Récit de la course : Marathon du Beaujolais Nouveau 2005, par LtBlueb

L'auteur : LtBlueb

La course : Marathon du Beaujolais Nouveau

Date : 19/11/2005

Lieu : Villefranche Sur Saone (Rhône)

Affichage : 2433 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Yo,

Coureuses et coureurs de France, de Navarre et d'ailleurs si vous
cherchez un marathon sympathique, de taille humaine (< de 900 coureurs), organisé dans le sourire et la bonne humeur, bien fourni aux ravitaillements (et d'ailleurs pas qu'en eau ;-)) ) , dans une ambiance de fête, et bien ... réserver tout simplement votre mois de Novembre l'an prochain pour participer à la seconde édition du marathon du Beaujolais nouveau . C'est un peu comme si tous les habitants du beaujolais s'étaient coupés en 4, ce samedi matin, pour permettre aux 900 coureurs de vivre cet événement ; il faut dire que c'est "finement joué" de la part des Beaujolais Runners (l'association organisatrice) que d'avoir placé son marathon nouveau (la derniere édition du marathon de beaujolais datait d'il y a quelques années) au moment de la sortie du beaujolais ... nouveau ;-)

Restant sur un semi-échec lors... du semi de Grenoble, il y a 3 semaines (1h40), et pas particulierement préparé pour un marathon (1 seule SL de 2h en 2 mois) j'avais prévu de courir les 42km en mode sortie longue à 11km/h, en vue des échéances hivernales ; c'était sans compter sur la perversité des 2 vedettes locales qui avaient proposé de m'accompagner ;-)))

Les quelques verres du cru local (de fort bonne qualité d'ailleurs),
offerts la veille au soir par notre ami le chamois, me valent de me
réveiller la bouche un peu "pateuse", ce samedi matin ; bof pas un
souci, le départ est prévu à 10h30... est ce l'effet des aromes locaux
et l'absence d'un réel objectif , je suis incroyablement zen pendant ces quelques heures. Le trajet de Villefranche (ChamoisCity / ville
d'arrivée) à Fleurie (départ) nous permet d'admirer les côteaux que nous traverserons dans quelques heures. C'est pas tout plat le beaujolais et ca n'est pas vraiment un marathon pour record perso : 350mD+ , dont 3/4 côtes redoutables après le km 30.

10h30, maillot kikourou, cuissard, lunettes de soleil (il fait un temps magnifique et l'essentiel du parcours nous placera face au soleil) et Asic 2090 en fin de vie, nous sommes sur la ligne de départ. 45" après le start, nous passons sous la bannière de départ et je lance mon chrono. Les premiers km sont en faux plats descendants , le chamois fait la trace et nous nous faufilons un peu parmi la masse des coureurs partis devant nous . Du coup, ca va un peu plus vite que prévu , 23'30 au km 5, puis 47'30 au km 10, temps trompeur au vu du profil favorable de ce 1er quart. Ce ravitaillement nous est servi dans une cave magnifique, Isa, la toujours souriante dame chamois nous en indique l'entrée, et il faut noter la qualité des ravitaillements mis à disposition des coureurs, tout comme l'originalité des lieux. Le Zèbre, également habillé par Kikourou , nous attend à la sortie ; petit joueur, il a décidé de faire les 30 derniers kilomètres et ainsi de nous voir prendre le mur de face ;-)) Au 12ème km, nous empruntons la coulée verte pendant 3 km, lieu de ballade plaisant des familles caladoises. Passage au km15 en 1h12' à la sortie de la coulée verte avant une premiere difficulté à flanc du Mont Brouilly. J'essaie bien de lever le pied de temps à autres, mais ca ne dure pas, littéralement aspiré par les 2 locomotives qui m'entourent ;-) Nous retrouvons nos quelques supporters au ravitaillement du 20ème km, avant de passer au semi en 1h40'30"...

Caramba !! c'est peu ou prou mon temps sur semi 3 semaines avant, ou
j'avais eu l'impression de me mettre minable ;-))) Re-caramba !! c'est
pas loin non plus de mon temps de passage au semi lors de mon vieux
record marathon de 2001 (1h38 au semi, contre 3h18 à l'arrivée)... je
suis à ce moment persuadé que je vais exploser, au pire vers le 25eme
km, au mieux après le 30eme km... Le chamois lui a une pêche d'enfer;
heureusement que je suis là pour le freiner un peu l'animal ;-))) Km 25 en 2h pile, les 3h50 visées à l'origine semblent bien loin ;-))
Peut-être soudainement un peu moins lucide, je n'ai plus vraiment de
souvenirs de ces 5 kms qui nous amènent au pied de la grosse difficulté du jour. Le chamois qui me sent résister et tenter de modérer l'allure est désormais la plupart du temps plusieurs mètres devant moi. Km 30, en 2h25, nous conservons les 5' d'avance sur les 3h30, acquises au passage de la mi course... Du km 31 au km 34, c'est un long faux plat de 3km, véritable juge de paix à ce moment là d'un marathon. A partir de là et jusqu'aux environs du 40eme km , chaque coureur que nous doublerons se verra proposer une chance de monter dans le wagon des 3h30 ; chacun recevra sa dose d'encouragements et à chaque fois, je ne pourrai masquer un sourire amusé en entendant le Zèbre, du haut de son 1,87m, brailler des "Allez Grand, tu t'accroches" à des coureurs parfois plus petits que lui de 20cm, et qui se demandent encore d'ou sortait ce Zebre, qui se frisait allègrement les moustaches en les invectivant ;-)))) Le chamois
n'est pas en reste, il tire la caravane, connaissant chaque virage,
descente et replat de la région ;-) Et moi, je m'accroche et il est
certain que si j'avais été seul , je serai reparti tranquille en 11km/h au lieu de voler ... à 12km/h ;-) Nous voilà enfin parvenu au sommet du "faux plat" qui portait bien son nom celui-là ;-) Chaque ravitaillement depuis le début est pour les coureurs l'occasion de quitter le bitume et de dérouiller les articulations sur une portion de chemin, crochet nécessaire pour atteindre les tables de ravitaillement. Km 35, en 2h50... je comprends pourquoi j'avais mal aux pattes pendant la grimpette ;-) Juste le temps de s'en remettre, et nous voila dans un nouveau faux plat, dans lequel le ballon des 3h30 peine à entrainer les nombreux coureurs que nous rattrappons...

Qu'il est sympa ce beaujolais sous le soleil !! Bon certes , la
perspective de la prochaine côte, que l'on voit arriver de loin , me
fait un peu grincer les dents ; le chamois continue à tracer et le
Zèbre à beugler ;-)) Dans la côte (Vaurenard ou un truc comme ca),
nous rattrappons Annie, une amie d'Isa ; elle vise 3h30 et vient de se
faire reprendre par le ballon ;-))) Accroches toi Annie ! Je bascule au sommet (presque) dans la foulée du Chamois , il doit rester 3kms... Je fais mine d'attendre Annie (ca me permettrait de me refaire la cerise ;-)) mais le Zèbre me houspille en me précisant qu'il s'en occupe.
Finalement assez content d'échapper au Zèbre, je ne demande pas mon
reste et file, tout en réalisant ce que ces 2 allumés sont en train de
me faire faire, moi qui m'attendait à ramer pour faire 3h50 ;-) Les
derniers kilomètres, dans Villefranche , même s'ils ne sont pas les plus buccoliques, sont un pur bonheur et une grande émotion (heureusement j'ai gardé mes lunettes de soleil ;-))) Le Km 41 nous échappe, le Chamois me conseille d'en garder un peu sous la semelle en vue du dernier raidillon, "mortel" mais avalé sur la lancée.

Dernier virage, passage entre les pom-pom girls (j'aurais bien fait un
petit arrêt de 15/20 minutes ;-)) , je dis un grand merci à mon pote
Manu, le chamois, qui confirme qu'il est loin d'etre retraité ;-)) et
nous passons la ligne d'arrivée en 3h24'26" (à mon chrono, soit 45" de
moins que l'officiel). J'avale une boisson de récup et je vais
m'allonger dans un coin au soleil pour reposer et détendre les jambes
dures, limite crampes...

Conclusion :

Je ne reviendrai pas sur la marathon, son organisation, etc ...dont j'ai déjà écrit tout ce que je pensais : que du bien... ;-)))
Jamais, j'ai bien dit jamais, je n'aurais pensé pouvoir descendre sous
les 3h30, voir approcher (de 6') mon vieux record marathon sur un tel
profil et avec un tel entrainement, surtout en regardant le nombre
d'heures ou j'ai couru a cette allure cette année...
Certes en absolu 3h25 ca ne va pas casser trois pattes à un canard mais quand on compare 2 epreuves à 3 semaines d'intervalle (j'enchaine grosso modo 2 semis à l'allure de celui de grenoble), ca fait sourire ou plutot ... ca me laisse littéralement sur le c^l ;-)

Je ne voudrais pas terminer ce CR sans dire un énorme merci au Chamois
et au Zèbre, 2 sacrés bonhommes, pour avoir pris soin d'un ex-nazebeen l'espace d'un marathon ! Quelle facilité ces 2 là, ils vont se friser à la SaintéLyon...surtout le Chamois ... arfff ;-)

Au fait, j'oubliais juste un truc ... ben oui, un peu malgré moi, j'ai
pourri la Libellule ;-)

L'Blueb

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran