retire facilement mon dossard.

On nous remet un super tee shirt technique.

J'ai un tee shirt à ma taille, j'ai un tee shirt à ma taille, j'ai un tee shirt à ma taille, j'ai un tee shirt à ma taille, j'ai un tee shirt à ma taille.

 

Je discute avec Serge Rapy, puis Bodin Arnaud.

Gérard Jamot arrive. On taille la bavette un moment.

Je regarde mon super tee shirt technique (à ma taille pour ceux qui suivent) et j'aperçois que je n'ai plus mon dossard en main.

Ah mais quel con.

Je suis vraiment à la rue.

Je vais regarder sur les tables où il y a des pubs de courses.

Nada, rien, je ne le retrouve pas.

Je retourne à la table des pré-inscrits. Rien non plus.

 

Je chope un orga, je lui explique.

Il me dit qu'il va me donner un autre dossard.

Sur les tables des inscrits sur place, je retrouve mon dossard. Un gars l'a trouvé et l'a posé là.

Ouf, je taille vite l'accrocher à mon maillot.

 

Ah mais quel con, je suis vraiment à la rue. Bon ça je l'ai déjà dit mais quel con.

Je taille à ma voiture avec mon dossard (hé hé hé) et mon super tee shirt technique (à ma taille).

 

Je pars m'échauffer avec Serge.

D'entrée je sais que je vais en chier car je tousse déjà.

Nous montons sur la route et Serge cherche un endroit pour pisser.

Il rebrousse chemin en me disant qu'une dame le regardait.

 

Je mets mon porte gourde et ma casquette kikourou.

Les dernières consignes sont données.

Je suis avec Yannick Chichoux et Pascal Bodin.

Je vais saluer Patrick Bruno que je n'avais pas encore vu.

 

On recule jusqu'au départ.

Et le compte à rebours est déclenché.

Pétard mouillé mais on démarre quand même.

 

Cela part dans les rues de la ville.

J'y vais molo.

Ma gourde tombe.

Je la ramasse.

Gérard me double en me disant que je vais contaminer tous le monde avec ma toux. Rires.

 

Patrick me passe aussi.

Serge qui fait le 10 bornes est déjà loin.

 

Nous montons pas mal par de petites sentes, sympa.

Je pers 15 fois ma gourde. Aaahhhhrrrrrr!!!!

 

J'essaye de suivre Patrick mais mon souffle est coupé dès que j'accélère.

Nous longeons un bois puis passons par un lit asséché où il y a des barrages en plaques métalliques.

Eh bin quand il pleut ici, ça doit raviner.

 

Un gars en blanc nous double à fond.

Il s'arrête plus loin derrière un panneau pour pisser. Vu, lui dis-je.

 

Une grosse descente maintenant puis nous remontons vers les champs et la plaine.

 

Nous sommes quelques uns à courir à peut près à la même vitesse.

Apparemment, ils se connaissent car ils s'attendent.

 

Il faut maintenant dérouler sa foulée car c'est tout plat.

Beaucoup de gars me passent.

Un gars avec un tee shirt de la dernière de Treffort me double.

On discute 5' de cette 50° édition sous la pluie.

 

Nous bifurquons à gauche et cela remonte sur la route jusqu'à un ravito.

 

Nous plongeons dans un single où c'est du droite gauche sans arrêt.

D'habitude je fonce dans ce genre de parcours que j'apprécie, mais là.

J'avance comme je peux et maintiens une bonne allure quand même.

 

Ma gourde retombe pour la x° fois?

Eh une gourde volante me dit le gars derrière.

 

Le ravito du 15 arrive vite. Faut dire que celui du 10 était presque à 12.

 

Après être remonté sur le macadam et ce ravito nous replongeons dans un chemin puis de nouveau un single où un gars se trompe. Ceux de devant le voit et le récrient.

Il me redoublera ensuite. C'est le gars avec le tee shirt de Treffort.

C'est toi qui m'as appelé. Non ceux sont les 2 gars de devant celui en blanc et celui en bleu.

Il les rattrape.

 

Nous remontons le long d'un nouveau cours d'eau asséché, peut-être le même que tout à l'heure. Tout le monde marche.

Nous redescendons et avec le changement d'allure, je me remets à tousser grave.

Je m'arrête sur le bas côté pour récupérer.

Ca va me dit un gars.

Oui, oui, je survivrais (pas sûr)

 

Le chemin est large maintenant et cela remonte.

Je cours en allant plus vite que les autres. Evidemment car ça ne va pas trop vite donc je les sème.

 

En haut j'hésite sur l'itinéraire. C'est à droite où il y a les flammes rouges et blanches, pas les blanches.

Sur un espace découvert, un gars fait tournoyer son hélicoptère miniature.

Eh faut qu'il fasse gaffe car il le fait aller partout.

Pas la tête, pas la tête.

 

Arrive the big descente, tant attendue et tant annoncée par l'organisateur.

Faut prendre sur la gauche, nous a-t-il dit. C'est le plus facile.

Mais n'importe comment tout le monde va se gameler.

C'est chose faite à mi chemin. Impossible de rester sur ses pattes.

Je m'accroche aux branches sur le côté et me mets des épines dans la main.

Le photographe s'en donne à cœur joie.

Vraiment un truc de ouf.

 

 

 

 

En bas à droite, il reste 3, 4 kms.

Un gars n'est pas loin derrière mais je prends sur moi pour ne pas qu'il me reprenne, ça suffit maintenant.

Sur la route un gars assis, me dit c'est à droite dans les escaliers comme tout à l'heure.

Ah bon ! On est déjà passé par là ?

 

J'arrive en bas (enfin) et franchi la ligne en plus de deux heures à la 77° place.

 

J'ai bien laissé un quart d'heure et donc une bonne trentaine de places avec cette toux.

 

Yannick a gagné devant Arnaud.

Gérard et dans les quarante. Serge a bien couru et est 1° v3.

 

L'ambiance est bonne et agréable autour de la table du ravito.

Ventre Jaune vient me dire salut.

Les discussions tournent autour de ce circuit spécial et sympa.

 

Philippe Targhetta s'affaire à la table à l'arrivée.

On discute sur les sites internet et il me dit qu'il m'envoie les résultats dans l'après midi.

<

Je quitte tout ce beau monde.

Vivement la forme car j'en bave vraiment et je sens que derrière le physique est là.

5 commentaires

Commentaire de lulu posté le 02-05-2011 à 11:04:00

Courage Gibus, tu vas y arriver !!
Cette fois, le tee-shirt était à ta taille mais pas ta gourde !!! C'est quand même ballot.....

Commentaire de franciss posté le 02-05-2011 à 14:44:00

C'est quoi la marque de ton porte-gourde, que j'achète pas le même !?!
En tout cas, soigne-toi bien de cette vilaine toux qui te gêne depuis un bon moment déjà...

Commentaire de Eric Kb posté le 02-05-2011 à 20:21:00

Même pas une photo du fameux tee-shirt !!!! Sympa de voir serge en coureur et quelle descente !!! Soigne toi bien!

Commentaire de lulu posté le 03-05-2011 à 11:36:00

T'as peut-être perdu ta gourde mais qu'est-ce qui en a qui ont ramassé comme gamelle !!!!

Commentaire de fulgurex posté le 03-05-2011 à 13:32:00

mais comment as tu fait pour faire la course et les photos en même temps? (l y en a vraiment de très jolies dans l'action.)
remets toi bien de ta &$*µ0@# de toux, et ne prends plus froid maintenant que tu as un tee shirt à ta taille ;o)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran