Récit de la course : Marathon des Villages 2010, par rcou

L'auteur : rcou

La course : Marathon des Villages

Date : 10/10/2010

Lieu : Piraillan (Gironde)

Affichage : 777 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Courons sous la pluie!

10 octobre 2010 : Marathon des Villages du Cap-Ferret.

Marathon plutôt valloné (près de 400mD+) avec plusieurs passages sur chemins et sables et de nombreuses relances, particulièrement dans la deuxième partie.

Ce marathon est pour moi un objectif secondaire, je me suis fixé comme objectif de temps 3h.

Préparation un peu limite sans préparation spécifique (pas de sortie longue, distance max courue : 15km à Sadirac).
Petit désagrément en dernière semaine avec une deshydratation et quelques vertiges après l'entrainement de mercredi.

J'arrive donc dimanche matin un peu dans l'expectative. D'autant que je me met un peu la pression car c'est groupama qui a pris en charge mon inscription et que je leur ai "vendu" une performance en trois heures.

Après une petite bise à Cerise, nous nous positionnons sur la ligne de départ sous une pluie continue. Je sens tout le monde déjà très concentré. Le départ est donné, placé dans les premières lignes je ne suis pas géné est je pars sur un bon rythme afin de me trouver rapidement un groupe avec lequel partager un certain nombre de km.
J'ai devant moi une trentaine de concurrents. Le premier km est passé en 4min04 (4min15 au kilomètre est l'allure normale pour réaliser 3h). Je me raccrocher à deux concurrents qui ont l'air d'aller à mon allure. Nous passons au 5ème km en 21min, toujours avec quelques secondes d'avances sur l'objectif. Cette première partie est majoritairement sur la piste cyclable.Je discute un peu avec mes compagnons : l'un est en préparation pour faire 2h52 à La Rochelle, il vise aujourd'hui 2h56. Je me dis que c'est un peu rapide, je décroche vers le 8ème et reste en chasse-patate derrière. Je commence déjà à rattraper quelques concurrents partis un peu vite, le 10ème km est franchi en 41min45 (45sec d'avance). Je me sens vraiment à l'aise mais la route est encore longue.

Au 12ème km nous arrivons sur la première réelle difficulté. Le parcours est loin d'être facile mais il y a deux difficultés majeures : la première est la montée à la pointe aux Chevaux, côte de près de 400m avec un bon pourcentage. Pour moi je la monte en petites foulées afin de pouvoir bien relancer dès le sommet. Celà passe comme une lettre à la poste.

Le premier tiers de course approche : au 14ème km, je passe en 58min45 (1min d'avance). Dès après nous passons une première fois sur la ligne après environ 15km600 (passage en 1h05min32sec). Lors de ce premier passage, je passe 16ème sur la ligne avec à 60m devant 2 concurrents que j'avais laissé partir devant au 8ème. Je viens de faire 8km tout seul et honnêtement je me vois mal continuer ainsi pendant encore 26km. Je fais donc un peu le forcing pour revenir sur les "échappés". Je les rejoints au 17ème km et nous décidons de poursuivre ensemble, j'ai l'air plus frais donc j'assure le tempo au début de cette deuxième boucle. Un pote du club nous rejoint en vélo et nous encourage, il reste avec nous jusqu'au semi que nous passons toujours tous les trois en 1h28. L'objectif de 3h est atteignable mais il ne va pas falloir craquer.

Or la seconde moitié du parcours est loin d'être facile, l'usure se fait déjà sentir et celà ne manque pas : mes deux compagnons sont décrochés lors d'une partie un peu plus difficile. Malgré la pluie il faut penser à bien se ravitailler (pour moi consommation totale de 2L d'eau, 3 balisto, une orange pour une consommation energétique totale de 4 000 calories). Les kilomètres passent lentement, lentement, mais je me sens quand même à l'aise. J'ai un groupe en point de mire au loin, celà me motive surtout que ce n'est pas des rigolo (2 coureurs de ce groupe sont des connaissances qui valent à peu près 1h20 au semi).

Aux deux tiers du marathon je passe en 1h57 (toujours bien en avance). A ce moment là j'y crois dur, pensez, 1h03 pour courir 14km200 c'est possible c'est réalisable! Le 30ème arrive bientôt et des athlètes commençent à être sérieusement en difficulté (certains vont perdre près de 15min en 10km sur moi). Moi également je sens que celà devient vraiment dur, j'ai peur de heurter le mur (matérialisé par une "porte" avec une inscription "le mur c'est ici").

Malgré tout je continue à passer mes km en 4min15 peu ou prou. Au 36ème je suis juste dans les temps pour faire 3h, je sais que je vais échouer, il reste une terrible côte au 39ème (montée des escaliers). Malgré ces difficultés je continue à rattraper du monde pour rentrer dans le top 10. Enfin arrivent ces marches, elles sont douloureuse avec à chaque instant le risque de cramper, heureusement une foule nombreuse nous encourage malgré la pluie qui n'a cessé de tomber aujourd'hui. En haut il reste moins de 3km, ils seront pénible, je ne sens plus grand chose, je ne regarde plus ma montre je sais que je vais faire 3h et des poussières.

Mais je suis malgré tout heureux, heureux d'avoir réussi un bel exploit sur un des marathons les plus usants du Sud Ouest avec des conditions météo difficiles.

Enfin les derniers mètres, sur le tapis rouge s'il vous plaît pour un temps final de 3h02min02sec, 9ème donc. Je ne traine pas, groupama remporte la compétition Entreprise et je rentre fier comme Artaban me faire masser par ma dulcinée qui a acheté un livre de massage pour mon plus grand plaisir!

2 commentaires

Commentaire de Wallaby posté le 29-07-2011 à 10:58:18

Bravo, je vais peut être le faire mais je vois que c'est un marathon difficile.

Commentaire de Wallaby posté le 29-07-2011 à 11:00:59

Bravo, je vais peut être le faire mais je vois que c'est un marathon difficile.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran