Récit de la course : 10 km du Conseil Général 2010, par Sebornard

L'auteur : Sebornard

La course : 10 km du Conseil Général

Date : 1/5/2010

Lieu : Marseille 06 (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 332 vues

Distance : 10km

Objectif : Faire un temps

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Marseille CG 2010

Il y a 12 semaines, lors d’un footing avec Didier, je lui disais mes ambitions sur le Puy Saint réparade et le Conseil Général à Marseille.

Faire la qualif V1 au Puy et moins de 36 a Conseil Général.

Il avait trouvé cela ambitieux d’autant que je n’étais pas dans une grande forme, 2 kilo pris quelques semaines plus tôt et la motivation n’était pas encore au top.

Je pensais aussi que cela était ambitieux, mais sans objectif, je n’avance pas.

 

Au puy, contrat rempli, 36’51 (la qualif est à 37’00).

 

Les six semaines suivants le Puy ont alterné le bien et le moins bien, surtout les séances de 3 * 2000, qui reste mon point faible.

La dernière programmée deux semaines avant le CG fut un mélange de sensation bonnes et pas terrible, les deux premiers 2000 sont bien passés, mais le dernier fut un calvaire et je me suis fait mal dans la tête pour aller au bout.

 

J’ai oubliez de vous dire que pour mettre plus de chance de mon coté j’ai acheté une paire de pompes ultra légère, 150grammes la pompe contre 290 celle que j’utilise d’habitude.

Je les ai mises le mardi suivant la séance de 2000 et précédent le CG.

Des sensations de malade.

Je n’ai pas fait de séance de cette qualité depuis longtemps et cela me remonte le moral.

 Le jour J cependant, il faudra faire attention car elles tapent fort sur le bitume mais ce n’est qu’un 10k.

 

Samedi 1er mai :

 

Fabrice passe me prendre, nous passons prendre Amandine et en route.

Retrait des dossard, puis petit trot pour retourner a la voiture et se changer.

Puis départ vers la ligne.

 

Fabrice n’a jamais fait le CG, je lui décrit le parcours, Didier est la comme spectateur, avec Abdalla et Richard.

Sympa, nous allons pouvoir leur montrer de quel bois on se chauffe, enfin…peut être:)

 

9h00, le départ, nous nous lançons, mais bien que j’ai l’impression de me trainer cela va vite.

J’avais dit à Fa qu’il ne fallait pas passer le premier comme je l’avais fait l’an dernier en 3’20 !

Nous sommes rejoints pas Antoine, et nous passons le 1er en 3’26.9.

Très bien finalement.

Le second en cote cette fois ci et avalé en 3’34.

Nous somme bien, mais de drôles de sensations avec ces chaussures, « bah ça va passer » me dis-je.

 

Second demi-tour et la descente vers l’Obélisque.

Juste devant à 100 mètres j’aperçois Caroline Dépres, hum peut être pouvons nous l’accrocher à notre palmarès, bien que près d’elle sur des courses de village, je ne l’ai jamais battu et sur route elle est très forte.

Nous revenons sur une autre féminine aux environs du 3 sans la doubler, pas encore, pas pour s’abriter mais parce qu’elle n’est pas encore à portée. 3’37.8.

A l’entame du nouveau rond point du parc Chaneau, nous doublons cette féminine qui nous redouble dans la foulé.

Fa et Antoine sont toujours là.

Le kilo 4 se passe en 3’37.4

 

Puis le début de la cote et la kilo 5, cela commence être dur mais je suis bien et je relance car je ne veux pas faire comme l’an dernier (en 3’44) nous redoublons, Antoine et moi, la féminine en passant je lui dit, "elle est tous prés devant accroche toi" en parlant de Caroline.

Le kilo 5 est en 3’36.4, j‘ai bien fait de m’accrocher, je suis dans les temps sur mes prévisions avec de 8 secondes (17’52.5 au 5)

Cela va être difficile, surtout que le kilo 6 est de loin le plus difficile et je commence à lâcher prise, bien que ceux qui sont avec moi ne prenne pas d’avance, je sens que les jambes sont durent, au kilo 6 Fa n’est plus avec nous mais pas loin, nous passons en 3'52,5, pas cool, car l’an dernier j’étais passé en 3’44, cela confirme mes sensations.

Tant pis je décide de relancer, et on verra bien.

Le demi-tour, Antoine à lâcher un peu prise et j’aperçois FA juste au virage, pas loin, c’est bien.

Le demi-tour laisse place à une belle descente d’1 borne environs, Antoine revient comme une fusée et nous passons le kilo 7 en 3’31.2.

 

C‘est toujours cela de pris.

Cela devient quand même difficile et je m’imagine plutôt finir en 36’10, mais pour me motiver je me dis que si je passe au 8 en moins de 29‘ et à condition de faire du 3’30 au mille cela pourrait faire 36’00, c’est faisable, il ne restera plus que 2 kilo.

Nous revenons inexorablement sur Caroline et la féminine est avec nous, dommage car nous l’emmenons et elle risque de reprendre Caro.

Antoine se sent plutôt bien et commence à partir en m’encourageant, mais j’ai du mal, la fin est terrible.

 

Finalement je raccroche et nous passons en 3’34.7 au 8, soit 28’50, je me dit qu’il ne me reste plus que 10 secondes d’avance et l’espoir d’y arriver.

2000 qu’est ce que c’est, c’est a cela que servent les séances de 3 * 2000 avec le dernier difficile à finir et même si le mental a cogité lors de ces séances, ici il ne doit pas, tu peux le faire !!!!

 

La féminine est devant, pas de beaucoup mais elle a rejoint Caro et je me relance, je relance la machine, d’autant qu’un gars me double et je n’ai pas envie d’en voir passer d’autres, Antoine toujours là.

Le kilo 9 et relativement plat, en tout cas avant le nouveau rond point, j'ai l'impression d'etre a l’agonie mais je reste calme.

Quand est ce que je vais craquer, JAMAIS, voila mes pensés.

Pas facile car le rond point passé et le kilo 9 est avalé en 3’37.3, soit seulement 2 seconds d’avance, il va falloir vraiment s’arracher car faire un kilo en côte en moins de 3’31 cela ne sera pas facile.

Tant pis quoiqu’il arrive, je pars, je laisse Caro, la féminine et Antoine, et j’attaque ce dernier kilo avec une détermination rare pour moi.

Mais les moins de 36’ sont a porté, je rattrape un gars, mais 10000 mètres c’est long et j’ai du mal, je commence a lâcher (Antoine me le dira après l’arrivée, j’ai vu que tu commençais à craquer…)

Mais ce gars a coté me remotive et je relance, je repars.

Didier est la avec Abdé et m’encourage, je suis au taqué

 

Je vois le chrono au loin, à quelle distance, je ne sais pas mais il affiche 35’34, nom d’un chameau je peux faire moins de 36’, je m’arrache, un sprint final, 35’50, il reste quelques mètres, je bip ouahhhhhhhhh

 

35’57.2, Caro suit en 36’04, la féminine en 36’07 et Antoine en 36’10 environs.

 

J’avoue que je ne l’aurais pas parié 12 semaines plus tôt

L’une de mes plus belles courses de 10 K.

Fabrice finira en 36’47, ce qui est une bonne perf et bien plus en accord avec les chronos sur piste, bien mieux que ce qu’il avait fait au Puy.

Alain finira un peu loin de son objectif mais relativisera, c’est un bon bougre cet Alain.



A bientôt pour de nouvelles aventures,


Seb, agitateur d’orteils depuis 1997.

3 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 23-06-2010 à 22:21:00

BRAVO pour ton chrono

Commentaire de Bruno CATANIA posté le 28-06-2010 à 08:46:00

Ça c'est du chrono, ma bonne dame...

Commentaire de pépé békélé posté le 19-02-2013 à 23:10:41

MERCI POUR LE MESSAGE SYMPA ET J'ESPERE QUE TU VAS TE QUALIFIER BON WEEK END A CANNES!!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran