Prise de cortisone et course à pied

Discussions sur des sujets "sérieux" en rapport avec la course à pied.
Entrainement, physiologie, nutrition, blessures, gestion de course, ...

Messagepar Free Wheelin' Nat » sa fiche K
» 16 Juin 2017, 21:07

Il se peut qu'à court terme je doive attaquer un traitement , donc je voulais savoir si l'un ou l'une d'entre vous est passé par là .
J'ignore totalement si on peut courir en étant sous traitement (j'ai pas dit faire un trail...) sans danger.
Pour l'instant je fais tout pour éviter d'y passer , j'attends un traitement alternatif , et après , j'avise.

Messagepar Vik » sa fiche K
» 17 Juin 2017, 09:31

"Faire un trail" ça veut dire participer à une compétition de trail ou courir dans la nature ?

Pour ce genre de sujet ce devrait plutôt être une question à poser à ton médecin, non ?

Messagepar Fredo2l_Esterel » sa fiche K
» 17 Juin 2017, 09:42

Produit dopant, antalgique,anti-stress , anti-inflammatoire, la liste est longue tu vas te sentir euphorique inarretable . Le hic c est que tu tires sur la corde.
A quelle dose? Combien de temps?
Rien à voir avec la course à pieds, je viens du volley, on constate un bordel au niveau des hormones, degradation des cartilages et tendons, certes tu ne sentiras pas de douleurs, mais le conséquences sont lourdes à long terme si tu persistes.

Messagepar Galaté57 » sa fiche K
» 17 Juin 2017, 13:30

Il fut une époque où quand ton corps était malade, il était de principe de ne pas lui demander d'effort supplémentaire que celui à l'aider à se soigner et récupérer..

Messagepar philtraverses » sa fiche K
» 17 Juin 2017, 13:42

Galaté57 a écrit:Il fut une époque où quand ton corps était malade, il était de principe de ne pas lui demander d'effort supplémentaire que celui à l'aider à se soigner et récupérer..


Fort bien, mais alors cela impliquerait pour FWN d'arrêter de courir sachant que son problème est chronique il me semble et je trouve un peu malvenu de la culpabiliser.

Messagepar florès » sa fiche K
» 17 Juin 2017, 13:54

Cela va dépendre de ce que tu entends par courir. Un petit footing de temps en temps sera peut-être possible. Mais, le mieux est d'en parler au médecin.
Après, il est clair que la compétition est impossible, la cortisone étant sur la liste des produits interdits.

Messagepar Galaté57 » sa fiche K
» 17 Juin 2017, 14:19

philtraverses a écrit:
Galaté57 a écrit:Il fut une époque où quand ton corps était malade, il était de principe de ne pas lui demander d'effort supplémentaire que celui à l'aider à se soigner et récupérer..


Fort bien, mais alors cela impliquerait pour FWN d'arrêter de courir sachant que son problème est chronique il me semble et je trouve un peu malvenu de la culpabiliser.


Je n'ai pas écris "arrêter" mais "demander un effort supplémentaire".
Bien au contraire, parfois le sport peut aider à guérir.
Mon message se veut préventif et comme déjà dit plus haut, seul le médecin qui a prescrit son traitement est à même de la conseiller sur sa pratique sportive et dans quelle mesure.
Mais certainement pas des réponses via un forum, où chacun va la "conseiller", raconter sa pathologie, dire que la pratique sportive lui a été bénéfique ou non ... alors que chaque thérapie se doit être adaptée uniquement à l'individu qui en bénéficie.

Messagepar banditblue29 » sa fiche K
» 17 Juin 2017, 20:49

La compétition est possible, il y a les A.U.T. pour ça.
Y a pas de raison que y ait que les gens qui n'en ont pas besoin qui y ait recours.
Évidemment ce n'est pas gratuit.

Messagepar Free Wheelin' Nat » sa fiche K
» 17 Juin 2017, 21:02

Le message était donc principalement:
-puis-je courir (et naaaaan Vik, hors de question de participer à aucune compète)
-quelqu'un en a t-il fait l'expérience?

Bon, je sais très bien quels sont les effets secondaires (déjà été sous corticothérapie, mais à l'époque je ne courrais pas encore à ce rythme), comme je sais que le solupred (comme le colofoam qui n'est pas par voie orale)..., sont sur la liste des produits dopants.

Philtraverses a mis la souris sur mon problème à savoir que oui, c'est crohnique (jeu de mots, moi c'est la RCH) , et que oui, si je m'arrête de courir je vais vraiment me sentir malade , c'est de continuer à vivre trail qui me tient (les endorphines... ça aide à limiter les dégâts, les maladies auto-immunes sont assez liées à la forme psychique )
Pour l'instant je vis encore normalement aux yeux des autres (à part des coups de fatigue de temps à autre ) et j'ai la chance de vivre une forme modérée de la maladie, j'ai encore ma tuyauterie et une vie sociale ...
Alimentairement je suis privée de pas mal de trucs, mais je surveille de très près mes apports.

Alors mes toubis... :roll: Mon gastro semble assez éloigné du sport et mon généraliste, ben, il est pas gastro :lol:
Cela dit, je dois quand même savoir un peu où en est mon bilan sanguin donc ce sera l'occasion de poser la question des fois que...

Mais avant ça , j'ai un Verdon à courir, et j'y tiens.

Val, je viens de lire ton message :wink: , mais si j'aurais dû en demander une pour l'ultra de Lure (j'ai juste lu que ça "pouvait induire une réaction positive" gna gna gna... et pas que c'était sur la liste :x ) , là c'est vraiment de la cortisone ,c'est pas sain du tout comme produit et surtout, ce ne serait pas "sportif" envers mes concurrentes...

Messagepar banditblue29 » sa fiche K
» 17 Juin 2017, 21:24

Free Wheelin' Nat a écrit:Val, je viens de lire ton message :wink: , mais si j'aurais dû en demander une pour l'ultra de Lure (j'ai juste lu que ça "pouvait induire une réaction positive" gna gna gna... et pas que c'était sur la liste :x ) , là c'est vraiment de la cortisone ,c'est pas sain du tout comme produit et surtout, ce ne serait pas "sportif" envers mes concurrentes...

Si tu ne cours pas pour la gagne, je vois pas ce qui dérange.
En vrai, les corticoïdes, la cortisone exposent les tendons donc pour les ménager, ce pourrait être une piste de viser du plus court, et de courir en mode balade :wink: .
Bon courage :| .

Messagepar Pieromarseille » sa fiche K
» 17 Juin 2017, 21:36

Du courage Nath ! Sale truc mais je pense que tu as raison de ne pas lâcher le trail pour autant. Arriver, si on peut, à ne pas se considèrer comme malade, c'est préserver l'essentiel. Ce qui n'empêche pas de prendre ses traitements si nécessaire, bien sûr, ni de procéder à quelques adaptations. Mais ne supprime surtout pas ce qui est important pour toi.

Messagepar Arclusaz » sa fiche K
» 18 Juin 2017, 12:02

courage Nath !!!
n'arrête pas le sport mais adapte le temporairement à ta maladie qui, bien que chronique, évolue au fil du temps. Nous en avons déjà parlé, je connais un peu le sujet par personnes interposées.

Il y aura des périodes de crise (comme celle que tu vis actuellement) et de longues périodes de rémission où tu pourras tout faire normalement.

Tu as la chance d'habiter dans une région qui se prête merveilleusement au trail. Tu peux pratiquer sans participer à des courses, en sous-régime,en étant plus contemplative. Idéalement pendant cette période, fais de la montagne/trail avec quelqu'un de moins rapide que toi, initie quelqu'un, encadre des groupes. C'est un formidable plaisir et ça économisera ton organisme.

A bientôt

Messagepar olivier1967 » sa fiche K
» 18 Juin 2017, 13:36

Bonjour,

Je ne suis pas medecin, je n’ai pas de conseils a donner et je ne prends plus de dossards depuis un an pour cause de depart a l’etranger… Juste une experience personnelle a partager.

Autre probleme systemique mais meme type de traitement depuis pas mal d annees. Dosages variables selon les periodes entre fortes poussees et calme plat. Les choses devenant plus compliquees a un moment, il a fallu passer au stade superieur. Bon, j’ai pas perdu le peu de cheveux qui me restent, mais j’ai passe pas mal de temps la tete dans la cuvette des toilettes.

Bref, ca m’a tellement contrarie que j’ai decide de m’inscrire a une course alors que je me contentais jusqu’a lors de courir tout seul. Rien de glorieux au niveau des temps mais j ai fini ma premiere course a peine 2 mois apres l’arret du traitement. Trois mois de plus et je me suis offert un grp. Le grand seulement, parce que l’ultra… faut pas exagerer….

Depuis, j’ai pu courir, meme si j'ai du repartir periodiquement sur un traitement identique au tien . Aucun podium en vue mais au moins j’ai pu prendre quelques dossards tout les ans et finir la plupart de mes courses.

Donc, pour mon experience personnelle: Oui, je peux courir. Et d’apres both mon generaliste et mon specialiste, c’est meme recommande.

Bon courage dans tous les cas et bonnes courses.

Messagepar franck de Brignais » sa fiche K
» 18 Juin 2017, 14:10

Hello Nat'...
Je peux partager mon expérience sur le sujet. (on avait déjà échangé en MP il y a quelques années... un petit problème commun...)
J'ai été, à plusieurs reprises, sous cortisone pour traitement (traitement est un grand mot, "maîtrise" plutôt d'une maladie auto-immune).
J'ai pris ce traitement pendant que je courrais. Ce traitement faisait tellement partie de la maladie que je ne me suis jamais même posé la question pour la compétition : j'ai fait la 6000D, en 2012, sous cortisone. Pour les grincheux qui pourraient être choqués par ça : j'ai fini 901ème sur 1000, l'intégrité du sport est sauvé :wink: .
Courir est ma seule façon de gérer cette p..... de maladie, c'était le cas à l'époque au moment des poussées, c'est toujours le cas aujourd'hui, en rémission depuis 4 ans.

Je n'ai eu aucune conséquence physique à un entraînement un peu poussé. Lorsque j'avais interrogé le gastro entérologue à l'époque pour avoir son avis, il m'avait simplement dit "Tout ce qui vous fera du bien au moral, vous prenez. Course à pied ou saut en parachute, ne vous posez pas la question... allez y !"

Il faut juste avoir en tête que la cortisone va masquer les effets de la fatigue. Tu peux donc être tentée par des sorties plus longues ou rajouter des séances d'entraînement. Ne le fais pas, tu risquerais une blessure à trop en faire.

Sinon ne te pose pas plus de questions : continue à courir, garde la charge d'entraînement et fais toi plaiz' !! :D :wink:

Messagepar Free Wheelin' Nat » sa fiche K
» 18 Juin 2017, 22:52

Merci à tous pour vos interventions!
Galaté, ton intervention est très pertinente, il est facile effectivement de croire ce qui nous arrange et de trouver plus de réconfort dans les paroles de potes de course que dans celles des médecins...
Pas que je ne leur fasse pas confiance (c'est vrai quoi, confier son fondement à un inconnu , il en faut un minimum :lol: ), mais côté gestion morale de la maladie, bof...
J'ai encore assez de recul pour faire la part des choses , y'a pas de souci, comme je comprends parfaitement le questionnement des personnes qui me voient continuer de tourner à 4 sorties/semaine ... Pour eux si je suis fatiguée , c'est parce que je cours . Je pense que certains comprendront quand je dis que justement mon énergie , je la tire de là :D
Quoi qu'il arrive, à terme je compte bien poser la question à un toubi , et comme mon objectif en tant que V2 c'est de finir V4, faudra bien que je fasse un minimum attention pour y arriver :wink:
Déjà, si je sais que cortisone et activité physique ne sont potentiellement pas incompatibles, cela me rassure. Quelques cartouches en plus pour garder la gnacque... Je prends... 8)

Messagepar valdes » sa fiche K
» 19 Juin 2017, 07:24

Quoi que tu décides en tous les cas : juste bon courage ...

Ce n'est pas facile de gérer une affection de longue durée, souvent à vie même ...

Messagepar Japhy » sa fiche K
» 19 Juin 2017, 07:28

Comme quoi c'est bien d'en parler sur un forum, ne serait-ce que pour recueillir le témoignage de ceux qui sont dans un cas similaire.

Par contre, c'est vrai que cette phrase cause un peu interrogation:

Free Wheelin' Nat a écrit:si je m'arrête de courir je vais vraiment me sentir malade , c'est de continuer à vivre trail qui me tient (les endorphines... ça aide à limiter les dégâts, les maladies auto-immunes sont assez liées à la forme psychique )


Est-ce qu'il n'y aurait pas quand même moyen de ne pas simplement compter sur une seule activité physique très exigeante, donc soumise à des risques divers qui peuvent arriver à tout le monde (surentraînement, blessures etc), pour se sentir bien psychiquement ? Ce n'est pas propre à ton cas, c'est un cas très fréquent.
Je connais bien le coup des endorphines, c'est pour ça que ça ne m'a jamais choquée que les gens extérieurs parlent de drogue à propos du sport. Il m'est arrivée d'aller courir ou nager fort avant des réunions importantes, histoire de faire baigner mon cerveau dans un jus calmant pour ainsi dire. C'est un bon truc mais est-ce que c'est la seule solution ? Et surtout je crois que c'est une énorme erreur de mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Récemment j'ai découvert qu'il y avait d'autres façons de se sentir bien, qui n'étaient pas de l'ordre du défoulement. Des choses à faire en amont et qui pouvaient constituer une base solide pour affronter les petits tracas de la vie (je ne parle pas d'affronter des drames personnels hein). Je crois que chacun peut trouver d'autres sources d'apaisement et de renforcement psychique sans tomber dans la dépendance vis-à-vis d'une activité qui n'est pas sans risque comme je le disais plus haut.

J'ai la chance de ne pas avoir de graves soucis physiques (ni psychiques) mais l'an dernier j'ai expérimenté quelque chose de particulier, une très grande fatigue et des douleurs articulaires très pénibles. Pendant plus de deux mois je courais en ayant envie de pleurnicher tellement je trouvais ça crevant. La boule dans la gorge sur la prom même où il y avait eu un drame moins d'un mois plus tôt, je me suis dit que c'était quand même la honte.
Depuis ça va beaucoup mieux, je n'ai plus de douleurs articulaires, mais la fatigue est toujours là et je suis tjs incapable d'encaisser un entraînement "normal", en tout cas ce que je faisais avant. Pour l'instant, ou peut-être pour toujours allez savoir, je ne peux pas envisager de compètes longues, ni même un plan marathon. Mais je suis arrivée à m'en moquer, j'ai découvert plein d'autres choses à vivre et à aimer, et je vais très bien.

Je crois qu'on manque parfois d'imagination et de confiance en nous et dans le monde et le futur. Il ne faut pas se dire "je ne tiendrai jamais si je dois arrêter ou diminuer", c'est une violence qu'on se fait, une auto-illusion, et une chance qu'on se retire à soi-même. C'est le contraire de la bienveillance envers soi-même. Tu vas me dire "oui mais je me connais bien, je sais que ça se passera comme ça", ben non, on ne se connaît pas toujours bien, on peut se surprendre soi-même, on ne doit pas s'enfermer dans une cage.

C'est pour ça que j'aime bien le message d'Arclu parce qu'il contient de l'imagination (des idées de pratique adaptées à une situation actuelle et pas forcément définitive) et de la confiance (découvrir qu'on est apte à aider d'autres à se lancer dans cette activité).

Pour finir, une petite phrase de Chogyam Trungpa, qu'on peut lire même si on mange de la viande :mrgreen: :
"Pour se libérer de sa prison, il faut abandonner son intention de s'évader, et accepter les murs tels qu'ils sont".
Ce qui ne veut en aucun cas dire qu'il faut se résigner, juste qu'il faut faire avec notre état, sans le nier ou faire semblant de l'oublier, et construire dessus.

Messagepar Free Wheelin' Nat » sa fiche K
» 19 Juin 2017, 22:24

Effectivement, il y a une vie en dehors du trail :wink:
Pas pour rien que j'ai acquis il y a quelque temps une voile montagne, pour avoir le plaisir de monter sans savoir par quel moyen je vais descendre, en associant deux plaisirs pas du tout incompatibles! ( d'ailleurs cette année en juillet il y a la XAlps, course parapente/trail qui part d'Autriche, je crois, pour arriver à Monaco, d'ailleurs Benoit Outters vainqueur de l'UTCAM 2015 y participe, c'est notre Killian du 06 :lol: !)
Avoir plus de lien social me plaîrait surement, même carrément, mais c'est sans compter ma sauvagerie, mon emploi du temps à la con et l'isolement ( mais rien n'est impossible pour peu qu'on essaye...) .
Une fois face à la situation on l'accepte mieux, et si j'ai fait des efforts par rapports à l'acceptation d ans ecette maladie (pas d'hospitalisation prévue cette fois-ci :lol: ), sans être dans le déni comme il y a 6 ans ,c'est pas encore ça :roll: j'ai beaucoup de travail à faire là dessus encore.
Après, vous avez raison, ça me donnerait l'occasion d'expérimenter plein de choses , et d'en approfondir d'autres, bousculer un peu mon petit train-train et oser regarder ailleurs.
Merci pour ce recadrage :wink:
Les réponses obtenues sur ce fil vont toutes m'aider à voir la chose sous un autre angle... Ce que j'essaye actuellement marchera peut-être, peut-être pas, mais je pense attaquer le moment redouté un peu plus sereine désormais.
Merci à tous :D

Retour vers [CàP] Course à pied, trail, marathon, route

Accueil - Haut de page - Version grand écran