Récit de la course : La Ronde des Collines Niçoises 2010, par lemou

L'auteur : lemou

La course : La Ronde des Collines Niçoises

Date : 11/4/2010

Lieu : Nice (Alpes-Maritimes)

Affichage : 808 vues

Distance : 16km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Lemou dans le vignoble nicois

Hello,

Je me suis inscrit à cette course par hasard. Un collègue de bureau me demande cinq jours avant la course, si je viens crapahuter avec lui sur 18km dans les collines du Bellet. En pleine préparation pour le marathon de la baie du Mont Saint Michel, j'y vois une occasion de faire une sortie un peu moins monotone que les sorties longues traditionnelles. Bref je recois le lien internet de l'épreuve et quelques minutes plus tard, je suis inscrit.

Le rêglement est particulier, il y a environ six ravitaillement, chacun se passe à proximité d'un vignoble, et chacun offre au choix: fruits, boissons sucrées, eau ou, ... vin du pays. On peut s'incrire en marcheur ou coureur.

J'aime bien être sur place assez tôt aux épreuves, ce matin là j'ai abusé. Je suis sur place à 8h, le départ des marcheurs est prévu à 8h45, celui des coureurs a 9h45... Je récupère mon dossard (chouette il y a une puce), et m'en vais tranquilement discuter avec des collègues qui se sont inscrits à la marche. Beaucoup de gens se sont déguisés, on passe un bon moment à regarder les accoutrements de chacuns. Je remarque un magnifique bébé d'environ 60 ans, habillé tout en rose. Puis viens le temps de leur départ, je les encourage et les voit disparaitre doucement. Je commence ensuite doucement à m'échauffer. Je trouve un stand qui offre des cafés, l'ambiance est vraiment sympas.

Départ

Je retrouve bientôt d'autres collègues, eux se sont inscrits à la course. Nous nous échauffons ensembles, et quelques minutes plus tard, nous nous retrouvons sur la ligne de départ, tout derrière. J'ai pas vraiment d'objectif à cette course, donc je prends un départ tranquille avec mes collègues. Eux m'avaient prévenu qu'ils allaient gouter toutes les cuvées mises à leur disposition, le départ se passe donc sur un rythme très sage (autour de 10km/h).

Assez vite, je m'ennuie, et je décide de prendre le large, je double une centaine de personnes et arrive au bout de quelques centaines de mètres dans le début de la montée. La montée est calme à ce moment là, mais assez vite, on se retrouve dans un escalier... tout bouché. J'en profite pour reprendre mon souffle, et monte au petit rythme imposé par les gars de devant. Deux minutes plus tard, l'escalier donne sur une route beaucoup plus large, et j'en profite pour relancer. Malgrès la montée, j'arrive à garder un bon rythme à 11km/h, ce qui me permet de doubler quelques dizaines de coureurs.

Au troisième kilomètre arrive le premier ravito, malgrès la tentation de la cuvée locale, je ne prends qu'un verre d'eau. Et je repars avec un gros sourire aux oreilles, j'avais prévu de faire une sortie cool, mais je me sens des bonnes jambes (la douleur au mollet qui m'handicapait la semaine précédente s'est tue), je relance à un gros rythme.

Je double à nouveau pas mal de coureurs, puis nous arrivons au premier sommet, et une belle descente nous attend. Je décide de ne pas trop pousser, je suis assez mauvais en descente, et j'ai peur de m'abimer pour le marathon. Quelques coureurs en profitent pour me repasser devant. C'est pas très grave, je les reprends presque tous à la montée suivante. La course continue sur ce rythme de montées et de descentes sur les kilomètres suivants. Je pousse pas mal (j'ai monté le coeur a plus de 180 dans la montée), mais j'arrive à garder un rythme de course assez bon (un peu plus de 11km/h de moyenne).

Puis vient la première vraie montée, dans de la caillasse ronde, avec une pente autour de 20%. Je me mets à marcher, et je découvre que même marcher est extrêmement pénible (le coeur reste à 172 bpm, en marchant...), et je dois m'aider des mains pour pousser sur les cuisses. Mais j'arrive à mettre un minimum de rythme et double à nouveau une paire de coureurs.

Je vois avec soulagement la fin de cette montée, et nous amorçons le début de la première descente longue (entrecoupée par des petites remontées). Sur quelques km, je peux accélérer à 13.5 km/h de moyenne.

Arrive enfin le ravitaillement dit brésilien. Enorme ambiance, des pom-pom girls chantent et sautent au passage des coureurs, je recois des confetis sur la tête, et j'arrive malgrès tout à boire mon verre d'eau. Je repars à nouveau avec un grand sourire, on ne voit pas ca tous les jours.

La descente qui suit permet de mettre un gros rythme, je suis à plus de 15km/h de moyenne, jusqu'à la dernière montée.C'est autour du 14ieme kilomètre, et c'est assez méchant. Je dois marcher à nouveau... Mais heureusement , ca n'est pas trop long, et je peux relancer dans la descente vers l'arrivée. A ce moment la, on reprend les escaliers dans la descente et j'essaye de ne pas trop attaquer (j'ai vraiment envie de me blesser). En doublant un gars dans les escaliers, je me rend compte qu'il s'est pris les pieds dans le tapis, j'arrive a lui attraper le bras pour qu'il reprenne son équilibre. Il a frolé la chute.

Fin des escaliers, et d'un coup, j'ai un doute, je ne sais plus par ou aller (gauche ou droite), je m'arrête (ok j'ai un peu déconné). La coureuse qui m'a rattrapé (4ieme feminine), se lance à gauche, je décide la suivre. Et elle me met un train d'enfer. On fera les deux derniers km ensemble a 16 km/h (enfin, il faut plutot m'imaginer derriere, essayant vainement de la rattraper).

La ligne d'arrivée arrive, et je finis en 1h27 et quelques. Mon cardio me dit 11.9km/h de moyenne. Je suis très satisfait de ce résultat, sachant que j'ai commencé en partant doucement, et que j'ai pas trop forcé en descente, j'arrive à finir dans les 60 premiers.

Repas et coup de coeur

Un repas (compris dans l'inscription) à lieu après l'épreuve, avec polenta, deaube nicoise et un petit verre de vin du pays. A l'issue de ce repas, il y a les podiums et la tombola. Avec des lots impressionnants : lecteur blue ray, voyage de 7 jours en Tunisie... Incroyable.

Gros coup de chapeau aux organisateurs. C'était vraiment parfait. Une grosse ambiance avant, pendant et après la course.

Photos

http://www.sergeclaudin.net/1-album-1614140.html

http://www.monaco-athletisme.com/album-1613269.html

http://www.monaco-athletisme.com/album-1613293.html

Organisateur

http://www.spiridon-cote-azur.com/

Lemou

1 commentaire

Commentaire de brague spirit posté le 14-04-2010 à 04:52:00

Un bon entrainement,pour préparer une course nature,plutot qu'un marathon.Bonne fin de préparation.
Tu peux rajouter en lien,le site de l'association organisatrise,Spiridon Cote d'Azur,"la course d'accord,la fete d'abord".Il y a plein d'autres photos.
Bonne fin de préparation pour le Mont st Michel.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran