Récit de la course : Raid 28 2011, par Sprolls

L'auteur : Sprolls

La course : Raid 28

Date : 15/1/2011

Lieu : Bures Sur Yvette (Essonne)

Affichage : 824 vues

Distance : 85km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

 

Un récit de plus pour l'équipe n°5 ! Il était temps...

A voir sur mon blog: http://benjiscrazy.over-blog.com

 

Et copié collé là dessous:

Je vais le faire, je vais pas le faire ? Ma participation au Raid 28 de l’équipe Turoom cette année a été mon feuilleton de l’automne à moi. D’abord le ski devait m’en empêcher et puis a été finalement décalé. Du coup vers fin novembre je relance tardivement Laurent, qui m’avait proposé de re-signer pour tenter de faire une place de mieux qu’en 2010, et Michel, mon capitaine « historique » des 2 précédentes éditions mais pas moyen trouver la coéquipière et on finit par lâcher définitivement l’affaire aux fêtes de fin d’année… Et je suis contacté quasiment dans la foulée par un kikoureur de renom (on l’appelle même le Gd Schtroumpf désormais ;) ), Philippe dit le Blueb’ qui recherche quelqu’un pour remplacer Qosqo, leur orienteur blessé, et n’a pas vu d’équipe Let’s Go78 inscrite pour le Raid 28. Et voilà comment je me retrouve finalement à nouveau inscrit pour un 3ème Raid 28 consécutif à 10 jours de la course ! Je rejoins donc la Zoo Team avec dans l’équipe l’Papy (rencontré au Mercantour en 2009), le Blueb et la Tortue avec lesquels j’avais brièvement discutés à l’arrivée de l’édition 2010 (leur équipe avait fini 5e) et Virginie (VB), tous ayant une solide expérience du Raid 28.

C’est d’ailleurs étonnant comme le Raid 28 a la capacité de rassembler d’années en années des fidèles participants, et on retrouve de nombreuses têtes connues au départ. En revanche il semble peiner à trouver de nouveaux « candidats » prêts à se lancer et découvrir à leur tour cette course hors du commun au sens propre. La distance et le côté orientation font-ils peur ? En tout cas j’ai l’impression qu’une fois cette crainte ou cet a priori franchis, on devient généralement mordus de Raid 28 ! Mais revenons à nos moutons…

Avec cette participation inattendue et tardive, j’ai juste le temps de faire 2 sorties longues de 1h30 à la frontale, avec mon sac à dos et une carte IGN en main en guise d’entrainement « spécifique » (pour constater que la boue sera au RDV) et de m’acheter un nouveau sac à dos qui devrait aussi me servir pour le Tour de l’Oisans et des Ecrins dans quelques mois. Quelques échanges par email avec mes coéquipiers, pour évoquer la stratégie de course et la logistique associée, me confirment que j’ai affaire à des habitués bien rodés à cette épreuve ! Le samedi chacun arrive en train (moi en métro ;) ) pour se retrouver place d’Italie, le temps de faire mieux connaissance dans un bistrot et d’avaler un plat à l’Hippopotamus local où on retrouve les Kikoureurs du Zoo (on sent ici les ramifications du social trail running network) parmi lesquels je commence à connaitre quelques têtes. Une bonne heure plus tard de métro/train/taxi et nous voilà tous dans la Salle des Fêtes de Béville le Comte autour de 20h. J’y retrouve l’ambiance traditionnelle des départs de Raid 28 et les mêmes rituels : ces équipes dispersées autour de leurs sacs à dos un peu partout, la préparation toujours un peu fébrile du sac et les hésitations de dernière minute sur l’habillement, le nombre de barres de céréales, le volume d’eau à porter, l’accrochage des bracelets, le contrôle des sacs, la photo de l’équipe…

 

 

team5

 

La Zoo Team, fringante (normal on n'est pas encore partis...)


Petite surprise quand le Blueb annonce qu’il a oublié sa couche de protection primaire des parties sensibles (slip ou caleçon ??), ce qui lui vaut une annonce micro dans la salle et une bonne affiche. Mais un caleçon de secours est vite trouvé grâce à ça, l’équipe est sauve ! J’évite de trop me moquer, ça aurait vraiment pu être moi ce genre de truc… Echauffement sur Black Eyed Peas, l’Papy fait son show, y a des vidéos qui circulent ! ;)

A 22h, les capitaines se mettent en rang, prêt à récupérer leur cartes avec une innovation turoomesque : ils se voient contraints d’enlever chaussures et chaussettes, les emmener vers les cartes et au top, de les remettre et les lacer avant de ramasser le road-book !

 

lacets départ

Copyright Le Bagnard. Défaisage de lacet des capitaines.

 

On rigole bien J mais il est temps de se mettre à tracer les postes. La météo est clémente, on a opté pour un report partiel au départ (certains postes étant d’ailleurs déjà reporté sur la carte, une première), je reporterai les autres en course et la Tortue orientera à ce moment-là.

 

report2

Copyright Le Bagnard. La Zoo Team reporte.


A noter que les Belges de Quechua Celestes, déjà vainqueurs en 2010 partent quasi immédiatement en profitant du report déjà effectué sur la 1ère carte.

Le road-book et les définitions:

Page 1

Page 2

Page 3

Page 4

 

Les rôles dans l'équipe: L'Blueb 'pitaine garde le road book et les defs pour avoir l'oeil sur les barrières et la stratégie à suivre selon les circonstances de la course, la Tortue sera poinçonneur et 2e orienteur, Virginie donnera les tops ravitos avec l'Papy qui fait le serre-file et régule le rythme si on s'enflamme trop devant. Je serai l’orienteur principal.

Nous reportons jusqu’au PC11, pas loin des 2/3 de la course, les cartes IGN et spéciales (une spéciale polaire pose notamment quelques difficultés pour placer précisément les balises) et nous nous préparons à partir après 25/30 minutes. Pas mal d’équipes sur les 34 inscrites semblent parties mais c’est toujours dur à évaluer précisément. En tout cas on est seuls dans Béville le Comte et on descend vite dans la vallée de la Voise et ses marais ou passages à gué que nous suivrons jusqu’au PC3 vers le Gué de Longroi.

 

Carte 1 (cliquer)

Cette partie est assez amusante, pour peu qu’on aime patauger, et plus technique qu’il n’y parait quand il s’agit de naviguer au milieu des marais, des bras de ruisseaux, de trouver des passages pas trop merdiques et des gués pas trop profonds pour traverser un bras de ruisseau. On découvre aussi des vestiges d'anciennes voies de chemin de fer et même une épave de camion dont on se demande bien comment elle a pu arriver jusque là !?

Côté orientation, ça se passe bien, on arrive juste sur la mauvaise mare à la balise 2 attirés par des équipes qui grenouillent sur la zone, mais la bonne mare est juste au sud et la Tortue poinçonne discrètement, ce qui nous fait doubler déjà quelques équipes. On passe en 15ème position au PC1. On est alors avec l’équipe 3 qui finira 2ème et va nous distancer sur les portions qui vont suivre. Un 1er choix à la 5 avec 2 balises possibles, une sur le plateau et une en bas. Pour tout ramasser, il faut prendre celle d'en bas et après une petite hésitation, je nous lance le long du ruisseau pour aller à la 6. Encore une petite hésitation pour repartir de la 7 car je ne vois pas tout de site la bande de terre qui permet de continuer vers le nord.

Toute cette partie dans les marais se passe avec pas mal d'équipes avec nous et se conclut par un passage dans la Voise sous l'A11 pour nettoyer les chaussures ;). Au PC3 il s’avèrera que nous étions déjà remontés à la 4ème place, bonne navigation !

 

 

gué

 

Copyright Le Bagnard au gué du PC3. Si, si c'est nous et l'équipe 24 je crois.

 

Carte 2 (cliquer)

La partie qui suit rappelle le début de course de l'an dernier: de longues lignes droites pour traverser la Beauce et rejoindre la forêt de Dourdan, rendues parfois difficiles par la boue qui nous oblige régulièrement à marcher pour ne pas se cramer trop vite. Je laisse la carte à la Tortue sur le début pour reporter presque tous les postes IGN de la 2e moitié, hors spéciales, à part la dernière carte. Puis je reprends l'orientation vers la 24 et ai tout de suite un coup de chance en suivant l'équipe qui nous précède et qui pointe devant nous dans le bois en bordure du chemin le poste 24 que je croyais plus loin à l'intérieur du parc, ayant mal reporté malgré la vérif systématique de la def en course ! Ça m'en bouche un coin et j'ai un moment de doute sur notre position exact et nous fait faire un petit détour pour quitter le poste mais rien de grave. Une autre erreur de report à la 25 (erreur entre l'est et l'ouest...) est corrigée à la vérif cette fois mais je m'inquiète un peu de la qualité de mon report à ce moment !!

 

Carte 3 (cliquer)

Pour la sortie du poste 26, je décide de rejoindre la route au nord ouest mais la rivière est plus large que prévu et son odeur ne donne pas envie de la traverser... Du coup on longe en cherchant en vain un passage... et on se retrouve sur la route à l'est cette fois... Dommage, on aurait pu y aller direct dès le début !

Puis ce sont les lignes droites où on maintient un assez bon rythme régulier autour des 10km/h qui doit éviter de puiser dans les réserves. Le classement détaillé révèle que nous perdons du temps sur les équipes devant sur ces portions. La lassitude et l'endormissement peuvent vite gagner sur ces portions, d'autant qu'on ne voit pas souvent d'équipe ni devant ni derrière. Les cuisses commencent aussi à tirer, alors qu'on est à peine au premier tiers de la course...

 

Carte 4 (cliquer)

Plus loin, pour aller à la 30, je décide de prendre la route de Gallardon plutôt que de suivre le ruisseau, sans doute pas le meilleur choix déjà à la base avec une légère montée/descente à faire, mais surtout alors qu'on prend ce qui doit être la bonne piste, celle-ci s'interrompt devant un champ ! Pas le droit de traverser des champs cultivés du coup on doit faire demi-tour et poursuivre jusqu'au village de Beaudicourt au nord pour redescendre vers le ruisseau... Une dizaine de minutes de perdues et qqs centaines de mètres en plus dans les jambes pour la peine... Cela dit on reprend 2 équipes avant le PC, l'une en sens inverse ayant raté un poste. On arrive enfin à la forêt peu après !

 

Carte 5 (cliquer)

Vient la spéciale à report en coordonnées polaires (cliquer sur: Annexe 2) qui a posé quelques problèmes de report au gymnase ! J'ai revérifié les postes en course et les positionnements possibles des balises ambigües. Plusieurs possibilités dès la 37 mais la 1ère mare visitée est la bonne (mais la Tortue doit se transformer en sanglier pour atteindre la balise !). La 40 est la suivante mais difficile à situer: la déf est passerelle mais ne figure pas sur la carte où on voit juste un pont pas loin. On ratisse un peu la zone en descendant vers la 38 en vain. On remonte, prend la 39 et on finit par trouver la 40 toute proche du pont, ce qui nous donne une balise bonus à trouver en prenant un azimut à l'envers. On le plante avec la Tortue une 1ère fois pour finalement retrouver le poste un peu plus au nord ! La remontée vers le PC8 est moins mouvementée. On y découvre qu'on a fait un sacré rapproché en temps des Quechua Célestes (tenants du titre), qui ont fait une erreur de report.

La remontée vers le nord se poursuit. Je me rends compte que mes réserves de bouffe sont bien basses et commence à flipper de ne pas avoir assez à manger jusqu'à la fin... Bref, je me rationne un peu et me sens moins fringuant, sans bien savoir si c'est physique ou psychologique. Petite boulette sur un carrefour entre la 43 et la 44 où je manque le bon chemin, ce qui nous fait faire un détour de 200/300m, dommage ce n'est pas le bon moment. Saint-Arnoult est contourné et on entre dans la forêt de Rambouillet.

 

Carte 6 (cliquer)

Une photodéfinition (cliquer sur: Annexe 1) pour trouver un arbre le long du chemin ne pose pas de problème. Puis après le PC10, une grosse côte à la 50 (la première d'une longue série...) nous donne la 2ème balise mystère plus bas. Coupe un peu malheureuse dans des bois difficilement pénétrables pour y accéder mais on s'en sort tant bien que mal.

 

Le moral de l'équipe ne m'a semblé pas au top sur cette partie. Peu de balises, un peu de lassitude et de fatigue bien sûr, bref un peu dans le dur pour tout le monde et toujours cette fin de nuit qui reste le moment difficile à gérer de la course, je crois. En regardant le classement détaillé, on fait en fait maintenant jeu égal, voire un peu mieux que les équipes devant qui doivent aussi commencer à accuser le coup physiquement suite à leur départ rapide ou faire qqs erreurs.

 

Carte 7 (cliquer)

Vient ensuite une 1ère spéciale road-book (voir  Annexe 1 à nouveau). Nous l'avions plus ou moins reportée au gymnase mais ce n'est pas utile, la lecture de carte combinée à la lecture du road-book qui annonce les directions à prendre à chaque intersection ne pose pas de problème sur le terrain. Il faut juste ouvrir l'oeil pour repérer les balises non cartées sur le chemin... et ne pas perdre son carton de contrôle ! Ce n'est pas de nous qu'il s'agit mais de l'équipe un peu devant à ce moment qui le laisse tomber suite à une balise. On est sympas on le ramasse et on voit bientôt un coureur revenir vers nous. Il a l'air content quand on lui rend le carton ;) La Zoo Team: les St Bernards du Raid 28. Je crois qu'on sauvera une autre équipe plus loin de la même mésaventure !

Au PC11, le jour se lève, c'est la pause petit dej. Certains se changent un peu, de mon côté j'avale mon 2ème petit sandwich tomme de savoie - viande des grisons (je vous le conseille, c'est top), ajouté à quelques noix de cajou et le moral remonte en flèche une fois le ventre (un peu) plein ! En route vers les Vaux de Cernay où nous attend une spéciale mémory ! La Tortue, qui a vaillamment poinçonné toute la nuit, commence à serrer les dents et passe la main au Papy pour la suite du poinçonnage.

Le principe: rejoindre un poste en mémo où on trouvera la carte pour le poste suivant à mémoriser et ainsi de suite. (voir sur: Annexe 3). Avec pour compliquer l'exercice, quelques postes précisions où il s'agit de choisir le bon poste parmi 4 balises très proches les unes des autres. Mais une seule correspond exactement à la carte ! C'est très ludique, technique mais pas trop non plus et je m'amuse bien sur cette portion qui passe très vite et sans erreur. Visiblement on prend la 3ème place sur cette section. Et en plus les Vaux de Cernay et ses rochers, c’est toujours aussi beau donc ça ne gâche rien !

 

Carte 8 (cliquer)

La 72 nous donne la 3ème balise mystère pour laquelle Papy se tape un bon aller retour pour corriger un mauvais poinçonnage, et nous profitons du fait de croiser quelques maisons pour refaire un remplissage partiel des camelbacks et éviter tout risque de manque d’eau sur la fin. Suit un joli point de vue sur le château de Dampierre à la 75 que seuls l’Papy et moi apprécions. Le parcours est décidément très agréable.

En remontant à nouveau un flanc bien raide comme la Vallée de Chevreuse en est truffé, vers la balise 77, je commence à regarder les spéciales de la forêt de la Madeleine. La 1ère est un suivi d’itinéraire donc rien de particulier à prévoir. La 2ème est une spéciale homothétie déjà pratiquée l’an dernier mais avec la difficulté supplémentaire cette année de ne pas avoir la définition des postes ! Autant j’avais pu reporter en course en 2010, autant là il est nécessaire de sortir l’outil de guerre : le rapporteur/azimut pour être précis et ne pas jardiner, d’autant que les zones choisies pour les 3 postes sont bien techniques ! Bref j’essaie de prendre un peu d’avance dans la montée pour me poser en haut et faire le report au sol. Mais je ne vérifie pas bien la direction à suivre et envoie mes coéquipiers dans la mauvaise tandis que je finis le report. Il faut que je reparte pour m’en rendre compte et demi-tour toute !! Toujours quelques doutes quand les chemins sur le terrain ne correspondent pas à ceux de la carte comme pour la 78 mais pas de perte de temps significative.

 

Carte 9 (cliquer)

Après le PC14, petite frayeur sur la 79. Nous sommes avec une équipe du semi-raid et cherchons le poste trop tôt à la mauvaise intersection. Nous continuons plus loin mais ne la voyons pas non plus. Argh ! Je ne vois pas l’erreur qu’on a pu faire et commence à parler de repartir. Finalement un dernier demi-tour et nous voyons la balise bien planquée entre un muret et une haie, ouf ! Plus bas nous croisons des bénévoles en train d’indiquer que la balise 81 a disparu et est annulée. On se dit que les équipes devant ont dû perdre du temps à la chercher… Et au PC on se rend compte qu’on est 3ème mais toujours à 20 ou 30 minutes des 2 équipes de tête. Vu qu’on a tout ramassé, ça sent bon le podium et on n’a pas croisé d’équipe du Raid depuis un bout de temps. L’envie de rattraper les équipes de devant est fort mais il faut surtout gérer l’équipe à ce stade de la course et juste veiller à être propre en orientation sur les spéciales qui viennent.

 

Annexe 4.1 (cliquer)

Arrivés en Forêt de la Madeleine, le suivi d’itinéraire se passe sans encombre, si ce n’est qu’on n’est pas loin de manquer la 85 qui est un peu haut au-dessus du chemin et ne saute pas aux yeux. En revanche les successions de montées-descentes commencent vraiment à faire mal (1500m de D+ sur la course quand même, concentrés sur la 2ème partie, c’est pas mal pour la Région parisienne).

 

Annexe 4.2 et  Annexe 4.3

Le temps de reporter les quelques postes manquants sur la dernière carte IGN et nous faisons la spéciale homothétie qui se passe sans problème, ça valait le coup de se poser pour bien la reporter. On y récolte aussi la dernière balise mystère, ça commence à sentir bon l’écurie et la soupe !

 

Carte 10 (cliquer)

PC17 : nous approchons du Bois d’Aigrefoin, je joue à domicile puisque j’ai grandi en lisière du bois ! La montée vers la balise 99 était même une de mes côtes d’entrainement pour le Grand Raid de la Réunion en 2009, autant dire que je connais le chemin direct les yeux fermés J. Avant dernière spéciale au road book (voir sur : Annexe 5.1 et Annexe 5.2). On fait le point sur le chrono : il reste un peu moins de 2h pour rallier l’arrivée avant 16h et les pénalités horaires. Le Blueb’ nous donne jusqu’à 15h pour atteindre le PC18 afin d’avoir assez de temsp pour rallier l’arrivée 5.5km plus loin. Ça va être chaud d’autant que la spéciale road book n’est pas difficile mais bien longue. J’envisage un temps de laisser 2 balises de la dernière spéciale (carte sans chemins, voir Annexe 5.3) mais en fait les postes sont tout proches les uns des autres et le Blueb’ nous accorde quelques minutes de rab pour tout ramasser. Nous atteignons le PC18 à 15h05, prêt pour le final, alors que j’avale ma dernière barre de céréales : la gestion du ravito aura été OK après l’après l’alerte de la fin de nuit mais il ne fallait pas 1h de plus !

La fin n’est pas technique mais l’équipe est dans le dur physiquement et les longues lignes droites font mal à la Tortue. Même le Papy impérial semble cuit et me laisse symboliquement le carton pour les 2 derniers postes, il est temps d’en finir. Malgré tout nous maintenons un bon rythme et je sais que nous allons être dans les temps. Une dernière hésitation pour le suspens sur la 118, que je cherche un peu tôt et que la Tortue trouve plus loin derrière le muret, puis enfin c’est la descente vers la fac et le gymnase d’arrivée, un peu plus longue que prévue (j’avais un peu sous-estimé la distance à couvrir… désolé les gars) mais nous arrivons tous les 5 à 15h57, juste dans les temps et avec toutes les balises, toutes cornes de brume dehors, du bon boulot !!

 

 

arrivée

 

Copyright caro.s91. On y est !!


Petit suspens pour la remise des récompenses, on sait que les belges de Quechua Célestes ont gagné mais on ne sait pas si l’autre équipe qui était devant nous a tout ramassé… mais c’est logiquement le cas, nous sommes donc 3ème et très heureux de ce podium, tout près des 1ers (arrivés 30 minutes avant nous) et des 2èmes (à 15 minutes devant).

 

 

podium

 

Copyright La Libellule

Bilan : un 3ème raid 28 et encore une super équipe, sympa, physique et tenace, je suis verni de ce côté-là. Je suis vraiment bien tombé en pouvant m’y intégrer à la dernière minute ! Nous avons gardé un rythme très régulier toute la course, une des clés pour tenir physiquement la distance. Certes il y a eu des coups de moins bien pour tout le monde à différents moments mais gérés parfaitement et sans vraiment ralentir. L’Blueb a été un capitaine irréprochable, dans la logistique d’avant-course, la stratégie et la gestion de course, notamment sur la fin quand les barrières nous rattrapaient (et il m’a laissé mordre 5 min sur le temps fixé pour ramasser les dernières balises au Fond de la Cure ;) ). La Tortue a vaillamment poinçonné toute la nuit et a eu du coup du mal sur la fin physiquement mais il n’a jamais relâché le rythme et continué à courir jusqu’au bout en serrant les dents ! Je ne lui ai laissé que des miettes pour l'orientation, désolé, fallait pas m’y inciter ;). Mais il est resté en permanence à coté de moi, soit pour un conseil, soit pour m'encourager, soit pour m'aider à maintenir ma concentration, bref un vrai soutien en course. L’Papy, fidèle à sa réputation, increvable, serre-file attentif à tous et régulateur d’allure pendant la nuit, poinçonneur fringuant de jour, avec de l’expérience à revendre (ou plutôt qu’il partage gratuitement ;) ). Enfin Virginie a assuré un rythme de métronome, incitant à relancer l'équipe quand on commençait à mollir. Il parait qu'elle aussi a eu des coups de moins bien mais je ne les ai pas vus !! Très impressionnante physiquement et adorable en course, comme les 3 zanimos ! En ce qui me concerne, l’expérience du Raid 28 commence à rentrer car c’est ma course la plus propre je pense du point de vue de l’orientation et la satisfaction d’un 3ème podium, au contact des premiers et en ayant tout ramassé. Quelques petites choses à revoir notamment sur l’aspect ravitaillement en vue du Tour de l’Oisans et des Ecrins mais c’est encourageant. Et puis bien sûr il faut encore remercier l’équipe Turoom et ses nombreux bénévoles qui nous concoctent avec le sourire cette savoureuse épreuve qui ne ressemble (je crois) à aucune autre. Clap clap !!

6 commentaires

Commentaire de VB posté le 07-02-2011 à 10:25:00

Merci beaucoup pour ce CR sprolls !!! tu as tété un super orrienteur, enfin on ne va pas te faire trop d'éloges sinon l'année prochaine tu vas être trop demander hihihi !!!
sympa la photo de ton profil !!!
A bientot VB

Commentaire de LtBlueb posté le 07-02-2011 à 11:29:00

Y'a pas à dire , l'avatar t'allait bien sur ce raid28, tant tu as donné l'impression de voler :)
Encore merci pour tout Benjamin et plein de choses pour tes défis futurs !

Commentaire de Qosqoruna posté le 07-02-2011 à 16:22:00

Et bien voilà un avantageux remplacement :)

Merci pour le CR avec cartes et annexes, c'est cool.

Commentaire de La Tortue posté le 10-02-2011 à 20:50:00

encore merci et bravo !

Commentaire de raspoutine 05 posté le 12-02-2011 à 15:07:00

Hello, content de finir par ton récit assez technique après avoir lu celui de tes Z'équipiers; j'aurai découvert cette discipline grâce à vous. Mais fichtre ! Un vrai métier quand même !
Quoi qu'il en soit, merci pour ton récit. Je crois bien qu'un jour, plus que de vous voir à l'arrivée, je mettrai aussi la frontale...
Encore bravo !

Commentaire de ouster posté le 21-02-2011 à 12:18:00

Bravo Benjamin, j'ai relu ton récit avant de (enfin) publier le mien pour me rappeler le pourquoi de certaines décisions et j'ai appris des choses !

A bientôt sur les chemins
Andrew

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran