Récit de la course : L'Ardéchois - 34 km 2010, par Philippe8474

L'auteur : Philippe8474

La course : L'Ardéchois - 34 km

Date : 1/5/2010

Lieu : Desaignes (Ardèche)

Affichage : 1114 vues

Distance : 34km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Par ici le même récit sur mon blog:

http://philippe.teamtrajectoire.over-blog.com/article-2010-05-01-l-ardechois---34-km-50168984.html

Et sinon sur Kikourou :

Samedi 1er mai, cette année c'est l'Ardéchois.

Inscrit avec Fredo et Julien... puis c'est l'occasion de se faire un week-end en Ardèche chez mes parents à Molines, près du Cheylard.

Comme ça l'hébergement est bouclé, ça donne l'occasion de se faire un bon week-end entre potes et dé déverrouiller le compteur de courses pour 2010.

 

Jeudi soir, avant-veille de la course je me débrouille pour faire une crise d'asthme en pleine nuit... c'est la première fois que ça m'arrive...

Bon je sentais bien avec les beaux jours du mois d'avril et le pollen qui volent partout que mon souffle sifflait un peu en fin de séance... mais de là à me provoquer une crise... Pffff

Bon juste pour dire, nuit plutôt moyenne.

 

Vendredi soir, direction Les Molines... le voyage va être un peu longuet... beaucoup de circulations partout (Annecy, Chambéry, Grenoble...), des rencards pour se rejoindre tous... on cumule les retards et on arrive assez tard à la maison.

Faut encore manger, préparer 2, 3 trucs et enfin se coucher... Il ne doit pas être loin de minuit et demi... et on se lève dans 5 heures... C'est pas une grosse nuit encore.

 

Levée sans trop problème, petit dej des 3 coureurs, on embarque dans la voiture de Julien, direction Dessaignes.

Le voyage se passe nickel, on récupère les dossards tranquillou, on s'équipe à la voiture (erreur de ma part : pour partir le plus léger possible, je vire mon coupe vent sans manche et mon T-shirt sans manche... j'aurais du garder un des 2 !!!)

 

En se rendant au départ on perd le Fredo... il part sur le 34 et il est remonté comme une pendule, veut attaquer d'entrée... Julien et moi sommes sur le 57.

Après une grosse semaine de préparation l'avant dernière semaine avant l'Ardéchois, j'ai un peu accusé le coup cette semaine et je sais de toute manière que je n'ai pas assez couru pour un 57 km. J'espère qu'avec le foncier de la saison d'hiver ça passera quand même.

Et puis c'est mon premier Ardéchois, ça passe pas loin de chez mes parents alors j'ai envie de faire le 57 km !!

 

Au départ, je ne suis même pas stressé, je pars cool, Julien me prend rapidement quelques mètres.

 

Ca court, ça court...

 

Rapidement je m'en veux de n'avoir qu'un Tshirt sur moi... Purée je me connais, je sens le froid sur mon ventre, sur ma poitrine et j'aime pas ça... Bon je ne me focalise pas dessus pour ne pas gâcher ma course mais je sens que c'est pas bon ça.

 

Lees kilomètres se succèdent, je suis un peu dans la ouate, pas trop de sensations, mais pas à la ramasse non plus.

 

Ca court beaucoup pour moi, je sens les jambes moyennes, puis des douleurs apparaissent déjà dans le genou, les mollets...

 

Rencontre avec Martine, on papote 5 min, les sensations, les blessures, la saison... bien sympa.

 

Puis une autre connaissance l'accoste (quelles pipelettes ;-), je continue.

 

Les sensations sont bizarres, je ne suis pas à la dérive mais toujours dans la ouate, les jambes couinent de plus en plus...

 

Une première fois je fais presque la jonction avec Julien, mais m'arrête pour une pause technique.

 

Puis c'est l'arrivée sur les ruines du château de Rochebonne, je téléphone vite à Céline. On avait rendez vous après 2H00 de courses, et je suis le dernier des 3 à passer et légèrement en avance par rapport à ces 2H00...

 

Je me bats avec mon p...n de téléphone (‘faut vraiment que je le change !!!!), ça sonne, Céline répond, ils sont encore à la maison.

Coup au moral.

 

Du coup  avec tout ça, je profite moyennement du passage au château... Purée et je suis venu pour ça !!!

 

Le passage après le château plus technique se fait à la queuleuleu, relativement tranquillement.

 

La suite vers St Jean de Roure, je commence à coincer un peu sérieux... les jambes couinent, pas de peps, pas de mordant... Pfff ça va faire long.

 

Juste au pied de la montée à St Jean de Roure, je vois Julien dans le virage au dessus, ça me remotive un brin, je m'arrête pour un  petit pipi et redémarre en espérant qu'il soit encore au ravito (en comptant sur son appétit).

 

Mais niet, le bougre est déjà reparti et c'est moi, qui aie besoin de faire un gros ravito !

Coca, coca, coca, coca, eau pétillante, coca, coca...Pain fromage, pain fromage, pain fromage... un bout de 4 quarts et je repars enfin !

200 m je m'arrête pour virer ma genouillère.

 

Je repars.

Là ça gamberge un peu. Vu la forme, vu les guibolles, vu ce que j'en ai conclu après l'UTMB, vu que la saison est encore longue, vu que j'ai un rendez vous avec le GR20 que je ne veux absolument pas manquer au mois Juin...

 

La décision s'impose vite, je ne me sens pas sur le 57.

A la bifurq c'est sans un regard que je tourne à droite, reste plus qu'à finir.

Un gel.

J'essai un peu d'enchainer dans la descente mais même ça aujourd'hui n'est pas au top. Je remonte quand même une dizaine de places, en reperd une ou deux à la fin dans le village.

Et voilà c'est la ligne ! Fin de parcours.

4H11, 127eme sur 791 arrivants (dans les 16%), coef de 1.41 par rapport au temps du vainqueur (S. Bonaudo), le résultat est correct mais les sensations étaient trop moyennes pour être satisfait!!!

 

Et surprise tout le monde est là : Céline et Jo, Sab et Fredo (qui a gazé le coquin !!!), Cécilou, Gillou et Raph !

 

10, 20 min à refaire la course, à me prendre la tête avec pourquoi avec un dossard sur mes dernières courses c'est la m...e.

 

Puis d'est l'arrivée des 3 premiers du 57 !! Chorier, Malardé et Pasquio...

Pffff des extraterrestres, de quoi nous énerver un peu plus J

 

Puis on décide d'aller voir Ju sur le parcours. Direction Nozières pour le dernier ravito. Vroum Vroum...

 

20, 25 min d'attente sur place (avec l'angoisse : « on l'a raté ou bien ? ») et Julien passe enfin.

Trop cool

Il a l'air super bien, serein, pas trop marqué !

 

On rembarque dans les voitures, vroum, vroum à fond.

Le temps de se garer, de filer sur la ligne et Julien déboule.

 

Nickel, il finit aussi bien que ce qu'on l'a vu passer à Nozières.

 

C'est bon tout le monde est rentré.

Une douche, pic nic et bœuf à la broche sous le chapiteau... II pleut... on a eu du bol avec la météo 

 

Il est temps de rentrer à la maison profiter du reste du week-end : champagne (anniv de Ju !!!), pasta, bière, grillades, muffins, promenades, mix du DJ, devoirs pour les enfants et les grands, dodo, feu de cheminée, petit dej brioche/Nutella/speculoos, course poursuite avec les moutons....

 

2 commentaires

Commentaire de Arno_SMAG posté le 14-05-2010 à 11:30:00

coucou mon philou !
ça ira mieux la prochaine fois ! Vivement le GR20 que vous vous fassiez plaisir !!

Commentaire de Génep posté le 19-05-2010 à 19:27:00

Pour un gars pas content de sa course, ça va pas mal !

A bientôt (peut-être ce dimanche au Semnoz ?)

Éclatez-vous en Corse !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran