Récit de la course : Les Foulées du Millénaire 2010, par patcastelnau

L'auteur : patcastelnau

La course : Les Foulées du Millénaire

Date : 9/5/2010

Lieu : Montpellier (Hérault)

Affichage : 527 vues

Distance : 12km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

I'm running in the rain !

Autant 2009 avait vu une édition chaude et des organismes à la limite de la déshydratation à l'arrivée, autant 2010 fut froide et arrosée. Il faut dire que depuis 3 jours, ce n'était pas la joie côté météo. Cependant, nous avions décidé avec Nicolas, mon équipier non-voyant de nous aligner tout de même sur cette épreuve, pour le fun et pour la qualité de l'accueil qui nous y a toujours été réservé.

Nous voilà donc dans la bruine matinale et dans la grisaille, à attaquer les 3 premiers km en bitume pour nous situer dans la queue du peloton, mais avec un peu de marge sur la moto-balai, engin que nous n'aimons guère depuis un semi-marathon galère dans l'Aveyron.

Nous atteignîmes alors le chemin défoncé de Calage, avec de grosses ornières pleines d'eau que nous traversâmes gaiement, car je savais que de toute façon, nous n'échapperions pas à la trempette. Puis ce fut un 4ème km un peu confus, car nous ratâmes comme pas mal d'autres, une tournée à gauche dans un chemin de vigne, ce qui nous fit faire un détour de 500 m environ. Du coup, le ravito du 5 s'était éloigné d'autant et pas mal de coureurs râlèrent en y arrivant.

Puis ce fut la partie Mounta-davala, montée-descente le long des chemins de vignes, parfois sur les gros cailloux des grès de Montpellier : notre allure se fit alors un peu poussive et deux ou trois coureurs nous passèrent. Puis ce fut carrément la gadoue au km7, avec une attention particulière pour Nicolas, afin qu'il ne patine pas trop. La pluie s'était alors bien mise de la partie, lorsque nous rejoignîmes la route le long de l'autoroute puis le chemin de Calage, mais à l'envers cette fois-ci. Vers le 8ème km, avant d'arriver à Grammont, je glissai sur le côté gauche et me retrouvai les fesses dans l'eau. Heureusement, j'avais lâché la corde et évité la chute à mon collègue, qui se demandait à quoi pouvait correspondre le gros plouf qu'il avait entendu. Nous mîmes un petit km pour nous remettre de l'émotion, et étions à nouveau sur le bitume du retour après le 9ème. Nous étions sur les talons d'une coureuse qui nous servit de repère, mais que nous ne parvînmes jamais à rattraper.

 Les lignes droites dans la zone industrielle puis sur la piste cyclable nous permirent de nous refaire une santé, et nous terminâmes dans un temps similaire à celui de l'an passé, mais en ayant beaucoup moins souffert. Puis ce fut la remise des prix et le pot final dans la Maison pour tous Mélina Mercouri, où les bénévoles et les personnes de la Mairie de Montpellier avaient bien fait les choses : une petite coupe spécial Handi pour Nicolas et moi avec de gentils encouragements. De quoi nous donner l'envie de continuer et pourquoi pas jusqu'au Marathon de Montpellier !!!

 

1 commentaire

Commentaire de Elegae posté le 10-05-2010 à 19:16:00

Bravo encore pour votre participation à cette course(pas facile non plus cette année)! Je suis bénévole depuis 3 ans pour cette course et j'apprécie toujours votre compte-rendu. Merci
Cécile

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran