Récit de la course : Le Tour de la Grande Casse 2010, par mikèlé

L'auteur : mikèlé

La course : Le Tour de la Grande Casse

Date : 22/8/2010

Lieu : Pralognan La Vanoise (Savoie)

Affichage : 771 vues

Distance : 62km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

 

 

Ça est c'est bouclé !!! 
Départ 6h avec Marion, Jean-Pierre, Marc et tous les autres concurents pour la première réjouissance de la journée, le col de Lechaux (1100m D+), et sa petite bosse derrière (150m D+), puis il ne faut pas trainer dans la descente vers la première barrière horaire. Suit une montée raide de 200 m et on rejoint Champagny le haut  et le Laisonnay 2ème barrière (km 22).
Bon sang que ce col du Palet à fait des dégâts pour la suite. C'est à partir du Laisonnay  que j'ai quitté l'ombre et comme il était  11h le soleil tapait déjà fort . On a beau avoir la Gde Casse dans le paysage, cette montée de 10 km et 1100 m de dénivelé est très fastidieuse. J'ai envié ceux qui ont pu en faire une grande partie en courant ! Une fois à Val Claret (km 37) le ravito est bien venu mais sous une tente trop petite par rapport au nombre, pourtant faible, de coureurs présent et le seul banc à l'ombre mis a notre disposition était très convoité  8-). Il a fallu jouer des coudes pour faire sa place :x  ;) . Je quitte avec joie les remontées mécaniques de Tigne pour attaquer la montée au col de la Leisse point culminant du parcours (2800m). Le paysage est très beau et sauvage avec le Mont Blanc dans le dos et la Grande Casse devant. Ce col est "plat"   et donc très long :evil:  à franchir. La beauté de l'endroit avec ces 2 lacs permet de ne pas s'ennuyer, puis arrive le refuge de la Leisse  et le début de la longue descente (7km) qui mène au pont de Croè Vie. J'arrive encore à alterner marche et course mais c'est de plus en plus dur  et il faut garder du jus pour la fin. Il reste 12 km et le col de la Vanoise. J'ai bien aimé ce col, il débute par une monté de 300m très raide où il faut garder la tête dans le guidonpuis on atteint un plateau de quelques km en faux plan montant. Là je ne peux plus courir mais la marche est encore assez rapide et régulière. Il est déja tard et la perspective de boucler dans le temps imparti semble compromise. Je rattrape Marc un copain de Jean-Pierre-Jaim-Pas-Les-singles qui c'est laissé embrigader dans cette galère et qui commence à avoir des barres d'acier dans les jambes. Nous allons ensemble jusqu'au refuge de la Vanoise qui marque aussi le col. Dernier ravito.On se gave de coca et on refait le plein des camelbacks. Marc n'est pas très bien et on décide de faire les 1100m D- et 7 derniers km ensemble tant pis pour le chrono. On traverse le lac des vaches avec son célèbre gué et l'on aperçoit enfin le sommet des remontées mécaniques de Pralognan. Maintenant il n'y a "plus qu'à" se laisser glisser vers l'arrivée. Nous ne sommes pas mis hors course et nous avons eu droit à un accueil très chaleureux et sous les bravos lors de notre passage sous l'arche d'arrivée  heureux de boucler ce premier ultra. ;)  ;)

J’ai particulièrement apprécié l’accueil réservé aux derniers concurrents, nous n’avons pas été oublié et nous avons pu passer l’arche sous les encouragements de tous. Merci encore.  

J'ai eu un peu de mal pour trouver l'énergie pour écrire ce compte rendu, mais voilà c'est fait. J'espère que mon récit ne vous découragera pas si vous avez envie de faire ce trail. A part le col du Palet j'ai trouvé ce parcours joli et très varié.

 

Merci à tous pour votre soutien avant, pendant et après le course.  ;)
Et merci aussi à JPS, Marion, Vincent , Françoise, Jean Paul  et à nos enfants pour avoir eu la patience de nous attendre jusqu'à cette heure tardive

1 commentaire

Commentaire de ch'ti lillois d'vizille posté le 18-10-2010 à 11:47:00

A la vue de Pralognan ( vallée encaissée ) je me doutais bien du parcours qui nous attendait
- montées sèches et raides, descentes du même cru
- roche minérale pour nous renvoyer le soleil
- les longues vallées d'altitude pierreuses sur les chemins pour nous rappeler de faire attention à tout moment
Mais l'essentiel était de terminer, ce que tu as fait, quel que soit le temps mis.
Bravo à toi et tes compagnons de fortune.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran