Récit de la course : Eco Trail de Paris Ile de France - 80 km 2011, par RAPH91

L'auteur : RAPH91

La course : Eco Trail de Paris Ile de France - 80 km

Date : 26/3/2011

Lieu : St Quentin En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 1330 vues

Distance : 80km

Matos : Chaussures Route Reebok,
Sac adidas,
Sportenine,
Pâtes de Fruit,
Gels Fenioux
Barres Gerblé

Objectif : Terminer

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un Reve qui ne deviendra pas réalité...

 p1060658.jpg

Depuis mon arrivée de l'Eco Trail version 50kms l'année dernière, je ne pensais qu'à une chose : faire le 80kms en 2011. J'avais été agréablement surpris par mes sensations pour un premier effort > au marathon que dans l'euphorie, naturellement, la prochaine étape était de passer au 80.

Depuis le début de l'année donc (après avoir enchaîné des petites prépas de Semis entre Septembre et Novembre), cet objectif était donc encore plus au centre de mes préoccupations. J'ai adopté un plan type marathon ajusté régulièrement en fonction de mon planning de boulot et familial tant bien que mal (horaires très irréguliers / journées sans fin...). Ce type de prépa avait plutôt fonctionné l'année dernière pour le 50 même si cela manquait déjà de quali (séances de seuil en côte, sorties VTT par exemple).

Bref, je m'entraîne donc comme je peux :

- 3 à 4 sorties en moyenne par semaine (dont 1 longue entre 2H et 2H45, 1 Fartlek, 1 Seuil)

- une pause contrainte et forcée de 10 jours pour petite tendinite au niveau du psoas,

- quasiment pas de PPG

- 2 sorties VTT seulement

- des sorties destructurées (simili de seuil + Fartlek + footing qui ne sert à rien...)

- dernière semaine de relache (1 petit footing de 45mns) mais avec un sentiment que la fatigue accumulée ne passe pas (gros manque de sommeil, jambes lourdes...).

 

Après coup, si je fais le bilan, il faut voir là une belle preuve de mon inexpérience : le fait de "réussir" à mon petit niveau un 50kms ne donne pas le droit de prendre à la légère un 80kms qui est encore un autre effort. Quand les plans ou tous les conseils de Kikoureurs parlent de récupérations et de s'en tenir aux séances (contenu ou vitesse même si on se sent pousser des ailes...) il faut le faire. J'en profite donc aussi pour un clin d'oeil à LOICM qui dans ses réponses à mes questions idiotes ou naïves de prépa répond toujours : "ce n'est que "MON exemple" et ce n'est pas forcément adaptable à tous" : il n'y a pas de régle effectivement ou de prépa type. Il faut se connaître et rester humble devant les défis qu'on se donne.

 

Sur l'air de départ, la rencontre rapide avec Le bagnard, Jean-Michel, Yann et au autre Kikou venant de Grenoble (désolé pour le prénom que j'ai oublié...)) me met petit à petit dans l'ambiance conviviale du Trail. Sympa de les avoir vu. Je cherche aussi si par hasard je croise quelqu'un qui ressemble à Globus (on échange de temps en temps et on avait l'idée de se retrouver pour le départ...) Mais pas facile sans RDV fixe...

Départ donné à l'heure prévue après une minute de silence en mémoire des victimes des évenements au Japon (bon moyen de relativiser et d'avoir conscience de la chance d'être ici...).

Les premiers KMS sont plutôt diffiles à négocier : beaucoup de monde + trous au sol à éviter. Rythme assez cool en compagnie d'un pote que j'ai retrouvé. Je discute facilement et régulièrement avec d'autres concurrents dont Christophe (un Kikoureur du 77) qui fait souvent des longues distances avec qui nous resteront jusqu'au premier ravito du 21e Kms. Tout se passe plutôt bien : parcours roulant, ryhtme sans taper dedans, petite pastille de sporténine toutes les heures, gorgée d'eau et alimentation minimum (1 gel en 2 fois, 1 pâte de fruit)... après tout le gatosport bouffé à contre coeur dans la matinée.

Rythme poursuivi jusqu'au 30e à partir duquel les jambes commencent à être un peu plus lourdes et une difficultée grandissante à ingérer du solide et à la digérer. Mon frère me croise sur le parcours au 32e, fait quelques photos, m'encourage et me suit pendant 500m ; çà me fait du bien. je continue avec des périodes de haut et de bas et ayant le moins possible de pauses marche. Je vois les nuages qui commencent à être menaçant. Tout s'allourdi : les jambes, mon bide, le temps et l'ambiance... fini les clins d'oeil ou les petites déconnades entre trailers : tout le monde a la tête baissée dans le guidon, une majorité a l'air de souffrir... dont moi.

Je continue tant bien que mal en me demandant déjà comment je vais pouvoir finir en pensant aux kms restant, mes jambes qui répondent de moins en moins et surtout la durée restante... C'est le début d'un pétage de plombs...

 Après le passage de vérification de matériel au 46e km, je continue à suivre un rythme que je sens de plus en plus soutenu pour finir, mais si je me mets à marcher dès maintenant, j'en verrai jamais le bout ! Jusqu'au 50e, c'est l'enfer : plus de jus, envie de dormir et de vomir à la fois... je continue de boire et de tenter de reprendre un barre : mais çà ne passe vraiment pas. Les quelques petite goutes de pluie se transforment en un beau petit orage. C'est le coup de grâce : je ne ne peux que marcher, je suis à bout et je ne vois pas comment finir. Je passe à proximité d'un coin que je connais sur Chaville : çà m'incite à m'arrêter définitivement, ce sera plus facile pour qu'on vienne me chercher.

Dans l'attente, je meurt de froid et de déception... Le rêve ne se réalisera pas et dure réalité de voir qu'on n'est pas à la hauteur. Je pense à ceux qui n'ont pas pris le départ pour un petite blessure et qui auraient fait 100 fois mieux. Je pense aussi à ceux qui disaient que c'était entre le 20e et le 50e que l'Eco se gagnait... et qu'il fallait toujours en garder sous le pied : çà se confirme.

Je repense aussi à Largo Winch, Kikoureur finisher sur le 80 l'année dernière qui m'a donné beaucoup de conseils avec son expérience de cette course... Il avait beaucoup parlé de la gestion alimentaire, et je me rend compte aussi que c'est très important et pas à laisser au hasard. Maintenant place à la déception que je digère pas : je m'en veux. C'est encore à chaud, mais çà va vraiment être difficile à oublier. J'ai eu les yeux plus grands que le ventre et j'ai mal géré l'effort.

Les quelques Trails que j'avais pu faire ces derniers temps avaient été plutôt des réussites (et quand je parle de réussite c'est d'arriver pas trop traumatisé, avec un plaisir pris pendant la course, de bonnes sensations...quelque soit le chrono...et sur des plus petites distances).

Mais là, le bilan est sans appel :

- préparation inadaptée (faire plus de quali)

- fatigue accumulée et mal gérée en prépa

- rythme trop soutenu finalement dès le départ (erreur de jeunesse pour beaucoup apparemment)

- très mauvaise gestion alimentaire (se forcer à manger dès le début, plus régulièrement et plus précisément)

- trop d'importance donnée aux indications kilomètriques que les coureurs les mieux équipés donnaient pendant la course (ce qui me faisait penser à une heure d'arrivée estimée... et donc à un objectif de chrono).

J'en ai oublié le principal. J'ai mis comme citation : "Le plaisir avant tout" et ce 26 Mars, j'ai pris peu de plaisir car je n'y ai pas pensé à ce PLAISIR. J'ai focalisé sur l'arrivée et l'idée de chrono que je pouvais faire : grosse erreur et je ne suis pas servi de mes expériences passées.

C'est donc la période d'une bonne remise en cause, d'un retour sur terre et d'une humilité qu'il va falloir renforcer.

Je me dis qu'il y a d'autres choses plus importantes dans la vie : je vais avoir un 3e enfant dans les jours à venir : je vais avoir un autre programme à tenir... Mais vivement un prochain récit pour effacer cette énorme déception.

Merci encore à tous les conseils donnés par tous les Kikoureurs (notamment à Bert'). Pour ma première sortie avec une casquette Kikourou, ce n'est pas une réussite... Je ferai mieux la prochaine fois... mais certainement sur une plus petite distance.

Bonne continuation à Tous !

 

 

 

7 commentaires

Commentaire de JLW posté le 27-03-2011 à 12:05:00

On a tous (ou presque) connu un abandon sur un ultra. C'est aussi cela qui construit notre propre expérience pour progresser et assurer l'avenir. Merci pour ton témoignage ou beaucoup se reconnaitront, finisher ou non.

Commentaire de caro.s91 posté le 27-03-2011 à 12:44:00

L'année prochaine, tu feras mieux. Tu sais ce qu'il ne faut pas faire maintenant.
J'ai l'habitude de dire que sur du long la course débute vraiment après les 2/3. Ici c'est à Chaville que ca commence.
L'EcoTrail est "facile" mais trompeur. 20km presque plats pour commencer, et ensuite 33 km sans ravitaillement avec des bosses en permanence. La vitesse trop élevée du départ se paye cash. Il faut savoir se maîtriser, boire, s'alimenter...
Allez, ce n'est qu'une course, il y aura du plaisir la prochaine fois. :-)

Bises,
Caro

Commentaire de Bert' posté le 27-03-2011 à 15:40:00

Je comprends bien ta déception car on a tous déjà rencontré ce genre de phases ! Qui n'est pas passé à côté d'une course, voire plusieurs ?

C'est comme ça qu'on apprend et progresse. Et tes réactions sont déjà très positives en commençant toutes ces analyses. Petit à petit, tu vas continuer à trouver tes clés perso <=> ça vient par étapes.

De toute façon, à tous les niveaux, on a encore toujours tellement à apprendre !! Entre gérer les prépas, les blessures, l'alimentation, la météo, la gestion de course, le stress, le mental... Y'a de quoi faire !

Les courses de 10h c'est un nouvel apprentissage, et celles de 24h encore autre chose.

Ceci étant, je suis persuadé que tu as toute les capacités pour finir ce genre de course la prochaine fois.





Commentaire de Eponyme posté le 28-03-2011 à 14:15:00

Je comprends bien ta déception, mais ce genre "d'épreuves" fait partie de l'expérience. Tu en retirera pleins de choses utiles pour que la prochaine, la photo clôturant le CR soit cette prise en haut de la tour Eiffel, ça ne fait aucun doute. ;)

Maintenant reposes toi bien, hésites pas à déconnecter un peu de la CaP si tu en ressens le besoin, tu n'en reviendras que plus fort.

Commentaire de olafmax posté le 28-03-2011 à 22:33:00

Raph, Félicitation à toi pour ton courage !

je suis sur que tu vas remettre ca dans pas l'année prochaine ! T'as l'air tellement content sur la photo ! ca fait plaisir !

Commentaire de fifidumou posté le 02-04-2011 à 23:02:00

Allez tout cela n'est pas bien grave .
Souviens toi la course et le trail , c'est la chose le plus importante des choses "secondaires"

Commentaire de fifidumou posté le 02-04-2011 à 23:07:00

Excuse-moi j'ai cliqué trop vite : c'est moi le le kikou de grenoble du départ de St Quentin

Moi aussi j'ai du abandonné à 6 km de st cloud
J'étais dernier de la course avec le vélo débaliseur au c.. Autant te dire que le moral était au plus bas, et bien pas de problème je serais là encore l'année prochaine avec mon petit entrainement de 2 fois par semaine.

Un truc qui me parait certain dans ton compte rendu c'est le manque de sommeil dont tu parles au début. Je crois bien que c'est terrible pour le performance , même si on ne s'en rend pas compte tout de suite au départ, cela ne pardonen jamais en coursde course.

A l'année prochaine

Philippe

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran