Récit de la course : Semi-Marathon "Paru Vendu" Halloween 2005, par LtBlueb

L'auteur : LtBlueb

La course : Semi-Marathon "Paru Vendu" Halloween

Date : 31/10/2005

Lieu : Grenoble (Isère)

Affichage : 2022 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Semi de Grenoble version Halloween

Yo,

Sauf si mon neurone me joue des tours, mon dernier semi remontait aux
calendes grecques , soit plus de 4 ans pour trouver les traces de
quelques chronos légérement supérieurs à 1h30 (pour etre précis un
record en 1h30'00, qui date de juste avant les diplomes du Zoo ; il vautmieux parce que ca aurait fait couler de l'encre ;-)) Bref, je suis assez curieux d'aller mesurer les effets de l'âge et des courses
longues... et tout aussi curieux d'aller tester cette fête d'Halloween
promise par l'organisation "paru vendu"

Apres un été fort tranquille, occupé a soigner une hernie discale, je remets la machine en marche en Septembre, puis, poussif, attaque début Octobre un simili cycle de 3 semaines de préparation semi , simili parce que le temps pressant, je mixe à la va vite une dose de VMA en nature (30"-30") et 2 doses d'EA (fractions de 3*6' à 3*8' courue à allure semi)... Il me semble raisonnable de cibler un temps autour de 1h37 (je sais, ca n'est pas vraiment un chiffre rond, mais ca fait pile poil 13km/h), en espérant pourquoi pas me rapprocher des 1h35...

Les 3 jours précédents le semi ne sont pas optimaux en matiere de
récupération et je laisse pas mal de jus dans la gestion des travaux de déco et des invités venus donner un coup de main ;-) 18h je pars à la bourre me poster a proximité de la Halle Clémenceau , centre névralgique de l'évenement. Résultat, je tourne pendant 20' avant de trouver une place, m'habille vite fait en pleine rue, récupère mon dossart (plus d'épingles à nourrice) et attend 20' pour déposer mon sac au vestiaire. 20' génial c'est pile poil ce que j'avais prévu comme durée d'echauffement ;-)) 18h55, je revet un masque "Squelette" vert fluo tres tendance nanti d'une chevelure d'un vert/noir bien fournie et qui me tombe sur les épaules : ca me rappelle mes années baba-cool ;-))) puis je m'approche du sas de départ, constate que quasi tout les coureurs viennent se positionner à contre sens, bloquant ainsi ceux qui avaient prévu de partir en 1ere ligne . Le temps d'enjamber les barrières , de terroriser quelques spectateurs, je me positionne dans le fond du sas et dans le bon sens cette fois : partir devant ou derriere, peu importe avec la puce... hein ;-)
Pan c'est parti... 2' plus tard je passe sous l'arche et lance mon
chrono ;-) Vu que le départ du 10km se fait au même moment d'un autre point, il reste quand même pas loin de 3000 coureurs en comptant le 42, le 21 et l'ekiden. Bref c'est difficile de se frayer un chemin parmi tout ce petit monde, exercice rendu périlleux par la présence d'obstacles au sol (panneaux renversé par le vent, etc...) , un tracé très sinueux tout long des premiers km, la faible luminosité et le port d'un masque qui rétrécie sacrément le champ de vision ;-))) Je fais les bordures et fractionne comme je peux en fonction du traffic (10km/h puis 13km/h, etc ...). le vent du Sud a soufflé fort une partie de la journée et il fait fort chaud pour l'heure (21°C) . Avec mon tee shoirt kikourou manche longues (l'erreur...) et le masque, je transpire a grosses gouttes en ayant l'impression d'avoir la tête dans une cocotte minute.
Pas vu un seul panneau depuis le départ ; c'est avec un certaine
satisfaction qu'apparait le ravitaillement du km5 ; j'attrappe une
bouteille d'eau que je garderai à la main pendant 2/3 kms.Je remets le
masque et constate avec effroi le chrono [km5, 26'15] : je suis des
bases de 1h52 ;-))) si je ne fais pas une négative split aujourd'hui, je ne le ferai jamais ;-))
Le parcours emprunte la totalité de la voie sur berge, franchis un pont sur la voie ferrée (4m de D+), traverse le quartier europole. Sur ce secteur, profitant de la relative fluidité du traffic, j'ai réussi à accélérer mais la soupape tournant de plus en plus vite, je décide de relever le masque histoire de ventiler correctement mon visage. A
l'approche du km 10, un coureur qui a reperé le tee shirt kikourou ,
m'interpelle ; présentation entre kikoureurs, il vise 3h45 sur le
marathon, ce qui confirme mes prévisions actuelles... [km10, 48'30], une bénévole se bat avec des paquets de bouteille d'eau prisonnieres de leur emballage plastique ; elle a beau y mettre toute sa volonté, à extraire une bouteille de temps à autres, le flot des coureurs qui
arrive est trop important... merci mademoiselle ! Là encore, je prends
soin de repartir visage découvert et de conserver ma bouteille d'eau
pendant les kms suivants. Nous entamons la remontée du cours Jean
Jaurès, le long d'un flot ininterrompu de voitures (ben oui, une bande
de 3m a été réservé aux coureurs et la circulation se fait librement sur l'autre partie) ; je commence à payer les efforts des 10 premiers
kilometres et j'ai du mal à maintenir ma vitesse . Traversée des
quartiers sud de grenoble, a/r ahurissant sur une contre-allée et
demi-tour autour d'un plot à peine éclairé. [Km15, 1h12'30], il fait
chaud...je cherche une bouteille... quoi ??? pas de bouteille ? il y a
bien quelques bouteilles vides mais plus rien sur les tables... quelques centaines de metres plus loin, je repère un fond que je m'empresse de boire. je constate que j'aurai tout simplement du mal à faire moins de 1h40... j'essaie de relancer la machine mais je plafonne autour des 4'30 / km et ne parviens pas à aller plus vite (l'effet seuil ?). Je passe le km17, ne verrai jamais le km18, double le ballon des 3h30 (accompagné d'un peloton de 20 coureurs) à proximité du km19. J'ai désormais remis le masque d'Halloween pour les derniers km, ca devient dur et il me tarde d'en finir. J'escorte maintenant une féminine qui boucle son parcours ekiden (5 km ?) Gros coup de frein au relais du 20eme km [km20, 1h35] en raison de la présence d'un grand nombre de relayeur de l'ekiden
...les tables sont toujours aussi vides...pour boire, il faudra
maintenant attendre la ligne d'arrivée...L'aiguillage semi/marathon est, à l'image de cette soirée, assez confus... Néammoins, j'ai droit à des "allez le squelette" ;-)))



Remontée vers la ligne d'arrivée, l'arche de départ, seule visible à ce moment, est un leurre et il faut encore faire 250m avant de couper la ligne, en 1h39'30" à mon chrono. Aussitot la ligne d'arrivée franchie, le "squelette" se fait attrapper par l'equipe de Télé Grenoble qui couvre l'événement pour une interview en direct genre "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil";-)
Je croise ensuite la Tarine, qui vient de terminer le semi en vélo, et a suivi ses amis savoyards. Je retrouve plus tard le Hérisson et le Boeuf ;à defaut de boire une mousse ensemble, nous assistons à l'arrivée de quelques marathoniens, dont Michel Cercueil qui passe juste en dessous des 3h, et un collègue qui fait 3h10 à son premier (chapeau !) Puis les chaises et les tables étant réservées aux VIP, nous allons déguster une assiette de macaronis assis dans l'herbe avec le hérisson , pour un moment d'apres couyrse bien sympathique.

Bilan :
------

Je suis un peu décu de mon temps mais force est de constater qu'il y
avait trop d'éléments contraires pour espérer une perf ce soir-là ;
d'abord il est difficile d'être au top en faisant le clown ; ensuite
comme dirait HeubiOne, on est bon aux allures auxquelles on s'entraine, et force est de constater que j'ai délaissé les allures >11km/h ces dernieres années. Après un départ beaucoup trop lent , je n'ai jamais pu refaire mon retard, constatant que j'étais "bridé" autour des 4'30-4'40/km

Côté organisation, tout a déja été dit/écrit , peut etre même trop
d'ailleurs...Même si les organisateurs furent débordés par le "succès"
de cette épreuve, il n'y a quand même pas eu mort d'homme...reste à voir si cet événement connaitra une seconde édition, et dans l'affirmative comment les organisateurs prendront ils en compte les points qui n'ont pas donné satisfaction.
- un parcours très sinueux au départ
- la date (en semaine) et ses conséquences sur la circulation
- l'absence de tout parking de proximité
- une arche et un sas de départ mal placés et mal gérés
- une signalisation très insuffisante
- un vestiaire mal géré
- les ravitaillements en général, et l'eau en particulier
- une puce électronique sous-utilisée

Enfin, pour terminer sur un note positive, j'ai aimé :
- courir de nuit
- la rencontre des quelques animaux/UFO/kikoureurs qui avaient fait le choix de participer
- l'ambiance festive (orchestres, déguisements : quoique pas assez à mon gout)
- la couverture télé locale

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran