Récit de la course : Trail des Balcons d'Azur - 52 km 2010, par PAT95

L'auteur : PAT95

La course : Trail des Balcons d'Azur - 52 km

Date : 25/4/2010

Lieu : Mandelieu La Napoule (Alpes-Maritimes)

Affichage : 1166 vues

Distance : 52km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Ultra trail des balcons d'Azur 2010 (52kms - 2400 de D+)

Cela faisait longtemps que je voulais faire cette course. En effet, je connais par coeur ces massifs que je chérie tant et que je retrouve avec plaisir chaque été. La course se situe dans ce merveilleux massif de l'estérel dans le sud de la france et chaque fin d'avril depuis 2006 quelques dingos se retrouvent pour galoper sur ces superbes sentiers qui portent des noms magiques (Ravin des sangliers, lac des écureuils, les grues, le pic de l'ours....).

Dimanche 26 avril 2010 7h du matin, je suis sur la ligne de départ Chateau de la Napoule. Déja un premier défi de gagné car il fallait que je puisse prendre des congés sur cette période (cette année cela tombait bien car les enfants étaient en congés sur cette semaine). Ensuite, deuxième défi : faire le trajet (900 kms dans la nuit) , arriver sur place, s'inscrire à la dernière minute (chose de plus en plus dure de nos jours vu la popularité des trails actuellement). 

Le départ est donné avec un peu de retard mais qu'importe. Je suis ravi d'être là. Le temps est magnifique et augure une superbe journée. Le peloton s'étire rapidement car nous attaquons très vite le massif de l'estérel pour entrer dans le vif du sujet.
Les 12 permiers kms nous emmène au lac des écureuils en passant par le mont Saint Martin et la maison forestière des 3 termes. La descente vers le lac est particulièrement périlleuse et déjà quelques chutes sont à déplorer. Le terrain est très sec et rocailleux. Tout autour de nous ce n'est que de la roche. Viens ensuite la remontée sur des pierriers vers le pic de l'ours qui surplombe la grande bleue; le spectacle est magnifique et je rate de peu mes supporters venus pour m'encourager au col Notre Dame que je croiserai 2 fois lors de ce trail.
Petit ravito au col Notre Dame et en avant vers le pic puis descente vertigineuse via la dent de l'ours vers la baisse des sangliers et le ravin des lentisques où nous rejoignons le 27eme kms. Là les pompiers tiennent le ravito et nous trouvons enfin de quoi nous restaurer (Saucisson, paté croute et autre nourriture...la seule de tout le parcours).
Face à nous commence un gros morceau de la course : le col de l'évêque. Le chemin qui mène à son sommet n'est que suite de pierriers et roches. La température commence à être très élevée. Moi qui d'habitude transpire énormément, je suis complétement sec. La sueur s'évapore quasi instantanément. Je décide donc de lever le pied afin de m'éconimiser pour éviter la surchauffe du moteur. Le cardio est mon garde fou. Nous continuons à passer par des endroits somptueux et magnifiques: col de l'évêque, plateau d'anthèor...
La descente vers la calanque d'Aurelle s'amorce. Eh oui, nous redescendons au niveau de la mer au km 35; cela me rappelle un peu le grand raid de la réunion et me ramène un peu en 2007. Cette descente me semble interminable tant elle est longue et périlleuse (les pierres n'arrêtent pas de me rouler sous les chaussures). Une traversée de ronce pour terminer et je sors sous un pont où je retrouve mon épouse et mon beau père venu m'attendre à ce point. Pour eux aussi ce fut un exploit de venir me retrouver à ce point car l'endroit était très mal indiqué mais une fois sur place quel plaisir de se retrouver face à la mer. Là mon épouse me demande un gel en rabe pour un coureur qui a perdu les siens. Sa femme en effet est au même endroit et attend avec impatience son favori pour lui donner cette précieuse nourriture.
Chose particulière, les coureurs partants de ce point croisent ceux qui arrivent. Encore des bouchons sur la route des vacances et des sentiers de Provence. La remontée vers les hauteurs s'amorce. Nous revenons vers le col Notre Dame (km 40). La montée est dure voire très dure pour moi; que de la roche en plein soleil, un vrai four. Je ménage ma monture car je sais qu'après nous attends les grues (petites et grosses) qui sont deux passages très techniques où on mélange escalade et course à pied pour se frayer un chemin dans cet environnement. Le km 40 arrive là où je  pensais pouvoir manger quelquechose de solide mais le ravitaillement si bien fourni en liquide ne contient rien de bien consistant à se mettre sous la dent. Je m'arrête et décide de m'équiper de ma casquette saharienne en plus du bandeau que j'avais déjà. Je mouille bien le tout afin d'éviter toute surchauffe, m'hydrate bien et repars vers les fameuses grues. D'ordinaire, je les prend en sens inverse lors de mes entrainements estivaux. Là le hasard de la course me fait les prendre à l'envers. La chaleur aidant cela devient difficile. Malgré mon impression d'avancer comme une limace je remonte beaucoup de camarades coincés dans cette difficulté et visiblement complétement cuits. Quelques encouragements et je poursuis mon chemin en pensant qu'il est agréable de connaître les sentiers et ce qui nous attends ensuite.
Je franchis les petites puis les grosses grues et descens vers le col de la cadière qui m'ouvre le chemin de la sortie.
Un passage obligé par le mont Turney puis un plongeon vers le port de la Rague une remontée vers le rocher du pendu, la plage de la Raguette (une douche au passage ;-)) on longe le chateau de la Napoule et là je retrouve mon petit garçon Ethan qui m'accompagne jusqu'à la ligne d'arrivée. Quel plaisir de franchir cette ligne et je mesure la perrformance du premier de la course (Ludovic Pommeret) qui a mis 4h48 pour faire ce parcours....

7h38 à ma montre de pur bonheur. A refaire dès cet été pour préparer la TDS à Chamonix...

1 commentaire

Commentaire de seapen posté le 04-05-2010 à 17:00:00

Bonjour PAT95. Super content de t'avoir lu. Apparemment tu as bien géré ta course et tout s'est bien passé. Cette petite balade m'a fait du bien, je cours quelquefois dans l'Esterel du côté de St Raph. et ça m'a fait rêver. Félicitations pour ta performance et salutations sportives.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran