Bonnes pratiques du balisage

Discussions sur des sujets "sérieux" en rapport avec la course à pied.
Entrainement, physiologie, nutrition, blessures, gestion de course, ...

Messagepar Spir » sa fiche K
» 06 Mai 2022, 09:53

Il y a sur ce forum des tas de discussions/mentions des balisages, mais je n'ai rien trouvé sur la pratique du balisage, à part un vieux fil qui discutait de méthodes envisageables.

Est-ce que quelqu'un aurait un petit document illustrant les bonnes pratiques du balisage de trail, pouvant être diffusé aux équipes de baliseurs ? Je pense à un pdf qui montrerait différents cas de figure en indiquant les positionnement des balises préconisés.

Je sais bien qu'il y a des tas de pratiques différentes et des philosophies de balisages variées (light, serré, voire pas de balisage...), mais je me demandais si un tel petit guide pratique existait.

Messagepar Cedric09 » sa fiche K
» 06 Mai 2022, 14:24

La première règle c'est que les baliseurs doivent être des coureurs ayant l'habitue de faire des courses.

Messagepar Franch » sa fiche K
» 06 Mai 2022, 14:40

Baliser dans le sens de la course a hauteur de regard
Poser des balises réutilisables faciles à défaire, éviter les noeuds, élastique en tête d'alouette fait parfaitement l'affaire en pose et en dépose
Peinture temporaire en zone "urbaine"/bîtume
barrer les intersections quand pas évidentes
placer un rappel de balisage 10 m après chaque intersection croisée
Faire passer un ouvreur a allure course juste avant les coureurs pour vérifier car le baliseur a un rythme de randonneur et pas le même regard


Faire passer un serre file qui dé-balise (et nettoie les déchets des porcasses qui font aussi partie de la population de coureur) juste après les derniers coureurs

Messagepar samontetro » sa fiche K
» 08 Mai 2022, 10:24

Je peux te passer par MP un petit memento "balisage" que j'avais fait lorsque je m'occupais de l'Ultra-Trail du Vercors. C'est du pdf et je ne peux pas le déposer sur kikourou :cry:

Pour compléter Franch j'ajouterai:
- l'utilisation de points de peinture réfléchissante pour les secteurs de nuit. Elle est translucide mais renvoit fortement la lumière d'une frontale. Pas la peine d'en mettre beaucoup, juste quelques petits pointillés dans les endroits critiques.
- la peinture colorée doit être utilisée avec parcimonie. Uniquement de la peinture éphémère (et pas de la temporaire qui reste beaucoup plus longtemps)
- sur une longue distance il y aura plusieurs groupes de baliseurs: c'est important d'avoir une technique de balisage homogène sur le parcours.
- penser que sur une longue distance la lucidité des coureurs baisse: prévoir de densifier le balisage en fin de parcours
- JAMAIS d'agraphes pour fixer le balisage! Ça reste souvent en place (et ça rouille) et ça favorise les maladies sur les arbres. J'ai appris ça d'un responsable local de l'ONF qui faisait aussi un top20 sur l'UTMB!
- l'ouvreur est indispensable et il emmène du matériel (quelques balises, de la rubalise pour barrer les carrefours et de la peinture car en cas de débalisage il faut aller vite et poser des balises prend beaucoup de temps).
- penser que pour des raisons de sécurité, le coureur balais peut laisser des sections non débalisées pour coller à la fin de course. Il faut donc prévoir après la course (les jours suivants) le passage d'équipes qui valident le débalisage, rammassent les éventuel déchets. On oublie toujours des balises quand on ferme une course en débalisant, surtout la nuit.
- Si la peinture éphémère a été utilisée un peu trop généreusement, prévoir son nettoyage. Dans les jours qui suivent, avec une simple brosse et quelques gouttes d'eau elle se nettoie très facilement et sur l'Ultra-Trail du Vercors cela à été fait à plusieurs reprises. C'est l'occasion de valider le débalisage en même temps.

Quelques extraits de cette doc avec le mauvais balisage:
ruba-bad.jpg

La balise 1 attire le regard dans la mauvaise direction, la balise 2 est ambigüe, la balise 3 est trop loin pour un rappel (pas visible de l'intersection)

Le même carrefour correctement balisé avec le renfort optionnel à la peinture:
ruba+peint.jpg

Deux balises rapprochées pour indiquer la direction après le carrefour et un rappel bien visible depuis l'intersection.
Si peinture, une croix au sol pour barrer la mauvaise direction (il faudra la nettoyer ensuite) et quelques groupes de points qui marquent la trajectoire au sol.
Vous n’avez pas les permissions appropriées afin de consulter les fichiers insérés dans ce message.

Messagepar bubulle » sa fiche K
» 08 Mai 2022, 14:51

Quelques petits compléments acquis de ma (relativement petite) expérience de balisage sur quelques courses (un peu de Montagn'hard, beaucoup de GR73, beaucoup de Trail des Rois Maudits, un (tout) petit peu d'UTV au pied levé avec Samontetro)...et aussi quelques constats faits avec mon expérience de coureur.

- la cohérence du "style" de balisage est très importante car rien n'est plus déroutant pour un coureur que plusieurs façons différentes de marquer les bifurcations, qui varie au long de la course

- respecter un espacement régulier des balises sur les sections sans ambiguïté. J'ai de trop nombreuses fois rencontré des passages sans balises pendant bien trop longtemps qui risquent de n'amener qu'à l'inquiétude d'avoir loupé quelque chose chez au moins certains coureurs. C'est souvent sournois sur la fin d'une section de balisage quand l'équipe de baliseurs commence à manquer de balises et qu'on a tendance à les économiser. Il y a aussi une espèce de snobisme bizarre par endroits pour "ne pas faire du balisage de parisien". Car, c'est bien connu, les "parisiens" (ceci pouvant être remplacé par lyonnais, toulousains, bordelais, etc.) bref tous ces citadins bobo-trailers qui ne mettent jamais un pied dans la nature, balisent toutes leurs courses avec une marque tous les 20 mètres. La philosophie de chacun peut varier, mais disons qu'une balise minimum tous les 150 mètres me semble un bon compromis. Mais le plus important, c'est surtout de rester cohérent car un bon organisateur va mentionner cela au briefing (le machin qu'on n'écoute jamais au départ des courses).

- baliser pour le serre-file, aussi (qui est très souvent celui qui débalisera) surtout si le baliseur est un grand gaillard de 1,90m et qu'on balise avec autre chose que des petits drapeaux plantés à terre. Franch l'a mentionné, cela inclut aussi d'éviter les noeuds (si on utilise de la rubalise, ce qui est Mal)!

- sur le matériel, là, toutes les écoles existent. Pour ma part, avec la petite expérience mentionnée plus haut (rubalise jetable et un peu de drapeaux sur le GR73, drapeaux sur le TRM, piquets sur la MH, rubalise "maison" réutilisée sur l'UTV), j'ai une petite préférence pour les drapeaux (roses ou orange), mais tous ont leurs avantages et inconvénients :
- GR73 : gâchis de plastique avec les bandes de rubalise, qui imposent aussi un long travail de préparation à l'avance et ne sont pas réutilisées. Super-encombrant pour les serre-file, par contre pas lourd à transporter et permettent aussi de caser un sponsor (à confirmer). Rapides à poser. Souvent très visibles car flottent au vent (avec le défaut de parfois aller se coincer, invisibles). Inutilisables dans les sections sans végétation haute.
- MH (et UTMB, d'ailleurs) : piquets style piquets de jardin avec partie réfléchissante sur le haut. Faciles à transporter jusqu'à un certain nombre, largement réutilisable (un peu de casse), par contre difficiles à planter (arme fatale : un tournevis pour faire les trous). Les plus longs à poser à mon avis.
- TRM (ou EB) : mini-piquets avec drapeaux en couleur flashy. Souvent faciles à poser sauf en partie très rocailleuse. Les plus faciles à transporter en nombre. Un peu fragiles : la petite partie plastique peut se détacher vite...et devient alors polluante. Requièrent un investissement notable car il en faut un peu plus que d'autres systèmes (notamment sur les bifurcations). Pas de travail préparatoire, sauf si besoin d'y ajouter un élément réfléchissant
- UTV : rubalises réutilisables assez solides pré-équipées d'un élément réfléchissant à une extrémité et d'un système d'attache artisanal, fruit de 10 ans d'expérience de Patrick, à l'autre extrémité. Sûrement les plus pratiques après les drapeaux, du moins pour les sections avec végétation haute, bien sûr. Je ne sais pas si c'est très lourd et encombrant au balisage ou débalisage, je n'ai pas assez expérimenté.

Pour le côté pratique des débaliseurs/serre-file, je voterais donc pour les drapeaux qui sont les plus "tout-terrain". Par contre, pour l'organisateur qui prend tous les paramètres en compte, les balises UTV artisanales sont certainement un excellent compromis. J'ai d'ailleurs retrouvé des balises analogues cette année sur....l'Ecotrail de Paris (où là, oui, c'est par endroits balisé tous les 20 mètres).

Et on pourrait bien sûr trouver encore plein d'arguments dans un sens ou un autre....:-)

Un point non évoqué est le calendrier de balisage. Tant qu'on ne l'a pas fait, on n'a pas idée de la lenteur d'une équipe de balisage. On trimbale du matos, on s'arrête sans cesse, s'il y a beaucoup de bifurcations, on réfléchit beaucoup à la moins pire façon de les baliser, etc.
Quelques timings repris dans mon Strava:
- GR73 2019, 20 premiers kilomètres : 6 heures (à 3) - Section suivante (18km) : 5h30 (à 2)
- TRM 2019, 21 kilomètres : 6h45 (seul, avec quelques transferts)
- TRM 2018, 9,5km : 3h (à 2)
Cela me donne en gros une estimation de 3 km/h, variable selon le nombre de baliseurs (sur le TRM, il m'arrive de baliser seul, mais le parcours change peu et je connais d'avance les points délicats).

Se méfier des baliseurs qui connaissent bien le parcours. Ils vont inconsciemment zapper des difficultés (faux sentiers, notamment) et baliser trop léger. Sans aller jusqu'à baliser une autoroute, avoir plusieurs regards sur le balisage est souvent utile : une balise déplacée de quelques mètres peut tout changer. Pour ma part, je ne quitte pas une bifurcation ou un point délicat sans l'avoir vérifié, quitte à revenir en arrière, partir à fond de train vers ma bifurcation, comme si j'avais une cote ITRA 750 et essayer de voir ce que voit un coureur de tête. Cela peut expliquer ma vitesse assez basse...:-)

Sur la technique, je pense que Patrick (en passant ton document m'intéresse, aussi!) est bien plus compétent que moi, donc je n'en ajouterai pas, mais ce qu'il a mis est exactement ma propre pratique.

Et, bien sûr, faire baliser par des coureurs, c'est l'idéal, ce à quoi j'ajouterai "et si vous avez des coureurs pas du coin sous la main, c'est encore mieux, en les mélangeant avec ceux qui connaissent chaque caillou par coeur".

Messagepar samontetro » sa fiche K
» 08 Mai 2022, 19:05

Pour compléter les dires de Maître Bubulle sur le matériel je dois d'abord dire que les balises réutilisables UTV ce n'est pas moi mais un bénévole "géotrouvetout" qui a patiement cherché le meilleur matériel en testant la taille, la longévité, la visibilité, la maniabilité....

noeud.jpg

Il se compose d'une lanière plastifiée orange d'un côté, jaune de l'autre, sur laquelle on pose un ruban de réflexite d'un dizaine de cm de part et d'autre. Le tout est assemblé par un oeuillet de gros diamètre. Comme on le voit ci-dessous la reflexite est très efficace de nuit
nuit.png

On voit la balise au passage du coureur et au niveau de son coude le flash du photographe renvoyé par la balise précédente qui doit bien être à 50m derrière lui!
L'intérêt de l'oeillet, c'est au débalisage: un long fil électrique un peu rigide sur lequel on enfile les balises au niveau de l'oeillet. Elles sont posées avec un noeud d'allouette très simple à défaire (sauf quand il a neigé dessus et que ça a gelé!).
Ce type de balise ne connvient pas dans les alpages, ni même accrochées à un piquet: le fait qu'elles s'agitent au vent attire l'intérêt des troupeaux qui les broutent puis les recrachent avec une certaine dispersion. On a donc des modèles "spécial alpage" qui ne bougent pas, avec réflexite aussi.
alpage.png

Enfin chaque balise est marquée du nom de l'organisation. C'est très important. Ça permet au coureur d'être certain que c'est une balise de la course et ça évite certains reproches venus d'autres pratiquants de la montagne lorsqu'il trouvent de la rubalise sur les sentiers après une organisation indélicate voir sauvage d'évenement sans débalisage ensuite.

Bien sûr fabriquer ce balisage et l'entretenir à un coût, mais il reste négligeable face au service rendu et il contribue à limiter les déchets générés par nos évennements.
Pendant toutes ces années où je me suis occupé de l'UTV les reco et rencontres avec les acteurs du territoire ont été l'occasion de montrer chaque fois avec quoi et comment nous balisions. Cela instaure également une certaine confiance avec ces gens qui sont dès lors capables d'identifier ce qui est lié à la course et ce qui ne l'est pas.
Vous n’avez pas les permissions appropriées afin de consulter les fichiers insérés dans ce message.

Messagepar Mazouth » sa fiche K
» 08 Mai 2022, 20:09

samontetro a écrit:Comme on le voit ci-dessous la reflexite est très efficace de nuit
nuit.png

On voit la balise au passage du coureur et au niveau de son coude le flash du photographe renvoyé par la balise précédente qui doit bien être à 50m derrière lui!

Ah non mais là c'est CE coureur/machine, qui électrise littéralement les balises sur son passage ! :mrgreen:

Messagepar Arclusaz » sa fiche K
» 08 Mai 2022, 20:16

Mazouth a écrit:
samontetro a écrit:Comme on le voit ci-dessous la reflexite est très efficace de nuit
nuit.png

On voit la balise au passage du coureur et au niveau de son coude le flash du photographe renvoyé par la balise précédente qui doit bien être à 50m derrière lui!

Ah non mais là c'est CE coureur/machine, qui électrise littéralement les balises sur son passage ! :mrgreen:

et quand il passe la balise s'ten

Messagepar Spir » sa fiche K
» 12 Mai 2022, 22:31

Désolé de répondre avec un peu de délai... Merci beaucoup pour toutes ces précieuses indications !

C'est vrai que bien connaître un coin peut être un défaut, avec le risque de baliser trop légèrement certains secteurs parce que "c'est l'itinéraire classique"...

Messagepar KrKAlex » sa fiche K
» 14 Mai 2022, 08:01

J'ai appris beaucoup de choses, merci pour ce sujet!

Messagepar Franch » sa fiche K
» 20 Juil 2022, 09:15

Petite photo d'un système bien foutu, a voir combien coutent ces balises a l'unité, pour beaucoup d'orga le cout de balisage est absorbé par du temps bénévole à en fabriquer
20220521_181720.jpg


(balises de https://dosedesport.com/)

J'en ai discuté avec Jonathan R qui organise en délégation pas mal d'évenements il me dit que c'est aussi compliqué de faire évoluer des équipes de bénévoles historique : exemple quand les baliseurs sont sur le Grand Duc depuis la création (36 ans) va les convaincre que la rue balise c'est le mal
Vous n’avez pas les permissions appropriées afin de consulter les fichiers insérés dans ce message.

Messagepar samontetro » sa fiche K
» 20 Juil 2022, 09:27

Ça m'a l'air bien fragile ton truc....
Ci-dessous les balises "made by UTV" avec un gros oeillet plastique clipsé (donc démontable) qui fixe la réflexite (très efficace de nuit) et un grand élastique sur la balise orange/jaune. On la fixe avec un "noeud d'alouette" aux branches, troncs/poteaux (d'où la longueur de l'élastique). facile a poser et retirer. Réutilisable et réparable. C'est surtout l'élastique qui vieillit et finit pas casser.

balise-utv.jpg
Vous n’avez pas les permissions appropriées afin de consulter les fichiers insérés dans ce message.

Messagepar bubulle » sa fiche K
» 21 Juil 2022, 18:47

Les balises mentionnées par Franch, en tout cas leur système d'attache, sont un partie de ce qu'utilise la Montagn'hard, en complément des piquets "style UTMB" que je trouve personnellement trop encombrants ett lourds.

Ma préférence continue à aller aux petits drapeaux style Échappée Belle (et GR73 maintenant) : un bonhomme en transporte 500 sans problèmes dans un sac 30 litres (j'ai même balisé le GR73 avec un sac d'ultra de 15 litres) et peut en avoir un paquet de 100 à la main.

Ce qui n'enlève pas les qualités des balises UTV, Patrick!

Sur ce sujet as-tu les sources du guide de balisage dont tu parlais ? Je m'en serais bien servi pour la MH et le GR73) (en adaptant et en citant bien sûr les auteurs d'origine)

Messagepar samontetro » sa fiche K
» 22 Juil 2022, 09:56

Je les aies, mais en LaTeX :lol:
Si tu es TeX/LaTeX compatible je te les passe bien sûr.

Messagepar bubulle » sa fiche K
» 23 Juil 2022, 08:46

samontetro a écrit:Je les aies, mais en LaTeX :lol:
Si tu es TeX/LaTeX compatible je te les passe bien sûr.


OK, quand on s'est vus, on a surtout causé de course à pied et de montagne, je comprends....mais je crois que sur ce sujet, je dois pouvoir m'en sortir, oui.

Certes, l'évolution de la vie a fait que mes derniers documents en LaTeX datent de bien avant que je ne coure, mais je dois encore pouvoir retrouver comment compiler un doc, oui.....et ensuite quoi faire du PostScript qui va en sortir...;-)

Messagepar Spir » sa fiche K
» 23 Juil 2022, 10:35

Bubulle, les choses se sont bien améliorées là aussi :wink: Cherche toi une distribution type MikTex, tu auras directement un pdf !

Messagepar bubulle » sa fiche K
» 23 Juil 2022, 11:06

Spir a écrit:Bubulle, les choses se sont bien améliorées là aussi :wink: Cherche toi une distribution type MikTex, tu auras directement un pdf !


Nomého! Je sais un peu, quand même...:-)

D'abord, MikTeX, c'est surtout utilisé par les neuneus sous Windoze. Les Vrais, les Purs utilisent TeXLive sur leur serveur Debian :
bubulle@kheops:~ $ which latex
/usr/bin/latex
bubulle@kheops:~ $ dpkg -S /usr/bin/latex
texlive-latex-base: /usr/bin/latex

En fait, le plus compliqué de l'affaire va être de refaire un document dans un format plus accessible pour mes organisateurs préférés pour qu'ils puissent le faire vivre sans avoir besoin du geek de service..;-)

Messagepar miniping » sa fiche K
» 23 Juil 2022, 14:49

En dressant pandoc ça devrait sortir un word acceptable.

Messagepar Spir » sa fiche K
» 23 Juil 2022, 14:59

Sinon, tu ouvres le pdf directement sous Word (ou Writer) et tu enregistres au format docx.

Messagepar samontetro » sa fiche K
» 24 Juil 2022, 17:38

Un bubulle c'est laTeX lu, parlé et écrit ! :D

Messagepar tikrimi » sa fiche K
» 24 Juil 2022, 20:39

Hello,

Pour accrocher les rubalises aux arbres, sur l'ultra 01, nous avons utilisé ce système d'accroche:

lot-100-anneaux-pour-bande-ruban-reutilisable.jpeg


Ca se pose et s'enlève assez facilement. Bon, c'est du plastique, mais c'est réutilisable.

J'ajouterais quand même un point qui me semble n'a pas été dit, et qui va dans le sens de l'homogénéiser le balisage (évoqué par bubulle), c'est de toujours baliser du même côté. Généralement, le balisage est toujours sur la droite.

Pour le débalisage, l'idéal étant quand même que ça ne soit pas le serre file qui le fasse (mais après on fait en fonction du nombre de bénévoles). Des coureurs peuvent toujours se perdre, et se retrouver derrière le serre file. Sur l'ultra 01, nous avions eu la consigne de débaliser une heure après le passage du dernier coureur.
Vous n’avez pas les permissions appropriées afin de consulter les fichiers insérés dans ce message.

Messagepar samontetro » sa fiche K
» 24 Juil 2022, 21:06

Le balisage "toujours du même côté" est très utilisé en ski de fond mais on a quand même peu de chance de se perdre :mrgreen:
De mon côté j'avais plutôt tendance à conseiller au baliseur d'imaginer où se portera naturellement le regard du coureur. Mais ça ne marche pas toujours: dans les sections techniques le coureur regarde ses pieds, accrocher une balise à une branche en hauteur n'a pas de sens par exemple. Je leur demandais aussi pour la fin de parcours que lorsque le coureur passe devant une balise il puisse voir la suivante. Les coureurs manquent souvent de lucidité en fin de course et cest important de densifier le balisage sur le dernier quart de la course. Enfin c'est mon simple point de vue.

Messagepar bubulle » sa fiche K
» 24 Juil 2022, 22:29

Je ne suis pas un grand fana d'un principe trop strict de balisage toujours du même côté. Je préfère largement poser les balises là où elles sont visibles de loin. En fait, en balisant, si, par exemple, je balise avec une distance inter-balises de 120 mètres - en fait, 120 pas- (c'est ma distance préférée, mais c'est à adapter suivant les courses en fonction de la convention prise entre les baliseurs vu qu'il est plus important d'être homogène que de suivre des principes trop stricts), si je balise, donc, à 120 pas, je commence à essayer de placer visuellement ma prochaine balise quand j'arrive à 50-70 mètr^W pas, en levant les yeux et en repérant un endroit un peu dégagé et visible de loin.

Donc, si le chemin tourne légèrement à gauche, mon endroit repéré sera plutôt à droite, et réciproquement. Et je ne me mets pas de principe strict.

Bien évidemment, l'inter-distance est à amender dès qu'une ambiguïté (fausse trace, notamment) est possible. L'idée est de baliser à la fois pour le coureur de tête qui déboule à toute allure et lui éviter de chercher constamment son chemin des yeux.....mais aussi pour la roulette de queue qui a largement plus le temps de chercher les balises du regard...mais moins la lucidité...:-)

Mais après, évidemment, si le responsable des parcours de la course me dit de baliser tout à droite, le plus important.....est que je n'en fasse pas qu'à ma tête, même si je n'aime pas ça...:-). Et c'est pareil pour l'inter-distance des balises : si on me dit de baliser à 30 mètres, je balise à 30 mètres même si j'ai l'impression de faire une autoroute.....

Pour Patrick : le doc LaTeX compile nickel...:-)

Retour vers [CàP] Course à pied, trail, marathon, route

Accueil - Haut de page - Version grand écran