Récit de la course : Marathon du Mont-Blanc 2010, par torchure

L'auteur : torchure

La course : Marathon du Mont-Blanc

Date : 27/6/2010

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 1590 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Terminer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Première course de montagne… et surement pas la dernière !!

Pour cette fin d'année 2010, j'avais en tête la Saintelyon en Solo. Je cherchais une course assez costaude pour la fin de la première moitié de l'année. J'avais déjà entendu parler du Marathon du Montblanc et elle me semblait bien correspondre à une montée en charge pour ce début d'année.

 

Ni une ni deux, je m'inscrits et j'en parle au frangin…

 

Ma préparation sera tirée du livre de Bruno Heubi avec un programme spécial marathon route puis un extrait du programme Trail, entrecoupés par une série de sorties longues en rando/course (de 30 à 39km). Je veillerais aussi à respecter 3 allures d'entrainement et surtout une foulée en dessous de 140 pulsations…  Je respecterais aussi des périodes de récupération sans CAP. C'est d'ailleurs à la suite d'une bonne semaine de récup qu'une "gène" au genou gauche fera son apparition. Le dernier mois sera donc beaucoup plus léger avec seulement quelques sorties de CAP pour ménager le genou.

 

15 jours avant le départ, nous profiterons d'un week end sympa pour aller repérer en rando la montée de l'Aiguillette des Posettes. (ca grimpe dur !!!)

 

La dernière semaine sera très longue et j'attendrais avec impatience l'heure du départ pour Cham prévu le samedi matin. Une fois les bagages dans le coffre et une "promesse de vœux dans le Tibet", on prend le départ avec Fabi, Marielle et Pierrick. Nous allons rejoindre les parents présents à Combloux pour une semaine de vacances.

La météo est idéale pour du tourisme. Nous en prenons plein les yeux. Le Mont Blanc se montre à nous dans son plus bel écrin ! Rien à voir avec le temps que nous avons eu 15 jours avant.

Après un bon pique nique, nous nous rendons sur Chamonix pour récupérer le dossard, un tshirt et un gobelet (pas très pratique… bref). L'organisation est au top et nous n'attendrons pas une seconde pour être servis.

Quelques petites emplettes pour le repas réparateur du dimanche soir (Fromage et charcuterie divers et variés), un petit verre sur la terrasse d'un café d'où nous apercevrons Dawa Sherpa en plein entrainement (suivi de quelques groupies…) et nous rejoignons nos pénates.

 

La soirée sera consacrée à la préparation du matériel et au dernier repas chargé en pates. Le temps étant chaud, je choisi de partir avec mon short noir, le tshirt Capsulteam, la casquette et le buf kikous, les chaussettes Trail decathlon, les asics trabucco 12 et les batons Leki. Mon nouveau Sac Wasp est chargé de 6 tubes de gels coup de fouet, 4 barres de céréales, 2 gels endurance, un tube de sporténine, un élasto, le lecteur mp3, l'appareil photo, le téléphone et la poche a eau CamelBag de 1,5L (moitié St Yorre – moitié eau). Le dossard est épinglé au tshirt, tout le matériel est prêt devant la porte….

La nuit sera plutôt bonne et je serai même réveillé par un des nombreux réveils programmés à 4h30. Il est l'heure de manger un petit bouillon de vermicelles et de prendre la route. Nos supporters sont réveillés en même temps que nous mais prendront la route une demie heure plus tard.

Sur la route, nous aurons le plaisir de voir la chaine du MontBlanc sous le lever du soleil : Splendide !

 

Nous nous garons sur le parking en face du Centre sportif où quelques coureurs se préparent déjà. Une fois les derniers préparatifs finis, nous prenons la direction du Centre Ville non sans appréhensions. En chemin, une voiture remplie de paparazzi nous tirant le portrait déboule dans les rues de Cham. Nos supporters auront le temps de bien se placer devant l'arche de départ.

 

01.jpg

"Belle Vue !!"

 

Une foule de coureurs attend sur la Place du Triangle. Il y a beaucoup d'agitation pour cette heure matinale. Nous faisons un peu le tour de la Place à la recherche de quelques Kikou à saluer. Puis nous nous plaçons en fin de peloton et profitons de l'ambiance qui monte grace au speakeur.

 

02.jpg

"On est pret à partir" 

 

Je fais quelques photos et vidéos puis le compte à rebours démarre. La foule de coureur se met doucement en mouvement, nous passons la ligne de départ en marchant. Nous passons devant nos supporters et nous nous enfilons dans les rues de Chamonix.

De nombreux coureurs nous doublent à une vitesse bien trop rapide à mon goût. Quelques gobelets tombent au sol, des poches à eaux commencent à fuir…

Nous passons un premier tapis. Ma puce sonne. Un peu plus loin, un coureur se prend les pieds dans le sol et tombe très lourdement…

Pierrick a pour objectif de courir les premiers kilométres puis de passer en mode marche rapide. Nous courons ensemble les 3 premiers kilométres le long de l'Arve puis il me laisse partir… Tout en courant je commence à déplier mes batons. Le circuit alterne petites montées, plats, descentes… dans la foret. Un coureur glisse dans le ravin à gauche… et se rattrape à la main du coureur situé devant moi pour pouvoir remonter.

Quelques "lacets" et j'arrive au Lavancher. Un bouchon se forme et de nombreux coureurs poussent, râles et d'autres contournent le bouchon par la gauche… Un coureur m'envoi dans le faussé rempli d'orties… pas cool !!!

Quelques spectateurs encouragent depuis la terrasse de leur maison.

On reprend le chemin où un troupeau de vaches et leur berger regardent passer les coureurs.

Je fais un petit arret pipi… juste derrière une cabane qui se révèlera être…. des WC !!!

De la musique, des acclamations se font retentir. Nous arrivons au premier ravitot : Eau, Boisson Energétique…. Je dégaine mon gobelet Raidlight et je m'enfile deux verres de BE. Je filme un peu le groupe de musiciens et je m'arrête pour parler un peu avec mes parents, Fabi et Marielle.

 

03.jpg

"Premier ravito 10hm - 1h20 - ca va" 

 

Je reprends le chemin en mangeant une première barre de céréale. Le chemin devient un sentier et on aperçoit le Mont Blanc : magnifique.

Je partage un bout de chemin avec Jay.

Arrivé au col des Montets, nos supporters sont là. Je m'arrête à leur coté et Pierrick ne tarde pas à arriver. Nous décidons de faire route ensemble. Nous descendons jusqu'à Vallorcine (alt : Je partage un bout de chemin avec Jay.

m) où nous attend un gros ravitot rempli de monde ! On prend bien notre temps, je fais le plein du camel avec de la BE, je mange quelques morceaux de bananes, de pain, de fromage de pays, quelques verres de coca. J'aide Pierrick à déplier ses bâtons qui sont grippés. Et à ce moment, on se retourne et on s'aperçoit que le ravitot est vide… plus personne devant ni derrière….

On décide de continuer notre route. On sait ce qui nous attend : la montée du Col des Posettes. Nous nous arrêtons quelques instants devant nos supporters puis nous attaquons la montée. L'hélicoptère est juste au dessus de notre tête. Je passe devant Papa et Marielle sans faire attention. Je suis  sur une bonne lancée… qui sera de courte durée puisque le coureur devant moi ne me laissera pas doubler malgré mes demandes…

Une fois les maisons passées, la montée se fera d'un très bon pas, doublant à qui mieux mieux. Pierrick fera la trace un bon bout de temps. Et j'arriverai avec un peu d'avance au Col des Posettes où la vue sera TERRIBLE !!!!! Un ravitot organisé en pleine montagne permettra de boire deux trois verres de coca et de l'eau salée.

 

 04.jpg

"Col des Posettes - Morts..."

 

Nous profitons de la gentillesse des bénévoles et de la vue et nous repartons à la conquête de l'Aiguillette des Posettes (Alt 2207m). La montée se fait à la file indienne. Je sens qu'on pourrait pousser un peu plus la machine... mais pas facile de doubler autant qu'on le souhaiterait !

Au sommet, je fais quelques photos, j'envoi un texto et un message au suivi live et on attaque rapidement la descente. Dès les premiers pas, mon genou gauche me rappel à l'ordre !!!! ca commence mal. Impossible de dérouler comme je le voudrais. En même temps, il y a pas mal de monde dans le sentier et c'est difficile de doubler.

Pierrick est devant et semble bien s'éclater…. Moi, je suis à la traine et essaye de soulager mon genou gauche, quand soudain des douleurs apparaissent dans le genou droit…. Aïe !! La descente va être longue…

Je m'accroche comme je peux. Le sentier est constitué de cailloux et de marches en bois qui me font souffrir à chaque pas…

Des secouristes s'occupent de quelques coureurs visiblement blessés.

La vue est superbe sur la vallée de Chamonix.

Nous arrivons dans la foret où des racines prennent la place des cailloux… et j'entend des voix familières : nos supporters sont là !! Pierrick est arrêté à leur côté…

 

Une bénévole un peu ronchonne les a engueulé car ils faisaient trop de bruit…. Pas moyen d'encourager les coureurs en chantant "le petit bonhomme en mousse….." ;-)

 

D'après la bénévole, je comprends qu'Il reste 15 min de descente avant d'arriver  au ravitot qui est la première barrière horaire (à 5h30 de course). Je me remets vite en course et commence à prendre peur… On rejoint un premier village et toujours pas de ravitot… on passe devant une fontaine où je m'asperge les genoux d'eau fraiche.. ouf ca soulage…

J'essaye de tenir un rythme de course mais ca devient dure.. . L'heure fatidique approche.. je vais me faire croquer par la barrière horaire !! le moral est au plus bas… en plus les deux gars devant moi n'avance pas et je n'arrive pas a les doubler !!!!! Que c'est long !!!  Je suis dégouté !! je vais pas me faire arrêter maintenant !!! Je passe devant Fabi et je lui fais signe que c'est la fin… j'en peux plus c'est le désespoir !!!

J'arrive au ravitot, je passe le tapis, dépité….. mais !!! personne ne m'arrête, je peux continuer…. Fabi m'explique que nous sommes à la deuxième barrière horaire et que nous avons 25 minutes d'avance !!!

Je n'ai pas vu le tapis précédent !!! Je suis dans les délais.

(alt : 1400m)

Pierrick est là. Nous nous restaurons. Nous profitons de l'instant présent entourés de notre famille… quelques verres de coca, beaucoup de fromage, du pain, de la BE.. je refais le plein du camel. Je rajoute quelques barres de céréales dans mon sac. Une fontaine permet de plonger la casquette dans l'eau fraiche… On nous donne des nouvelles de nos suiveurs par internet et texto (Merci à vous !!)

 

Un petit pipi… encore une fois derrière la petite cabane qui sont …. des WC et on est partit pour le gros morceau qui est la montée vers la Flégère.

La montée est tout d'abord douce alternant les passages d'ombre et de soleil… qui tape bien. On avance tout les deux d'un bon pas et nous doublons pas mal de personnes.

Une descente me rappel que j'ai mal aux genoux mais on ne faiblit pas…

Ce passage devient long… on rattrape de plus en plus de coureurs pliés en deux, en trains de vomir, assis à l'ombre….

Sous l'avant dernière montée, on croise Xbo assis sous un arbre prenant 5 minutes de répits.

La dernière montée en vue (toute au soleil), on décide de s'arrêter à l'ombre pour avaler un gel coup de fouet. On reprend aussi tôt "l'ascension" qui se déroulera pas si mal que ça… Juste au pied du ravitot se trouve une montée de 10m de long très pentue.  Pierrick me passera devant juste sur le tapis… l'occasion d'un bon fou rire ! (alt : 1880m)

Comme d'hab, on prend notre temps au ravito : BE, barre de céréales… on discute avec les bénévoles… J'envoi un texto pour dire que nous avons passé "haut la main" la barrière horaire de la Flégére fixée à 7h40 de course.  Je prends connaissance des textos… Ca booste le moral et on repart d'un bon pied pour la dernière portion : direction Plan Praz !!!

 

05.jpg

"Tout les deux à la Flégère"

 

Le rythme a bien diminué. On est sur un sentier en balcon où la course pourrait être possible mais on bouchonne derrière un lot de marcheurs…  La vue est superbe. On voit bien la chaine du Mont Blanc… On fini par doubler et on accélère l'allure.

Un début de crampe fait son apparition à la cuisse droite, je dégaine la sporténine, j'avale deux comprimés d'un coup, bois quelques gorgées et à chaque pas j'essaye de m'étirer au mieux. Le début de crampe disparaît très vite pour ne pas revenir.

Au détour d'un virage, on entend la voix du speaker et on fini par apercevoir au loin l'arrivée !!! Ca nous donne des ailes…

Une succession de montées descentes puis on fini par bien voir l'arrivée :

Une bonne grimpette dans le sentier, une descente sur la piste et enfin la grosse montée  finale…

Pierr fait un dernier pipi de la peur.. On prend un gel coup de fouet et on s'attaque à la montée.

Je croise Astro qui part chercher Xbo.  J'ai le droit à des encouragements (merci)

 

La montée est digne du tour de France : des spectateurs tout autour de nous qui crient, nous encouragent de nos prénoms inscrits sur nos dossards… Je suis porté par les cris de la foule… je double encore quelques concurrents qui ont des difficultés... je suis à quelques mètres de la ligne d'arrivée (alt : 2020m), j'aperçois Fabi, Marielle, Maman et Papa appareils photos en main…

 Je me retourne et aperçois Pierrick en contrebas… la pente me donne le vertige…. J'attends qu'il soit à ma hauteur et je reprends la marche… direction : LA LIGNE D'ARRIVEE que l'on passe dans les bras l'un de l'autre !!!!!

 

 fin01.jpgfin02.jpg

 

 

 

MAGNIFIQUE !!!

 

Une bénévole me passe une médaille autour du coup, ma puce est retirée.

 

06.jpg

"A y'est arrivé - Sublime mais terriblement dur"

 

Ensuite un très grand moment d'émotion est partagé avec les gens que l'on AIME !!!!!! Nous tombons dans les bras les uns des autres et nous partageons quelques larmes et quelques mots de soulagement, de joie, de bonheur… Cela renforce encore plus nos liens ! 

 

Puis vient l'heure de la BIERE !!!! Tant attendu !!!  Quelques mots échangés avec JLW...

 

On profite de la vue et on redescend en télécabine.

 

Une bonne douche chaude, un bon buffet partagé dans l'herbe devant le complexe sportif avec vue sur le Mont Blanc.

 

La soirée sera bouclée par une bonne grosse raclette du pays ! Arrosée de bière et de vin (pour la récup bien entendu)

 

Pour conclure, il n'y a rien à modifier sur cette course au point de vue organisation. Je n'étais pas là pour faire un temps (je n'aurai pas pu de toute façon) mais pour prendre du plaisir ! Et j'en ai pris énormément !

Un grand merci à l'organisation, aux bénévoles (sauf madame Ronchonne ;-) ), à tous ceux qui nous ont encouragés, à ceux qui nous ont suivi via le suivi live ou les textos, à nos 4 valeureux Supporters

 

Surtout un grand coup de chapeau à nos supporters qui ont fait une journée marathon pour nous suivre !!! MERCI !!!

 Mon inscription pour le MMB 2011 est prête à partir…

 

Photos et textes du suivi live Twitter 

 

3 commentaires

Commentaire de Rlan posté le 01-07-2010 à 17:14:00

BRAVO ! Super récit, super course, super Week End(s) !!!!
J'espères que tes genoux irons mieux !!! Maintenant cap sur la STL 2010 !!!

... Excusez moi c'est par où le Tibet !

Commentaire de raspoutine 05 posté le 02-07-2010 à 00:07:00

L"ambiance sur le MMB c'est vraiment sympa !
Super récit et super course !
y'a plus qu'à remettre çà l'an prochain !
Encore bravo !

Commentaire de Jay posté le 02-07-2010 à 11:54:00

bravo et content d'avoir fait 2 fois ta connaissance sur cette course ;-D
Jay

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran