Syndrome des loges, quel chirurgien ? (retours d'expérience)

Discussions sur des sujets "sérieux" en rapport avec la course à pied.
Entrainement, physiologie, nutrition, blessures, gestion de course, ...

Messagepar audreyom10 » sa fiche K
» 01 Août 2020, 23:29

j'ai fait ma rando le 18 juillet soit 5 semaines a peu près après mon opéation

Messagepar Coursodon » sa fiche K
» 02 Août 2020, 11:54

Merci pour ton retour Audrey et courage à toutes et à tous, on en sortira plus fort comme dans toutes les épreuves sportives qui nous galvanisent tant :-)

Messagepar J_Blandeau » sa fiche K
» 04 Août 2020, 16:15

Bonjour à tous,

Comme prévu je reviens vers vous après ma prise de pression du 28 juillet.

Résultats: syndrome de loges des loges postérieures profondes; avec 32mmg à gauche et 42 à droite post-effort.

Au niveau du bilan artériel, aucune anomalie (ça aurait été la cerise si en plus du syndrome j’avais eu un piège poplité!)

J’ai rdv avec un chirurgien demain pour discuter d’une éventuelle opération; sachant que le praticien qui m’a fait la PDP m’a indiqué que le taux de réussite était médiocre au niveau postérieur profond (60% de réussite) et qu’il y avait plus de possibilités de complications post-op.

Est-ce qu’un d’entre vous s’est déjà fait opéré de ces loges là? Si oui, est-ce que vous avez eu des complications et/ou une réapparition des symptômes?

Merci de vos réponses!

Messagepar Drek » sa fiche K
» 11 Août 2020, 19:50

Iphie77 a écrit:Salut tout l'monde,

Je fais les choses à l'envers, je viens de me faire opérer par le docteur Alimi à Marseille ce lundi pour un syndrome des loges au niveau du tibia gauche, et l'ennui se faisant, j'ai eu l'idée d'aller lire quelques témoignages sur ladite opération.

Comme la majorité d'entre vous, le diagnostic fut long tant ce syndrome est si peu connu et souvent attribué aux seuls sportifs de haut niveau. Dans mon cas, seule la jambe gauche est concernée ( ce qui est a priori rare, normalement les 2 membres étant touchés ). Je pratiquais le trail puis l'athlétisme en compétition, tout ça en une seule année sans n'avoir jms pratiqué de sport réellement auparavant ( le SDL survenant dans la majorité des cas suite à un volume d'entraînement trop important ou, comme dans mon cas, lorsque l'on commence à pratiquer un sport en en faisant trop et trop vite.) J'ai donc vite eu les symptômes d'un SDL avec apparition d'une hernie sur le tibia à l'effort ( c'est d'ailleurs cette hernie qui a conduit un medecin du sport au diagnostique). Je suis restée 2 ans avec ce SDL dont 2×6 mois d'arrêt sans effets sur le sdl.

Après que le médecin du sport m'a prescrit une mesure de pression, j'ai pris rdv avec le Dr Alimi à l'hôpital nord ( d'ailleurs, avant de trouver un praticien réalisant la mesure de pression, ce fut compliqué, bcp de structures médicales me repondaient ignorer même ce qu'etait un tel examen...). J'ai fait la mesure de pression en juin 2020. Personnellement, j'ai trouvé cet examen douloureux, surtout après car il est hyper invasif ( 3 aiguilles par jambes avec des dizaines de fils reliés à une machine, il fallait faire des flexions extensions du pied assis, debout et couché, puis courir sur le tapis) Je suis restée plusieurs jours avec des difficultés à marcher. L'examen a confirmé un syndrome des loges sévères sur le tibia gauche, rdv etait pris en juillet pour l'opération.

Je suis donc à j+3 de l'opération que j'ai faite sous anesthésie générale ( on ne m'a pas demandé de choisir entre générale et locale), je viens de rentrer chez moi. Je n'ai pas eu mal, seul le drain ( tuyau permettant d'évacuer les dechets et eviter l'hématome) me laissait une sensation de gêne. On me l'a retiré ce matin, que ce fut douloureux ! Mais c'est passé. Maintenant c'est comme pour Audrey, bas de contention et repos obligé pendant 1 mois, même pas le droit de sortir marcher pour garantir une cicatrisation optimale. Je trouve le temps déjà très long mais c est une étape obligée et je ne veux pas prendre de risque.

Concernant le service vasculaire de l'hôpital nord, l'hôpital est vieux et peu entretenu il faut l'savoir, mais l'équipe est très compétente. Le service est habitué aux opérations ayant pour cause un SDL, et savent donc bien le traiter. Le docteur Alimi paraît assez reconnu dans le domaine, ses compétences professionnelles sont réelles.

Je vous tiens au courant concernant la suite de ma cicatrisation.


Re-bonjour à tous,

alors après avoir tout arrêter, j'ai pas pu m'empêcher d'aller faire quelques randos et quelques footing (merci le confinement...). Résultat mes mollets sont morts, impossible de faire un footing et il m'arrive même d'avoir de fortes douleurs même pendant une période d'inactivité. Je pense donc je ne pourrais pas échappé à l'opération...Le problème c'est que les randos ont fini de me bousiller la cheville gauche, du coup j'aimerais être opéré en même temps de la cheville gauche et du syndrome des loges et faire d'une pierre deux coups (je sais, je rêve...) mais ce serait la solution idéale pour moi même si je me doute qu'aucun chirurgien ne le fera (même si j'ai vu qu'un biathlète professionnel avait eu ces deux opérations en même temps).

Du coup je suis en plein dilemme :
-réussir à trouver une clinique où je peux être opéré des deux blessures en même temps
-me faire opérer de la cheville et après du syndrome des loges (le plus contraignant en terme d'arrêt, 6 mois)
-me faire opérer du syndrome des loges et ne rien faire en sachant que je vais repasser sur le billard...

Je partage ton avis Iphie77 concernant l'hôpital Nord et ses infrastructures et j'espère que si je choisis le docteur Alimi pour le syndrome des loges, je serais totalement rétabli. Je vous tiendrais au courant de mes recherches et de mes retours après opérations puisque ça me paraît impossible pour moi d'y échapper...

Messagepar J_Blandeau » sa fiche K
» 16 Août 2020, 17:05

Bonjour,

J’aurais aimé savoir si quelqu’un avait eu un SDL chronique au niveau postérieur profond avec des hernies musculaires, car j’ai remarqué ça sur ma jambe droite hier soir.. (voir photos ci-jointes)

Je vous remercie de vos réponses!

18BA712A-5771-4016-8371-43CA70B45FFB.jpeg


488AB02C-1FEE-471F-AE16-81CED205F058.jpeg


A30DD108-81B1-4BB4-90AF-80348D06B99E.jpeg
Vous n’avez pas les permissions appropriées afin de consulter les fichiers insérés dans ce message.

Messagepar Vik » sa fiche K
» 15 Sep 2020, 10:51

D'après les retours que je lis ici, il ne s'agit pas de chirurgie mini-invasive, technique moins violente pour découper le saucisson et qui permettrait un retour aux activités du quotidien et sportives plus rapidement...

Des kikous en ont ils entendus parler ?

Messagepar Vik » sa fiche K
» 15 Sep 2020, 12:54

Si vous avez des noms à partager (ça peut être en MP) de personnes compétentes et à l'écoute pour un potentiel syndrome dont la manifestation symptomatique nécessite un effort plutôt très long (en regard de ce que la majorité des personnes diagnostiquées rapportent - ~20km 2kD+ d'effort continu), je suis fortement intéressé.

Messagepar jano » sa fiche K
» 15 Sep 2020, 13:48

Vik a écrit:Si vous avez des noms à partager (ça peut être en MP) de personnes compétentes et à l'écoute pour un potentiel syndrome dont la manifestation symptomatique nécessite un effort plutôt très long (en regard de ce que la majorité des personnes diagnostiquées rapportent - ~20km 2kD+ d'effort continu), je suis fortement intéressé.

tu l'avais pas ressenti sur l'ouverture de l'EB ?

Messagepar Vik » sa fiche K
» 15 Sep 2020, 13:56

jano a écrit:tu l'avais pas ressenti sur l'ouverture de l'EB ?


réponse courte non. réponse plus longue peut être un poil après le habert de aiguebelle... où on a fait une pause cryo après l'aigleton.

une grosse différence entre mes trucs solo/avec des potes et la compet', c'est le caractère ininterrompu de l'effort. sur l'ouverture de l'eb on a fait une grosse partie à très faible intensité et avec nombreuses petites pauses (rien que mettre un fanion, ça semble pas grand chose mais comparé à une course c'est pas le même effort)

Messagepar Drek » sa fiche K
» 14 Sep 2021, 16:59

Bonjour à tous,

Après avoir renoncé au trail, je me suis mis à la marche en montagne pour ne pas faire 15 opérations mais malheureusement le syndrome des loges m'a rattrapé là aussi. Impossible de faire de trop grosses sorties et même en ne chargeant pas la mule c'est devenu très compliqué au niveau des mollets. Donc 3 ans après qu'on m'ai diagnostiqué un syndrome des loges net au niveau des mollets, je me vois dans l'obligation de me faire opérer. Le chirurgien que j'ai choisis est le Dr Dufour à Aix-en-Provence qui fait référence en terme de syndrome des loges des avants bras. Espérons qu'il ai la même réussite au niveau des mollets :)
Je me fais opérer le 20 octobre, je vous ferais un retour sur l'évolution de ma reprise d'activité physique en sachant que l'objectif ne sera pas de refaire du trail mais juste de la promenade en montagne :cry:

Messagepar Vik » sa fiche K
» 14 Sep 2021, 21:26

Bon courage Drek. C'est une belle saloperie ce truc

Messagepar Scoubidou » sa fiche K
» 14 Sep 2021, 21:44

Vik a écrit:Si vous avez des noms à partager (ça peut être en MP) de personnes compétentes et à l'écoute pour un potentiel syndrome dont la manifestation symptomatique nécessite un effort plutôt très long (en regard de ce que la majorité des personnes diagnostiquées rapportent - ~20km 2kD+ d'effort continu), je suis fortement intéressé.


Effectivement il me semble qu'à priori le syndrome des loges apparait plutôt assez rapidement - au bout de quelques minutes d'effort - et ça parait assez cohérent avec le fait que c'est un "gonflement" du muscle à l'effort qui amène la compression au sein de l'aponévrose. Dans quelle mesure l'espace nécessaire pour le muscle augmenterait sur un effort relativement long, j'ai un peu de mal à voir.

Tu ressens tes douleurs à quel endroit ? Pour les coureurs, c'est typiquement au niveau du muscle antero externe (qui est sur le coté "exterieur" du tibia) et plus rarement au niveau des mollets.

Messagepar Drek » sa fiche K
» 20 Sep 2021, 11:38

Vik a écrit:Bon courage Drek. C'est une belle saloperie ce truc


Ah c'est l'enfer...ça fait 1 an et demi que j'ai renoncé à l'idée même de faire un footing. Je me contentais de marcher mais vu que je mange du déniv, les mollets n'ont pas supportés l'effort physique...

En plus je devrais avoir hâte de me faire opérer pour pouvoir recourir un peu mais comme j'ai une luxation des tendons péroniers à la cheville gauche (comme la cheville droite que je me suis faîte opérer, 8 mois d'arrêt complet), je vais être obligé de me contenter de marcher :roll: sinon la cheville gauche va me faire souffrir c'est reparti pour 8 mois en enfer...

Messagepar Vik » sa fiche K
» 20 Sep 2021, 14:13

Scoubidou a écrit:Tu ressens tes douleurs à quel endroit ? Pour les coureurs, c'est typiquement au niveau du muscle antero externe (qui est sur le coté "exterieur" du tibia) et plus rarement au niveau des mollets.


douleur assez légère, plutôt diffuse, bilatérale, au niveau postérieur des mollets, plutôt sur la partie supérieure, mais impossible de donner un ressenti sur la "profondeur" (plutôt jumeaux, ou plus profond ?)
la sensation est "un manque de place", l'impression d'avoir les mollets gonflés/congestionnés. la forme du mollet est d'ailleurs à mon sens un peu modifiée, moins dessiné mais plus gros / plus rond.

en général un bain bien froid est bien efficace, surtout pour les premiers épisodes.

en plus de la gêne / légère douleur, y a une sensation de jambes lourdes incroyable qui empêche de courir, mais normalement la marche reste possible sans baisse significative de performance, mais la gêne fatigue psychologiquement. en 2019 toutefois ça avait fini par m'enlever toute capacité à avancer correctement en montée, il n'y avait que sur le plat que je pouvais marcher à allure normale-ou-presque.

Précédent Retour vers [CàP] Course à pied, trail, marathon, route

Accueil - Haut de page - Version grand écran