Récit de la course : La Course des Terrils - La Sauvage 2010, par Insigma

L'auteur : Insigma

La course : La Course des Terrils - La Sauvage

Date : 26/9/2010

Lieu : Raismes (Nord)

Affichage : 1281 vues

Distance : 22.8km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Et ben.. Quelle sinécure !
De la pluie 3 jours durant avant la course, c’était gadoue assurée. En effet !

Olivier (Land) et Christophe nous rejoignent à 9h, nous partons affronter l’enfer du Nôôôôôôôôôrd 30 min plus tard. Et il pleut, ouais rien d’étonnant mais là il pleut quand même sans cesse depuis le petit jour, et ça n’a pas l’air d’être prêt de se lever avant un moment.

Arrivés à Raismes, nous trouvons difficilement des places de parking ; comme toujours, cette course, très populaire, attire des milliers de gens venus s’essayer aux terrils, que ce soit sur de très courtes distances (la course des p’tits quinquins, pour les plus jeunes de nos athlètes), en randonnée, ou sur des distances plus longues allant de 8 à 23kms.

Nous nous échauffons sommairement car il fait froid et nous gardons donc tous les 4 nos vestes…

Le départ est lancé un peu en retard, Frédéric Chopin vainqueur, et de loin, des … 6 précédentes éditions (!) est à nos côtés… PAN !

Départ très rapide pour moi, j’atteins le 1er kilomètre en 3’49. Nous arrivons là dans les premiers chemins gadouilleux, très, très gadouilleux… On va être propre tiens !

1er terril, je suis plutôt bien placé, et je le monte de bien meilleure manière que l’an passé. La descente est effectuée avec une attention redoublée car ça glisse franchement et la chute peut survenir n’importe quand. En bas, nous voyons une partie des concurrents qui s’apprêtent à monter le terril.

2ème terril, c’est à ce moment que je me rends compte que je suis sans doute parti un peu vite car je marche sur la fin de la montée. La descente qui suit est dangereuse, elle aussi, donc prudence.

Nous nous approchons du 3ème terril qui est toujours aussi impressionnant vu du bas. J’ai du mal à atteindre le sommet sans glisser. Un cameraman me filme sur le haut, en emboîtant ma foulée.. euh.. mon pas… mouais.. ma pénible marche disons !

Une fois redescendu de ce terril, c’est une très longue partie roulante, jusqu’au terril du Mont des Ermites situé à 20kms et qq. Je suis dans la foulée de plusieurs gars, on va à bonne allure, et soudain, des gars nous font face, on s’est tous trompés de chemin. Heureusement pour moi, la bifurcation qu’ils avaient manquée était juste derrière donc pas de gros soucis.
Mais méfiance maintenant.. Les gars qui s’étaient planté plus tôt me dépassent rapidement, et nous les suivons. Plus loin, le premier de ce gros groupe composé de 40-50 personnes je dirais, tourne à droite, ça me surprend un peu mais il a l’air d’être sûr et dit qu’il a vu une marque au sol. Très bien alors, allons-y. Au bout de 600m et une bifurcation sans plus aucune balise, problème. Encore plantés ! Ca nous met tous un coup au moral, franchement. Demi-tour.
Nous récupérons le petit sentier où le premier avait tourné à droite. Bizarrement, certains pensent qu’il ne faut pas le reprendre, et continuent. J’insiste, il faut reprendre ce chemin.
Tergiversations, énervements, bon allez vous faites ce que vous voulez, moi je reprends le chemin. D’autres continuent sur une autre piste (l’histoire ne dit pas s’ils ont franchi la ligne d’arrivée ^^). Plus loin, beaucoup plus loin, des marques sur le sol, je me dis que c’est bon, je suis seul, d’autres m’ont finalement suivi mais sont loin.

Retour sur le bassin de décantation, où nous étions passé plus tôt dans la matinée, et je vois des coureurs… Plein de coureurs qui viennent de la gauche, et filent sur la droite. Je ne comprends pas ce que je fous là, on a vraiment fait n’importe quoi.
Je rattrape ces coureurs, je retombe plus loin sur la marque kilométrique et me rends compte que j’ai fait.. 1,5kms de plus que ce qui est annoncé, dégouté !
Et tous ces coureurs qui vont moins vite que moi, il faut les doubler maintenant.. Sur les portions larges, c’est simple, mais il y a beaucoup de chemins étroits où les dépassements sont difficiles et très usants. Je fatigue. Mais double masse de coureurs. Je reprends Olivier à ce moment-là.

Bref, allez, c’est pas la mort non plus, il fait beau.. ah non, il fait chaud.. euh non, pas plus… Le terrain est des plus agréabl.. Ouais non, pas franchement en fait.
Mais on a signé, on va jusqu’au bout.

Gadoue, gadoue, gadoue, toujours.

Terril du Mont des Ermites, on est à la queue leu leu, je suis cuit. Le retour sur la course lors de l’erreur d’aiguillage, et les nombreux dépassements m’ont vraiment usé…

Il reste 2 kms ; contrairement à l’an passé, le parcours fait le tour du lac de la base de loisirs de Raismes où m’attend mon papa qui me prend en photo et fait quelques mètres en ma compagnie avant que je ne franchisse la ligne d’arrivée exténué.

Temps : 1h59m10 alors que j’avais fait 1h39m49 en 2009. Sur terrain sec, et sans erreur de parcours qui m’a fait perdre 9-10 minutes je pense. Le premier met 5min de plus que l’année dernière en terminant en 1h24. Je suis 198ème alors que j’étais 44ème l’année dernière. Il y a de quoi rager…

Mais je reviendrai l’an prochain !

Bravo à nos finishers Olivier 2min derrière moi, Vanessa en 2h37m24 et Christophe 3-4min derrière…

Edit 27/09/2010 : Une vidéo a été montée ! Et je suis dessus, c’est cool…
de 45″ à 54″ et de 2’52″ à 2’56″.. Je pense qu’on se rend mieux compte de la difficulté de la course grâce à ces quelques images…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

>> Le récit sur mon blog

 

3 commentaires

Commentaire de LtBlueb posté le 11-10-2010 à 13:33:00

les récits sont revenus !! quel plaisir de lire les aventures des uns et des autres !! bravo pour ta course et les zolies photos !

Commentaire de Land Kikour posté le 11-10-2010 à 17:41:00

Merci pour le récit et pour cette chouette course que j'ai pu découvrir grâce à votre accueil :))
Dommage pour le temps raison de plus pour revenir...

Commentaire de ch'ti vincent posté le 13-11-2010 à 22:04:00

Même les meilleurs se sont égarés sur cette boueuse et pluvieuse édition des terrils. Il fallait faire l'authentique en jupe avec nous, on ne s'est pas paumés :))
Dommage de ne pas vous avoir croisé lors de la course , ce sera pour une prochaine !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran