Récit de la course : Les Foulées de la Rue 2010, par Aouet64

L'auteur : Aouet64

La course : Les Foulées de la Rue

Date : 29/5/2010

Lieu : Beauvais (Oise)

Affichage : 724 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Foulées de la rue Beauvais 2010

Trop rares ami(e)s lecteur(rice)s , bonjour  !

Une bien jolie course. Après le trail de Boncourt qui m’avait fait mal aux jambes mais rendu heureux grâce à un excellent chrono, j’avais fais 2 séances de vitesse en prévision des foulées de la rue à Beauvais, le pic de forme du printemps. Malheureusement la 1ère n’était pas passée et la 2nd est partie à la trappe. Du coup une semaine de repos m’a permis de recharger les accus mais pas de croire en un chrono fort. Qu’importe, ce jour là la plupart des potes VTTistes sont présents, sur mon terrain, donc pas question de se laisser faire. Gestion alimentaire particulière pour ce 10 km planifié à 20h00 : après un repas de pâtes à midi et un goûter tardif bien sucré, l’heure est venue de se préparer. Les lentilles à la place des lunettes pour se sentir plus à l’aise, une tenue que j’apprécie, on accroche le dossard 1776 et à 19h10 je pars m’échauffer. 25 mn en trottinant puis une série d’échauffements dynamiques avant quelques étirements et 2 ou 3 minutes en trottinant à nouveau. Tout est fait dans les règles de l’art. La technique va être simple. C’est court un 10 km, donc une seule consigne : partir à fond, accélérer tout le temps et finir au sprint  pour accrocher le meilleur chrono possible. Juste 2 questions : quelle allure vais-je être capable de soutenir ? Vais-je tenir 10 km à 14 / 15 km/h  ? Plus de 43 mn serait un échec, moins de 40 un miracle. Moins de 42 serait satisfaisant, et peut-être suffisant pour battre mes inexpérimentés collègues.

 

1200 coureurs au départ, ça fait une jolie foule bigarrée sous un ciel nuageux et un air frais, mais nous n’aurons pas de pluie : très bonnes conditions de course. Arrivée au départ, je décide de la jouer prétentieux pour rapidement pouvoir courir à l’aise, et me positionne dans les 1ers rangs, à priori autour de la 100ème place. Ma tendre moitié me fait des signes d’encouragement de l’autre côté, je lui réponds avec un grand sourire. La tension monte … PAN ! C’est parti ! On enclenche de suite la 5ème, direction vitesse de croisière maximale. Au bout de 300 m je peux déjà courir à l’aise, la bousculade aura été courte. Km1 : 4’ 04’’, rythme rapide mais bizarrement je me sens bien

Passage sous le pont de Paris, les spectateurs sont nombreux mais trop silencieux à mon goût. Je rate ma moitié qui était pourtant là pour la photo, mais elle ne m’a pas vu non plus. Une légère montée ponctue le km2 : 8’10’’ (4’06’’/km), ça roule toujours, dans un rythme de 41 mn et si le moteur force, je sens qu’il n’est pas dans le rouge, bien ça. Des crochets nous ramènent en ville. On passe devant la cathédrale, c’est joli mais pas trop le temps d’admirer. Grosse ambiance, les gens nous encourage . Km3 : 12’15’’ (4’05’’/km), ça file quand même vite pour mes jambes qui manquent un peu de vitesse. Ca ne double quasiment plus, je suis déjà à ma place

Nouveau crochet vers l’extérieur de la ville et retour sur le cours Gambetta pour revenir vers le centre. Km 4 en 16’23’’ (4’08’’/km) mais ça montait légèrement tout du long, rien d’inquiétant. Allez, on relance, c’est en légère descente. On file vers la place de la mairie, il y a du monde qui encourage, de la musique, c’est sympa. Tiens, Cathy : coucou mon cœur ! Le temps de faire le tour de la mairie et on passe le km 5 : 20’28’’ (4’05’’/km), toujours en ligne avec les 41mn. Tout va se jouer sur les 3 prochains km, c’est parti pour le 2nd tour. Ca me fait penser à un truc : je n’ai vu aucun de mes potes me dépasser pour le moment ? Où sont-ils, notamment David ? Les autres je ne pense pas qu’ils puissent revenir à cette allure, encore que .... On remonte vers la gare, on tourne et déjà le km 6 :  24’30’’ un km rapide (4’02’’/km) car je suis dans les pas d’un gars de l’ACAB qui cavale bien. J’ai un léger pécule de 6 sec mais je souffle fort, le moteur tire . Ca devient dur et je sens des périodes de ralentissements, c’est pas bon signe. La petite montée de tout à l’heure me fait mal et la sanction tombe de suite, km 7 : 28’40 (4’10’’/km). C’est rien 4 sec au km ? Quand on taquine les 15 km/h, je peux vous dire qu’elles sont dures à allez chercher ! Malgré quelques relances je sens qu’on a ralentit et que je ne suis pas capable d’aller chercher cette fichue poignée de secondes, c’est rageant ! Je saisis un verre au vol au ravito, boire me fait du bien. Ca monte légèrement dans ces 2 km et le chrono confirme le ralentissement km 8 : 32’59 (4’19’’), km 9 : 37’20 (4’21’). Retour vers le centre ville par Gambetta, faux-plat descendant + excitation du dernier km + un lapin qui me double et que je décide d’accrocher = bonne reprise de vitesse. On va essayer de sauver les 41’30, et vue l’allure ça semble bon. J’ai au viseur le gars de l’ACAB qui m’avait pris 100m, mon lapin me ramène.

      

Arrivée à 500m je mets les cannes en route et remonte à hauteur de mon lapin, dernier virage, 200m on envoie tout, je laisse le lapin et vais chercher mon ACABien que je grille sur les derniers 50m. Autour de moi tout le monde s’est mis en sprint, je ne remonte que 2 places malgré un gros effort. Mon chrono m’annonce 41’17’’, soit 3’57’’ au dernier km, course réussie ! Je rends la puce, récupère le débardeur et me dirige vers le ravitaillement. Je bois un coup, papote de-ci, de-là, puis me dirige vers les arrivées histoire de repérer mes potes. Ah, voilà David. Au pif je lui ai mis 3 à 4 mn. Tiens, Cathy est sur le côté, elle s’est trouvée une amie. Je vais la voir pour lui dire que tout c’est bien passé malgré une baisse de régime sur la fin. David nous rejoint, puis Denis et Lolo. On décide de filer se doucher et de se retrouver ensuite pour écluser une mousse. J’enfile un sweet et je remonte à la maison en trottinant. Douche, rhabillage chaud et je redescends au Bureau. Surprise : nous ne sommes que 5. Tant pis pour les autres … Un coup de fil à Titi qui n’était pas là pour lui dire qu’on pense à lui et une soirée à se refaire le film de la course entre copains. Ca c’est la belle vie ! Et en prime : j’ai bien fini 1er du groupe, une fois n’est pas coutume. Mais mauvaise surprise dans les résultats : j’ai disparu du classement ! Je trouve bien « mon » ACABien en 41’19’’ mais moi, non ?! 1135 partants, 1134 arrivants et devinez qui n’a pas été enregistré ? … oui : moi ! Poissard, va.Je suis 134ème sur 1134 en 41 mn 17sec et 34ème sur 251 VH1. Confirmé par le n° de dossard qui est bien à sa place, lui. Mais sous un autre nom. Bien mais peut mieux faire. On ira chercher les 40 mn à l’automne, à Amiens.

Et maintenant 3 semaines axées vélo et natation pour préparer le triathlon de Beauvais. Je vous y verrai ? Oui ? Alors, à dans 3 semaines !

Ah oui ! j'ai vu qu'il y avait un Kikoureur 1 mn devant moi, félicitations : RdV l'an prochain sous les 40 mn ...

Kikouroutement,

Stéphane

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran