Récit de la course : Bandol Classic au Clair de Lune 2010, par Marion_35

L'auteur : Marion_35

La course : Bandol Classic au Clair de Lune

Date : 12/6/2010

Lieu : Bandol (Var)

Affichage : 1983 vues

Distance : 11.9km

Objectif : Terminer

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

BANDOL CLASSIC AU CLAIR DE LUNE, 12 JUIN 2010




Salut à tous, objectif du jour une petite course sympa la nuit dans les collines de Bandol, dans le Var.

Alors Bandol pour ceux qui ne connaissent pas, qu'est-ce que c'est?


«Sur le littoral méditerranéen, en région PACA Bandol est à environ 45 km à l'est de Marseille et 15km à l'ouest de Toulon, avant-dernière ville à l'ouest du littoral du Var avant d'atteindre le département des Bouches-du-Rhône. C'est en outre le plus gros port de plaisance entre Marseille et Hyères.

Avec un fort dénivelé sur un petit territoire, Bandol offre sur les flancs de ses collines, une vue mer imprenable pour beaucoup d'habitations.»

Ajoutons à ça que les vins de Bandol sont très connus... et on obtient un bon panorama de cette ville agréable, mis à part en plein été où elle est submergée de monde!

 

Pour les habitants du coin le temps d'aujourd'hui n'est pas fabuleux... traduisez rares nuages et petite brise que pour ma part j'apprécie bien ; d'ailleurs à mon avis je ne suis pas la seule, les coureurs d'aujourd'hui doivent être plutôt contents qu'il ne fasse pas plus chaud (25°C quand même).

J'arrive vers 15h30 histoire de profiter un peu du salon des exposants et de la mer, j'ai décidé de faire la petite soeur de la bien connue « Bandol Classic », c'est à dire la « Bandol Classic au Clair de Lune », 12km de nuit dans les collines derrière la ville. Je vais récupérer mon dossard puis je flâne un peu, en essayant de repérer d'éventuels kikoureurs ... Mais je ne verrai aucune casquette ni buff, snif! (Il faudra d'ailleurs que je retienne que toute casquette rouge n'est pas forcément le synonyme de kikou!).

Quelques stands sympas et notamment le stand Salomon où sont présents Samuel Bonaudo et Thomas Véricel.

 

 

Je n'ai pas encore repéré la consigne pour laisser les sacs, je commence à me demander s'il y en a une, lorsque le présentateur au micro annonce que l'on peut laisser son sac au kiosque à musique, juste à côté de la ligne de départ. Rassurée, je poursuis ma balade le long du port.

 

A 18h15 je me rapproche de la ligne pour assister au départ de la course diurne. Petit problème d'ampérage entre le compresseur et la sono, ce qui provoque régulièrement la chute de l'arche de départ ...

Il y a 3 sas de départ en plus du préférentiel pour cette course, 45',60' et 75' et plus.

 

Départ ultra rapide sur les 1e lignes, j'ai finalement le temps d'apercevoir un buff kikourou au-dessus d'un kimono blanc. Il y a environ 150 coureurs déguisés sur cette course, ambiance sympa et festive.



On peut notamment croiser tout un groupe avec des bouées et dont quelques coureurs vont faire la course en solidaire, prisonniers dans une bouée géante (j'ai raté la photo, dommage!).

 

 

Le premier (Nicolas Baudry) arrive 42 minutes et 58 secondes plus tard ... et la 1e, Lisel Dissler, en 50 minutes et 7 secondes.

 

 

Le départ de la course nocturne est prévu à 22h30; à 21h45, je récupère ma frontale et ma ceinture porte-bidons et m'approche de la fameuse consigne au kiosque à musique de la place... Sauf qu'il n'y a plus personne dans ce kiosque! Apparemment on pouvait laisser son sac pour la course diurne mais pas pour celle de 22h30 ... Hum c'est malin. Je cherche des yeux où je pourrais laisser mon sac, je pose la question à une bénévole au stand de ravitaillement ... ben je ne peux le laisser nulle part. Il n'y a plus à réfléchir, je ne peux pas courir avec toutes mes affaires, je vais les reposer dans ma voiture... Sauf que je suis garée à 2 km du départ. Il est 22h ... Certes je comptais m'échauffer mais là ça ne va plus être de l'échauffement. Bon tant pis pas le temps de tergiverser, je pars en petites foulées les yeux sur ma montre. Franchement être là depuis des heures et devoir se dépêcher à 1/2h du départ... Je me traite mentalement d'imbécile, ça m'aide à aller plus vite, même si je ne pique pas de sprint, je ne veux pas non plus me griller maintenant!

Je reviens sur la ligne de départ avec une FC un peu trop haute mais dans les temps. Le temps de me rendre compte que je ne suis pas dans le bon sens et que je suis en train de me placer sur les 1e lignes (ben oui la course part en sens inverse de celle de la journée) et j'entends le speaker dire « 5 minutes avant le départ! ». Ouf c'est bon, juste le temps de me remettre là où il faut, de placer ma frontale et de laisser cette foutue FC redescendre. On nous diffuse des chansons diverses et variées, ambiance sympa pour ce départ... Sauf que la dernière chanson c'est « Elle panique », d'Olivia Ruiz. En soi pas franchement de problème ... Sauf que vous connaissez tous le fait d'avoir une chanson dans la tête sans parvenir à s'en défaire... Ben voilà, je vais faire toute ma course avec « Elle panique » dans la tête. Et encore si c'était toute la chanson, mais non il n'y a que quelques phrases qui tournent en boucle! Ca aurait au moins pu être une chanson sur le sport!!

Pour l'heure je ne le sais pas encore, le décompte se fait puis le départ est donné,rapide, on part sur du plat. Et là mon erreur favorite en départ de course : tempo beaucoup trop rapide. J'ai étudié le plan, je sais qu'une belle côte sur 2 km est présente à mi-parcours... et je suis très piètre grimpeuse.



"Elle panique..."

En atteignant les collines (je préfère de loin les sentiers au bitume) je suis déjà très très limite, mon échauffement forcé et ce départ me coûtent cher, un bref coup d'oeil au cardio et c'est confirmé, et puis ça doit déjà faire une bonne vingtaine de fois que je me répète « Elle panique... »,grrrr. Bon allez on se reprend et on monte tranquille en alternant des gorgées d'isostar et d'eau. Je me fais pas mal dépasser mais tant pis, j'en repère aussi quelques uns qui soufflent comme des malheureux et sont arrêtés sur le bord de la route. Il y a pas mal de bénévoles qui s'assurent que tout va bien alors je poursuis ma route. Oups je m'aperçois que j'ai oublié de déclencher mon chrono ... Tant pis je fais sans.

"Elle panique" 

La fille à côté de moi demande combien il reste de km, le kilométrage n'est pas indiqué sur cette course. La personne chargée d'orienter les coureurs dans la bonne direction répond que l'on en est au 6e ... Je n'y crois pas une seconde, cela m'étonnerait beaucoup que la côte qu'on vient de passer soit la grande annoncée... Et pour cause! En fait il ne s'agit que de la petite montée au 4e km.

On arrive au pied de cette côte sur des chemins sympas mais prompts à faire tourner les chevilles, surtout qu'on n'y voit quand même pas grand chose, la fameuse course« au clair de lune » a lieu la nuit de la nouvelle lune et il n'y a pas un brin d'éclairage autre que nos frontales.

On croise les premiers qui sont en train de redescendre ... ou comment prendre un coup au moral! Cela dit ils ont l'air de souffler fort eux aussi... Mais eux sont bientôt arrivés! Certains prennent le temps de nous encourager, ça fait plaisir.

Je m'accroche à un groupe pour finir la montée, soufflant comme un pauvre escargot asthmatique. Les cuisses commencent aussi à bien travailler, il faut vraiment que je m'entraîne en côte,ce n'est même plus un point faible à ce niveau là!

"Elle panique..." 

Enfin arrivée au sommet, je ne prends même pas le temps de récupérer et rebascule dans une descente ... Et là j'adore,je dois reprendre une vingtaine de personnes, il faut dire que je me lâche un peu inconsciemment alors que je ne vois pas grand chose. J'entends même « Elle va se tuer celle-là! ». Mais non ne vous inquiétez pas, je gère. Je redescends comme ça toute la portion de colline, doublant dès que je peux. Forcément je finis par le payer, chevilles tordues une fois, deux fois, trois fois puis le genou ... ok je me calme! Retour sur bitume, même si ça descend toujours je sens que ça tape beaucoup plus, et qu'apparemment les jambes en ont pris un coup dans cette descente. Je manque me tromper de chemin en suivant le marquage de la course de jour, je décide alors de coller jusqu'à l'arrivée à deux personnes qui vont au même rythme que moi ... soit pas très vite il faut bien l'admettre. Quelques personnes prudentes dans la descente de la colline retrouvent leur rythme et me redoublent ... Mais pas tout le monde!!

"Elle panique..." 

J'échange quelques mots essoufflés avec mes deux compagnons ... jusqu'à ce qu'une crampe me torde le mollet droit! Je m'étire le plus rapidement possible mais trop tard, ils s'éloignent, et impossible de les reprendre. Tant pis je continue toute seule, il ne reste pas grand chose. On tourne à droite sur des escaliers menant à la plage, on passe à la partie sur sable. Je m'aperçois vite qu'il est stupide de vouloir courir dans le sable sec vu l'état de mes jambes, tant pis je me rabats sur la portion juste à côté de la mer, quitte à me faire tremper régulièrement les chaussures. Des pique-niqueurs sympathiques me proposent un verre de rosé, merci mais non pas là. Une frontale est sur le point de me rejoindre. La fille qui la porte n'a pas l'air en meilleure forme que moi, je lui propose de finir la course ensemble. Ok me dit-elle... jusqu'à ce qu'une amie à elle revienne la chercher! Bon la solidarité entre coureurs ça marche la plupart du temps mais il y a des fois... J'entends l'amie en question encourager la fille avec qui je pensais finir ma course : « Allez on accélère, creuse l'écart! ». Non mais ça va pas non? Je leur colle au basques, un peu trop puisque je manque me précipiter dans une chaîne tendue là exprès, j'en suis sûre, pour me voir me casser la g..... Ouf c'est bon je me rattrape, j'essaie d'accélérer, mon cardio me fait comprendre qu'il ne tiendra pas longtemps comme ça, plus de 200 bpm, on croirait presque que je fais une séance de VMA courte! Encore quelques hectomètres ... Les deux filles sont quelques mètres devant moi, j'entends « Tu peux jeter ta bouteille, j'ai de l'eau » et je vois donc ma pseudo compagne balancer joliment sa bouteille sur la plage ... Ben, voyons, je lui dirai bien ma façon de penser mais je doute d'y mettre le ton qu'il faut. Un petit écart pour récupérer ladite bouteille et la mettre dans le container un peu plus loin ... et je perds quelques mètres sur mon arrivée.

Je passe la ligne en 1h30 ... dans un état pas terrible, je souffle comme une forge, le cardio s'affole et tarde à redescendre ... Je commence à me demander si mon test FC max n'est pas sous-évalué (210 bpm).

Un petit tour au ravitaillement puis je me recale pour voir passer les coureurs qui restent. Je reste pour la remise des prix tout en commençant à me geler, un autre grand classique après un effort. Et bien sûr mes affaires sont dans la voiture ... Dommage cette histoire de consigne!

Lisel Dissler est la grande gagnante de la journée, elle a remporté les 2 courses, jour et nuit!

Je retourne à grands pas vers ma voiture, histoire de me réchauffer un peu et impatiente de remettre de la musique pour m'enlever ce refrain de la tête ... « Elle panique... » Arghh!!


Bilan du jour (j'aime bien les bilans) :


Points positifs :

  • aucun signe d'hypoglycémie, un autre de mes points faibles sur les courses ... Bon il faut dire aussi que la course n'est peut-être pas assez longue pour ça.

  • Je ne descends pas trop mal, à mon niveau bien sûr mais quand même

  • J'ai bien apprécié l'ambiance de nuit et je suis à présent sûre que je préfère les sentiers et les courses nature au bitume

     

Points négatifs :


  • les montées sont mon gros point faible; à part bouffer des côtes et renforcer les quadris il n'y aura pas de miracle je suppose

  • moi et mes p...... de départs trop rapides ... Il va falloir que ça change si je ne veux pas répéter la scène à chaque fois!!

  • Un entraînement probablement trop approximatif au niveau des allures ... C'est certainement un peu moins important en nature que sur route mais il faut vraiment régler ça si je veux progresser ... Je suppose qu'un club serait idéal plutôt que mes entraînements seule et sans piste.


Pour résumer une course très sympa dans une bonne ambiance, un parcours intéressant même si je n'ai pas vu grand chose du paysage. Malgré mon résultat pas terrible j'ai quand même bien apprécié. Place maintenant à un petit moment de récupération, mes deux dernières semaines ont été marquées par des entraînements difficiles avec là aussi un cardio beaucoup plus haut que d'habitude, plus de 15 battements de différence à l'effort.

Je ne sais pas encore quelle sera ma prochaine course, même en finissant en fin de peloton j'aime bien cette ambiance alors j'y retournerai certainement!!

 

Bonne suite à tous, et à bientôt au détour d'une course!! 

7 commentaires

Commentaire de Kadoc-31 posté le 14-06-2010 à 12:16:00

Salut !

Ca me fait bien sourire de voir que je ne suis pas le seul à faire des boulettes.

C'est toujours utiles de voir clairement les aspects positifs et les facteurs de progrès à l'issue d'une course.

Je pense que tu es dans une bonne démarche et que tu vas vite progresser.

Merci pour le CR !

Tshaw !

Commentaire de laurent05 posté le 14-06-2010 à 14:21:00

sympa cette journée en bord de mer
bravo pour ta course
ça donne envie pour l'année prochaine
bonne récup

laurent

Commentaire de CROCS-MAN posté le 15-06-2010 à 19:53:00

Et bien BRAVO, une course de plus et un récit de plus. Merci pour ton récit.

Commentaire de Marion_35 posté le 15-06-2010 à 21:24:00

Merci à tous pour vos commentaires, quand je pense que j'hésitais à poster mes récits ... C'est vraiment encourageant tout ça!!

Commentaire de Jay posté le 24-06-2010 à 01:10:00

bravo pour tes améliorations depuis le semi d'aix .
apres , en effet tu as raisons, rien de mieux que de faire des series de cotes pour améliorer la puissance des cuisses et passer plus facilement les montées.
Pour tes soucis de départ trop rapide, j'en suis victime aussi, je t'invite à tenter au moins une fois une course en négative split , cela consiste a faire la premiere moitié d'une course plus lentement que la seconde... j'ai teste sur un 20km en mai dernier .. et c'est tres performant pour gérer le départ ( se forcer a etre en dedans) et ensuite tu acceleres progressivement et tu verras ça passera bcp mieux .. en plus tu doubles plein de monde... tu feras peut etre le meme chrono mais avec des sensations bcp plus optimistes... j'ai testé et approuvé !!
Bon courage
Jay

Commentaire de bandol83 posté le 25-07-2010 à 10:07:00

Nickel le compte rendu...
Mais juste une petite correction, la musique du départ de la course de 22H30 n'est autre qu'ACDC "Hells bells" !

Commentaire de bandol83 posté le 25-07-2010 à 10:08:00

Nickel le compte rendu...
Mais juste une petite correction, la musique du départ de la course de 22H30 n'est autre qu'ACDC "Hells bells" !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran