Récit de la course : Les Gendarmes et les Voleurs de Temps - 32 km 2010, par richard192

L'auteur : richard192

La course : Les Gendarmes et les Voleurs de Temps - 32 km

Date : 23/5/2010

Lieu : Ambazac (Haute-Vienne)

Affichage : 1151 vues

Distance : 32km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un retour au pays réussi

Voici maintenant 6 mois que j'ai gouté au trail en participant au trail du Buis organisé dans ma commune. Depuis, je n'ai cessé de chercher à m'améliorer en participant à quelques unes des épreuves bien connues en Isère (Festitrail d'Autrans, Sacré trail des collines).

Etant originaire de Limoges, il me fallait donc m'aligner sur cette course mythique de la Haute Vienne dont la renommée s'étend aujourd'hui à tout le pays à la vue des localités représentées par les participants.

Le relief de cette course typique de celui des Monts d'Ambazac est finalement assez différent de celui qu'on peut rencontrer en Isère, la longueur des montées est souvent plus faible (pas la pente), mais le parcours n'est jamais « reposant » avec alternance entre montées et descentes. Heureusement, j'ai eu l'occasion de me tester quelques semaines plutôt à l'occasion des vacances de Pâques sur le circuit voisin du trail des Puits et Grands Monts que je recommande.

Je pars avec un objectif de descendre sous les 3H. A priori raisonnable malgré la chaleur et ne sachant pas vraiment quelle attitude à adopter au contact de plusieurs milliers de participants où les tentations sont nombreuses de chercher à doubler en permanence et se griller rapidement. En effet, j'ai plutôt l'habitude des courses

Le départ est devancé par celui d'un courageux paraplégique en fauteuil qui se lance dans ce parcours de 32 km aidé par une dizaine de compagnons qui vont lui apporter un soutien tout au long du parcours dans les zones les plus sinueuses. La foule est nombreuse sur la boucle du départ et les encouragements également.

dscf0063.jpg

Le départ s'annonce et je pars rejoindre un troupeau de concurrents en pleine croissance. Je distingue au sol une ligne tracée à la chaud que bon nombre d'entre nous considère comme la ligne de départ. Pour une course de ce type, le placement sur la ligne est critique afin d'éviter les bouchons sur les premiers km. Je retrouve à ce moment, Denis, un ancien footeux avec qui je discute quelques minutes jusqu'au traditionnel décollage de l'hélicoptère de la gendarmerie qui va nous accompagner sur la première petite boucle. Et surprise la ligne de départ n'est pas celle que j'avais considérée et me voilà dans la fin du second 2/3 des concurrents quand les gendarmes au cheval lancent le départ. Me voilà dans le 1er piège que je voulais absolument éviter.

Mais quel spectacle : ce long peloton accompagné de poussière (les pompiers avaient pourtant arrosé le terrain) et d'applaudissements de la foule venue encourager les anonymes.

dscf0069.jpg

Je passe donc les 7 premiers km à tenter de rattraper mon mauvais départ en doublant tout ce qui se présente notamment dans la première bosse qui faire des ravages, en passant sur les bords de la piste à chaque fois que c'est possible. Au cours de ce petit jeu, j'aurais l'occasion de rattraper un ami Stéphane qui m'encourage en passage. Aux abords du premier ravitaillement la visibilité devient plus grande et je peux commencer à réguler mon allure même si je ne peux oublier que j'ai mis 11' pour parcourir les 2 premier kms sur une zone très roulante où j'aurais du en mettre moins de 8. C'est comme ça, il faut payer pour apprendre.

 

La suite du parcours nous amène dans les sous bois après une petite partie goudronnée. Je dépasse le concurrent en fauteuil au environ du 10ème km et encourage Thierry un ancien footeux (vous aurez compris que c'est un sport que j'ai longuement pratiqué) qui fait partie de l'équipe qui l'accompagne.

Me voici maintenant dans un groupe dans lequel il faut faire attention aux pierres rendues difficilement visibles en raison de la densité de coureurs, de la poussière et des jeux d'ombre provoqués par arbres et le vent.

 

Puis entre les km 13 et 18, ce sera une succession chemins passant près des habitations, où un public différent de celui du départ nous accompagne par des encouragements assis autour d'une table avec l'apéritif à la main et des enfants qui nous rafraîchissent au moyen de fusils lance à eau.

 

Aux envions du km 20, je rejoins un petit groupe de 5 coureurs et profite de leur rythme régulier à bonne allure pour bien récupéré avant une dernière partie de course qui s'annonce d'après eux plus difficile à gérer notamment en raison de la fatigue accentuée par la forte chaleur. Et par manque de concentration, je rate une foulée en frappant une pierre et me voilà par terre avec un début de crampe qui restera heureusement sans gravité mais qui m'encouragera à rester vigilant jusqu'à la fin du parcours.

8859618.jpg

Ça y est la dernière grande difficulté du km 28 est passée et un spectateur nous annonce qu'il ne reste plus que de la descente jusqu'au pied de la fameuse montée de la Chapelle où d'après lui l'ambiance suffira à nous donner courage pour la franchir. Nous déroulons à bon rythme jusque là.

 

Et là, je découvre cette fameuse montée noire de monde qui nous hurle ses encouragements pour atteindre les dernières marches à 500m de l'arrivée que je ferai au sprint pour m'assurer un temps sous les 3 H.

 

Quel bonheur de passer la ligne en voyant mon temps de 2h59'30s, que je pensais inatteignable après ce départ raté.

 

Mon bilan est donc que cette course mérite les éloges qui lui sont faites depuis de nombreuses années, l'organisation est parfaite, je n'ai jamais vu autant de ravitaillements, de personnes d'assistance (VTT, quads, sécurité civile, commissaires de course et bien sûr gendarmes à chaque intersections routières) et surtout de PUBLIC.

D'un point de vue performance personnelle, je suis heureux d'avoir atteint mon objectif malgré mon erreur de course, en ayant bien géré mon effort même si avec le recul j'aurais peut être pû gagner quelques minutes. C'est toujours plus facile après.....

 

Je vous recommande donc de venir en Haute Vienne à la pentecôte 2011. J'y serais probablement.

1 commentaire

Commentaire de CROCS-MAN posté le 30-05-2010 à 21:18:00

Un beau chrono, BRAVO et merci pour ton récit.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran