Récit de la course : Marathon d'Annecy 2010, par toto38

L'auteur : toto38

La course : Marathon d'Annecy

Date : 18/4/2010

Lieu : Annecy (Haute-Savoie)

Affichage : 899 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Le marathon d’annecy ? Une grande aventure qui devient avec quelques collègues du club l’évènement incontournable de la saison. En effet, cela marque la fin de ma saison de vitesse pour commencer celle du trail.

Il y a 2 ans, j’avais fait ma meilleure perf : 2h58. L’an passé : 3h03.

Cette année, il fallait faire mieux ! Grace à Pedro, je me suis entrainé comme jamais auparavant : 1 semi en 1h22, content mais j’étais un peu resté sur ma faim… 15 jours plus tard, le semi de Nogent sur marne : 1h21 en officiel, 1h20.53 en réel. Ouf objectif atteint.  Maintenant, le marathon. J’étais parti dans la tête pour 2h45 mais j’ai trouvé cela un poil ambitieux. Je  partirais  alors sur 2h50. On verra comment je vais terminer…

Le mercredi d’avant, on a fait une superbe séance d’entrainement collectif au club. J’en ai eu des courbatures monstres et JAMAIS je n’aurais du prendre part à cette sortie. Mais la tentation était trop forte. Le dimanche matin du marathon, j’avais encore les quadri bien durs. Mon objectif n’est peut-être pas réalisable à cause des courbatures. On verra bien , de toute façon, le but du jeu étant d’arriver au bout, en bon état en plus.

Sur le dernier semi, j’avais manqué d’eau au départ. Cette fois-ci ce sera sur la route que je vais m’avaler le litre d’eau délicatement salée à la fleur de sel de Guérande. Cela a l’avantage de retenir un peu l’eau et la journée promet d’être chaude et ensoleillée…

Sur la ligne on est plutôt bien placé, je décide de jouer la régularité. Je part sur 4’01 au kilo, je devrait pouvoir tenir ce rythme. A mes cotés le partenaire virtuel qui va me guider. Je sais également que j’ai une marge de 250m pour rester dans la minute.

Coup de pistolet. Je ne m’emballe pas. Le plus dur est de se frayer un chemin parmi les coureurs. Je regarde ma montre toutes les 15 secondes pour être sur de ne pas aller trop vite. C’est tout bon. Le 1er en 3’57, le second en 3’56. Je calme même pour être vraiment avec mon partenaire virtuel.

Mais je sens quand même bien mes courbatures. Je suis un peu inquiet. Et si finalement ce n’était pas le moment ? C’est au 5° que les douleurs disparaissent. Ouf. On peut se mettre dedans. Je croise rapidement nos deux compères qui crient sur le bord de la route. C’est super sympa : ils sont en vélo et ils vont nous encourager toute la course !

Au semi, j’ai plus mal aux jambes que l’an passé. J’avais le souvenir d’être très frais au semi. C’est sans doute mauvais signe. Il va falloir être prudent mais j’ai toujours 250 m de marge pour faire mon objectif. ET c’est à ce moment que je me suis maudit la sortie 3 jours avant ! Quel con !!

Au 31, un coureur me dit tout confiant que mon objectif de 2h50 est gagné. Je lui réponds que rien n’est joué et que c’est maintenant que la course commence, qu’en 9 bornes il peut s’en passer des choses ! En effet, depuis le 28° je sens que je fatigue et que petit à petit je gratte mon avance. Un rapide calcul et je sais qu’à partir du 36° je ne suis plus sur 2h50 mais plutôt 2h52. Allez on s’accroche. Les 5 derniers kilos se font avec Pedro et Tortillas qui m’encouragent comme des malades ! Ca m’aide beaucoup ! Ma foulée s’accélère et je refait descendre mon temps au kilo. Grâce à eux, j’ai gagnée quelques précieuses secondes quoi m’ont permis d’arriver plus vite !

Je passe la ligne en 2h53. C’est top ! Je suis super content : malgré mes courbatures, j’ai presque  réussi mon objectif ! j’ai amélioré de 5 minutes mon meilleur temps et je sens que je ne suis pas allé au bout ! Les 2h50 auraient sans doute été là sans les courbatures…

 

Ce sont les écarts en base 4minute

 

 


A la reflexion :

Les ravitos : super, il y en  avait vraiment partout ! J’ai hésité à prendre une gourde, je n’arrive pas à boire en courant avec un gobelet. Je suis toujours trempé sans avoir bu une goutte. Le prochain marathon sera avec une gourde, c’est sur !

L’eau avant le départ : nécessaire pour moi. J’ai vite transpiré, je suis parti sans sensation de soif et j’ai laissé passer le 1er ravito liquide, il y avait beaucoup de monde…

La semaine  d’avant : je ne courrai plus !

Merci à Pedro, Tortillas et nos deux pom pom girls pour leurs soutien, Mes excuses à Green-chaud et momozemiette, je ne les ai même pas vu dans la dernière ligne droite

Le final est exceptionnel : une marée humaine où on a 1m pour courir ! Mieux que le Tourmalet sur le tour de France !

 

 

5 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 25-04-2010 à 07:50:00

SUPER CHRONO! BRAVO.

Commentaire de langevine posté le 25-04-2010 à 09:40:00

encore un grand Toto!! même de loin , je continue à suivre des exploits, bravo à toi! J'étais sur le bord du chemin pour encourager mais je suis arrivée trop tard pour ton arrivée :-(((
Bravo à toi pour cette belle performance, quelle est la suite du programme??
Bisous!

Commentaire de Davidou le minou posté le 25-04-2010 à 13:38:00

Super Toto !!

Un moment qu'on n'a pas discuté, mais je vois que tu as toujours une santé du tonnerre !!! 2h50 au marathon, décidémment, t'as le don de m'impressionner. Superbe. A bientôt peut-être, t'es vraiment un champion.

Commentaire de Pat'jambes posté le 25-04-2010 à 21:03:00

C'est sûr que cette sortie du mercredi n'était pas très sage... Cependant, 5' de mieux, 2h53... Tout de même, bravo!
2h50 à l'automne ;-p ?

Je retiens le truc de l'eau à la fleur de sel ;-)

Commentaire de Génep posté le 25-04-2010 à 22:12:00

Super Toto comme d'hab !!
Sûr que t'avais les 2h50 dans les jambes sans cette sortie.
Mais ça reste un chrono très costaud qui va encore tomber !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran