Récit de la course : Marathon de la baie du Mont-St-Michel 2010, par franck de Brignais

L'auteur : franck de Brignais

La course : Marathon de la baie du Mont-St-Michel

Date : 9/5/2010

Lieu : Cancale (Ille-et-Vilaine)

Affichage : 927 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Premier Marathon

Il fallait que j'en fasse un beau, un majestueux... avec du monde, pour courir et pour encourager.

 Faire un Marathon, c'est pour moi toucher la distance, voir ce que je peux faire sur 42,195 km avec une pression de compétition. Ca va m'aider à préparer mon objectif ultime, ce pourquoi je me suis mis à la course à pied il y a 2 ans : La SaintéLyon. La vitesse n'est pas du tout mon fort, je suis plus à l'aise sur l'endurance.... Le Mont Saint Michel va me le rappeler douloureusement.

Seul objectif déclaré : finir. Un objectif secret : si il y avait moyen de le faire en moins de 4h30... et ben ce serait super.

J'habite la région Lyonnaise, ce sont des amis qui habitent à St Malo qui vont nous loger (Denis ... copain d'entrainement et coach et moi). Petit voyage sympa en TGV.... on a papoté comme des filles pendant 8 heures.... arrivée au village Marathon vers 17h30, retrait des dossards en 4 secondes. Tiens le copain qui nous héberge s'est fait embaucher pour les inscriptions à la Pasta Party ! Petit tour des stands, un seul retiendra mon attention : celui de la SaintéLyon ...  

Allez direction le bord de mer à l'Est de St Malo, quartiers chics et sympa. Maison sympa, petit jardin, les copains sont bien logés. Petite balade en bord de mer ... "dis voir Renaud, ce vent ... c'est normal ?... il a l'intention de baisser demain ??" ... "heu .... si je te dis oui ça te fera plaisir ?... bon alors oui .... mais pas trop ..." OK ! conformément aux prev météo il va falloir composer avec un vent d'enfer, en pleine façe évidemment Est/ Nord Est... impeccable !! Ca tombe bien, je ne pensais avoir qu'à gérer les séquelles d'une gastro qui m'a pourrie la semaine + 4 jours en séminaire sans manger un seul féculent .... pfff ... ça va être sport !!

Au repas : "100g de pâtes, c'est la dose conseillée pour 1 adulte... ça vous va ?"... "heu ... tu peux multiplier par 4 stp ?!!". Ensuite au dodo, dernier message à la famille qui est en train de faire la fête chez des copains....

Debout 5h15 : La nuit a été bonne, 6 heures de sommeil, c'est plutôt pas mal. J'ouvre les volets, le vent souffle déjà bien .... royal. Un thé, deux tartines, un gatosport chocolat (c'est pas terrible, j'espère que c'est efficace !). Mon pauvre copain Renaud que l'on fait lever à des heures pas possible pour un dimanche (mille merci ...!!!). Direction St Malo pour prendre une navette. On prendra une des premières à 6 heures. Direction Cancale. Je discute avec une .... américaine... oui oui .... qui est en France pour 4 mois de stage et qui se fait son premier Marathon. On croise des gens incroyables sur ce genre d'épreuves !

Arrivée à Cancale... ça y est .... je vois l'objectif... il parait ridiculement petit ... qu'est ce qu'il est loin ! Arrivée à la salle des sports pour se tenir au chaud, le vent est fort .... et froid. Une queue de 30min mini pour les toilettes... ok, on fera comme tout le monde, on arrosera l'énorme laurier du jardin de la Mairie. (celui ci.... soit il tombe en 2 jours, soit il prend 2 mètres dans le même temps...) On se change, ça y est je rentre dans ma course, le stress monte, gros mal de ventre, je parle plus ... Dépose des affaires que l'on retrouvera au Mont dans les camions consignes et on descend sur le port. Une ambiance d'enfer, énormément de monde (un peu plus de 5 000 au départ). Les restaurateurs offrent le petit dej' aux coureurs : pour moi rien ne passera. On se serre la main avec Denis, lui va rejoindre son meneur d'allure à 3h15, et moi celui de 4h30....

Coup de feu de départ, musique, applaudissements, les frissons ne me lachent pas durant plusieurs minutes... je finis par passer la ligne de départ 4 à 5 min après le départ officiel, déclenchement de chrono et en avant, on va voir ce qu'on peut faire ! Petite grimpette de chauffe toute légère, je suis le meneur. Du monde sur le côté, la route est pas large, je double "Mario" drôle de concurrent qui va pousser son vélo pendant 42 km équipé d'une caméra...

Petite descente et on est partit pour 38km de plat .. et de vent .... ah bah oui je l'avais presque oublié, mais le bord de mer me le rappelle vite. Je me mets dans le ballon, au mileu de tout le monde, je le sens moins. Le meneur d'allure est sympa on discute et on rigole bien. Il s'arrête une bonne minute à chaque ravito... impeccable. Au 15ème on a 5 bonnes minutes d'avance sur le temps prévu.... je suis frais comme un gardon! Je me demande même si je ne vais pas tenter de rattraper le ballon des 4h15. Non, reste raisonnable, suis ton objectif. Je passe le semi en 2h11... je suis très facile. Je papote à droite, à gauche, je tape la main des enfants sur le bord de la route. Km 25, tout va bien, le meneur fait une très courte pause, et on repart.

Km 28, le meneur accélère ... pourquoi il fait ça ? Je dois forcer pour le suivre .... qu'est ce qu'il fait ?! Je consulte mon chrono : c'est pas lui qui accélère, c'est moi qui ralentit... qu'est ce qu'il m'arrive, je me sens bien pourtant, pourquoi mes jambes sont plus lourdes ??!! Les questions sont de + en + nombreuses pendant 2 km ... arrive le KM30... et alors là ... la grande claque... énorme ... !! les jambes sont 2 bouts de bois, mes pieds sont en feu, mon allure fleurte avec les 8 km/h .... je commence à sangloter, je m'arrête pour marcher, je hurle "Qu'est ce que j'ai p.... !!" Je vais marcher pendant 3 km.... chaque fois que j'essaie de trotinner, j'ai d'énormes crampes au mollet qui me font tordre de douleur. Je ne peux pas repartir !! Le ballon s'éloigne je pleure comme un enfant !!... je ne le rattraperai plus !

Voilà... je paie quoi là ? Ma gastro a pas du aider, il me manque 2 kilos (surtout la réserve qui en découle) ... le vent (qu'est ce que c'est dur ces rafales en plein nez... constamment....) .... Le manque de km sur mon plan d'entrainement (45 par semaine c'est insuffisant, c'est 10 au minimum qu'il manque !!) .... la petite chute de tension derrière la gastro .... et puis et puis j'en sais rien. KM33 : un poste d'abandon est signalé. Là j'hésite beaucoup : je fais quoi ? Si je dois finir en marchant je vais arriver en dessus des 6 heures fatidiques (arrêt du chrono officiel) ... d'un autre côté, je suis pas venu là pour abandonner, j'ai beaucoup donné, je me suis entrainé 8 semaines. "Qu'est ce que tu crois ??!!! que c'était une balade de santé ?? ... Allez en avant". Une dame me dépasse et m'a entendu "Allez on redémarre, on me suit". ...; et je la suis ... je reprend une allure "correcte" 8,5km/h.

Les lignes droites sont interminables ... interminables !! et le vent, encore et toujours. Les crampes reviennent au 36 ème . Je m'arrête pour essayer de m'étirer les mollets. Je reprend.... passage au 38 ème, ça y est le Mont est droit devant, majestueux, il m'attend, je ne peux plus m'arrêter. Il y a encore du monde pour encourager malgré le temps que j'ai mis. "Allez Franck !!" "Vas y mon grand !! reste sur la droite pour que la butte te protège un peu du vent" me lance un coureur qui revient en marchant dans l'autre sens.

Je suis devenu un robot : je ne pense plus, je n'ai même plus mal ... j'avance, c'est tout... et je marcherai pas, je vais finir en courant, je serai Finisher !! Tapis rouge .... la ligne ... le chrono : 5"04'37 ... C'est pas si mal , je suis finisher, j'arrête mon chrono par réflexe, je jette un coup d'oeil 4"59'50 .... et ben mon vrai temps, ce sera en dessous des 5 heures... c'est le petit bonus de la fin, maigre consolation. Un bénévole me donne un sac plastique à enfiler pour me réchaufer en attendant mes affaires. Une médaille .... c'est vrai, je suis finisher .... Je pleure pour la 2ème fois... pourtant ... c'est pas mon habitude...Denis m'attend (depuis un bon moment... désolé) je lui tape dans la main à travers le grillage... je sais pas quoi lui dire. "Va chercher tes affaires... va manger un peu, je t'attend". Merci Denis.

Je descend la passerelle de la digue en marche arrière, comme le conseil les secouristes qui nous donne un coup de main. Je n'ai pas faim, je prend ce que l'on me donne, je le met dans un sac. Je reprend mon sac d'affaires laissé au départ, je me change immédiatement, je suis gelé je tremble de tous mes membres.

Je ère à la recherche de la sortie ... une bénévole sourit en me voyant "c'est par là monsieur". Sourire. "Merci". Un gros vigil garde l'entrée et me laisse sortir. Denis est là. On se fait une bonne demi heure d'étirements en échangeant nos impressions 3"08 pour lui ... Ouai et ben je suis loin du niveau, je le savais déjà, mais là ... Le premier, Kenyan, va finir en 2"12. A 5 minutes au moins de ce qu'il sait faire. Le vent est présent dans toutes les discussions il a plombé les temps de chacun entre 5 et 7 minutes environ. Pour moi ça ne va pas changer grand chose...

Retour dans le bus qui nous ramène à St Malo (désolé pour l'odeur chauffeur) Renaud nous attend. Direction la douche. On a 1h30 avant le train. Impeccable. La douche, étirements, crème relaxante... et en descendant un plat de crevettes fraiches, du beurre salé, du pain frais et un petit muscadet. Fini le régime ... un bonheur ce petit moment au soleil.

C'est une expérience unique que j'ai vécu ce jour là... des émotions intenses ... indescriptibles...La limite de soi...aller au delà, voilà tout ce que j'ai vécu en 5 heures.

J'en referai un l'année prochaine ... juste histoire de me tester sans gastro et sans vent... et avec un plan un peu plus costaud. En attendant, l'objectif ultime se rapproche : la SaintéLyon le 5 décembre 2010 .... Là aussi ... là surtout .... Finisher ....

 

Franck  

4 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 18-05-2010 à 08:16:00

As tu bien bu, as tu mangé? Prend le temps de tout analyser pour comprendre le bug. Bonne récup et merci pour le récit.

Commentaire de Mustang posté le 18-05-2010 à 21:39:00

un bien beau récit!! magnifique d'être allé au bout de soi-même!! à la sainté!!

Commentaire de lemou posté le 19-05-2010 à 21:14:00

Formidable récit!
Ca me rappelle avec beaucoup d'émotions mon premier marathon (le Nice Cannes 2009, j'ai craqué violemment moi aussi: j'en ai fait un récit sur kikourou)
Repose toi bien et suis les conseils du solitaire. Il s'y connait :)

Commentaire de mimile posté le 21-05-2010 à 16:03:00

J'attendais ton CR avec impatience. Malgré ta 2° partie difficile, ta rencontre avec le mur, tu as reussi à le faire, et c'est l'essentiel. le second se passera forcément bq mieux ( il parait que c'est comme ça ).
En tout cas, ta petite déception n'a pas altéré tes talents de narrateur. Ton récit est poignant, on souffre avec toi en te lisant, comme si on y était. Bravo pour ta perf, conserve ton humour et ton envie de continuer à courir.
Je vais tâcher pour ma part de tirer les enseignements de ton expérience avant de me lancer. ce sera en Octobre, à Lyon je pense. qt à la sainté Lyon .... y a le temps
Olivier

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran