Récit de la course : Raid 28 2011, par La Tortue

L'auteur : La Tortue

La course : Raid 28

Date : 15/1/2011

Lieu : Bures Sur Yvette (Essonne)

Affichage : 846 vues

Distance : 85km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La chèvre de M Seguin

Cr raid 28 2011.

 

Depuis 2005, une bonne saison de CAP/tri/trail débute pour moi  par un incontournable : le raid 28 ! la préparation est ludique (orientation, chemin, endurance fondamentale), rien de bien difficile. Un peu de vélo et beaucoup de piscine et le socle de foncier se construit ainsi pour toute la saison.

L’an dernier, avec « traces de zoo », on avait fini cinquième. Résultat satisfaisant si l’on considère les pépins physiques qui avaient émaillé cette édition et le fait que je m’étais retrouvé tout seul à l’orientation assez tôt dans la course. Avec un peu plus de jus et de réussite, la quatrième place était largement à notre portée, mais pour accrocher les tous meilleurs, il nous fallait avoir une orientation plus précise, donc avoir recours à un véritable orienteur.

Sur la base de l’équipe de l’an passée, avec ses 3 vieux grognards (papy, capitaine l’blueb et ma pomme), plus d’une vingtaine de raid28 à nous 3, on avait recruté, Qosqo, éminent orienteur de Fontainebleau avec qui j’ai eu l’occasion de faire équipe 2 fois sur la mégalonight (3ème en 2009 et 5ème en 2010). Hélas, à 15j du départ, blessure de Qosqo, petit moment de panique et finalement, intégration sur le tas de Sprolls, kikoureur, et non moins éminent orienteur qui était dans l’équipe ayant fin seconde l’an dernier.

Une bonne équipe de raid28 ne peut être constitué sans une excellente féminine. Cette année, c’est Virginie, ou VB, elle aussi kikoureuse, triathlète et adepte du longue distance qui complètera l’équipe.

Je résume, les personnes et les rôles :

-          Virginie (Lyonnaise) : top boisson, métronome, sourire garanti

-          Blueb (Grenoblois) : capitaine, stratège, gestion du livre de route

-          Sprolls (Parisien) : maitre orienteur IGN ET IOF, reports IGN, traileur émérite. Bref, donnez lui une carte, des chemins creux et de la forêt et il est heu-reux !

-          Papy (Champenois) : serre-file et homme à tout faire

-          Tortue (Nantais) : orienteur adjoint, reports des spéciales et poinçonneur. Un petit mot sur mon état physique. Le raid28, je connais, je n’ai pas d’appréhension particulière. Je sais que c’est long et que ça se court au physique mais aussi au mental et que l’équipe aide beaucoup à se surpasser. Cependant, malgré une saison 2010 de triathlon très honorable et un récent 3h26 sur marathon, je ne sais pas trop où j’en suis sur de l’ultra. L’UTMB avorté à St Gervais ne m’a pas permis de faire ma grosse sortie en 2010. Seule la récente mégalonight que j’ai couru avec Qosqo, sans problème particulier, me laisse toutes les raisons d’espérer un état de forme équivalent à celui de l’an passé (Coué est mon ami !), où je n’avais accusé le coup que dans les 2 dernières heures seulement, mais vu que l’équipe était en mode « survie » à ce moment là, ça ne m’avait pas trop gêné. Seulement voilà, la Mégalonight, c’est seulement l’équivalent de la partie nocturne du raid28 (10h de course), l’avenir nous montrera que j’étais un peu juste cette année !

Mais assez parlé de ma carapace, revenons à l’équipe qui est la clef de voute d’un raid28. Sur le papier, elle peut paraitre un peu bricolée, d’autant que c’était la première fois que l’on courrait avec Sprolls et Virginie (impossible de caler une date commune pour faire un galop d’essai comme la Noctorientation l’an dernier). Mais en fait, tout s’est super bien passé car les 3 vieux grognards se connaissent parfaitement, et que les deux « jeunes » recrues n’ont eu aucun mal à s’intégrer grâce à leur caractère hyper sympa et leurs qualités physiques hors du commun.

L’objectif :

Papy et moi, avions eu le plaisir de connaitre les joies de la victoire en 2005. Le blueb courre après une grosse perf depuis des années. Sprolls et Virginie sont des habitués des places d’honneur. L’an dernier avec la même ossature, mais avec des problèmes physiques très tôt dans la course et une orientation moins forte, on avait fait cinquième. L’objectif est donc simple : le podium et rien d’autre.

Les stratégies se mettent en place par mail et s’affinent au bistrot le samedi après-midi. Petit resto place d’Italie et TER Austerlitz-Auneau avec l’autre équipe du zoo (Ouster, Libellule, Souris, Castor et le remplaçant du lapouneur dont j’ai oublié le nom), taxi Auneau-Béville et nous voilà 2 heures avant le départ dans la salle des fêtes de Béville le comte. Retrouvailles avec les kikous, les habitués du raid28 et bien sur Papy turoom et toute son équipe, avec une mention toute particulière cette année pour le Kloug en raison de ces derniers problèmes de santé. Au fait, peut être faut-il l’appeler Zébulon-Klougy, maintenant qu’il a un cœur à ressorts ;-) Une grosse, grosse pensée aussi à Dame Odile qui ne peut pas être là à cause du décès de son papa ! Courage à toi et reviens-nous vite avec tes spéciales IOF qui personnellement m’ont un peu manqué cette année !

22h le pitaine récupère le livre de route ! Voyons, ce que les Turoom nous ont  mijoté cette année ? Comme tous les ans, il y a des nouveautés : la plus importante, mais sur laquelle on ne va pas tilter tout de suite : les 20 premières balises sur cartes IGN sont déjà reportées !!! Cela aurait du nous insister à changer notre stratégie, mais nous avons manqué de perspicacité et on en reste à ce qui était prévu : reporter pendant 20’ maxi et filer. Sprolls, VB et Blueb reporte sur l’IGN, et je suis chargé des reports « spéciaux ». Papy surveille le chrono. Autant l’an dernier, j’avais été rapide et efficace sur les reports spéciaux, autant cette année, je vais être…nullissime ! Au bout de 20’, j’ai reporté…2 balises ! Je n’arrive pas à me dépêtrer du « road book », ce qui est d’ailleurs inutile car ce ne sont pas des balises à reporter mais c’est quelque chose qu’il faut faire en « live ».

Au bout de 20’, Sprolls qui a déjà reporté un maximum de balises sur l’IGN, prend les choses en main. Il prend encore quelques minutes pour reporter une carte bien technique que l’on préfère faire au calme du gymnase et au bout de 25’ environ, nous voilà sur le départ ! Avec le recul, je pense que c’est notre seule véritable erreur de ce raid28. Retenez bien ceci, on verra à l’arrivée qu’on peut être regretter cette petite ½ heure de perdue au début.

Contrairement aux autres années, je ne ferais pas un Cr très détaillés sur l’orientation car en fait, je vais orienter sur…4 balises en tout et pour tout et c’est Sprolls qui fera tout comme un grand et sans aucune erreur !

On part tout de suite à la bonne allure, pas trop vite, pas trop lentement ! La route est longue ! Sur les premières balises le long de la Voise, on est à la « bagarre » avec l’équipe 3. En fait, ils vont plus vite en course que nous mais Sprolls est bien plus précis et on les repasse à chaque balise. Un peu plus loin, on va faire un bout de route avec la « 24 » puis la « 33 » et la « 103 », mais la plupart du temps on sera seul !

Le départ est excellent et tout va bien sur ces premiers km, quand tout à coup, un peu avant PC2, craaaac/boum, une tortue pare-terre ! Un moment d’inattention, un bête trou dans un champ en légère descente en vlan la cheville est partie et je l’ai bien senti « craquer » ! Foutues chevilles, elles me font souvent ce coup là. Séquelles de mes années volley ball et de leurs moult entorses. Sur le coup, la douleur est comment dire ??… « jouissive » ;-) Je me relève tout de suite, et je reprends la route. Seul Papy qui était derrière à ce moment là est au courant, et je ne veux pas que le reste de l’équipe s’inquiète. Je sais qui si je continue à trotter, la douleur devrait s’estomper. J’en ai pour ¼ d’heure en général à boiter bas en serrant les dents. Coup de bol, c’est à ce moment là qu’interviennent les premiers franchissements de rivière. L’eau froide, combinée à une prise massive d’anti-inflammatoire, vont me faire un bien fou sur la douleur et vont limiter l’œdème.

Balise 22 et 23, de longs poste à poste dans les champs beaucerons. Sprolls me refile la carte, pendant qu’il reporte à l’arrière les balises jusqu’à la dernière carte. Je fais un sans faute sur ces 2 balises ;-)) mouarf ! C’était pas bien difficile, de la bonne verte sur le chemin !

Je repasse la carte à Sprolls. Les km et les heures passent, je continue à poinçonner comme si de rien n’était car la douleur à la cheville a fini par disparaitre, comme prévu. Sprolls est sur et précis à l’orientation. Je trouillotte à tout va. VB trotte comme un métronome. Papy roupille gentiment à l’arrière, attendant son heure et n’ayant pas besoin de jouer son rôle de serre-fille puisque l’équipe est toujours groupée et qu’on est quasiment toujours tout seul ! Il n’y a que le genou et le dos du Blueb qui ont leur classique coup de moins bien nocturne. Mais le guerrier est solide et il va serrer les dents, le temps que ça passe.

Aux PC successifs, on ne peut pas s’empêcher de regarder les feuilles de pointage, on est en 6/7ème position environ sur les premiers PC.

Cheminement entre PP 29 et PP30. Ca parait évident sur la carte. Je papote devant en tête avec Sprolls, seul le sol très glaiseux est très pénible et nous incite à marcher ou à trotter doucement pour préserver les organismes. Mais d’un seul coup, le chemin si évident sur la carte, s’interrompt en plein champ. Le paysan local ayant estimé qu’il valait mieux planté du blé que de ménager un passage au raid28ards ;-)

Je sens Sprolls très interrogatif, et soucieux. J’essaie de le rassurer avec des paroles clames, mais très vite il se reprend et décide de contourner le champ par le nord, direction le petit village de Baudicourt. Comme on dit dans « les bronzés » : « on a fait un petit détour parce que c’est joli ». Effectivement, ce petit hameau endormi n’est pas sans un certain charme et comme le chemin est assez roulant ce petit km de rab n’aura pas d’incidence trop dommageable.

Arrive la première spéciale, dans la forêt de St Arnoult, avec les fameux reports « spéciaux ». Le Sprolls loupe une balise au passage mais il la reprend en sortant de la zone ! Magistral ! Au PC suivant, on est pointé 3 ou 4ème ! Il a été géant dans ce bois. La subtilité turoomesque était que la balise 36 était située entre la 40 et la 41, mais même ça, cela n’a pas perturbé notre orienteur, à fond dans son sujet !

On traverse l’A11 en laissant le péage de St Arnoult sur gauche et les premières lueurs de l’aube commencent à poindre. Au PC suivant, changement de carton de pointage. Je commence à faiblir au poinçonnage et c’est l’Papy qui prend le carton pour ne plus le quitter jusqu’à l’arrivée.

PC11, il fait grand jour maintenant, et on décide un stop petit-dej. On en a tous bien besoin, on sort les cahuètes et le saucisson, et rapidement on se remet en marche, préférant manger en marchant sur le GR plutôt que de laisser passer trop d’équipes. Pas de bol, ça grimpe, et j’ai un peu de mal à faire passer les noix de cajou en raison de l’essoufflement ;-)

 

Spécial mémory/précision en forêt de Rambouillet. Sprolls qui avait été jusqu’à là très précis et rigoureux en lecture de carte IGN va montrer ses véritables talents d’orienteur. Il « vole » de balise en balise, précis, sans hésitation. Revenant même au sprint sur la balise précédente quand il a un doute sur le positionnement d’une « précision ». A ce moment, j’ai un bon coup de barre, et j’ai du mal à simplement suivre le groupe, alors que lui et Papy font les pointages des balises. Je « surveille » tout ça du coin de l’œil, n’ayant pas trop le temps de lire les définitions sur les balises qu’il est déjà parti sur la suivante ! De toute façon, je vois bien qu’il n’a nullement besoin de moi, mais j’essaie quand même de m’intéresser à l’orientation pour ne pas m’endormir derrière. Dommage que je n’ai pas été au mieux à ce moment là, car j’aurais bien aimé être juste à ses côtés pour profiter de la leçon.

 

La Beauce est derrière nous, on attaque la vallée de Chevreuse et le troisième tiers de la course. Le dénivelé devient de plus en plus marqué. Cela ne me dérange pas au début, la cahuètes et le doux soleil hivernal commencent à faire leur effet, et j’ai un net mieux en cette fin de matinée, début d’après-midi. Au passage des PC, notre troisième place se confirme. On a ½ heure au moins de retard sur les premiers, on ne peut pas les rattraper à la course. On se fixe donc comme objectif de tout prendre dans les délais en espérant qu’ils fassent des erreurs qui nous permettent de les « rattraper » au classement lors du décompte final.

PP 73 et 74, pendant que Sprolls et Papy font un arrêt technique à Fourcherolles, je reprends « l’orientation » pendant 2 balises. Enfin, « orientation », c’est un bien grand mot, il suffit de ne pas louper le départ du chemin qui se fait par un étroit goulet et ensuite c’est dré dans l’pentu et les 2 balises sont toutes proches et bien visibles dès le début de la grimpette.

Sprolls, requinqué et ré-alimenté, se joue à nouveau des balises, la troupe avance toujours à bonne allure. PP79, une approximation dans le report nous fait perdre quelques minutes. Tant mieux, ça nous laisse un peu de temps avec Virginie pour souffler. Et oui, c’est tout le problème avec un orienteur hors pair, il n’y a pas de jardinage, donc il n’y a pas de répit non plus ;-)

Les spéciales road book, nouveauté 2011, sur le raid28, impliquent une vigilance de toute l’équipe. Car même si le Sprolls nous fait un cheminement très précis, on ne sait pas exactement où se situe les balises. Certes, elles sont visibles depuis le chemin, mais ce n’est pas le moment de rêvasser. D’ailleurs on a failli louper la 85 qui était un tout petit peu en surplomb du chemin.

Ca y est, on attaque la dernière carte IGN. Je me dis qu’on est bon, qu’il n’y a plus qu’à laisser dérouler jusqu’à Bures. Ca tombe bien, je commence à avoir les cannes en bois. Et bien, non, c’était sans compter sans le « quatrième tiers » de la course dont papy turoom nous avait rabattu les oreilles au départ. Je m’en souviendrais de ces deux dernières heures de course. Alors que l’on a une marge conséquente au passage de la dernière barrière horaire, cette avance fond comme neige au soleil dans la dernière spéciale road book qui n’est qu’une succession de montée et de descente dans le bois d’Aigrefoin puis dans le bois de Grats. Sprolls nous dit être sur ses terres d’entrainement. Tant mieux, mais, cela n’enlève rien au dénivelé. Le blueb et moi-même avons de plus en plus de mal à monter nos kilos au sommet de chaque raidard. Et il faut toujours être vigilant car, là encore, c’est de la spéciale « road book » et les balises peuvent surgir à tout moment.

Dernière spéciale, on est short time ! Le blued donne 45’ au Sprolls pour la faire. Je reconnais une jolie carrière dans laquelle Dame Odile nous avait concocté une spéciale précision en 2008 (je crois). Alors que je vois le dead line se rapprocher, les balises se font de plus en plus proches. Sprolls est attiré/aimanté par les balises, en état de « lévitation », comme ces grands orienteurs que j’ai eu l’occasion de côtoyer par le passé (Pockemon, Qosqo). C’est un état et un sentiment qu’il m’est aussi parfois (mais très rarement vu mon plus modeste niveau) arrivé de connaître. C’est une sensation extrêmement agréable pour un orienteur que de « sentir » la piste de la balise, et d’avoir l’impression d’être un peu dans la tête du traceur. Même l’papy derrière a du mal à suivre le rythme des balises et « corne » de peur de se faire larguer. Je le guide du mieux que je peux sur les balises que Sprolls a déniché. Le Blueb surveille sa montre, mais je vois bien qu’il sent que ce n’est pas le moment d’intervenir et de perturber Benjamin. Virginie et moi préférons laisser les extra-terrestres finir de remplir le carton en les observant admirativement de loin.,. Le dead line imposé par le Blueb (15h à PC 18) est passé de 10 bonnes minutes. Je sais qu’il va falloir cavaler jusqu’à l’arrivée. Il reste 50’ pour faire les 5,5 derniers km. Dit comme ça, cela parait une évidence. Et bien, après presque 100 km de forêt, de boue, de grimpettes et une nuit blanche, ce n’est pas aussi évident que ça. En plus, ce n’est pas plat du tout !!!

PC 19, traversée d’une Nationale. On est bloqué pendant quelques secondes par les bénévoles qui sécurisent la traversée. Cela me parait interminable. On se remet à trottiner, je sue comme un bœuf, trop couvert maintenant sous le beau soleil. Je regarde le chrono toutes les 2’, je sens bien que ça va être juste, mais jouable si je m’arrache. Ho hisse, je suis « à fond » à 8 ou 9 km/h, pas plus. Je me sens vraiment moi le boulet à ce moment là. Mes 4 compagnons de route ont l’air frais comme des gardons. Tout le monde vient au soutien : le Blueb me donne de l’eau (je suis à sec depuis au moins 3 ou 4h),  et je n’ai plus rien à manger depuis longtemps aussi. Le papy vient  à mes côtés. Il me connait, il sait que ça ne sert à rien de me parler dans ces moments là, mais sa présence est réconfortante.  Mais comme il a le carton de pointage, il ne peut pas trop quitter la tête de l’équipe non plus. Même Sprolls viendra un peu à l’arrière à un moment pour m’encourager après avoir fait un stop lacet défait ! merci les copains, croyez bien que j’ai mis tout ce qu’il me restait, même si je n’allais pas bien vite ! Il me reste même un peu de lucidité pour trouver l’avant-dernière balise qui est situé de l’autre côté du muret (comme le précise bien la définition !).

Dernière balise puis dernière descente et le campus ! Enfin ! J’ai un peu la tête qui tourne, mais je reconnais l’arrivée. Je regarde la montre, c’est dans la poche. On va rentrer dans les délais avec TOUTES LES BALISES ! C’est un sentiment extraordinaire du devoir accompli lorsque l’on passe la ligne tous les 5 mains dans la main à 15h57 ! Je n’ai pas toute ma lucidité car je suis épuisé et déshydraté, mais on s’embrasse chaleureusement et on se congratule. On retrouve l’équipe Turoom au complet, klougy au micro bien sur ! Raspoutine et qq kikous sont là aussi. Je ne reste pas longtemps debout dans la zone d’arrivée avec mes coéquipiers car je sens mes jambes flageoler. Je reste de longues minutes, prostré, à avaler 4 ou 5 bols de soupe en essayant de reprendre mes esprits. J’ai même la vision un peu trouble !

Une fois à peu prêt requinqué, je lève la tête pour m’apercevoir que j’ai perdu le reste de l’équipe. Direction le gymnase donc, où je retrouve nos amis belges des Quecha Célestes attablés devant une bonne bière. Ils me confirment avoir tout pris aussi, comme l’équipe arrivée en deuxième position. On sera donc au minimum troisième ! Mission accomplie ! Maintenant, il faut attendre les résultats dans l’espoir d’une erreur des autres lors de la « spéciale précision ».

Une bonne douche va me remettre à peu près sur pied. Les cuisses sont bien dures, mais j’émerge. Discussion avec les kikous présents, on « refait la course » comme dit Eugène ! Papy Turoom est bien rigolard à l’arrivée, content de son coup du quatrième tiers ;-)

Les résultats officiels arrivent après la collation. Notre troisième place est confirmée. C’est la joie, mais pas l’explosion de 2005 où nous étions les premiers surpris de la victoire. Cette troisième place en vaut pourtant bien une première : avec tous les postes poinçonnés et une arrivée à 3’ du gong, on pouvait difficilement faire mieux. On laisse devant 2 grosses équipes, à mon avis pas plus forte que Sprolls en orientation, voir même moins forte mais plus jeunes et plus rapides ! Rien à dire. Le seul regret qu’on peut nourrir éventuellement, ce sont les 25’ passées dans la salle du départ. Au final on est à 29’ des premiers et 15’ des seconds ! arf ! Mais qu’importe, l’objectif est atteint ! Comme la chèvre de M Seguin, j'ai lutté toute la nuit et au petit matin le méchant loup turoomesque et son quatrième tiers me mangea ;-)

Le raid28 2011, un grand cru donc. Un parcours savamment dosé, avec des difficultés physiques croissantes. Des spéciales originales, des balises bleues bien réparties. Il a juste manqué selon moi, une ou deux bonnes vraies CO de 10/15 balises comme par exemple la course au score de l’an dernier. La météo fut très clémente. Même pas besoin de gants, et j’ai tout fait avec un simple t-shirt et une veste de vélo légère. Pas de pluie, bref un vrai temps de printemps.

 

Mille mercis à Virginie notre co-équipière de choc et de charme. Et aussi à mes 3 co-équipiers. Avec le Blueb et le Papy, c’est toujours le même plaisir depuis tant d’année que l’on court les chemins creux, de passer une ligne d’arrivée ensemble. Et la connaissance de Benjamin fut très intéressante tant sur le plan technique que sur la plan humain.

 Bon, et bien voilà…à l’année prochaine tout le monde !!!!

Tortue, Blueb, Virginie, Papy, Sprolls, HEu-reux !

 

Pour les autres photos, je vous renvois au CR du Blueb qui est parfaitement illustré !

http://www.kikourou.net/recits/recit.php?idCR=11407

 

Bien amicalement,

La Tortue

    

7 commentaires

Commentaire de hemerodrome posté le 25-01-2011 à 21:50:00

Tout pareil que chez lblueb l'ami.

Vos années d'expérience ont parlé. Bravo pour votre perf.

Bises
Hémé

Commentaire de LtBlueb posté le 26-01-2011 à 10:15:00

tout a été dit ailleurs amigo :)

Commentaire de langevine posté le 26-01-2011 à 11:21:00

Encore une bien jolie course menée de main de maître!
Un grand bravo à cette équipe chic et choc!!

Commentaire de Sprolls posté le 26-01-2011 à 20:04:00

Bravo pour ta course et ton enorme volonté sur cette fin de course. Très heureux décidément d'avoir pu vous rejoindre sur cette course :)

Commentaire de caro.s91 posté le 28-01-2011 à 14:48:00

Superbe course, Bravo à toute l'équipe pour ce podium mérité !!!

Commentaire de VB posté le 07-02-2011 à 10:30:00

merci pour ce beau et long CR, vous êtes aussi fort en course qu'en CR ... Merci pour ce super WE et cette équipe de choc !! de sacré lascards !! très impressionnant et que des bons souvenirs!!
j'espère à bientot
VB

Commentaire de raspoutine 05 posté le 12-02-2011 à 14:25:00

... Et en plus, la Tortue fait tout sur un pied... Carrément fort en mental. Beau parcours pour une belle épreuve. Belle perf par une belle équipe. Félicitations à tous, vous êtes allés le chercher ce podium !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran