Différences de performances femmes / hommes en ultra

La compétition, les résultats, les performances, le haut niveau et son actualité, records.
Suivi des courses du point de vue de la tête de course pour les courses sans de nombreux kikous.
Analyse des courses, statistiques, pronostiques, cotations, classements.

Messagepar Mathias » sa fiche K
» 13 Mai 2021, 11:40

Titre d'un article dans le dernier Zatopek : "Le dernier homme debout peut-il être une femme ?"

L'allongement démentiel des distances n'a pas attendu l'UTMB ou du Tor des Géants.
Il y a 1 siècle, les 6 jours étaient très à la mode.
Mais depuis qques années j'ai l'impression que les épreuves "ultra+" sont bcp plus médiatisées.
La tendance de fond depuis des décennies est aussi que les pelotons se féminisent...

Il y a tout un tas d'exemples récents de victoires féminines au scratch : Zatopek cite Corinne Favre à la CCC en 2007, Maggie Guterl au "Big's Backyard 2019" avec 402 km, Courtney Dauwalter en 2020, Ruth Croft au Tarawera ultra (108km) en 2021, Jasmin Paris à la Montane Spine Race 2019 (450km), Fiona Kolbinger à la Transcontinental Race 2019 (4000km de vélo)... et pas plus tard que ce WE, Sissi Cussot et Manon Bohard se sont permis de griller la politesse à François d'Haene himself au "Treg Cape verde". Bon ok, FDH a coulé une bielle, mais quand même.

Alors que le taux de participation des femmes reste encore très inférieur à 50% : Zatopek évoque 28/376 au dernier LDHD en Belgique, 9/271 en Vendée, 27/287 à Château-Chinon... et de manière plus générale "rarement plus de 15 à 20% de femmes [sur les épreuves d'ultra-trail] alors que, sur des distances plus courtes, elles sont aussi nombreuses que les hommes et même parfois majoritaires".
"The State of Ultra Running 2020" donne 23% de femmes en ultra contre 14% il y a 23 ans.
(la France obtient le triste score de 11%...)

L'article de Zatopek continue en évoquant un article de Nature en 2002 qui prédisait une inversion de suprématie, par exemple en 2002 pour le marathon. Raté !
Le consensus scientifique actuel semble être que jusqu'au marathon, c'est plié. Trois facteurs objectifs handicapent les femmes : moins d'hémoglobine, plus de graisse, une respiration plus coûteuse.

Et après ? Questionne Zatopek.
Une constatation : plus la distance s'allonge, plus l'écart homme/femme diminue. "The State of Ultra Running 2020" (étude de 15 451 courses d'ultra sur 23 ans) donne ces chiffres :
5km : écart = 17,9%
Marathon : 11,1%
100 miles : 0,25%
>195 miles : -0,6% !!!

Et en ultra-natation (au-delà de 46km, quand même !), "females generally outperform males" !

En ultra, la VO2Max cesse d'être déterminante, et plein de nouveaux facteurs entrent en jeu... et les hommes ne sont pas forcément les meilleurs sur ces facteurs là : fatigabilité, résistance à la souffrance, bonne utilisation des substrats énergétiques (proportion de fibres lentes), gestion de course, système digestif (estomacs 10% plus petits), changements hormonaux (incluant : testostérone => prise de risque => plantage !)...

Bref, "la question elle n'est pas vite répondue", et les chercheurs cherchent...
Si vous avez 5 minutes devant vous, l'article récent (co-auteur Guillaume Millet) est intéressant : "Do Sex Differences in Physiology Confer a Female Advantage in Ultra-Endurance Sport?". Voir aussi l'analyse qui en est faite sur irunfar ici.

En gros la conclusion c'est : le problème est complexe, il faut continuer à chercher... et on espère que le taux de participations féminines aux ultras va continuer à augmenter pour qu'on puisse étudier des pelotons féminins et masculins un peu plus comparables entre eux !

Si on veut éviter d'attendre 20 ans que ces proportions s'équilibrent en ultra comme c'est déjà le cas sur des courses courtes, je me demande s'il ne serait pas possible d'étudier le lien entre les perfs sur courtes et longues distances, pour tenter d'extrapoler les conclusions obtenues sur courtes distances, à l'ultra.

Messagepar banditblue29 » sa fiche K
» 13 Mai 2021, 21:19

Intéressant article :D !

Messagepar centori » sa fiche K
» 14 Mai 2021, 10:24

le pb de tout cela est de tirer une analyse d'une situation que l'on pourrait qualifier d'épiphénomène,
si on prend la course du weekend dernier au cap vert.
DHAENE est le seul homme pro. il a un coup de chaud. et les 2 femmes pro lui passent devant. il a quand même fait une pause de 10h pour finir pas trés loin des deux femmes.
idem la course gagnée par corrinne favre il y a 15 ans devant un DHAENE débutant.
ou encore la course gagnée en NZ par RUTH CROFT, elle est la seule PRO de la course alors qu'il n'y avait coté homme que des amateurs.
le propos n'est pas de minimiser les performances,
ce que je veux dire c'est que si le niveau se rapprochait, on aurait pas des différentes de côte ITRA aussi manifeste. elite homme +900, elite femme +800.
ou encore un record UTMB homme à 19h01 et femme de 22h37
et on ne peut quand même pas dire que UTMB ne soit pas un ultra marathon.

Messagepar petit franck » sa fiche K
» 14 Mai 2021, 11:30

Les femmes auront toujours un niveau inferieur aux hommes sur les distances inferieures au marathon car la masse musculaire joue bequcoup sur ces distances et il eest evident que les femmes ont une masse musculaire inferieure aux hommes
Sur les longues distances c est beaucoup plus l endurance qui rentre en ligne de compte et les femmes sont parfois plus endurantes aque les hommes donc ca parait logique que sur des epreuves de plus de 100 kms les femmes puissent battre les hommes

Messagepar cagire » sa fiche K
» 14 Mai 2021, 12:51

Bon, je ne suis pas anglophone donc je n'ai que survolé l'article mais comme bon amateur franchouillard, j'ai un avis !

Est-ce que Les performances des femmes deviennent statistiquement supérieures aux hommes plus les distances sont longues juste pour la raison que les hommes sont un peu cons et prétentieux alors que les femmes sont plus humbles et intelligentes ? :mrgreen:

Je m'explique :
Il y a, je pense, beaucoup plus de mecs qui s'inscrivent "en chaussettes" à des ultras sans préparation sérieuse et se disant "ça va le faire, j'en ai déjà fait un en 2008" et qui explosent logiquement en plein vol alors que les femmes ont plus tendance, déjà à bien se préparer, puis à partir doucement en finir beaucoup mieux que la majorité des hommes (peut-être à l'exception des élites qui ont tous un protocole sérieux).

En général, si une fille amateure s'inscrit à un ultra, c'est qu'elle est préparée pour et elle le finira sauf accident.
Il y a pas mal de mecs (je ne m'exclus pas totalement de cette catégorie :? ) qui vont partir sur un ultra comme sur un trail de 25 bornes en se disant qu'il "suffira" de gérer la fatigue quand elle arrivera et à moins d'avoir un gros mental (du genre être capable d'attendre 10h que des crampes passent et repartir :mrgreen: :mrgreen: ), ils abandonnent ou finissent avec les BH au cul...

Messagepar Marathonnerre » sa fiche K
» 14 Mai 2021, 14:07

cagire a écrit:Il y a, je pense, beaucoup plus de mecs qui s'inscrivent "en chaussettes" à des ultras sans préparation sérieuse et se disant "ça va le faire, j'en ai déjà fait un en 2008" et qui explosent logiquement en plein vol alors que les femmes ont plus tendance, déjà à bien se préparer, puis à partir doucement en finir beaucoup mieux que la majorité des hommes (peut-être à l'exception des élites qui ont tous un protocole sérieux).


Justement, il s'agit d'évoquer la possibilité pour les coureuses élite de rivaliser avec leur homologues masculins. Dans les deux cas ils prennent le départ avec de l'entraînement, personne n'arrive sur la ligne sans préparation adaptée. Pour le Cap Vert, Sylvaine a bénéficié de ses quelques mois passés à la Réunion, avec des conditions climatiques tièdes ou chaudes, elle est donc acclimatée à la chaleur.

Messagepar Yvan11 » sa fiche K
» 14 Mai 2021, 22:22

Pourquoi pas aborder ce sujet, mais franchement arrêtez de citer cet exemple du Cap Vert qui n'a rien de représentatif. :roll:

Messagepar Benman » sa fiche K
» 15 Mai 2021, 08:27

Cet article en français de "trail the world" reprend des stats d'abandon et de performances h/f.
En résumé: il n'y a pas moins d'abandon chez les femmes en ultra, mais par contre une bien meilleure gestion de course (les femmes.partent plus lentement et progressent au classement vs les hommes font le contraire), avec un nivellement des performances sur les formats les plus difficiles (mais l'échantillon me semble bien faible dans l'article sur ce dernier point)

Messagepar moderatocantabile » sa fiche K
» 15 Mai 2021, 14:58

Question de niveau en trail peu être

Ne pas oublier aussi la perf de Blandine Lhirondel dans les Pyreenees au tour du Gela 45 km de mémoire où elle a gagné avec la manière .
Maud Mathys a Sierre Zinal réalise 2h49 . Les hommes qui courent plus vite qu'elle sont les élites.

Sur piste: Les filles:
Sur 10000 m, Almaaz Ayana avait réalisé sans lièvre ni concurrence 29:17 .
Sur semi , 1:04:02 pour Ruth Chepngetich
Sur marathon, 2h14 pour brigid Kosgei
Sur 100 km 6:33 par Tomoe Abe

Jornet a réalisé 29:59 sur route avec du monde sur 10 km
Walmsley 29:08 aux 10000 m , 2h15 au trials marathon et 6:09 aux 100 km

Les perfs des athlétes hommes de piste sont plus rapides bien sûr
Kandie, Kipchoge etc..

On peut considérer que le trail et le plat sont deux discipline différentes mais il y a un niveau tout de même un peu inférieur en trail que sur piste et sur le plat. On voit des Ougandais relégué par leur fédé à disputer les manches des coupes du monde de course de montagne car ils n'ont pas le niveau pour être élite sur le plat, ces derniers gagnent quasi systématiquement depuis 2013 sauf quand ils sont absents

Messagepar Mathias » sa fiche K
» 19 Mai 2021, 01:09

centori a écrit:le pb de tout cela est de tirer une analyse d'une situation que l'on pourrait qualifier d'épiphénomène,
si on prend la course du weekend dernier au cap vert.
DHAENE est le seul homme pro. il a un coup de chaud. et les 2 femmes pro lui passent devant.


Yvan11 a écrit:Pourquoi pas aborder ce sujet, mais franchement arrêtez de citer cet exemple du Cap Vert qui n'a rien de représentatif. :roll:


C'est justement la question que je soulève !
Les exemples cités (de femmes qui gagnent au scratch) sont des exemples qui interpellent mais on ne peut évidemment rien en conclure.
Comment faire, donc, pour tenter de répondre à la question : est-ce que la domination masculine sur courte distance, s'inverse à partir d'une certaine distance ?

Et...
Si on veut éviter d'attendre 20 ans que ces proportions s'équilibrent en ultra comme c'est déjà le cas sur des courses courtes, je me demande s'il ne serait pas possible d'étudier le lien entre les perfs sur courtes et longues distances, pour tenter d'extrapoler les conclusions obtenues sur courtes distances, à l'ultra.


Je précise un peu mon idée : le peloton élite hommes sur ultra-trail est sans doute loin d'optimiser ses performances comme sur semi ou marathon, mais s'en approche probablement plus que le peloton élite femmes. Ne serait-ce qu'à cause de la faible participation des femmes sur ultra.
Si on est capable d'isoler les facteurs principaux de la performance sur courte distance, et d'étudier la manière dont ils évoluent quand la distance s'allonge, alors on pourrait peut être estimer ce que pourraient être les perf féminines si le peloton élite était aussi important que chez les hommes ?

La difficulté, quand on n'est pas physiologiste, c'est qu'on n'a que les données de la performance à étudier ! On peut difficilement faire des hypothèses (et encore moins tenter de les vérifier) sur les déterminants de la performance...

Bref, on n'est pas rendus.

Messagepar Mathias » sa fiche K
» 19 Mai 2021, 01:18

cagire a écrit:Est-ce que Les performances des femmes deviennent statistiquement supérieures aux hommes plus les distances sont longues juste pour la raison que les hommes sont un peu cons et prétentieux alors que les femmes sont plus humbles et intelligentes ? :mrgreen:


Oui, un des paramètres essentiels c'est la questions des hormones...

One possible downside of higher testosterone in males is that it is associated with increased impulsiveness and risk-taking behavior. When evaluating pacing over the course of a 100-kilometer race, researchers found that females exhibited slower relative starting speeds but higher relative finishing speeds than males (7). These findings hold true in more comprehensive marathon studies where the mean change in pace through a race for males was 15.6% versus 11.7% for females (1). Though some of this pace change could be accounted for by fatiguability of muscles (wherein females are more fatigue resistant), researchers believe it might also be a product of decision making, over-confidence, and risk perception, all of which are influenced by the presence of testosterone (5). More research is needed to help determine testosterone’s overall impact on male ultra-endurance performance.


Mais les hormones affectent tout un tas de paramètres, et il semble difficile de tirer des conclusions définitives !

Messagepar Mathias » sa fiche K
» 19 Mai 2021, 01:37

Benman a écrit:Cet article en français de "trail the world" reprend des stats d'abandon et de performances h/f.
En résumé: il n'y a pas moins d'abandon chez les femmes en ultra, mais par contre une bien meilleure gestion de course (les femmes.partent plus lentement et progressent au classement vs les hommes font le contraire), avec un nivellement des performances sur les formats les plus difficiles (mais l'échantillon me semble bien faible dans l'article sur ce dernier point)


Effectivement, l'échantillon (42 courses) et bien faible par rapport aux données étudiées dans les papiers cités plus haut.

Concernant la gestion de course :
relative fatigue-resistance in female muscles has been postulated to influence pacing strategies during racing
(...)
To our knowledge, only one study has assessed sex-differences in pacing during ultra-endurance sport.
(...)
The mechanisms underpinning the differences in pacing may extend beyond differences in fatigue resistance. Males have been observed to slow significantly more than females in short-distance running races (5 km), even when accounting for differences in absolute finish times [89]. Although peripheral neuromuscular fatigue may still manifest over such short distances, other aspects of localized fatigue such as glycogen depletion and dehydration can be discounted in the population at large. The authors supposed, therefore, that sex-differences in pacing may reflect disparities in decision making, such as over-confidence, risk perception, or willingness to tolerate discomfort [89]. Compared to females, males consistently overestimate their abilities in endurance sport, congruent with a greater degree of slowing in the latter stages of racing [90]. Individuals with a greater proclivity for risk appear to slow more considerably in distance running, even in regression models which account for other psychological constructs, training, and experience [91]. Testosterone concentrations have been associated with risk-taking behavior [92], and we speculate this as an additional explanation. Accordingly, the sex differences in pacing may be attributable to differences in physiology, decision making, or both [5], but likely play a crucial role in ultra-endurance performance.


Tant de questions, si peu de réponses !

Comment ça, "only one study has assessed sex-differences in pacing during ultra-endurance sport" ??? WTF ? Alors qu'il y a des données à foison en ultra ! Les temps intermédiaires de milliers de courses...

Messagepar TomTrailRunner » sa fiche K
» 19 Mai 2021, 23:49

on peut aussi citer :
  • la victoire de Denise Zimmerman au SIT 201 de 2014 devant des hommes qui avaient peu ou prou la même quote : faudrait retrouver les chronos
  • Pam Reed qui a gagné la badwater à 2 reprises au début des années 2000

Messagepar cagire » sa fiche K
» 21 Mai 2021, 10:22

Tant qu'on signalera les courses où une femme fait un top10 voire un podium au scratch, c'est qu'il n'y a pas (encore ?) photo.

C'est quand on arrêtera de le signaler qu'on pourra se poser la question... :wink:

Messagepar Yvan11 » sa fiche K
» 21 Mai 2021, 11:14

cagire a écrit:Tant qu'on signalera les courses où une femme fait un top10 voire un podium au scratch, c'est qu'il n'y a pas (encore ?) photo.

C'est quand on arrêtera de le signaler qu'on pourra se poser la question... :wink:


'est pas faux.jpg
Vous n’avez pas les permissions appropriées afin de consulter les fichiers insérés dans ce message.

Messagepar Colargol73 » sa fiche K
» 27 Mai 2021, 21:18

Quand on arrêtera de comparer ce qui n'a aucun intérêt, on aura vraiment progressé. Rien de pire dans le sport et ailleurs que des femmes qui cherchent à mesurer leurs performances par rapport aux hommes. Laissons les hommes mesurer leurs quéquettes entre eux.

Messagepar Mathias » sa fiche K
» 29 Mai 2021, 02:10

cagire a écrit:Tant qu'on signalera les courses où une femme fait un top10 voire un podium au scratch, c'est qu'il n'y a pas (encore ?) photo.

C'est quand on arrêtera de le signaler qu'on pourra se poser la question... :wink:


Hmmmmm pas d'accord, car :
1) le profil des femmes qui s'inscrivent sur des ultras est sans doute différent de celui des hommes
2) le sexe "faible" est très peu représenté sur ultra...
considérant cela, on peut trouver tout à fait significatif que des femmes se débrouillent tout de même pour gagner des courses au scratch !

Messagepar Mathias » sa fiche K
» 29 Mai 2021, 02:13

Colargol73 a écrit:Quand on arrêtera de comparer ce qui n'a aucun intérêt, on aura vraiment progressé. Rien de pire dans le sport et ailleurs que des femmes qui cherchent à mesurer leurs performances par rapport aux hommes. Laissons les hommes mesurer leurs quéquettes entre eux.


Pourquoi de mépris ?

Il y a des chercheurs (qui cherchent) qui trouvent tout un tas de questions scientifiques à se poser autour de l'étude des perfs hommes / femmes, ce que je trouve sans intérêt c'est de réduire ce questionnement à un concours de quéquettes...

En tout cas moi ça m'intéresse, et je risque de continuer à poster sur le sujet... mais tu n'es pas obligé de lire :mrgreen:

Messagepar Colargol73 » sa fiche K
» 29 Mai 2021, 12:33

Mathias a écrit:
Colargol73 a écrit:Quand on arrêtera de comparer ce qui n'a aucun intérêt, on aura vraiment progressé. Rien de pire dans le sport et ailleurs que des femmes qui cherchent à mesurer leurs performances par rapport aux hommes. Laissons les hommes mesurer leurs quéquettes entre eux.


Pourquoi de mépris ?

Il y a des chercheurs (qui cherchent) qui trouvent tout un tas de questions scientifiques à se poser autour de l'étude des perfs hommes / femmes, ce que je trouve sans intérêt c'est de réduire ce questionnement à un concours de quéquettes...

En tout cas moi ça m'intéresse, et je risque de continuer à poster sur le sujet... mais tu n'es pas obligé de lire :mrgreen:

Je ne vois pas où est le mépris.... J'estime que c'est l'angle de cette réflexion qui est foireux et stérile. Si on s'intéressait un peu peu plus à la place des femmes dans le sport plutôt qu'à comparer leurs niveaux de performance ? Le milieu du tennis a connu ce genre de "guerre des sexes" dans les années 70/80 quand emergeait le sport professionnel féminin, ça s'est calmé depuis, mais la légitimité des femmes dans pas mal de sports c'est pas encore évident pour tout le monde. C'est mon point de vue sur ce sujet.

Messagepar Mathias » sa fiche K
» 15 Juin 2021, 15:48

Colargol73 a écrit:Je ne vois pas où est le mépris.... J'estime que c'est l'angle de cette réflexion qui est foireux et stérile. Si on s'intéressait un peu peu plus à la place des femmes dans le sport plutôt qu'à comparer leurs niveaux de performance ? Le milieu du tennis a connu ce genre de "guerre des sexes" dans les années 70/80 quand emergeait le sport professionnel féminin, ça s'est calmé depuis, mais la légitimité des femmes dans pas mal de sports c'est pas encore évident pour tout le monde. C'est mon point de vue sur ce sujet.


Les chercheurs qui travaillent sur le sujet, n'ont pas pour objectif de "comparer leurs niveaux de performance", mais de mieux comprendre les déterminants de la performance, et donc les mécanismes sous-jacents (physiologie, hormones, mental, nutrition, stratégie, ...). On trouvera toujours quelques grincheux qui considéreront que ça n'apporte rien à l'humanité, mais en fait si, c'est comme ça que la science avance, en fouinant un peu partout ! Si les chercheurs devaient systématiquement justifier leur recherche en démontrant qu'elles servent à quelque chose, ça réduirait considérablement le spectre des domaines de recherche !

Messagepar moderatocantabile » sa fiche K
» 16 Juin 2021, 16:02

Tout ceci est fort interressant. Hors sujet mais:
Même dans les sports cérébraux tels que les échecs, on ne voit dans le top 100 de l'élite mondiale ( classement ELO) qu'une seule femme ( Hou Yifan) actuellement .
Dur d'en tirer des conclusions. Les filles ne sont pas plus connes que les mecs.
Lazlo Polgar a élevé ses 3 filles dans le but de prouver que le génie est acquis et non pas inné si on stimule dès l'enfance .
Le résultat est éloquent: Ses 3 filles ont été Grand Maitre international et la cadette Judith Polgar avait fait jeu égal avec le top 10 dont Garry Kasparov.
Dans le sport plus physique comme l'athle ou le trail, la representation et parfois le désir de vaincre sont somme toute moindre chez les filles. La testostérone joue un rôle dans l'agressivité et le désir de combat, de rage à l'entrainement.
On retrouve globalement le même pourcentage d'écart de perfs entre homme et femme sur les distances d'athle.
Lesenbeth Gidey vient de réaliser 29:01 sur 10000m ...


Messagepar bubulle » sa fiche K
» 24 Juil 2021, 19:37

Claire Bannwarth vient de remporter le Portugal Ultramarathon (281km dans l'Est du Portugal : un profil tout sauf plat).

Messagepar loiseau » sa fiche K
» 24 Juil 2021, 20:10

Ce qui est encore plus bluffant est qu'elle avait gagné les 170km de l'ultra 01 (9ème au scratch) il y a deux semaines et était deuxième sur le 170km de l'UT4M le week-end dernier (7ème au scratch) :shock: :shock: :shock: :shock:

Messagepar cloclo » sa fiche K
» 24 Juil 2021, 21:20

Ce qui prouve bien que si les nanas s'y mettaient vraiment, on ne verrait plus guère de différence homme/femme sur l'ultra long. J'ai eu la chance de discuter un peu avec Claire après son arrivée à l'U2B 2020, je kiffe trop ce genre de nana simple, franche, humble.

Messagepar bubulle » sa fiche K
» 24 Juil 2021, 22:25

loiseau a écrit:Ce qui est encore plus bluffant est qu'elle avait gagné les 170km de l'ultra 01 (9ème au scratch) il y a deux semaines et était deuxième sur le 170km de l'UT4M le week-end dernier (7ème au scratch) :shock: :shock: :shock: :shock:


Et 3ème F au Verbier Sain-Bernard le 3 juillet....et 34h sur une Backyard le 29 juin....

Et, a priori, dans quelque temps, elle devrait accompagner Luca Papi sur son challenge (2ème essai) de faire les 5 parcours de la Transgrancanaria 360.

Messagepar cloclo » sa fiche K
» 24 Juil 2021, 22:59

Imaginez si elle participait au jeu des 365h :roll:

Messagepar L'Dingo » sa fiche K
» 25 Juil 2021, 19:50

moderatocantabile a écrit:Tout ceci est fort interressant. Hors sujet mais:
Même dans les sports cérébraux tels que les échecs, on ne voit dans le top 100 de l'élite mondiale ( classement ELO) qu'une seule femme ( Hou Yifan) actuellement .
Dur d'en tirer des conclusions. Les filles ne sont pas plus connes que les mecs.
Lazlo Polgar a élevé ses 3 filles dans le but de prouver que le génie est acquis et non pas inné si on stimule dès l'enfance .
Le résultat est éloquent: Ses 3 filles ont été Grand Maitre international et la cadette Judith Polgar avait fait jeu égal avec le top 10 dont Garry Kasparov.
Dans le sport plus physique comme l'athle ou le trail, la representation et parfois le désir de vaincre sont somme toute moindre chez les filles. La testostérone joue un rôle dans l'agressivité et le désir de combat, de rage à l'entrainement.
On retrouve globalement le même pourcentage d'écart de perfs entre homme et femme sur les distances d'athle.
Lesenbeth Gidey vient de réaliser 29:01 sur 10000m ...


Sur le fait que les filles ne sont pas plus "connes" que les mecs je souscris en mille :) , je dirais même qu' aux hauts niveaux de connerie humaine c'est essentiellement des hommes qu'on va trouver :evil:

Sur l'élément inné vs acquis , tout sexe confondu, la discussion philosophique reste ouverte. :wink:

Par contre il ne faut pas superposer agressivité naturelle ( lié il est vrai à la testostérone) et le désir de vaincre (qui une constuction mentale).

Les femmes sont capables de se motiver, d'aller au bout dans l'effort, et même de supporter la douleur tout autant que les hommes.

Va expliquer ( à tes risques et périls :lol: )à Jany Longo, Mélina Robert-Michon, Clarisse Agbegnenou ..., et tant d'autres championnes ou non , qu' elle n'ont qu'une volonté de "femmelette" ( voire d'(h)omelette :mrgreen: ).

Messagepar Galaté57 » sa fiche K
» 25 Juil 2021, 20:27

L'Dingo a écrit:
moderatocantabile a écrit:Tout ceci est fort interressant. Hors sujet mais:
Même dans les sports cérébraux tels que les échecs, on ne voit dans le top 100 de l'élite mondiale ( classement ELO) qu'une seule femme ( Hou Yifan) actuellement .
Dur d'en tirer des conclusions. Les filles ne sont pas plus connes que les mecs.
Lazlo Polgar a élevé ses 3 filles dans le but de prouver que le génie est acquis et non pas inné si on stimule dès l'enfance .
Le résultat est éloquent: Ses 3 filles ont été Grand Maitre international et la cadette Judith Polgar avait fait jeu égal avec le top 10 dont Garry Kasparov.
Dans le sport plus physique comme l'athle ou le trail, la representation et parfois le désir de vaincre sont somme toute moindre chez les filles. La testostérone joue un rôle dans l'agressivité et le désir de combat, de rage à l'entrainement.
On retrouve globalement le même pourcentage d'écart de perfs entre homme et femme sur les distances d'athle.
Lesenbeth Gidey vient de réaliser 29:01 sur 10000m ...


Sur le fait que les filles ne sont pas plus "connes" que les mecs je souscris en mille :) , je dirais même qu' aux hauts niveaux de connerie humaine c'est essentiellement des hommes qu'on va trouver :evil:

Sur l'élément inné vs acquis , tout sexe confondu, la discussion philosophique reste ouverte. :wink:

Par contre il ne faut pas superposer agressivité naturelle ( lié il est vrai à la testostérone) et le désir de vaincre (qui une constuction mentale).

Les femmes sont capables de se motiver, d'aller au bout dans l'effort, et même de supporter la douleur tout autant que les hommes.

Va expliquer ( à tes risques et périls :lol: )à Jany Longo, Mélina Robert-Michon, Clarisse Agbegnenou ..., et tant d'autres championnes ou non , qu' elle n'ont qu'une volonté de "femmelette" ( voire d'(h)omelette :mrgreen: ).


Les femmes sont des mères aussi, et il en faut de l'énergie pour porter et donner naissance sans oublier ce qu'une mère est capable de faire pour défendre son enfant..
N'oublions les "programmes de procréation" que mettaient en place certaines nations pour que leurs athlètes augmentent leurs performances le moment venu..
Effectivement, ce n'est pas la notion d'agressivité qui prévaut mais celle de survie, une conjonction mentale et physique qui peut décupler nos forces.

Messagepar centori » sa fiche K
» 26 Juil 2021, 08:39

sur le niveau de connerie des femmes <= j'adore :evil:

François GIROUD: "[La femme sera] vraiment l’égale de l’homme le jour où à un poste important on désignera une femme incompétente"

je crois pouvoir dire qu'on y est !

Messagepar moderatocantabile » sa fiche K
» 26 Juil 2021, 18:36

Claire Bannwarth vient d'enchaîner avec succès plusieurs ultra. Dont 1 où elle gagne au scratch...
Après, c 'est sûr que ce n'était pas hyper relevé comme course.

Messagepar Marmadoc » sa fiche K
» 15 Août 2021, 11:43

moderatocantabile a écrit:Claire Bannwarth vient d'enchaîner avec succès plusieurs ultra. Dont 1 où elle gagne au scratch...
Après, c 'est sûr que ce n'était pas hyper relevé comme course.

Elle sera sur l'Echappée Belle (du moins elle est inscrite), 4 jours après avoir "sillonné" l'île de Gran Canaria avec Luca Papi (plus de 1100km et 43000d+)

Sinon Fanny Jean vient de remporter la French Backyard Ultra de Pavilly avec 29 tours (loin du record de Claire Bannwarth donc)

Messagepar cloclo » sa fiche K
» 15 Août 2021, 12:55

moderatocantabile a écrit:Claire Bannwarth vient d'enchaîner avec succès plusieurs ultra. Dont 1 où elle gagne au scratch... Après, c 'est sûr que ce n'était pas hyper relevé comme course.

N'empêche que cette nana, c'est mon idole :D

Messagepar pinpin » sa fiche K
» 18 Août 2021, 17:16

il semble qu'elle prévoit d'enchainer Echappée belle, UTMB et Tors des géans 330 ensuite. Elle doit se régaler mais je ne sais pas si le message est bon pour les amateurs qui n'ont pas ses capacités (travail, récupération...) et qui font déjà beaucoup d'efforts (physique ou d'organisation) pour faire 1 ou 2 ultras par an.

Messagepar Arclusaz » sa fiche K
» 18 Août 2021, 17:19

cloclo a écrit:
moderatocantabile a écrit:Claire Bannwarth vient d'enchaîner avec succès plusieurs ultra. Dont 1 où elle gagne au scratch... Après, c 'est sûr que ce n'était pas hyper relevé comme course.

N'empêche que cette nana, c'est mon idole :D


un point commun de plus (en fait, j'ai 2 idoles : Claire avec qui j'ai fait quelques tours à l'UBS il y a 3 ans et qui m'a bluffé et Françoise84, parce que...c'est Françoise !)

Messagepar Bert75 » sa fiche K
» 18 Août 2021, 18:43

cloclo a écrit:
moderatocantabile a écrit:Claire Bannwarth vient d'enchaîner avec succès plusieurs ultra. Dont 1 où elle gagne au scratch... Après, c 'est sûr que ce n'était pas hyper relevé comme course.

N'empêche que cette nana, c'est mon idole :D


Je ne la connaissais pas, quel personnage, quel caractère! Je suis fan aussi :D

Messagepar cloclo » sa fiche K
» 18 Août 2021, 20:59

Arclusaz a écrit:un point commun de plus (en fait, j'ai 2 idoles : Claire avec qui j'ai fait quelques tours à l'UBS il y a 3 ans et qui m'a bluffé et Françoise84, parce que...c'est Françoise !)

On a deux points communs, alors, car Françoise84, j'ai fait mon premier ultra trail à ses basques, les Templiers du temps où ils étaient encore à Nant :D

Messagepar Mathias » sa fiche K
» 26 Août 2021, 17:01

Les résultats de l'étude de Guillaume Millet & co sur l'UTMB 2019 ont été publiées ces derniers mois.

Une présentation des principaux résultats.

Dans les médias :
- Trail : peu importe la distance, les femmes fatiguent moins
- Une nouvelle étude du laboratoire LIBM sur la fatigue du traileur (Wider)

Et pour rappel, le film réalisé en 2019 par une télé allemande.

Retour vers [Compét] Actualité, résultats, performances, pronos, stats

Accueil - Haut de page - Version grand écran