Récit de la course : Triathlon CD des Sables d'Olonne 2010, par La Tortue

L'auteur : La Tortue

La course : Triathlon CD des Sables d'Olonne

Date : 6/6/2010

Lieu : Les Sables D'Olonne (Vendée)

Affichage : 723 vues

Distance : 51.5km

Objectif : Pas d'objectif

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

du bon et du moins bon !

1.5 mois environ qu’on m’a diagnostiqué cette cochonnerie d’hépatite et  1.5 mois que je me sens très bizarre, avec des périodes de pas mal et des périodes de fatigue générale intense, m’endormant à tout bout de champ. L’autre jour, il fallait que je lutte contre le sommeil  en travaillant !??? Evidemment, avec les échéances estivales qui approchent à grand pas et mon entrainement ainsi perturbé, je commence à perdre un peu espoir et le moral de mai ne fut pas très printanier ;-))

Ma déchirure aux Pèlerins serait une conséquence indirecte de l’hépatite (admettons !) mais alors qu’elle ne me faisait plus souffrir du tout, voilà que jeudi dernier en marchant dans le pédiluve, alors que je me sentais mieux depuis qq jours, je ressens à nouveau ce point douloureux, un peu comme une courbature profonde sur le vaste interne droit ;-(((

Cette fois, je décide de passer outre la douleur et la prudence et le repos et tous ces trucs que je fais plus ou moins depuis des semaines et qui visiblement ne servent pas à grand-chose : donc vendredi, je pars à la Baule nager 1h15 dans la baie. En sortant de l’eau, avec le froid surement, la douleur à la cuisse a totalement disparu ?! Samedi, un mail tombe sur le forum du club : un gars a un dossard de tri à refiler pour le CD du lendemain ! Je pars faire un test : 3x20’ de CAP en progressif : 20’ à 5’45 ; 20’ à 5’15 ; 20’ à 4’45. Je sens à peine ma cuisse et je fais la sortie en grande aisance respiratoire. Ce n’est pas prudent, mais tant pis, il faut absolument que je sois fixé sur mon état de forme, donc j’appelle Xavier et je prends son dossard pour le CD des sables d’Olonnes qui a lieu le lendemain à 14h.

J’arrive aux Sables vers midi : temps gris et très venteux, mais pas de pluie et je sens que le vent peut dégager le ciel. Par contre, la mer est déchainée. Je pense alors que la natation va avoir lieu dans l’étang qui est de l’autre côté du parc à vélo, mais non, on me confirme qu’on va bien nager en mer ;-((

Pas très motivé à l’idée d’aller affronter les rouleaux du départ puis des creux que j’estime à 1.5m environ, je retourne me préparer tranquillement et rouler un peu pour reconnaitre le circuit. Le vent forcit de plus en plus et le ciel se dégage comme par magie.

14h, il fait grand soleil, les drapeaux sont tendus à l’horizontal par un fort vent d’ouest (50 /60 km/h environ) et  je suis en combi à écouter le briefing avec mon copain Olivier et je me sens moyen  sur ce coup là. Je suis le troupeau qui descend sur la plage et c’est alors que retentit « christophe colomb » dans la sono. C’est fou ce que peut déclencher cette musique en moi. Sur le coup, je trouve domage qu’une musique si chargée d’émotions utmbistes retentisse pour une si  « petite » épreuve, mais qu’à cela ne tienne, cela me donne du baume au cœur. Allons-y, donc : pour voir l’état du bonhomme et sans chercher à faire un malheur. C’est mon premier tri de l’année, j’ai un half IM dans 8 jours, donc je me dis que ce serait bien déjà de retrouver quelques sensations.

Premier objectif : rejoindre la première bouée, environ 400 m au large, avec  une barre de rouleaux dans le nez sur au moins 200 m ! j’ai l’impression que pour chaque mettre gagné, la mer veut me rejeter sur le sable ! quand un rouleau arrive, j’essaie de passer « dessous »  mais ça remue dur là-dessous ? du coup, le peloton est complètement éclaté par la mer, et c’est un départ qui se fait sans baston avec les autres, par contre la baston contre les rouleaux, je vous dis pas, j’avais encore jamais vu ça !

 

Ils sont pas mignons les rouleaux !

 

 

Au bout de 200m, ça se calme un peu car on a passé la barre des rouleaux, mais il reste encore un bon bout de chemin avec le vent et les vagues dans la poire, mais j’arrive quand même à progresser. Enfin la première bouée ! on tourne à 90° et on a la houle en latéral cette fois, quel bonheur !  Je respire sur 2 ou 4 temps pour respirer du côté opposé à la houle et ainsi éviter d’avaler un paquet de mer ou un merlan ;-)) Deuxième bouée, à nouveau virage à 90°, et là on a le « vent favorable » : je nage avec plaisir et sans peine malgré quelques tasses bues à cause du fort clapot. A nouveau virage à 90° et on a à nouveau la houle latérale mais de l’autre côté puis  ça repart pour un deuxième tour et à nouveau les vagues dans la poire. Je gère le passage en essayant de ne pas trop me cramer et, passé la bouée au large, sachant que le plus dur est fait, je « mets » les gaz et je fonce vers la plage en essayant de « surfer » au maximum sur les rouleaux qui me poussent vers la sortie.

Enfin la plage : 29’ ? c’est pas possible !? Dans une mer pareille, j’ai pas pu faire un temps aussi bon, surtout qu’en natation, en ce moment je n’avance pas à la piscine. Les 1500m n’y étaient pas, j’en suis certain.

Je remonte la plage en courant, les jambes sont bien là et j’aperçois mes parents, ma sœur  avec son fils et son mari venus me faire la surprise d’un petit coucou en voisin (ma sœur a sa maison secondaire à 10 km de là).

Aussitot sorti de l'eau, aussitot à courir (vé vé les rouleaux derrière !)

 

Si vous voulez voir les photos de la mer, lisez l'excellent Cr de Raspoutine

http://www.kikourou.net/recits/recit-10591-triathlon_cd_des_sables_d_olonne-2010-par-raspoutine_05.html

 

 

Première transition complètement fouarée car j’arrive en même temps qu’un gars du club qui a mis ses affaires à côté des miennes et du coup on se gène, je fais tomber mon casque avec mes lunettes et mes gels dedans. Je ramasse tout vite fait ; perturbé, je mets mon dossard à l’envers. Bref, je perds au moins 2’ dans l’affaire ! un vrai papy pingouin sur ce coup là ;-)

J’ai mis les chaussures vélo avec les petits élastiques, je cours pieds nus et je double même dans le parc  avec le vélo à la main. J’enfourche et zou, me voilà parti. Le parcours vélo est tout plat et commence par du bord de mer avec le vent dans le dos et un bitume tout neuf car la route vient d’être refaite suite à la tempête de cet hivers dont on a tant parlé. J’ai pas ma vitesse car j’ai perdu mon aimant de roue, mais je suis largement au dessus des 40 km/h, sans effort notoire. Je m’alimente bien et je décide de ne pas allumer trop car le retour avec le vent de face s’annonce épique. Demi tour et je me prends le ventilateur en pleine poire. Je précise que c’est « no drafting », et qu’il faut appuyer dur sur les pédales. Heureusement le parcours retour fait une petite incursion dans les terres où le vent est un peu moins fort et plus latéral que sur le remblai.

 

 

Demi-tour au rond point du parc à vélo et c’est reparti pour un tour. Même stratégie : alimentation et pédalage souple avec le vent dans le dos et effort régulier sans mettre trop de braquet et en tournant bien les jambes au retour.

Troisième tour, toujours même tactique, mais le vent est de plus en plus fort et je suis obligé de piocher un peu sur les derniers km ; mais sans me cramer, loin de là. Ma cuisse ne me gène pas, mais je sens qu’il ne faut pas que je la sollicite trop quand même !

T2, hyper rapide, et j’attaque la CAP avec ma montre GPS sur laquelle j’ai les temps au km qui bipent et  j’aimerais bien tourner en 4’30 au km. Sur mon test d’hier, c’est une vitesse que je me sens capable de tenir. Je suis surpris de voir que dès la sortie du parc à vélo, j’ai déjà ma foulée qui est bien en place !? Il y a trois tours de Cap à faire, mais je n’ai pas reconnu le parcours. Premier km : 4’24 ! Waouh, ça part vite, d’autant qu’il y avait une petite montée et un passage sinueux en sous bois ! Mais je me sens bien, donc je continue. Km2 : 4’12 ! au secours, jamais tu vas tenir mon grand ! vas-y molo, je te rappelle que ton record sur 10 km est de 44’30 ! Nous voilà sur le remblai de l’autre côté du parc à vélo, avec le vent pleine poire. Je m’abrite comme je peux derrière des concurrents, mais je vais plus vite que tous. Un gars me prend un tour, je prends sa foulée et malgré le vent, je maintiens son allure. Je croise Olivier sur le demi-tour. Il est 300m derrière moi environ. Il est beaucoup plus fort que moi en CAP, donc je m’attends à le voir revenir dans les prochains km. Fin du premier tour, on repasse devant la foule en délire et j’accélère un peu.

 

Passage dans la ligne droite des stands, fastoche, je rigole au beauf qui me flash ;-)

 

Un verre d'eau dans la tronche, et dans la casquette, histoire de rafraichir la cafetière

 

Je suis sidéré de la « facilité » de ma foulée. Je ne suis pas essoufflé et les jambes tournent comme des horloges. En fait, ces 10km vont se faire comme dans un rêve. Je vais tourner du km 2 au km9 entre 4’10 et 4’15 au km, avec le sentiment de pouvoir aller plus vite et de ne jamais forcer. Dernier  km, je suis bien, vent dans le dos, j’allonge pour essayer de rattraper un copain de club que j’ai en point de mire : 3’52 sur le dernier km !!!

Le fait de ne pas avoir allumé en vélo, m’a préservé les canes et j’ai pu ainsi me régalé en CAP, en doublant sans arrêt du monde. Je termine « frais », et je récupère mon souffle très rapidement. J’enlève moi-même ma puce contrairement aux autres concurrents qui ont besoin de l’aide des bénévoles  et je retrouve, tout sourire, mon beauf et les copains du club, certains a priori plus forts que moi, que j’ai « déposé » en CAP. Même Olivier ne m’a pas rattrapé !?

Temps total de la CAP : 40’52 et les 10 km y était bien au GPS, ça fait quand même 3’38 de mieux que mon précédent record sur 10km qui datait de 2008, où j’avais fais une préparation spécifique CAP et qui était un 10 km « sec » ! la seule explication à ce chrono sont les…10 kilos perdus cet hiver qui m’ont déjà permis de battre « facilement » mon record sur semi en mars !

Au final, les doutes et les idées noires du mois de mai se sont envolés. J’envisage plus sereinement le half de dimanche prochain, et si je peux refaire un peu de volume d’ici Roth, j’espère pouvoir bien y figurer !

Bon, le tri CD, c’est avant tout une course de vitesse, donc je termine par quelques chiffres :

Place : 62ème/200 ; 12ème en vétéran ; temps total 2h26’

Natation (105ème temps) : 29’ (mais je suis sur que les 1500m n’y étaient pas, car dans une mer pareille et avec ma méforme actuelle en piscine, je n’ai pas pu aller aussi vite)

Vélo (79ème temps, + 15 places) : 1h11, no drafting

CAP (42ème temps, +26 places) : 40’52 (record sur 10km)

 Voili, voilou les copains !

------

Bien amicalement,

The crazy turtle, back from hepatocytis hell ;-)))) ??? 

-------

 

 

PS : le lendemain de la rédaction de ce CR, mon optimisme s’est largement réduit. En effet, ma cuisse vient de me relacher sur une petite accélération de rien du tout à l’entrainement et mon dernier bilan sanguin hépatique est à nouveau bien mauvais alors que j’espérais vu le regain de forme que tout était rentré dans l’ordre ;-((

 Tant pis, je garde le Cr écrit dans le feu de l’action et je retourne soigner mes vielles jambes (pour le foie, il n’y a rien à faire !) ! bouuuuuuh !, mais ça n’en finira donc jamais !!!! je suis sur que c’est l’dingo qui m’a marabouté ;-)))

 

9 commentaires

Commentaire de ouster posté le 09-06-2010 à 21:50:00

maintenant je sais comment tu fais autant de courses : tu t'es divisé en 2, j'ai vu une moitié de toi dans les photos et j'imagine que ta deuxième moitié est au repos ;)

Commentaire de l'ourson posté le 09-06-2010 à 22:27:00

Superbe chrono ma Tortue ! Tu es vraiment... tu es vraiment... PHENOMENAL !!!!!!!!! J'aurai bien aimé y être aussi mais j'avoue que je n'ai pas grand chose à regretter côté natation ;-)

L'Ourson_ki_espère_une_mer_d'huile_à_St_Jean_de_Monts_fin_juin..

Commentaire de langevine posté le 09-06-2010 à 22:58:00

Ah que oui, je l'attendais ce récit!! Bon, qui ne se termine sur une note pessimiste, certes, mais n'empêche que le résultat tout comme les "vieilles cannes" comme tu dis, tout y est!!
Bravo Damien, et surtout prends soin de toi! ;-)
Bizz

Commentaire de raspoutine 05 posté le 09-06-2010 à 23:26:00

Félicitations pour ton résultat ! Pour la nage, il y avait bien les 1500 m et puis, il ne faut pas non plus oublier une d+ assez copieuse avec la houle !
Bravo aussi pour ta cap ! je t'ai vu à l'œuvre dans la montée -la grande classe-
Bon, je n'ai plus qu'à maigrir aussi !
Bonne récup, bonne préparation pour Roth.
Et encore bravo !

Commentaire de Souris posté le 09-06-2010 à 23:57:00

10kg de perdu... je comprends maintenant.. et non les photos ne sont pas déformées!!
Bravo pour ce Tri, c'est toujours de mieux en mieux avec la Tortue.



Commentaire de BENIBENI posté le 10-06-2010 à 16:01:00

Putain, toujours aussi fort !
Allez soignes toi bien et continues à me faire rever avec tes CR plein de punch !

Commentaire de LtBlueb posté le 12-06-2010 à 00:12:00

puree je viens de découvrir les photos !! dis donc tu vas ressembler à la Sauterelle si tu continues !! un grand gaillard comme toi qui fait du sport ca doit pas se laisser crever de faim , hein ? :))) chapeau pour la perf !

Commentaire de akunamatata posté le 12-06-2010 à 13:50:00

bravo la tortue, effectivement sur les photos je ne retrouve pas ta silhouette habituelle, affute affute.
tes progrès sont super en tri, bon j'vais ce de pas dire au dingo de te demaraboute, sinon je le largue dans la montee nocturne du ventoux tout a l'heure !

Commentaire de binoclard posté le 16-06-2010 à 22:41:00

Bravo pour ta performance.
J'avais fait le sprint de la veille. Je confirme, l'eau était aussi démontée.
C'était impressionnant.
Encore Bravo
C'était de bonne augure pour le Triathlon de sirueil.

Bonne récup.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran