Récit de la course : La Montée pédestre des Trois Communes 2010, par Obiwan

L'auteur : Obiwan

La course : La Montée pédestre des Trois Communes

Date : 25/4/2010

Lieu : La Tronche (Isère)

Affichage : 707 vues

Distance : 10.5km

Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Montée des 3 communes 2010. La septième c’est la bonne !

Comme c’est mon premier CR à propos de cette course à laquelle je totalise désormais 7 participations, petit résumé des épisodes précédents :

Ma première participation à la MP3C c’était en 2004, avec une première référence chronométrique correcte en 1h07’16’’depuis je n’ai pas raté une seule édition de cette course.  J’avais pu améliorer sensiblement mon chrono dès 2005 en 1h03’20’’ le tout après avoir participé à un match de basket mémorable le samedi soir précédent la course (30 à 35 minutes de temps de jeu à cause de mes coéquipiers qui pour la plupart avaient tous fait leur quota de 5 fautes ce soir-là, ce qui ne nous avait pas empêché de gagner). Autant dire que j’avais bon espoir de passer l’heure dès l’édition suivante. Mais je ne me suis pas très bien préparé en 2006, et même avec de super sensations en début de course, j’ai littéralement explosé à partir de la sortie de Corenc… Il me manquait pas mal de travail foncier. Et je vais faire encore moins bien en 2007, ça ne devait pas être un bon jour car je n’en ai plus aucun souvenir… En tout cas c’est l’année de mon pire temps sur cette épreuve en 1h08’01’’ ! En 2008, je fais une course un peu irrégulière, départ sans doute un peu trop rapide, mais j’améliore mon meilleur temps en 1h02’33’’ en relançant bien dans la foulée de Patricia et Yannick du CMI qui m’avaient rejoint lors de la traversée de Corenc. On va dire que c’était un premier effet CMI ! Enfin l’année dernière, j’avais voulu un peu trop gérer dans la côte du Bouquéron alors que j’avais les moyens de rester dans le groupe qui était juste devant moi à ce moment-là. Et ensuite je n’avais pas réussi à accélérer et à me mettre sur un rythme qui m’aurait permis de me rapprocher de l’heure. Une course bien frustrante que je terminai en 1h03’04’’…

 

Un peu de théorie :

En fait il y a deux écoles sur la façon de gérer une montée des 3 communes. Vivalp qui nous dit que « de toute façon la côte du Bouquéron, si tu es en bonne forme tu ne vas même pas la sentir passer ». Et 100glier pour qui  « la course ne commence qu’après la côte du Bouquéron, il faut essayer de s’économiser jusqu’au sommet de cette côte et accélérer par la suite ». Après, c’est vrai que tout le monde n’a pas la même puissance de feu que notre ami 100glier en côte !

A chacun de choisir en fonction de ses capacités et de ses qualités de « grimpeur » l’une ou l’autre de ces deux méthodes. La méthode « Vivalp » requiert une certaine résistance après un départ sur un rythme très soutenu, il faut faire des entraînements avec un certain Manu R pour progresser dans ce domaine ! Pour réussir à passer la barre de l’heure en utilisant la méthode « 100glier » il faut absolument avoir une bonne vitesse de course en côte (par exemple tenir un rythme d’environ 11 km/h sur des portions à 10-12%).

 

Et de pratique :

Clairement, j’ai fait le choix de la méthode « Vivalp » conforté par mes entraînements de la semaine, notamment le vendredi où j’ai eu d’excellentes sensations. Petit problème je n’ai pas de référence pour les temps de passage à faire pour réaliser mon objectif de moins d’une heure. Je vais gérer au feeling (après la course je retrouverai dans mon PC un petit fichier excel que j’avais dû faire l’année dernière où j’avais estimé les temps de passage pour faire 1h, c’était bien la peine de le garder !). Le matin de la course, je retrouve Vivalp puis RPM (Régis Cahn) qui finalement a pu rentrer la veille de Suède… Il doit avoir pas mal d’influx, puisque ça doit faire environ trois semaines qu’il n’a pas dû toucher à son rasoir ! A croire qu’il a joué les playoffs de la ligue Suédoise de hockey (dans ce sport il y a une vieille tradition qui consiste à se laisser pousser la barbe pendant les phases finales). Avec Vivalp, on croise aussi Ludovic Pellé qui nous serre la main, j’espère lui avoir pris un peu de son «fluide » à cette occasion ! Bon voilà, j’en ai fini avec la rubrique « people » du CR !

L’échauffement se passe bien, 15-20 minutes, juste ce qu’il faut avec un peu de côte mais pas trop ! Je vais me placer sur la ligne en compagnie de Vivalp et RPM, on est au 3 ou 4ème rang, bien placés. Le départ est donné, je prends tout de suite une allure plutôt soutenue, en essayant donc de profiter du premier kilomètre très roulant pour prendre un peu de marge sur la vitesse moyenne à tenir pour réaliser l’objectif! Je me retrouve assez vite dans un petit groupe de coureurs dont 2 du Racing Leti. On attaque la côte du Bouquéron, et je me décale tout de suite pour prendre mon propre rythme, quelques coureurs suivent mon allure dont les 2 du Racing Leti. Nous arrivons dans le plus fort pourcentage de la pente et l’un de ces 2 coureurs part devant, je reste avec le second, nous montons à peu près sur le même rythme et nous rejoignons enfin la route du Sappey qui est un peu moins « cassante ». A l’entrée de Corenc, la jonction est effectuée avec le coureur du Racing Leti qui était parti légèrement devant. Au premier ravitaillement je ralenti sensiblement pour prendre un verre d’eau, je ne saute jamais de ravitaillement dans cette montée ! Du coup je laisse partir les 2 du Racing Leti, c’est peut-être un mal pour un bien, je me serai sans doute épuisé en essayant de les suivre trop longtemps (ils termineront la course en un peu plus de 57 minutes). La portion de la montée où j’ai bien souvent eu un coup de moins bien se présente maintenant, à partir du grand virage à gauche à la sortie de Corenc jusqu’au col de Vence. Je parviens à limiter les dégâts, peut-être grâce au conseil que m’a donné Pat’jambes en MP cette semaine : « essaye de débrancher le cerveau entre Corenc et le col ». Pour savoir à peu près où j’en suis, je compte 6 minutes de course par kilomètre restant, et ça tombe autour de 1h02… Mais je sais bien qu’il y a la partie très roulante après le col de Vence et qu’avec un peu de mental je trouverai de la ressource pour accélérer sur la fin. De plus peu de concurrents m’ont doublé depuis la sortie de Corenc et je n’ai pas eu l’impression d’avoir été « déposé » par eux. Je peux le faire, il faut tenir ! Le second ravito arrive enfin, juste avant le col de Vence, je bois encore et me précipite sur le petit faux-plat… Enfin on va regagner des secondes me dis-je !

Je garde un bon rythme, sans trop en faire non plus, quand la pente se fait un peu plus forte. Je me régale parce que je sens que j’ai encore un peu de jus et que je suis en train de réussir mon objectif, mais en même temps je sais que n’ai quasiment pas de marge où si peu par rapport à la barre de l’heure. J’arrive aux « deux maisons », pile-poil à 2 kilomètre du but, il me reste 10’45’’ pour passer la ligne. Je sais déjà que je vais battre largement mon record personnel mais est-ce que ça va être suffisant pour faire le truc ! Le passage un peu raide après les « deux maisons » se passe plutôt bien et ça me donne des ailes pour en remettre une couche, il n’y a plus de question à se poser ! Au panneau d’entrée d’agglomération « le Sappey en Chartreuse » il me reste un peu plus de 6 minutes pour arriver, on est presque au dernier kilomètre, et là je sais que cette fois je vais enfin la passer cette barre de l’heure ! Comme dirait Jean Gabin : « ça y est, cette fois  je sais ! » et puis surtout cette fois je vais le faire ! Petite poussée d’adrénaline qui m’a sans doute poussé à accélérer encore. A un moment j’imagine même pouvoir descendre sous les 59 minutes ! Mais quand j’arrive au pied de la dernière rampe, que je peux enfin apercevoir l’arrivée, ça commence à devenir dur d’avancer ! Je regarde le chrono et la distance qu’il me reste à parcourir avec lucidité et je constate que de toute façon j’arriverai avant l’heure… Pas de panique mais p… de b… de m… il faut à tout prix arrêter ce p… de chrono ! Je m’arrache pour atteindre le dernier virage et les 50 mètres de plat du sprint final, je donne tout ce que je peux jusqu’au moment où j’entends enfin le bip (passage de la puce sous la cellule) 59’23’’. Je savoure ces quelques instants et jette un œil derrière moi. Enfin j’ai pu voir le passage du chrono de 59’ à 1h au Sappey, j’ai presque l’impression que c’est irréel, que je suis dans un monde parallèle ! J’ai pu voir la première féminine, Sylvie Claus, arriver peu de temps après moi, mettant un point d’honneur à arriver avant la barre de l’heure, même si elle avait déjà réussi à le faire plusieurs fois. Et surtout j’ai pu voir fk_isere se jeter sur la ligne à 59’59’’pas une seconde de plus, j’en suis témoin ! Il a ensuite lancé un regard de tueur au chronométreur et lui a dit un truc du genre: « 59 minutes 59, pas 1h » puis il s’est tenu à la barrière et nous a fait un grand cri de soulagement ! J’ai fait le tour au bout de l’aire d’arrivée et je l’ai attendu pour lui taper dans la main. Heureux le Franck ! Tu m’étonnes ! Puis on a vu Ross arriver une trentaine de secondes après, un peu dégoûté. Félicitations à lui aussi, c’est une très belle perf, surtout si c’était sa première participation ! Après je suis vite allé me ravitailler, un peu de citronnade et de pain d’épices. J’ai vu RPM me rejoindre, satisfait de son temps autour de 1h01’40’’. Le ski nordique ça permet de bien garder la caisse ! Puis Vivalp qui était moins satisfait en un peu plus d’1h07’. Faut dire qu’il a pas mal enchaîné les kilomètres d’ascension ces 2 dernières semaines, il lui a sans doute manqué de la fraîcheur. Une petite gorgée de Chartreuse pour tout le monde avant de monter dans la voiture… Vivalp, c’est OK je ne dirai pas à Green-chaud que tu as à peine trempé les lèvres et surtout que tu ne voulais pas trop que les autres coureurs puissent nous voir en pleine dégustation du liquide vert ! T'inquiètes-pas Vivalp, de toute façon Green-chaud il aura pas la patience de lire ce récit jusqu'au bout, j'ai fait exprès de le faire aussi long!

 

Pour info les temps de passage que j'ai relevé grâce à mon super chrono made in Finland, n'est-ce pas fk_isere!

Sommet du Bouquéron: 14'11"

Point Contrôle N°2 (km 5): 26'28"

Col de Vence: 39'40"

"Les 2 maisons" (2 kms avant l'arrivée): 49'14"

Arrivée: 59'23" c'est vrai, c'est pas un temps de passage, mais je ne m'en lasse pas! 59'23" 59'23" 59'23" 59'23" 59'23" 59'23"!

11 commentaires

Commentaire de toto38 posté le 27-04-2010 à 06:49:00

Génial! - d'une heure! 6 éditions pour y arriver! Vivement la 12°! Maintenant, t'as plus qu'à fêter ça!

Commentaire de Vivalp ! posté le 27-04-2010 à 08:43:00

Maintenant que tu écris autant, je vais te faire écrire mes livres ; ça me gagnera du temps pour m'entraîner. Moi, je prends le chemin inverse à la MP3C : je commence à 55'30 (il y a longtemps) et j'en suis à 1h07'18" maintenant.
Belle course OBM, tu mérites bien ce chrono, car je sais les patients efforts que tu as déployés pour y arriver. Et ça n'est qu'un début...

Commentaire de l ignoble posté le 27-04-2010 à 08:58:00

objectif atteint obm, je tacherais de faire comme toi l'année prochaine,merci pour ton récit vivant et technique avec une dose historique de tes expériences,trés bien.....au plaisir

Commentaire de undertacleur posté le 27-04-2010 à 09:41:00

Joli récit plein de suspens (même si je connaissais le chrono final lol) !! Le travail a payé !
Je serai parmi vous l'année prochaine, ce type de course me botte bien ... je reste dans ma prépa Échirolles (6 juin) pour le moment ...
Encore Bravo !

Commentaire de fk_isere posté le 27-04-2010 à 12:29:00

Bien joué Renaud! L'année dernière j'étais parti un peu plus vite et au col de Vence plus rien LOW BAT et je me suis fait doubler par 15 personnes. Cette année, un peu trop assuré et je tablais sur 59mn donc j'ai accéléré à 2km de l'arrivée. Enfin bon, pas besoin de récit t'en as mis assez sur moi ;)

Commentaire de Obiwan posté le 27-04-2010 à 13:35:00

Les résultats sont en ligne:

http://omsports.latronche.free.fr/Documents/MP3C/MP3C_2010_Course_longue.pdf

C'est tout bon Franck, ils ont bien enregistré tes 59'59"!

Commentaire de the dude posté le 27-04-2010 à 14:25:00

Un grand bravo!!!
On sent que tu t'es arraché et on voit que ça te fait vraiment plaisir!!!

Perso je l'ai faite 2 fois: en 2003 c'etait la premiere course de ma vie et en 2007 avec le même objectif que toi -> je termine en 1 heure et 5 secondes :0( je ne m'en suis jamais remis.
(pour ma part j'étais au col de Vence en 39 minutes; t'as du finir très fort).
Je devrais prendre exemple sur toi et y retourner encore 5 fois :0)

Commentaire de Génep posté le 27-04-2010 à 20:37:00

Super Obm, t'as fait péter la barre de l'heure, ça le fait !

Maintenant, t'as un autre Col de Vence au programme ;)

Commentaire de Obiwan posté le 27-04-2010 à 20:58:00

Et oui, dimanche prochain on va se faire l'autre col de Vence. Comme disait Ludovic Pellé à Vivalp avant la course, il n'y en a que 2 en France!

Commentaire de Pat'jambes posté le 27-04-2010 à 23:57:00

Bravo Obm! A la douceur des 59'... ;o)
On sent que tu la voulais cette perf' et tu l'as eu!
Et pour Vence bis... une stratégie?

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 28-04-2010 à 11:23:00

Un grand bravo à toi !
Merci pour le récit !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran