Récit de la course : Courmayeur - Champex - Chamonix 2010, par loulou68

L'auteur : loulou68

La course : Courmayeur - Champex - Chamonix

Date : 27/8/2010

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 586 vues

Distance : 97km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

CCC 2010 dans des conditions extrèmes

Après une courte nuit, fête au centre CCAS de Morillon et stress d'avant course, nous nous levons à 6h pour partir à Chamonix. Le ciel est bien chargé. Nous nous installons vers 7h30 dans les navettes pour Courmayeur. Nous passons par le tunnel du Mont Blanc; après 12km de tunnel nous découvrons les chalets italiens avec leur toits en ardoises taillées.

La tension monte; vers 9h, la pluie démarre, on espère tous qu'elle ne dure pas, mais on reçoit un SMS du PC course, qu'il faut prévoir des vêtements chauds car ils annoncent de la pluie, du vent et du froid, dur dur pour le moral!

A 9h30, je me place sur le départ avec les 1800 autres ultratrailers, les hymnes des 3 pays traversés ainsi que la musique de Vangelis sont joués avant le départ. Nous avons aussi droit aux danses et musiques traditionnelles de la région. C'est un beau petit spectacle!

Enfin arrive le décompte 10, 9, ...2, 1, C C C !le départ est donné.

Nous traversons la ville sous les applaudissements du public, puis plus loin Entrèves, Planpicieux; la pluie s'intensifie. Le bitume laisse place au chemin dont la pente s'accentue au fur et à mesure de notre progression. Mes jambes me semblent pas très fraiches.

Après 1h30 de course, je me trouve au refuge Bertone (131ème) où je fais le plein d'eau et repart pour une ascension assez raide en direction de la tête de la tronche à 2584m (133ème). On redescend vers le refuge Bonatti, la descente est raide et glissante. Des éclaircies apparaissent enfin. Un passage boueux et glissant comme une patinoire est délicate à travers les vaches et les fermes d'altitude. Je glisse et m'étale, un bâton est plié et j'ai des égratignures sur les coudes et genoux et un ongle sur la main gauche bien explosée. Tant que les pieds et les jambes n'ont rien ça va!

Après 3h d'effort (128ème), je prends tranquillement mon 1er repas au refuge Bonatti(10 min): Soupe aux vermicelles, tuc, coca, barre énergétique et fais le plein d'eau avant de repartir. Ce repas me redonne du poil de la bête. Nous continuons notre descente jusqu'à Arnuva à 1700m (149 ème) où de nombreux spectateurs nous acclament et des photographes mitraillent. Nous partons en direction de la Suisse en effectuant l'ascension du grand Col Ferret 2537m. La montée est raide, pas facile de passer la frontière au sommet je suis 140ème. On traverse quelques fermes, des randonneurs du TBM s'écartent du chemin pour nous laisser passer.

Vient ensuite la descente en direction de Peule, puis la Fouly qui est encore bien raide. Les supporters coté suisse sont tout aussi présents, on m'offre du coca, eau. En arrivant au ravitaillement de la Fouly la pente devient plus douce. Après 6h d'effort (131 ème) je prends mon 2ème repas en 10 min en chargeant un peu plus a niveau des barres énergétiques aux fruits. Il y a même des spaghettis bolo, fromage, saucisse. Je préfère ne pas trop charger mon estomac. Je continue mon chemin, le parcours est relativement plat (petite montée et descente).

L'orage éclate et la pluie se met à nouveau a bien tomber. Nous rejoignons le bitume en passant par quelques jolies villages suisses et toujours autant de spectateurs malgré la pluie. Les logues descentes sur le bitume remue mon estomac bien remplie par le 2ème repas. Sur le bords de la route certains coureurs se font assistés par des voitures; je ne trouve pas cela très correct!

A Issert, commence l'ascension vers Champex Lac, nous traversons des torrents, nos pieds sont bien trempés. Nous arrivons sur Champex Lac, nous avons passer la mi parcours, j'ai 15min d'avance sur mon objectif (128 ème place) mais la course est encore longue! C'est une étape clé à passer ne nombreux abandons se passe ici. Je reprends un repas complet toujours identique et repars pour la dure ascension de Bovine. Il y a des passages à la limite de l'escalade, de plus les rochers sont très glissants. Nous traversons aussi quelques torrents. La forme est là, je monte rapidement est suis au sommet 97ème avec 30min d'avance sur mon objectif. A bovine je me ravitaille et redescends vers Trient avec des passages bien glissant. J'arrive à Trient en ayant perdu un peu de temps, le brouillard a fait sont apparition; j'ai 15min d'avance et 106ème: la descente n'est vraiment pas mon point fort, surtout avec ces conditions! A Trient je refais un bon repas, je l'équipe pour la nuit; lampe et micro polaire. C'est dur de ressortir par ce grand froid et cette pluie qui tombe intensément. Je remonte vers Catogne ou j'arrive au sommet avec 20 min d'avance et la 71ème place. Je bois et mange régulièrement pendant les montées pour éviter les hypo à cause du froid, vents et pluie qui saisie. A Catogne on rattaque une descente bien difficile ou je chute sur une pierre et mon genoux gauche craque un peu! Nous passons en France à ce moment. Je ne peux courir dans la descente mon genoux me fait mal! Je me dis qu'il y a plus qu'une montée après cette descente, il faut que je tienne bon! Nous arrivons à Vallorcine, ou des buchers ont été installés pour balisés le parcours et pour nous réchauffer, c'est vraiment sympa! Il est presque 23h, j'ai maintenant pris 20min de retard sur mon parcours, je suis 96 ème. J'apprends que l'UTMB est annulé après 3 heures de course à cause des conditions météo et la TDS est repoussé de quelques heures! Je mange bien, puis repars difficilement pour la dernière ascension vers la tête aux vents qui portent bien son nom! Le vent souffle et la pluie reste soutenue ce qui bous refroidie bien; certains coureurs essayent de coincer leur couverture de survie dans leur vêtement pour se protéger du froid. J'ai vraiment beaucoup de difficulté à monter, je marche, je n'arrive plus à lever le pied à cause de mon genoux. L'ascension entre les rochers et les marches hautes est vraiment difficile. Je perds encore quelques place je suis 104 ème au sommet et j'ai 35min de retard sur mon objectif!. Vient ensuite un plateau jusqu'à la flégère avec des rochers à passer des torrents qui coulent à flot, on ne sait plus où mettre les pieds, en plus le vent, le brouillard et la pluie gène notre progression. J'ai mal maintenant aux 2 genoux après avoir chuter plusieurs fois à cause du manque de lucidité! A la Flégère(107 ème, 40min de retard), je prends mon dernier ravitaillement avant la descente finale sur Cham! Mais je n'arrive plus à lever le pied au delà de quelques cm du sol à cause de mes genoux, je trébuche à chaque aspérité du sol, heureusement le chemin est moins en moins difficile, mais le brouillard m'empêche de voir mon chemin, j'hésite à plusieurs reprise sur le chemin à prendre. Je continue à me faire doubler: c'est frustrant; la descente devient facile mais je ne peux courir!!Au fur et à mesure de la descente je vois dans la vallée les lumière de Cham! Je serre les dents et me remets à trottiner tout doucement. J'arrive dans la ville et des spectateurs sont là sous la pluie en plein milieu de la nuit en train d'applaudir. Le parcours dans Cham me parait interminable! Je vois enfin l'arrivée sous les applaudissements des courageux spectateurs! Je finis 122ème en 17h02 de course. J'apprends que la CCC a aussi été arrêté à Vallorcine! Seul le premier tiers des coureurs dont je fais partir aura la chance de finir à Cham! Je suis satisfait d'avoir pu boucler cette course dans ces conditions extrêmes. J'apprends aussi que la TDS a aussi été annulé! Donc cette année, seul la PTL qui a démarré en début de semaine et la CCC ont eu lieu. Cette situation est inédite pour cette manifestation!

Il est temps de rejoindre les douches à pied, je n'arrive même plus à marcher, je boite et mes genoux sont enflés, j'apprends que j'ai une bonne tendinite enflammé sur le genoux droit et que mais 2 genoux sont le syndrome de l' essuie glace du au fait que j'ai forcé après ma blessure, il me faudra je pense quelque semaine avant de pouvoir à nouveau trottiner. En tout cas bravo aux bénévoles qui étaient sur les sommets à nous attendre dans le froid et sous la pluie et ceux aux ravitaillement très gentil et agréable toujours prêt à nous rendre service, sans ces 1700 personnes nous ne serions pas là! Mais bien sur à tous les autres qu'y était là pour que tout se passe bien! Bravo!

4 commentaires

Commentaire de JLW posté le 17-11-2010 à 22:52:00

UN GRAND BRAVO A TOI.
17h dans ces conditions est une véritable performance, je suis admiratif.

J'étais inscrit sur la TDS ... je n'ai pas participé à la "reprise utmb"

Commentaire de frankek posté le 18-11-2010 à 18:33:00

belle perf ! j'étais de la partie aussi...pas un grand souvenir pour moi ce trail...temps trop dément pour vraiment apprécier. mais bon c'est comme ça...

Commentaire de loulou68 posté le 18-11-2010 à 20:23:00

Merci beaucoup pour vos encouragements.
Le mauvais temps m'a pas trop gêné, à part pour apprécier paysage !
J’espère que vous serez présent l'an prochain?
Je vais certainement réessayer l'an prochain en essayant d'éviter de me blesser cette fois-ci.

Commentaire de Berty09 posté le 18-11-2010 à 23:03:00

Alors là, c'est plus de la rigolade...17h à crapahuter dans de telles conditions. Un grand bravo!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran