Récit de la course : La Foulée de Pignan - 5 km 2011, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : La Foulée de Pignan - 5 km

Date : 20/3/2011

Lieu : Pignan (Hérault)

Affichage : 432 vues

Distance : 5km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un 5km à Pignan, en catimini

   Je voulais essayer de garder le rythme, en me servant des 5km de Pignan comme d’un entraînement que je n’avais pas eu dans la semaine. Un bon petit sprint par une belle matinée de printemps, pour arrondir de nouveau les glycémies ( 1,05g à 2h dans la nuit de dimanche, 0,80 au réveil à 7h) et ce avant de reprendre plus courageusement les chemins du massif de la Gardiole, avant le 12km du trail de Bouzigues, que j’aimerais bien (re) faire ce dimanche 27 mars, et ce malgré des douleurs « tiraillantes » toujours présentes dans le dos et le cou, à la suite de ma chute de vélo du 20 février., c’était donc le programme sans ambition du jour, avec le secret espoir de rester sous les 30 mn aux 5km, quand même !

   Je ne vais pas dire qu’ « un seul être me manquait » ce dimanche, puisque ma femme avait accepté ce coup-ci de m’accompagner, la proximité de Pignan et l’heure du départ, 10h, aidant, mais en dehors de tous ces VTTistes qui s’envolaient par vagues successives au nom de la Fête du Sport à Pignan initiée par l’organisation ce dimanche, « tout était plutôt dépeuplé », assez curieusement, en matière de course à pied. Rien à voir avec le trail du 13 février qui avait mobilisé des centaines de coureurs.

   Les dossards ? Eh bien dans une sorte de cave voûtée du château, quelque peu sombre et en contraste avec le soleil d’une brillance d’été qui illuminait un ciel bleu des beaux jours. Mon nom était dans une liste de pré-inscrits de moins d’une dizaine ! Il y avait anguille sous roche.

 

 

Des dossards aux chandelles, avant l'éclatant soleil: quel contraste!

 

 

 

 

Un petit massage et une petite demi-heure à trottiner dans le parc, m’étaient je crois nécessaires avant d’attaquer ce « sprint » de 5km. La foule des concurrents était si peu là que nous nous sommes retrouvés à une petite cinquantaine sur la ligne de départ à 10h. Un petit salut à « Maryse » (Goudard) mon alter-ego féminin dans ce genre de course et ma foi, c’est parti, sur un circuit en ville, assez plat, avec kilométrage indiqué S.V.P. !

  Je me suis retrouvé seul, dans une sorte de course contre la montre où j’étais à fond mais sans jamais me défoncer. Enfin, en bout de piste cyclable, l’entrée du parc du château où je rattrape et dépasse Catherine Charras, toujours à 100m devant moi, mais un peu au ralenti sur la fin. Le temps est affiché et commence par « 25 ». C’est ma seule satisfaction (25.57) même si je n’en laisse que 10 derrière moi ( dont Maryse, juste derrière, qui me battait tout le temps en fin de saison précédente)sur les 44 au départ. Ma femme est là avec ses verres de Coca. Je n’en bois qu’un et repars vers la voiture assez vite, comme d’habitude. C’est là que ma femme, avec ses vieux réflexes, me demande si je n’ai pas eu un petit truc à l’arrivée. Ah oui, j’avais oublié ! Je repars alors, avec le dossard à la main et vois ce que je n’avais pas vu à l’arrivée : l’étal des lots avec force parapluies, sacs à dos, trousses de toilettes et T-shirt d’été rouges, noirs…Quel choix ! Je suis seul. Le temps d’être embarrassé…Le T-shirt rouge a ma préférence. Et nous rentrons sur Frontignan, pour trouver une glycémie fort correcte de 1,37 à midi et repartir en reportage l’après-midi, pour un match de foot de 1ère division départementale.

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran