Récit de la course : Trail des Citadelles - 73 km 2010, par Lou Gouyat

L'auteur : Lou Gouyat

La course : Trail des Citadelles - 73 km

Date : 4/4/2010

Lieu : Lavelanet (Ariège)

Affichage : 1463 vues

Distance : 73km

Objectif : Terminer

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail des Citadelles

 

Avant le Trail

 

Donc voilà, sans trop d’explications, on se retrouve Krisprolls, Yannick (un ami de longue date), 3 de ses collègues/amis et moi la veille de la course dans la petite maison perdue de Yann, à Micou (pas loin de Foix). Même si personne ne veut l’avouer la pression est un peu montée et ça chambre pas mal. Chacun dévoile sa petite recette miracle glaner sur je ne sais quel forum ou magazine. Même si ce n'est pas raisonnable on fini quand même par s’ouvrir une bouteille de vin en mangeant les fameuses pâtes d’avant course.

 

Dormi moyen ! Réveillé à 2h du mat , levé à 4 h et là tout est speed jusqu’à l’arrivée à Lavelanet. On file se faire enregistrer (dossard à puce oblige) et tout le groupe se disloque un peu. Avec Yannick on se tient devant à quelques pas des meilleurs histoire de les voir au moins une fois dans la journée.

 

Le trail

 

Départ décontracté (personne nous fait reculer sur la ligne ?) et assez lent : va falloir tenir 11 ou 12 heures selon les prévisions du coach Yannick.Ce sera lui qui me donnera le rythme tout le long du trail et qui calmera mes envies de vouloir en découdre avec le chrono dès les premières montées.

 

 

On est donc bien caler à l’avant du peloton et la première montée se passe vite et bien ; on arrive en haut de la première difficulté avec les premières lueurs du jour, l’ambiance est sympa dans les sous bois avec les chants des piafs qui saluent notre passage. Une petite crète qui n’en est pas vraiment une, puis redescente sur Belesta et là, ravito 1 avec déjà 18 Kms parcourus mais déjà 20 mn de retard sur les premiers.


 

Là le néophyte que je suis découvre le rituel du ravito sous la direction de mon coach du jour. Alors que je me suis précipité sur le Tucs (allez savoir pourquoi ?) je vois Yann qui rempli méthodiquement son camel bag, prend ensuite du Coca (sucres rapides) puis fini sur les sucres lents (tucs, soupe chaude). Je l’imite… Krisprolls arrive au moment où on repart : on va le laisser se ravitailler tranquille, il devrait nous rattraper rapidement.

C’est ce qu’il fera dans la montée qui suit. On fait un bout de chemin ensemble mais à l’allure de Christian on a toutes les chances de se griller pour la suite. On le laisse partir devant. Suit une descente dans la forêt avec découverte de petits hameaux « mui tipico » (j’aurai dû suivre les cours d’occitan au lycée). Cette redescente nous fait faire une boucle ; à un moment on aperçoit un village et là Yannick m’annonce que c’est le village du premier ravito !!??? Je suis complètement paumé. Perte de lucidité, début de défaillance ??? Sens de l’orientation défectueux !!! La fin de la descente se fait le long d’un petit cours d’eau bien sympa. Arrivée à Fougax, ravito 2 !

J’aperçois Christian/Krisprolls qui me salue d’un sourire un peu grimaçant. « Dia ! » comme on dit par ici ! Il ressent une douleur dans le genou gauche. Avec Yannick on l’encourage à repartir malgré sa réticence avec la pluie qui vient d’arriver. Il part finalement mais une minute après, on le revoit dans la tente, la mine défaite car il vient de comprendre que c’était l’arrêt de la course pour lui ; son genou s’est bloqué après 10m de course. C’est trop c….

Christian était, à coup sûr, parti pour très bien se classer.

 

Pour ceux qui ont la chance de continuer la grosse difficulté du jour arrive avec la longue montée au château de Montségur.

Au col de Montségur (juste avant la montée finale au château) c’est la grosse ambiance mais aussi la grosse cohue ! C’est sur le tracé commun du 20, du 40 et du 73 kms. Ceux qui montent croisent ceux qui descendent et il y a des cars de touristes qui se mêlent à tous ça. La foire !

Certains concurrents derrière moi s’énervent car je ne m’impose pas assez dans les passages étroits. Je m’impose alors pour cette montée sur du calcaire patiné et boueux. La descente va être dangereuse ! Après de joyeuses bousculades, on arrive au sommet, on fait le tour de la ruine et c’est parti pour la redescente. Ici je tiens à remercier mes 2 bâtons sans qui tout aurait pu être plus compliqué et difficile. Un peu avant le col on croise Cyrille, un des trois amis de Yannick, qui fait la montée. La redescente au ravito 3 se fait sans trop d’embûche sauf que les descentes sont maintenant devenues bien boueuses suite au passage des concurrents du 40 et du 73 qui nous précèdent.

Là le rituel recommence : je rempli le camel bag, je prend mon coca, des tucs, du pin d’épice, une soupe. Tout se passe très vite et mon estomac est bien gentil d’ingurgiter ce curieux mélange sans trop moufter !

 

On repart toujours la soupe à la main et en marchant rapidement vers notre prochain objectif. Pour l’heure ce sera le château de Roquefixade et le dernier ravito. On est rejoint rapidement par un kikoureur de Maubeuge à l’accent du sud ! On le félicite de faire le trail sans bâton, ce qui vaudrait bien une catégorie à part. Je prends un peu plus d’aisance dans les montées et je distance un peu Yannick, puis on refait la connexion sur les parties plus plates. Après le fameux passage des planches le long du cours d’eau à Silence, une première petite butte puis on attaque la montée vers Roquefixade qui commence par une longue route goudronnée où on échange avec « le basque ». Yannick commence à taper la causette et de fil en aiguille le pari tombe : « Le basque » annonce Thomas Lorblanchet vainqueur en moins de 7h, Yann relève… l’enjeu est de taille, une bière à l’arrivée.

 

Après le village de Roquefixade, cap sur la montée au château. Là je me sens bien et je décide de faire la montée. Je dépasse quelques coureurs et certains m’encouragent. Arrivé sur la crête, c’est cette fois un vent violent accompagné de grézil qui me cingle le visage qui m’encouragent à ne pas rester trop longtemps. La bascule sur le versant nord est salutaire et je constate que j’ai creusé l’écart avec Yannick. Je l’attendrai au prochain ravito !

Ici la descente est dure car la boue est telle que les appuis sont très fuyants. Je m’essaie au patinage artistique, puis au ski de descente pour finir à jouer les 100glier en préférant les secteurs non boueux mais pleins de ronces. Je rejoins encore quelques concurrents dont deux féminines puis arrive au dernier ravito.

 

Là on sent que le podium est en train de se jouer pour certaines vu le stress et la rapidité avec laquelle ces coureuses arrivent et repartent. Je décide finalement de repartir seul une fois fini mon ravito. Après 500 m je repense à mon objectif de départ et me ravise. Demi tour au ravito sous l’œil étonné des coureurs que je croise. J’y retrouve Yannick. On repart pour de bon, ensemble, pour une longue partie de plat. Suivent un petit col, une route en faux plat, puis « le mur » de Raissac soit 200 m « dré dans l’pentu ». Pour finir une petite descente technique (cad avec des rochers et glissante) nous attend : un petit gel coup de fouet partagé avec Yannick et on lâche tout jusqu’à Lavelanet.

 

Juste avant la pente finale, yannick se fait tacler par une grosse plaque de boue et se retrouve à l’horizontale en travers d’un arbre : gros choc ! Pas trop de mal alors on repart vite.

Dès que l’on domine Lavelanet, Krisprolls qui nous aperçoit crit nos deux prénoms. On aurai dit un car de supportrice à lui tout seul. En bas l’ambiance est chaude et on donne le meilleur de nous pour le final dans le tobogan boueux : dérapage, glissade sur le cul, figures libres ou imposées, tout ça histoire de se salir un peu pour pouvoir dire qu’on y était.

Dernière petite ligne droite, (où on ne sprintera pas) grosse accolade avec Yannick, grosse bouffée de bonheur !

Yannick fini 73ème en 10h24, je le suis de prêt !

 

Gros bravo à l’organisation pour ce trail où tout était parfait.

Merci aux coureurs et bénévoles pour leurs encouragements.

Merci à Christian pour ces encouragements et ses conseils, et je croise les doigts pour son genou.

Pour finir un grand merci à Yannick qui a été un coach parfait puisque je réalise mon objectif : finir… avec lui !

 

 

 

10 commentaires

Commentaire de Berty09 posté le 07-04-2010 à 00:37:00

Très belle course bien gérée, bravo!

Commentaire de Francis31 posté le 07-04-2010 à 06:38:00

En effet course parfaitement gérée pour un finish plus qu'honorable

Commentaire de gdraid posté le 07-04-2010 à 09:04:00

Merci Lou Gouyat pour ce bon récit d'un trail hors du commun, réalisé en grande partie dans la souffrance et au mental.
Bravo pour ta réussite sportive avec Yannick, dans de tels bourbiers, et de telles conditions météos.

Mon amie Kikou Sonia, termine un peu devant toi, à la 68ème place, récompensée par un podium de 2ème féminine du 73km.
JC

Commentaire de krissprols posté le 07-04-2010 à 13:15:00

Beau CR et peut être à bientôt "ensemble" sur d'autres Trails ou d'autres courses...
Ça va être dur (?)de choisir entre la Piste, la Route & le Trail... en tout cas tu arrives à bien courir quelque soit le terrain.

Commentaire de Génep posté le 07-04-2010 à 13:26:00

Chapeau Fred, premier trail long parfaitement géré (j'ai bien aimé le demi tour au ravito !) mais quand on connaît tes possibilités, il n'a rien d'étonnant !

Commentaire de laulau posté le 07-04-2010 à 22:16:00

Bravo d'avoir été au bout de cette aventure !

Commentaire de david a posté le 08-04-2010 à 13:20:00

bravo à vous deux !
heureux de vous avoir croisé sur ces sentiers un peu boueux .
ton abstinence la semaine precedente t'a permis de garder des forces pour la fin de course !
et , au fait , je crois aussi que tu voulais te mettre à l'espagnol ...

Commentaire de david a posté le 08-04-2010 à 13:21:00

bravo à vous deux !
heureux de vous avoir croisé sur ces sentiers un peu boueux .
ton abstinence la semaine precedente t'a permis de garder des forces pour la fin de course !
et , au fait , je crois aussi que tu voulais te mettre à l'espagnol ...

Commentaire de Joe One posté le 08-04-2010 à 14:53:00

N'ayant pas de photos dans ta fiche profil, je ne puis dire si je te connais mais nous nous sommes sûrement croisés ce WE

Bonne récup et bonne continuation

José

Commentaire de toto38 posté le 08-04-2010 à 18:50:00

Impressionnant! Dire que c'est ton premier +de 17km! Et tu termines frais comme un garon! RESPECT! On va se marrer sur les trails cette année, je le sens!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran