Récit de la course : Semi-Marathon de Macon 2010, par yves_cool_runner

L'auteur : yves_cool_runner

La course : Semi-Marathon de Macon

Date : 19/9/2010

Lieu : Macon (Saône-et-Loire)

Affichage : 1323 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Blue Way Half Marathon of Mâcon !!!

 

Mâcon, le semi-marathon de la Voie Bleue,

19 septembre 2010


Aujourd'hui, je cours sur « mes terres », sur l'un de mes parcours d\'entraînement. J'ai décidé un peu au pied levé de faire le semi-marathon de Mâcon, course évocatrice de bien des souvenirs : j'ai débuté ma modeste carrière de roadrunner au semi-marathon de Mâcon 1984.

En 2010, le parcours n'a plus rien à voir avec ces lointains débuts. Les vignes, les villages aux noms évocateurs (Pouilly, Fuissé...) et le dénivelé des monts du mâconnais ont laissé la place à un départ sur la superbe esplanade Lamartine, avec une petite boucle de 1 km suivie d'une remontée de 10 km vers le nord, le long de la rive droite de la Saône, un virage à 180° et retour. Je connais bien ce parcours qui suit la Voie Bleue et je l'ai quasiment intégralement fait (20,5 km) le dimanche précédent.

Mon objectif, c'est une course régulière et un temps final en dessous des 1h30. Le temps est magnifique, mais comme souvent, un vent du nord modéré (15 à 20 km/h) souffle sur le couloir de la Saône et va nous « user » pendant 10 km.

Un peu plus de 200 partants sur le semi (il y a aussi un 10 km). Départ à 9h30, on se rassemble tranquillement, dans la bonne humeur, à peine 5' avant. Pas de puce électronique, une course à l'ancienne comme je les aime !

Bon, on s'y colle et c'est parti. Première petite boucle de 1 km qui nous ramène au départ, passage de la passerelle sous le Pont de Saint Laurent, très belle vue sur la Saône, puis l'allée ombragée qui mène au port de plaisance. Photogone nous tire le portrait.

 


 

Je connais chaque cm de ce parcours... Peut-être chaque mm ! Bien sur, le dénivelé est faible, mais c'est quand même du plat un peu ondulé avec de régulières remontées de quelques m avant de revenir au niveau de l'eau (au passage du pont autoroutier, près de la Vieille Ferme, à Saint Jean le Priche...). Avec le vent, mieux vaut ne pas trop s'emballer à l'aller. La première femme me dépasse au 3ème kilo et me lâche tout doucement, au train.

5 km en 20'52''. A partir de là, ce n'est pas compliqué : je me cale à 21'30'' maxi par 5 km et je suis à l'arrivée juste en dessous des 1h30, un petit d'accélérateur dans le final suffira à passer la barre. La stratégie est simple !

10 km en 42'19'', soit 21'27'' sur les derniers 5 km. Je fais le rythme face au vent avec un gars accroché à ma foulée, mais qui ne relaie pas... Il espère que papy va l'amener sous les 1h30. C'est le seul problème des courses où il n'y a pas trop de monde, difficile de s'abriter dans un groupe et de l'emmener tour à tour.

L'important c'est de se faire plaisir, et là, le long de ma Saône par cette belle journée, avec ce p'tit zéph' sympathique qui ride la surface de l'eau et agite les branches (et ruine un peu le chrono...), du BONHEUR !

Depuis le 8ème km, la première féminine perd un peu de terrain sur ses accompagnateurs (les filles, elles, elles trouvent toujours des groupes pour les abriter !), et je me dis que je vais revenir. 11ème km, lieu-dit le Port Saint Nicolas, virage à 180° et retour. Je croise un gars de mon club, 20 ou 30'' derrière moi... Va falloir le surveiller celui-là !

15ème km en 1h03'41'', soit 21'22'' depuis le 10ème. Le rythme se maintient sans problème, la fatigue étant maintenant compensé par le vent dans le dos. Je rattrape la 1ère femme qui sait qu'elle a course gagnée avec 3 ou 4' d'avance, elle finira un peu plus d'1' derrière moi : BRAVO ! Là, les 1h30 sont dans la poche, pas beaucoup moins certes ! Au 18ème km, mon ombre lâche, il ne finira pas en moins d'1h30'... Et mon camarade de club s'est rapproché à 10 ou 15'', un tir groupé s'annonce.

20ème km en 1h25'10'', soit 21'29'' depuis le 15ème. J'accélère un peu à 300 m de la ligne pour assurer et je termine en 1h29'45''. Mission accomplie, et une belle course que je conseille à tous les Kikourous. Cerise sur le gâteau, le Q de qualifié (cat. V2) en face de mon nom dans le classement (38ème sur 215 et 5ème V2 sur 39). Mon co-club termine 39ème à 5''.

 


 

Pour l'anecdote, le vainqueur (le triathlète Samuel Pierreclaud) réalisera exactement le même chrono que lors de sa victoire de 2009 : 1h09'47''... C'est ce que l'on appelle de la régularité !
 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran