Récit de la course : La Montée du Puy-de-Dôme 2010, par STEEV

L'auteur : STEEV

La course : La Montée du Puy-de-Dôme

Date : 19/6/2010

Lieu : Clermont Ferrand (Puy-de-Dôme)

Affichage : 1481 vues

Distance : 14km

Objectif : Faire un temps

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Aucune course ne se ressemble mais là, après un trail aux températures estivales couru deux semaines plus tôt, je ne pensais pas de sitôt retrouver de telles conditions météorologiques !

 

Que de pluie il est tombé ce jour là et j'ai même failli me retrouver rincé avant le départ, au moment d'aller chercher mon dossard.

Chez mon coéquipier, aussi fou que moi, ou alors sain d'esprit mais embrigadé par un esprit machiavélique et persuasif, donc moi, j'ai pu m'habiller enfin en conséquence avec mon blouson de pluie qui ne m'avait plus servi depuis "Courir à Clermont" l'année dernière, course tout aussi arrosé que celle que nous allions courir aujourd'hui.

Petite anecdote, mon compagnon d'alors était le même qu'aujourd'hui !

Dois je y voir un signe ?

 

C'est donc sous les encouragements de Nelly que nous sommes partis, Stéphane et moi même prendre une douche bien méritée; mais nous étions prêts avec nos cagoules et nos bonnets à affronter coûte que coûte la tourmente !

 

Nous voici donc rapidement Place de Jaude où commencent à se presser sur la ligne de départ d'autres concurrents dont certains sont habillé comme en été avec de beaux débardeurs. Moi qui suis alors bien heureux d'avoir deux couches de vêtements sur moi, je ne sais pas comment  certains vont se retrouver la haut, à mille mètres de plus ?!

Nous les trouvons alors bien plus fous que nous !

 

Tous s'enchaîne très vite et le départ est donné.

Placé en milieu de peloton, nous partons plutôt tranquille, sans nous laisser emporter par la vague, sachant bien trop ce qui nous attendait bientôt. Calés à 5:07min/km, la vitesse est assez raisonnable.

 

Voilà rapidement Chamalière qui s'offre à nous, sous la encouragements des passants un peu médusés de nous voir partir courir par ce temps.

Un peu de chance pour nous tout de même puisque le pluie a alors baissé d'intensité pour ne plus vraiment nous gêner sur le parcours (merci tout de même à mon blouson).

 

Les premières côtes arrivent et la pente s'accentue sur l'avenue Thermale, mais l'allure confortable à 5:43min/km est maintenue.

C'est juste avant les choses sérieuses au début de la voie romaine que je lâche mon bon Steph; Il préfère alors conserver son rythme pour être certain d'arriver là haut.

 

La partie bitumée se déroule bien et avec quelques coups de cul et j'arrive au début de la partie empierrée, boueuse, glissante qui de fait , me fait réduire la voilure à 9:00min/km sur toute cette partie avant de retrouver la route.

 

Certains me doublent tout essoufflés pour se laisser repasser quelques mètres plus haut: moi, je continue à mon rythme assez régulier sans jamais marcher.

 

Passé ce petit bout de route, où se trouve un des nombreux ravitos de la course où je ne me suis jamais arrêté, ayant sur moi, ma propre réserve, mais ne manquant pas de remercier ces bénévoles, je retrouve le chemin menant à Villars bien connu et parcouru lors de précédents entraînements.

 

La cohue du début a désormais disparu et ces avec le même petit groupe que je progresse vers le Péage en traversant La Font de l'Arbre sous les encouragements des habitants.

 

Cette partie, en y repensant, aurait pu être menée un peu plus rapidement, mais la prudence ne m'a pas fait dépasser les 10 km/h sur ces portions roulantes.

 

C'est donc assez sereinement que j'arrive au pied du grand volcan à 4 kms de l'arrivée, ma montre sur laquelle j'ai préalablement enregistré le parcours me donne alors la distance restante avec une vitesse calée sur une arrivée en 1h45.

Pour l'instant, je suis en avance.

 

Passé la barrière, j'ai l'impression de gravir un mur tellement la pente s'accentue. Il me faut alors une centaine de mètres pour reprendre mon rythm36199 401680737731 234971057731 4279423 152441  ne.

Le groupe s'étire et je commence à reconnaître certains qui étaient avec nous au départ. je vais alors en doublé une bonne quantité mais le dépassement s'effectue sur un ou deux kilomètres tellement nos vitesses sont proches !

8:48, 9:13 et 8:38 min/km, la mienne varie peu.

 

A l'intersection des muletiers, je vois déjà des concurrents redescendre pas ce chemin; il y a vraiment des bons !

Le record sera d'ailleurs d'1h01 pour le premier, ça laisse rêveur !

 

Le dernier kilomètre arrive et je me fait raccrocher par une fille haletante, presque à bout de souffle mais qui a décidé de terminer en forçant sur cette dernière partie. Un compétiteur en train de redescendre la reconnaît et décide de l'accompagner pour lui servir de lièvre.

 

A cet instant, je force un peu le pas pour ne cesser d'accélérer progressivement, je ne veux pas me faire doubler mais je comprends vite qu'elle ne pourra pas me suivre.

 

La ligne d'arrivée se découvre d'un coup dans le brouillard et à 100m, je pique mon sprint pour coiffer un concurrent qui m'avait doublé en bas sur le poteau.

Vouah, une arrivée comme je les aime !

 

Tiens mais c'est comme pour le départ, il n'y a pas de ligne matérialisée mais quelle délivrance une fois passé les chronométreurs.

 

Après avoir repris mon souffle, c'est vers le dernier ravito que je me dirige pour piocher deux morceaux de cake et du chocolat.

Posté ensuite à l'arrivée, les minutes à attendre mon Steph me paraissent longues et l'onglet me guette même !

Il faut dire que les conditions météo sont dantesque avec un vent froid qui me fait me refroidir très rapidement.

 

Mais sorti de la brume, je vois rapidement arriver un sprinter qui n'est autre que Stéphane pressé lui aussi d'en finir en doublant les quelques coureurs devant lui.

 

Après un accolade pour se congratuler et quelques gâteaux, nous redescendons rapidement rejoindre les filles et Arthur qui nous attendent au Péage.

Elles nous accueillerons comme les héros que nous sommes !

 

Mon résultat de 1h36 me satisfait donc assez même s'il est certain que j'aurai pu gagner quelques minutes dans mes relances mais c'est avec un rythme de diesel que j'ai couru cette course sans jamais marcher; ce n'est déjà pas si mal !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7 commentaires

Commentaire de Fredy posté le 25-06-2010 à 21:44:00

C'est bien une course d'auvergnat !!
Vivement l'été.

Commentaire de naej30 posté le 05-11-2011 à 09:24:48

salut !!! bravo pour cette course, as tu le profil de l'épreuve ? merci salut

Commentaire de STEEV posté le 17-11-2011 à 17:21:17

Merci, je la referai l'année prochaine, c'est sur !
pour le dénivellé, c'est 1000 m tout rond, pas mal pour 14 km !

Commentaire de naej30 posté le 17-11-2011 à 21:10:56

normalement je devrai la faire
merci pour l'info !!

Commentaire de naej30 posté le 11-05-2012 à 16:20:51

quel type de chaussures conseilles tu? route ou trail/cross? peut - être ça dépend des conditions climatiques? ....

Commentaire de STEEV posté le 16-05-2012 à 08:46:50

Des chaussures de route seront appropriées car c'est tout de même ce revêtement qui est majoritaire sur ce parcours. Seule la partie "voie romaine" est très accidentée (vieux pavés et cailloux érodés)et peut être glissante s'il a plu. Ensuite quelques portions de chemin roulant sans difficultés autre que cela monte tout le temps !

Commentaire de naej30 posté le 16-05-2012 à 11:16:33

merci bcp STEEV mon choix est donc tout trouvé ;-))

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran