l'envie d'avoir envie, chute de motivation

Discussions sur des sujets "sérieux" en rapport avec la course à pied.
Entrainement, physiologie, nutrition, blessures, gestion de course, ...

Messagepar manu22 » sa fiche K
» 06 Déc 2018, 18:35

Bonjour à tous et à toutes.
je rencontre actuellement un problème de baisse de motivation, mais vraiment très fort.
avant tout, je me présente:
Coureur loisir "sérieux mais moyen" , que du trail, dans notre belle bretagne.
pas mal de kilomètres sous la semelle , beaucoup de dossards ces 6 dernières années , plusieurs trails au delà de 40 km (glazik, aber wrach, grand menestrail, trail des corsaires) , plusieurs plans d'entrainements pour préparer ces courses, que j'ai toujours vécu avec bonheur (entrainement et course) ,j'ai couru dans le froid, la boue, la pluie, la nuit , seul ou a plusieurs ,bref, un profil de pratiquant de trail classique, pas débutant, pas ultra, pas performant , mais pas à la ramasse, content d'être en forme, et de réussir le petits défis de l'année, avec aucun autre objectif que de finir propre mes courses, et de recommencer.

ma dernière grosse course fut le grand menestrail il y a un an, puis pause, puis remise en route tout doucement, comme d'hab.

puis, un gros drame personnel m'a complètement scié les pattes, et depuis je me retrouve sous motivé comme jamais, impossible de se remotiver, et les quelques fois où je vais faire un footing, forcément je me retrouve très lent, plus à l'aise, et c'est l'effet boule de neige, pas envie d'appuyer (peur d'e forcer?) alors qu'avant j'adorais finir mes séances tout rouge , angoisse pendant la course ( prise de pouls " houla, ca bat vachement vite!!"

voilà le bazar.

alors si vous aussi vous avez traversé vet type de période, je suis preneur de vos idées, car comme dirait l'autre, qu'on me donne l'envie d'avoir envie!!

Messagepar PhilippeG-564 » sa fiche K
» 06 Déc 2018, 18:52

Essaye de courir en groupe ?

Messagepar valdes » sa fiche K
» 06 Déc 2018, 19:18

Tiens tiens tu es dans mon département :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

Bon moi, en ce moment, je suis CONTRAINTE, de moins courir. C'est un petit peu dur.
Mais si je veux réussir mon objectif 2019, je n'ai pas trop le choix. L'expérience m'a appris qu'il fallait mieux ne courir qu'après un seul lièvre, si on voulait l'attraper.

Oui bonne idée de rejoindre un groupe, un club (si c'est courir que tu veux) ou bien fais - temporairement - autre chose (si c'est la lassitude de courir que tu ressens). Ca passera. C'est pô grave :?

Messagepar Cheville de Miel » sa fiche K
» 06 Déc 2018, 20:57

Un Club c'est top poir la motivation!

@Plouf

R

Messagepar oeufmollet » sa fiche K
» 07 Déc 2018, 08:32

Et si c'est pas un club ça peut être une assoc, parfois moins "stricte", mais avec une super ambiance, ou les footings se passent sans s'en rendre compte vu qu'on papote en continu. Peut-etre une idée pour te remettre dedans en douceur.
Autre idée, changer de sport, j'en connais pas mal qui sont passés au vélo/vtt pour se changer les idées.

Messagepar Spir » sa fiche K
» 07 Déc 2018, 08:46

Il faut parfois accepter le manque d'envie, en profiter pour faire/tenter d'autres choses.

Il y avait eu une discussion à ce sujet il y'a quelques mois, peut être y trouveras-tu quelques idée ou, qui sait, motivations :D

Messagepar robing » sa fiche K
» 07 Déc 2018, 10:40

manu22 a écrit: les quelques fois où je vais faire un footing, forcément je me retrouve très lent, plus à l'aise, et c'est l'effet boule de neige, pas envie d'appuyer (peur d'e forcer?) alors qu'avant j'adorais finir mes séances tout rouge , angoisse pendant la course ( prise de pouls " houla, ca bat vachement vite!!"

Une reprise doit forcément se faire en douceur, justement pour retrouver des sensations et redonner l'envie.
Je sais que c'est pas évident quand on a l'habitude d'être à l'aise sur 15/20km de se dire qu'on ne va en faire que 3 à allure tortue aujourd'hui. Mais finalement, quand on finit en se disant que ça a été, qu'on aurait pu faire plus, bah ça remotive.
Et en allongeant progressivement, les sensations d'aisance sur des distances plus longues reviennent vite.

L'erreur je pense c'est de vouloir reprendre trop fort trop vite, et donc de se re-démotiver en voyant qu'on en bave là où c'était facile avant.

Messagepar marathon-Yann » sa fiche K
» 07 Déc 2018, 11:15

Bonjour manu,

tu nous dis dans ton message que la baisse de motivation fait suite à un gros drame personnel (bon courage), est-ce que ce manque d'envie ne concerne que la course à pied, ou d'autres "secteurs" de ta vie ? (boulot, sorties, ...). Si c'est lié à une déprime, tu peux envisager de te faire aider par un médecin ou un autre professionnel.

Et s'il ne s'agit "que" de course à pied, tu as eu des réponses pertinentes dans ce fil : courir en groupe, changer de sport, attendre que l'envie revienne... J'ajouterais que tu peux aussi t'inscrire à une course que te fais à la fois peur et envie (je sais pas, le grand raid du morbihan par exemple, puisque tu es en Bretagne), ca peut servir de carburant, avoir un objectif un peu fou.

Messagepar Jean-Phi » sa fiche K
» 07 Déc 2018, 11:21

Je te copie-colle ce que j'avais écrit il y a quelques temps sur le sujet. Ca faisait suite aussi à des difficultés persos.
jean-phi a écrit:Je peux te parler de mon cas perso. Absence de motivation ou plutôt motivation en décroissance depuis quelques année (plus de fractionné depuis 3 ans, pas envie de me faire mal, etc.), j'ai complètement arrêté il y a un an avec les symptômes que tu décris : report au lendemain, sortie très light, course en fond de peloton ou annulation parce que j'avais pas envie. Et puis une dépression sévère avec un burn out en août et septembre qui a duré (dure encore) 4 mois d'arrêt de travail, envie encore amoindrie, je ne cours plus ni ne marche, etc.
Le plus emmerdant : La Prise de poids.
Je vais (un peu) mieux et tente de reprendre mais ce n'est plus comme avant (je cours depuis 17 ans). Je n'arrive pas à retrouver de vitesse (normal je suis lourd et ne fractionne pas), je n'ai plus envie de compétition ou plutôt d'ultra, je me désintéresse du monde de la compétition. Mais c'est pas grave au fond.
Ce qui compte c'est de prendre le temps. Aller marcher (ce que je fais de plus en plus souvent tous les jours. Pas beaucoup, 4, 5 ou 8 kms), je mets de la musique ou j'écoute la nature. Toutes ces choses que je ne faisais pas, obnubilé par mon chrono que j'étais. Quand je fais une course, je pars en dernier et je m'amuse à remonter si je peux (ou pas !) et surtout je suis libéré de cette idiotie qui a consisté à dire toujours plus. Pour dire : Avant 40 kms de sortie, c'était une "petite" sortie. Aujourd'hui 15 kms c'est une sortie (très) longue. Et alors ? L'essentiel est ailleurs.
Le seul hic c'est que je ne peux plus participer aux offs, je n'ai plus le niveau du tout : trop long, trop de D+, trop rapide pour moi. Il faut dire que Kikourou est un piège à bigorexiques. On ne se rend plus compte ! Moi qui en suis sorti, je lis sur off à lyon "sortie tranquille 25 kms 1100 de D+" ! C'est pas vrai que c'est tranquille. C'est énorme ! Mais quand on a la tête dedans on ne s'en rend plus compte.
Alors prend le temps, repose toi, tu sembles en avoir besoin selon ce que tu décris et si ça veut, ça reviendra. Tu vas pouvoir faire la grasse mat', ne plus se lever à 4h00 pour aller courir c'est le pied ! Plus besoin de tenir le plan pour être à l'objectif, tu feras la sortie que tu veux. En somme tu es LIBRE !
En attendant tu te seras ressourcé, découvert d'autres plaisirs et qui sait peut être même trouvé un autre centre d'intérêt.
Perso, j'ai compris qu'il n'y avait pas que la course dans la vie. Et c'est très bien ainsi. Même si parfois ça me manque aussi quand je vois ou lis les copains !

Ce que je peux en dire à ce jour. J'ai retrouvé un peu de motivation, ça reste toutefois en dents de scie. En 3 mois, j'ai fait autant de kms qu'en 9. J'ai même réussi à case quelques séances de fractionné et à ma grande surprise, c'est passé. Et pourtant ces séances me faisaient "peur".
J'ai quand même pu faire Le Puy Firminy et ai été heureux de boucler cette course. Ma STL a elle été écourtée... pour cause de motivation défaillante, suite à un nouveau coup dur.
Ce qui s'en dégage, c'est qu'il faut accepter cette démotivation, la faire sienne et analyser le pourquoi. Baisser la tête dans ces moments n'est pas signe de faiblesse mais de prise en compte de la difficulté de s'entraîner.
De toute façon, et Kikourou y contribue, nous somems dans un cycle infernal du toujours plus. Plus vite ou plus long, plus dur, plus loin, etc. Alors qu'il faudrait savoir se ressourcer, le calendrier pléthorique de janvier à décembre nous pousse à être constamment sur la brèche pour participer ax courses. Je pense que ce n'est pas sain.
La priorité c'est d'abord soi et sa famille, le boulot et la course ensuite. Un champion (D Chauvelier ?) disait que la course à pied était la chose la plus importante des choses secondaires. C'est parlant et c'est comme ça qu'il faut le prendre à mon sens aujourd'hui.
Prend le temps. Courage :)

Messagepar Olivebobo » sa fiche K
» 07 Déc 2018, 11:46

Bon courage à toi,
Un autre truc pour la motivation : si tu n'as plus envie de courir, tu peux essayer autre chose.
Le vélo de route, le vtt, la randonnée, la natation, le foot à 5, le tennis, l'escalade...
Bref, tous les sports qui te font envie !
Si tu es ici, c'est qu'au fond de toi, tu as envie d'y revenir, mais que tu as peut-être peur de te faire "mal" pour revenir à ton niveau d'avant.
Alors, le mieux, c'est peut-être d'y arriver par des chemins détournés.
Et puis y'a pas que la course à pied dans la vie, alors autant en profiter !

Messagepar Galaté57 » sa fiche K
» 07 Déc 2018, 12:03

Jean-Phi a écrit:Ce que je peux en dire à ce jour. J'ai retrouvé un peu de motivation, ça reste toutefois en dents de scie. En 3 mois, j'ai fait autant de kms qu'en 9.


Pour avoir (c'est encore présent) connu cette situation je ne peut que confirmer les propos antérieurs.
C'est justement cette "culpabilité" de ne pas en avoir fait autant
Car c'est bien à cause de cette notion de performance que le problème existe
Il n'y a plus de plaisir, seulement une nécessité de se dépasser

Messagepar Mame » sa fiche K
» 07 Déc 2018, 12:31

Galaté57 a écrit:Il n'y a plus de plaisir, seulement une nécessité de se dépasser
[/quote]

très juste...
Savoir rompre les habitudes, les routines, cela peut aider à éprouver de nouvelles sensations

Messagepar valdes » sa fiche K
» 07 Déc 2018, 12:36

Jean-Phi a écrit:Ce que je peux en dire à ce jour. J'ai retrouvé un peu de motivation, ça reste toutefois en dents de scie. En 3 mois, j'ai fait autant de kms qu'en 9. J'ai même réussi à case quelques séances de fractionné et à ma grande surprise, c'est passé. Et pourtant ces séances me faisaient "peur".
J'ai quand même pu faire Le Puy Firminy et ai été heureux de boucler cette course. Ma STL a elle été écourtée... pour cause de motivation défaillante, suite à un nouveau coup dur.
Ce qui s'en dégage, c'est qu'il faut accepter cette démotivation, la faire sienne et analyser le pourquoi. Baisser la tête dans ces moments n'est pas signe de faiblesse mais de prise en compte de la difficulté de s'entraîner.
De toute façon, et Kikourou y contribue, nous somems dans un cycle infernal du toujours plus. Plus vite ou plus long, plus dur, plus loin, etc. Alors qu'il faudrait savoir se ressourcer, le calendrier pléthorique de janvier à décembre nous pousse à être constamment sur la brèche pour participer ax courses. Je pense que ce n'est pas sain.
La priorité c'est d'abord soi et sa famille, le boulot et la course ensuite. Un champion (D Chauvelier ?) disait que la course à pied était la chose la plus importante des choses secondaires. C'est parlant et c'est comme ça qu'il faut le prendre à mon sens aujourd'hui.
Prend le temps. Courage :)


J'aime bien ce que tu écris. J'avais zappé la fin de ton ancien post.
C'est tellement vrai. A cause sans doute des réseaux sociaux (Strava, etc.) on veut toujours en faire plus. Il faut quelques fois, en prendre conscience. De ce que je vois, beaucoup font volte face, au bout d'un temps, soit par blessure, soit par écoeurement, lassitude. Un peu comme si, parce qu'on aimait le chocolat, on en mangeait tous les jours à tous les repas. Cela devient écoeurant à la longue.

Sur la culpabilité aussi. Je me bats contre en ce moment :mrgreen: ...

Messagepar manu22 » sa fiche K
» 07 Déc 2018, 16:37

Jean-Phi a écrit:Je te copie-colle ce que j'avais écrit il y a quelques temps sur le sujet. Ca faisait suite aussi à des difficultés persos.
jean-phi a écrit:Je peux te parler de mon cas perso. Absence de motivation ou plutôt motivation en décroissance depuis quelques année (plus de fractionné depuis 3 ans, pas envie de me faire mal, etc.), j'ai complètement arrêté il y a un an avec les symptômes que tu décris : report au lendemain, sortie très light, course en fond de peloton ou annulation parce que j'avais pas envie. Et puis une dépression sévère avec un burn out en août et septembre qui a duré (dure encore) 4 mois d'arrêt de travail, envie encore amoindrie, je ne cours plus ni ne marche, etc.
Le plus emmerdant : La Prise de poids.
Je vais (un peu) mieux et tente de reprendre mais ce n'est plus comme avant (je cours depuis 17 ans). Je n'arrive pas à retrouver de vitesse (normal je suis lourd et ne fractionne pas), je n'ai plus envie de compétition ou plutôt d'ultra, je me désintéresse du monde de la compétition. Mais c'est pas grave au fond.
Ce qui compte c'est de prendre le temps. Aller marcher (ce que je fais de plus en plus souvent tous les jours. Pas beaucoup, 4, 5 ou 8 kms), je mets de la musique ou j'écoute la nature. Toutes ces choses que je ne faisais pas, obnubilé par mon chrono que j'étais. Quand je fais une course, je pars en dernier et je m'amuse à remonter si je peux (ou pas !) et surtout je suis libéré de cette idiotie qui a consisté à dire toujours plus. Pour dire : Avant 40 kms de sortie, c'était une "petite" sortie. Aujourd'hui 15 kms c'est une sortie (très) longue. Et alors ? L'essentiel est ailleurs.
Le seul hic c'est que je ne peux plus participer aux offs, je n'ai plus le niveau du tout : trop long, trop de D+, trop rapide pour moi. Il faut dire que Kikourou est un piège à bigorexiques. On ne se rend plus compte ! Moi qui en suis sorti, je lis sur off à lyon "sortie tranquille 25 kms 1100 de D+" ! C'est pas vrai que c'est tranquille. C'est énorme ! Mais quand on a la tête dedans on ne s'en rend plus compte.
Alors prend le temps, repose toi, tu sembles en avoir besoin selon ce que tu décris et si ça veut, ça reviendra. Tu vas pouvoir faire la grasse mat', ne plus se lever à 4h00 pour aller courir c'est le pied ! Plus besoin de tenir le plan pour être à l'objectif, tu feras la sortie que tu veux. En somme tu es LIBRE !
En attendant tu te seras ressourcé, découvert d'autres plaisirs et qui sait peut être même trouvé un autre centre d'intérêt.
Perso, j'ai compris qu'il n'y avait pas que la course dans la vie. Et c'est très bien ainsi. Même si parfois ça me manque aussi quand je vois ou lis les copains !

Ce que je peux en dire à ce jour. J'ai retrouvé un peu de motivation, ça reste toutefois en dents de scie. En 3 mois, j'ai fait autant de kms qu'en 9. J'ai même réussi à case quelques séances de fractionné et à ma grande surprise, c'est passé. Et pourtant ces séances me faisaient "peur".
J'ai quand même pu faire Le Puy Firminy et ai été heureux de boucler cette course. Ma STL a elle été écourtée... pour cause de motivation défaillante, suite à un nouveau coup dur.
Ce qui s'en dégage, c'est qu'il faut accepter cette démotivation, la faire sienne et analyser le pourquoi. Baisser la tête dans ces moments n'est pas signe de faiblesse mais de prise en compte de la difficulté de s'entraîner.
De toute façon, et Kikourou y contribue, nous somems dans un cycle infernal du toujours plus. Plus vite ou plus long, plus dur, plus loin, etc. Alors qu'il faudrait savoir se ressourcer, le calendrier pléthorique de janvier à décembre nous pousse à être constamment sur la brèche pour participer ax courses. Je pense que ce n'est pas sain.
La priorité c'est d'abord soi et sa famille, le boulot et la course ensuite. Un champion (D Chauvelier ?) disait que la course à pied était la chose la plus importante des choses secondaires. C'est parlant et c'est comme ça qu'il faut le prendre à mon sens aujourd'hui.
Prend le temps. Courage :)



merci beaucoup pour ce post.

pas envie de se faire mal, peur de grimper dans les tours, plus envie de se lever pour courir sous la pluie, j'ai tout ca, mais , comme je l'ai dit précédemment, je voudrais que ca revienne , car lorsque je courrais beaucoup ( à mon échelle, 50km par semaine, je trouve que c'est beaucoup) , je me sentais bien, "fort" , en forme, et , quelque part, fier de moi.
je vais faire le dos rond et attendre, ( en ce moment je fais une sortie par semaine , pour garder quand même un peu l'habitude) , peu être suivre le conseil de m'inscrire à une course comme objectif, mais sur une distance plus modeste que ce que je faisais avant.

Malheureusement, club et asso sont impossibles pour moi, car incompatibles avec ma vie professionnelle et familiale, j'ai quasiment toujours couru seul, et j'aime ca.

merci encore

Messagepar Jean-Phi » sa fiche K
» 07 Déc 2018, 17:05

manu22 a écrit:pas envie de se faire mal, peur de grimper dans les tours, plus envie de se lever pour courir sous la pluie, j'ai tout ca

Ce sont des signes d'épuisement. Physique peut être, psychique sûrement pour ce que j'en connais après y être passé.
manu22 a écrit:je voudrais que ca revienne , car lorsque je courrais beaucoup ( à mon échelle, 50km par semaine, je trouve que c'est beaucoup) , je me sentais bien, "fort" , en forme, et , quelque part, fier de moi.

Et oui, c'est bien normal de vouloir retrouver ces sensations mais ça ne peut pas revenir tout de suite. Si tu es réellement vidé (entendre se sentir vide de l'intérieur), il faut d'abord passer par une phase de reconstruction. Tu dis aimer courir seul, pourquoi ne pas aller marcher ? Tu vis dans une région magnifique où le coin se prête bien à la balade. J'ai redémarré comme cela. Par marcher. 4 ou 5 kms et 1 séance de course (dans le dur ou pas du tout. Puis marcher quasi tous les jours. Derrière, je me suis inscrit à une petite course de 15 kms (le trail de Paladru) qui s'est terminée en after chez un kikoureur. Je suis parti dernier et ai remonté tranquillement pour terminer pas très haut dans le classement (début de 20 moitié) mais sans avoir souffert. Et l'after, même si j'étais perdu, m'a aidé aussi à reprendre progressivement pied dans ma vie de sportif.
Ce que tu décris indique qu'il te faudra un peu de temps pour retrouver la même niak qu'avant. EN insistant tu vas t'écoeurer parce que les sensations ne seront pas là, les perfs pas au rdv et tu vas finir par te dire que ça ne sert à rien, que tu es perdu pour la course à pied. Ce quil faut que tu saches c'est que ton corps a une mémoire, je l'ai bien vu sur LPF ou ma récupération a été rapide. C'est la tête qui décide et là, ta tête semble dire non.
Le maître mot : LA PATIENCE.
Et c'est un impatient qui te le dit ! :lol: Les kiks lyonnais te le diront ;)

Messagepar KraKott » sa fiche K
» 09 Déc 2018, 13:01

Si tu as un manque de motivation à la CAP, essaye un autre sport qui est en complément.
Le VTT est top pour ça, car vu que tu fais uniquement du trail, tu restes dans les bois, tu vas forcement beaucoup plus vite donc tu vas moins ressentir de lassitude. Effort différent mais qui va te maintenir l'endurance et la puissance si tu ne le fais pas en sortie loisir mais bel et bien en sortie entrainement.
Tu as aussi l'escalade en salle ( bloc ) tu renforces ton corps ( gainage permanent ) qui te sera utile aussi en trail.
Et un peu de d'entrainement en salle ( muscu )histoire de faire un renforcement globale en puissance.
Pour rester motivé, y'a pas de secret, faut varier les plaisirs sinon la rengaine s'installe vite.

Messagepar akunamatata » sa fiche K
» 09 Déc 2018, 13:12

je prêche pour ma paroisse, mais le swimrun peut faire l'affaire, deux heures de swimrun équivaut à 4 heures de trail en terme d'expérience, sensations. Et l'ADN est le même: nature, autonomie, esprit de solidarité. La compétition est là, mais comme beaucoup sont là en mode découverte, la pression du résultat est moins forte pour l'instant.

Messagepar samontetro » sa fiche K
» 09 Déc 2018, 14:44

Je traverse aussi ce manque de motivation depuis un bout de temps. Suite à un ultra où j'ai vraiment "pioché" et qui faisait suite à des blessures....
D'emblée je te dirais, si tu ne cours plus, pratique d'autres activités sportives, quelles qu'elles soient pour garder un minimum de caisse.
Pour la motivation, rapproche toi d'organisations d’événements sportifs et va jouer le bénévole. Course à pied, vtt... etc. Tu y croiseras sans doute des potes et c'est bon pour la tête de s'intégrer dans une équipe et d'être aussi là pour les autres, les aiguiller, les encourager au ravito... Tu es dans la course et pas simplement au bord à encourager.

Messagepar Sabzaina » sa fiche K
» 09 Déc 2018, 14:49

Je vais suivre ce fil car je traverse exactement la même chose...

Messagepar Bert75 » sa fiche K
» 09 Déc 2018, 16:08

Chacun est différent dans ses envies, ses sources de motivation, mais après une bonne dizaine d'années de trail, ma "recette poir prévenir l'usure mentale (mais aussi et surtout limiter l'usure physique) :
- très peu dossards, 2 poir moi par an, pour préserver l'excitation de la course,
- faire un maximum de sports différents (natation, vélo,...),
- coupure annuelle de 3 mois sans course.

Là, je suis sorti la semaine dernière de ma coupure de course la semaine dernière et bien je peux vous dire que pluie, froid et autres n'ont aucun effet sur ma motivation pour sortir :D

Messagepar gwen35 » sa fiche K
» 10 Déc 2018, 17:12

Salut manu22,
J'ai plusieurs points en communs avec toi : breton, trail et moments de lassitude.
Les moments de lassitude sont humains et touchent beaucoup de personnes, en particulier dans le trail (investissement important, fatigue, usure physique et mentale...).
Hier soir, j'ai regardé intérieur sport sur François d'Haene qui évoque aussi ce sujet et doit trouver de nouveaux challenges.

Pour repartir, je pense qu'il faut bien gérer les cycles et trouver de nouvelles sources de motivation qui peuvent être variées (sportives, personnelles).
J'ai remarqué que tu as fait les principales courses de Bretagne. Il doit te manquer peut-être Guerledan et l'ultra marin. Peut-être que tu devrais essayer des trails ailleurs.

De mon côté, j'arrive à retrouver de la motivation en évitant de courir trop fréquemment les mêmes courses, en limitant le nombre de dossards (pour qu'une course reste un événement) et en découvrant d'autres régions, en particulier la montagne.

Messagepar manu22 » sa fiche K
» 10 Déc 2018, 17:21

Bonjour et merci pour vos messages.

hier donc, micro sortie, nocturne, sympa.
prochaine donc ce mercredi.

on va rester sur de la sortie cool, avant de réintroduire tout doucement plus de distance, et de l'intensité.

cette démotivation brutale m'a fait revenir à un niveau de de sensations équivalent (presque) à celui que j'avais avant de commencer la CAP, c'est tout de même un dur constat.
j'espère que tout celà reviendra vite, car comme dit précedemment, il me manque quelques trails bretons que je n'ai pas encore fait (guerlédan, BUT, trail du bout du monde)

par contre, aller courir dans d’autres régions est compliqué pour moi, pour des raisons de logistique familiale et professionnelle, et j'ai tellement de sentiers ici :wink:

a+

Messagepar vinch64 » sa fiche K
» 10 Déc 2018, 20:05

En ce qui me concerne, je retrouve l'envie après un break que je me suis imposé grosso modo de décembre 2017 à août 2018. J'étais arrivé à un point où même sans objectif, je culpabilisais de ne pas faire 4 séances, ce qui devenait totalement absurde.
Pendant ces 8 mois, j'étais loin d'avoir arrêté. Je courais tout de même 2 fois par semaine en moyenne (ce qui est très peu sur Kikourou et beaucoup dans la "vraie" vie) mais seulement quand j'en avais vraiment envie (donc parfois pas de sorties hebdo). J'ai coupé le lien avec Kikourou durant cette phase car pour moi, difficile de me "désintoxiquer" sans ça. J'ai retrouvé l'envie avec des amis qui m'ont proposé de faire le 10km d'un triathlon M. Ça m'a donné envie de poursuivre sur un objectif que j'avais depuis un moment : le marathon en moins de 4h.
Mission réussie il y a 2 semaines et là, repos depuis 15 jours (une sortie cap et une vélo).
Et voilà, je suis de retour. :mrgreen:
Dernière édition par vinch64 le 10 Déc 2018, 20:39, édité 1 fois au total.

Messagepar Sabzaina » sa fiche K
» 10 Déc 2018, 20:12

vinch64 a écrit:je culpabilisais de ne pas faire 4 séances,


Voilà c'est ça :?

Messagepar Benman » sa fiche K
» 10 Déc 2018, 21:11

Perso, je me ménage chaque année une coupure complète de CAP pendant 3 semaines, après la dernière course de l'année (donc début décembre depuis 5-6 ans).
Cela me permet de me régénérer physiquement et psychiquement, et changer un peu de mode de vie en cassant la routine.
Jusqu'à présent j'ai toujours ré-attaqué à noël avec une grosse envie (et une petite forme, mais qui revient finalement assez vite).
Cette année, j'avais un peu hâte d'arriver à la coupure... c'est clair que parfois trop c'est trop...

Messagepar Galaté57 » sa fiche K
» 10 Déc 2018, 21:34

Sabzaina a écrit:
vinch64 a écrit:je culpabilisais de ne pas faire 4 séances,


Voilà c'est ça :?


Culpabilité vis à vis de qui ?
De soi ? Du regard des autres même via un écran ?

Car c'est là aussi le problème pour beaucoup, la surenchère, faire mieux que les autres..
Il faut apprendre à penser à soi, j'ai pas dit devenir égoïste :mrgreen: mais, penser que la première satisfaction à trouver c'est son plaisir et partager ensuite ce plaisir.

Messagepar Sabzaina » sa fiche K
» 10 Déc 2018, 21:35

Oui de soi. Pas des autres non

Messagepar Galaté57 » sa fiche K
» 10 Déc 2018, 21:43

Sabzaina a écrit:Oui de soi. Pas des autres non


Et cela sert à quoi de culpabiliser ?
C'est l'éternelle question d'avoir des remords ou des regrets..
Il faut savoir s'accepter, la personne d'hier n'est pas la même que celle d'aujourd'hui, c'est naturel mais il faut accepter aussi que l'on ne peut être toujours meilleur, accepter ces limites.

Messagepar Sabzaina » sa fiche K
» 10 Déc 2018, 21:47

Mais ça ne sert à rien, je suis bien d'accord avec toi.
Là il est question de caractère...On peut pas se refaire du jour au lendemain.
Accepter ses limites et voir ses limites se réduire, ça passe par de l'acceptation, progressive , très progressive

Messagepar Galaté57 » sa fiche K
» 10 Déc 2018, 22:00

Sabzaina a écrit:Mais ça ne sert à rien, je suis bien d'accord avec toi.
Là il est question de caractère...On peut pas se refaire du jour au lendemain.
Accepter ses limites et voir ses limites se réduire, ça passe par de l'acceptation, progressive , très progressive


Bien d'accord avec toi
Encore un mal de notre époque, le manque de patience,
Une vie c'est 75 ans en moyenne, voir plus, inutile de vouloir la concentrer sur 5 ans, sinon que faire après des 70 autres années ? :mrgreen:

Messagepar Sabzaina » sa fiche K
» 10 Déc 2018, 22:04

:)

Messagepar vinch64 » sa fiche K
» 10 Déc 2018, 23:34

Galaté57 a écrit:Et cela sert à quoi de culpabiliser ?


A rien et ça en devient absurde... Mais il peut être difficile de lutter contre.
En creux, on peut y voir la peur de régresser, de se laisser aller,...

Messagepar Jean-Phi » sa fiche K
» 11 Déc 2018, 09:31

vinch64 a écrit:
Galaté57 a écrit:Et cela sert à quoi de culpabiliser ?


A rien et ça en devient absurde... Mais il peut être difficile de lutter contre.
En creux, on peut y voir la peur de régresser, de se laisser aller,...

Dans tous les cas, la régression finit par arriver malgré l'entraînement.
Entre être moins performant mais en forme vs mes congénères et me laisser aller, j'y vois une marge.
Bien sûr que c'est difficile de maintenir un rythme mais il faut accepter que la vie est faite aussi d'aléas qui prennent le dessus. Que vaut-il mieux ? Préserver son niveau de coureur ou préserver sa vie perso ?
Mon choix est vite fait. Je le redis. La course (et le sport et les loisirs en général) est la 2nde chose la plus importante. Au passage, on ne peut être bien dans sa vie sportive que si le reste suit. Pas l'inverse qui aurait tendance à accentuer le mal être. Mais c'est un autre sujet... ;)

Messagepar vinch64 » sa fiche K
» 11 Déc 2018, 10:02

Jean-Phi a écrit:Dans tous les cas, la régression finit par arriver malgré l'entraînement.
Entre être moins performant mais en forme vs mes congénères et me laisser aller, j'y vois une marge.
Bien sûr que c'est difficile de maintenir un rythme mais il faut accepter que la vie est faite aussi d'aléas qui prennent le dessus.


Je suis totalement d'accord avec toi mais quand on est pris dedans, on a beau en être conscient, on continue...
Ce sont les premiers mois qui ont été compliqués avec les derniers relents de culpabilité et surtout mon poids sur la balance... :lol:

Messagepar Galaté57 » sa fiche K
» 11 Déc 2018, 10:21

vinch64 a écrit:
Jean-Phi a écrit:Dans tous les cas, la régression finit par arriver malgré l'entraînement.
Entre être moins performant mais en forme vs mes congénères et me laisser aller, j'y vois une marge.
Bien sûr que c'est difficile de maintenir un rythme mais il faut accepter que la vie est faite aussi d'aléas qui prennent le dessus.


Je suis totalement d'accord avec toi mais quand on est pris dedans, on a beau en être conscient, on continue...
Ce sont les premiers mois qui ont été compliqués avec les derniers relents de culpabilité et surtout mon poids sur la balance... :lol:


Faut changer de balance !! :mrgreen:
Sérieux, j'ai aussi culpabiliser quand je réalise qu'au fil des ans ma courbe est ascensionnelle ..
En 20 années, suis passé de 67 à 73 kg et hier soir, j'ai remarqué la disparition d'un abdo caché par un début de bidon...
Bref, l'image du miroir est terrible.

Messagepar doudouX » sa fiche K
» 11 Déc 2018, 10:40

D'autant plus qu'avec les objectifs sportifs qui s'envolent, le régime alimentaire aussi...
Je me contraint à au moins une sortie par semaine avec mon club de course et j'ai encore du mal à trouver du plaisir. D'autant plus que la combinaison "quadri / genou" ne s'arrange pas vraiment.
Donc je me tourne vers la piscine. Les sensations sont meilleurs au fur et à mesure.

Je m'oriente aussi vers des sorties courtes et très calme le we, mais seul. Ce que je ne fesais plus. Je pourrais ainsi un peu plus me concentrer sur mon allure propre.

Je me donne un objectif sans pression particulière : le marathon de Paris à allure très calme avec une collègue et ma femme. On s'en fout du temps passé. Et en récupérant deux dossards quelques jours avant via "la bourse des blessés" :wink: . Comme ça, aucune pression sur le fait d'être "prisonnier" d'un dossard prit trop en avance.

Messagepar Cheville de Miel » sa fiche K
» 11 Déc 2018, 10:43

Faut être bienveillant avec soi!
Le manque d'envie c'est aussi un signal du corps qui nous dit stop! On est pas tous fait pareil à pouvoir enchaîner, et si on va dans l’extrême comme JM Touron, j'ai l'impression qu'il n'a plus couru depuis son exploit, son témoignage serait intéressant à avoir.(après je le connais pas perso peut être que je me trompe)
Je me rends compte qu'il m'a fallu pratiquement 3 mois de coupure pour que mon corps et ma tête se remette de la SP.
Oui c'est dure de recommencer à courir on a l'impression d'être une grosse loche, mais c'est pas grave, faut juste remettre le short, même pour 30mn à allure très faible. Pour redémarrer je sors 3 fois par semaine mais sur des petites distances. ça revient vite le tout et d'être a peu près régulier. Dimanche j'ai pu faire 1H30 à un rythme correct pour moi, je remonte un peu les distances, je fais du fractionné avec le club du village, je vais inséré une 4eme séance a partir de mi-décembre.
Et doucement l'envie revient!!!!!

@Plouf

R

Messagepar Jean-Phi » sa fiche K
» 11 Déc 2018, 10:55

Il y a un truc aussi dont on ne parle pas trop ici. Chaque année, les ambitions sont de faire mieux, comprendre plus de kms et/ou de D+. Or, c'est la variété qui amène le plaisir. Alors que lorsque l'on cherche uniquement à faire toujours plus long ça devient lassant : on reproduit les mêmes gestes, les mêmes plans de prépa, mêmes protocoles alimentaires, inscriptions diffiicles à diversifier, course aux points ITRA, etc.
C'est chouette l'ultra au demeurant mais je crois fondamentalement qu'il faudrait varier d'une année sur l'autre pour s'épuiser (merntalement) moins vite.
Cette année, j'axe une très grande partie de ma saison sur du court voire très court (10 kms). Chose que je n'avais pas fait depuis des années. L'an prochain on verra bien. Long ? Court ? Ultra ?
Et pourquoi pas une année off sans dossard mais que de la rando ?
On a la chance d'avoir un sport qui permet tout cela et curieusement on n'en profite pas :|

Messagepar miniping » sa fiche K
» 11 Déc 2018, 11:49

Jean-Phi a écrit:C'est chouette l'ultra au demeurant mais je crois fondamentalement qu'il faudrait varier d'une année sur l'autre pour s'épuiser (merntalement) moins vite.
Cette année, j'axe une très grande partie de ma saison sur du court voire très court (10 kms). Chose que je n'avais pas fait depuis des années. L'an prochain on verra bien. Long ? Court ? Ultra ?

Voire un autre sport !
Du ski de fond ? Des cyclosportives à vélo de route ? Un tri ? Du ski alpi ?
Je ne sais pas comment font beaucoup ici pour courir toute l'année. L'hiver c'est course à pied plaisir seulement quand je veux et ski de rando ou ski de fond en entraînement. Déjà avec ça ma motivation s'étiole parfois, donc je n'ose imaginer sans !

Aussi cette année j'ai découvert le VTT et les longues traversées qui pouvaient être faites avec, donc je me suis mis des journées super instructives à découvrir quelque chose de totalement nouveau en faisant 8h d'entraînement !

Messagepar Jean-Phi » sa fiche K
» 11 Déc 2018, 11:57

miniping a écrit:Voire un autre sport !

Oui, aussi. C'est pas trop mon cas même si je l'envisage mais en effet, c'est une bonne alternative pour qui veut/peut.

Suivant Retour vers [CàP] Course à pied, trail, marathon, route

Accueil - Haut de page - Version grand écran