[Dossier] Approche minimaliste, 180 Fpm? Posture? Educatif?

Discussions sur des sujets "sérieux" en rapport avec la course à pied.
Entrainement, physiologie, nutrition, blessures, gestion de course, ...

Messagepar Franch » sa fiche K
» 05 Jan 2018, 09:26

Nine14 a écrit:
Franch a écrit:...Une bonne synthèse se trouve dans les vidéos de courir intelligent : http://www.couririntelligent.fr/videos/ qui met en avant le fait que l'attaque talon ou médio n'est qu'une vision partielle, réductrice et pas nécessairement juste du problème.


La vidéo est exceptionnelle mais de mon point de vue, elle contient une erreur.
Et cette erreur est d'ailleurs en contradiction avec ce qui est dit dans le reste de la vidéo.

Cette erreur (je rappelle que c'est "de mon point de vue") est juste une erreur de terminologie mais pour moi, elle me semble fondamentale.

En effet, le narrateur utilise le vocable "AERIEN" et "TERRIEN" pour qualifier la foulée.
De mon point de vue, c'est une erreur.


Je pense que l'utilisation de ces termes est une réponse à Cyrille Gindre qui justement chercher à classer les coureurs dans ces 2 catégories avec le postulat que l'on est naturellement plus enclin à utiliser la chaine posterieur ou inferieur et que l'on ne doit pas chercher à changer.

Ces termes ne sont pas forcement judicieux, est-ce que le "TERRIEN" qui court a 120ppm avec de grandes foulées et plus collé au sol que l'"AERIEN" a 180 ppm qui donne l'impression de piétiner sur place?

On voudrais tous être un chamois ou un guépard agile, mais un rhinocéros c'est bien aussi ;-)

Messagepar giloubee » sa fiche K
» 06 Jan 2018, 23:05

Bonsoir,

la conférence de Grenoble début décembre avec 4 grands spécialistes de la CAP étaient intéressante à pus d'un titre. Parce qu'elle confirme indirectement l'engouement croissant pour le trail et la CAP, et un questionnement fort des pratiquants sur l'approche minimaliste, ou tout du moins la modification de la foulée.

Il va sans dire, que la conférence était un temps soit peu orientée car sur les 4 intervenants, 2 sont adeptes du minimalisme, Solel et Brigaud; Blaise Dubois est défenseur du changement de foulée, et seul Cyrille Orton avait une position plus proche du maximalisme.

Ce qui est à noter, c'est que finalement chaque auditeur ne pouvait entendre que ce qu'il voulait bien. C'est le sentiment que j'ai eu en discutant avec des participants après la conférence. Les "pro" minimalistes étaient gonflés à bloc, les curieux avaient leur curiosité renforcée tant le champ des possibles est riche et grand avec une diminution des blessures à la clé, tandis qu'on expliquait au "maxi" de ne surtout pas changer d'approche si la leur leur va bien !

Quoi qu'il en soit, il est remarquable que le sujet ait mobilisé 900 personnes sur l'agglo grenobloise, soit le plus grand amphi du campus étudiant de Sainst Martin d'Hères plein! Il y a 10 ans, je parie que seule une poignée d'adeptes se serait déplacé, preuve que le sujet fait débat.


Je rejoins la position de Twi, étant moi même convaincu par la course minimaliste. J'ai acquis la conviction que ce type de foulée, et d'approche car il ne s'agit pas que de foulée, transcende la course à pied. Le sentiment de liberté de mouvement, la tonicité, le retour sensoriel sont exceptionnels. J'emploie pour ceux qui connaissent, une analogie entre escalade et CAP. A quel grimpeur viendrait l'idée de grimper avec des gants ?? Pas de sensation, doigts gourds, mauvaise tenue des prise, etc. Alors quelle idée de courir avec 3 cm d'amorti sous les pieds...

Bref, je ne vais pas à moi tout seul convaincre une immense majorité de coureurs que leur foulée peut changer. Si je peux éveiller la curiosité de certains, sans un objectif d'être plus performant, mais juste de comprendre comment des gens non extra terrestres peuvent courir sur tous les types de terrains sans l'aide de technologie "marketée", sans être masochiste, alors j'aurai cette fierté d'avoir refait vivre l'enfant curieux qui sommeille en chacun de nous.

Gilles

Messagepar Quentin71 » sa fiche K
» 06 Jan 2018, 23:21

Tu cours en quoi du coup ? Pieds nus peut être ?

Messagepar giloubee » sa fiche K
» 06 Jan 2018, 23:45

Quentin71 a écrit:Tu cours en quoi du coup ? Pieds nus peut être ?


J'ai commencé en five fingers KMD il y a 4 ans environ. Puis j'ai rapidement acheté des VVF Spyridon pour le trail/montagne/rando.

J'ai eu par la suite des VVF KSO, que j'ai trouvé vriament top mais trop fragile. Il faut dire qu'elles sont données pour l'intérieur et que faisais de la route et des chemins.

A ce jour, j'ai toujours des Spyridon et une paire de Vivobarefoot Primus pour la course en plaine.

Messagepar Quentin71 » sa fiche K
» 06 Jan 2018, 23:46

Ok
J'ai des trek ascent pour la vie de tous les jours : maison / ballade depuis 1 an et demi. Quel confort !
Mais j'aimais osé faire quelques km...

Messagepar Trixou » sa fiche K
» 08 Jan 2018, 12:40

giloubee a écrit:Bref, je ne vais pas à moi tout seul convaincre une immense majorité de coureurs que leur foulée peut changer. Si je peux éveiller la curiosité de certains, sans un objectif d'être plus performant, mais juste de comprendre comment des gens non extra terrestres peuvent courir sur tous les types de terrains sans l'aide de technologie "marketée", sans être masochiste, alors j'aurai cette fierté d'avoir refait vivre l'enfant curieux qui sommeille en chacun de nous.

Gilles


Malheureusement on peut être convaincu et ne pas réussir à franchir le cap. Ca fait 2-3 ans que j'ai changé de foulée, maintenant ca semble acquis (même si avec la fatigue la foulée repasse vers l'arrière au bout d'un certain temps), mais j'ai dû laisser tomber les chaussures minimalistes, impossible de monter en charge (très progressivement) sans me flinguer les mollets. On verra peut-être plus tard.

Gilles

Messagepar Twi » sa fiche K
» 08 Jan 2018, 14:30

Trixou a écrit:
mais j'ai dû laisser tomber les chaussures minimalistes, impossible de monter en charge (très progressivement) sans me flinguer les mollets. On verra peut-être plus tard.


Je ne sais pas si c'est la solution à ton problème, pour ce qui me concerne, les exercices de musculation du pied m'ont beaucoup aidé.
En gros, ça consiste à s'efforcer de tenir sur l'avant du pied avec, puis sans l'aide de bâtons, sur une planche inclinée dans différentes directions ; ça refait travailler tous ces petits muscles ankylosés par les boîtes rigides dans lesquelles on les enferme.

J'avais trouvé ça dans Fred Brigaud et/ou Eric Orton, je sais plus. :roll:

Messagepar miniping » sa fiche K
» 08 Jan 2018, 15:04

Des exos de PPG peuvent aider: https://youtu.be/Z8G_1sVoakA

Après tu es peut être dans la catégorie que Cyril Gindre appelle les "terriens". Je ne suis pas convaincu personnellement de ce qu'il avance mais il semble le prouver dans ses publications sur lesquelles il faut que je me penche...

Messagepar Twi » sa fiche K
» 08 Jan 2018, 15:05

Quentin71 a écrit:Tu cours en quoi du coup ? Pieds nus peut être ?


Pour ce qui me concerne (même si la question ne s'adresse pas à moi :? ):
- entraînements jusque 20km environ selon le terrain, les envies [et les couleurs de la tenue :)]
VFF V-run ou New Balance Minimus (route) / Vivobarefoot Primus Trail ou VFF Spyridon (chemin)

- courses et entraînements >20km, Altra Lone Peak

- mais la grosse extase 8), et j'essaie de le faire dès que j'en ai l'occasion (quand le temps et la marée le permettent) c'est effectivement pieds nus : sur la plage à marée basse uniquement ; dans mon cas le facteur limitant (au bout d'1h15-1h30 sur le sable dur, 20' sur piste ou route), c'est l'échauffement sous les pieds

Messagepar Nine14 » sa fiche K
» 08 Jan 2018, 16:37

Trixou a écrit:...
Malheureusement on peut être convaincu et ne pas réussir à franchir le cap. Ca fait 2-3 ans que j'ai changé de foulée, maintenant ça semble acquis (même si avec la fatigue la foulée repasse vers l'arrière au bout d'un certain temps), mais j'ai dû laisser tomber les chaussures minimalistes, impossible de monter en charge (très progressivement) sans me flinguer les mollets. On verra peut-être plus tard.
Gilles


Mon point de vue.

De mon point de vue, la chaussure minimaliste est utile pour ceux qui n'arrivent pas à passer en foulée médio avec des chaussures normales.
Car on peut tout à fait courir en foulée médio (foulée LFR par exemple) avec des chaussures normales.
L'important est la cinétique de la géométrie de la foulée (la géométrie de la foulée en différents moments de cette foulée : se prendre en vidéo et passer les images en mode pause).

Mais en chaussures minimalistes, vous ne pouvez pas atterrir sur le talon. Trop douloureux.
Et dans ce cas, vous avez fait un sacré bond vers une foulée plus efficace et moins traumatisante.
Mais, l'excès étant néfaste en tout, ne pas aller trop loin.

Mais, oui, on peut aller strictement vers la même foulée en chaussures normales.

Messagepar akira9a » sa fiche K
» 08 Jan 2018, 17:57

Cela dit, Sehel dans ses ateliers preconise quand meme des chaussures avec des drops faibles ... Pas forcement minimalistes mais a drop reduit et sans tous les soutiens de torsion et autres "aides" materielles.

Messagepar giloubee » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 00:32

Trixou a écrit:
Malheureusement on peut être convaincu et ne pas réussir à franchir le cap. Ca fait 2-3 ans que j'ai changé de foulée, maintenant ca semble acquis (même si avec la fatigue la foulée repasse vers l'arrière au bout d'un certain temps), mais j'ai dû laisser tomber les chaussures minimalistes, impossible de monter en charge (très progressivement) sans me flinguer les mollets. On verra peut-être plus tard.

Gilles


La lecture des conseils de specialistes de la discipline sont tous d’accord sur un point: la transition doit être effectuée sur au moins 6 mois. Un à deux ans sont parfois nécessaires. Maintenant qu’on a dit cela, qu’est ce qu’on fait avec tout ça dans votre cas ?!...

De ma propre expérience modifier sa foulée est très complexe dès lors que l’on « touche » à l’equilibre global du corps, à sa posture. Si vos mollets sont toujours douloureux après de multiples tentatives’ de deux choses l’une: soit vous avez insisté de trop à chaque sortie, ne laissant aux mollets le temps de se refaire et de s’adapter. Soit vous n’etes pas assez relaché et courrez constamment contracté.

Dans le second cas, qui de mon point de vue est essentiel, le parcours est un chemin de croix. Pour comprendre les choses, il faut s’imaginer que tenir debout relève du génie du corps humain. Le fait est qu’un moindre mouvement d’un membre inférieur va se traduire par une réaction infime et impersceptible de la colonne vertébrale ou de toute autre partie du corps.

Si vos mollets sont durs donc contractés, surement que le haut du corps est verrouillé : au niveau des omoplates et des dorsaux en gros. La difficulté provient de l’apprentissage de la bonne méthode de course. certains vont expliquer qu’il faut poser le pied en medio plan, d’autres les hanches ouvertes ou encore que le torse doit être bombé, etc. En fait séparément chaque conseil est valable. Il est cependant illusoir de croire qu’en en appliquant un, ou l’autre, on va trouver la bonne foulée. car du moment que l’on cherche à imposer un mouvement on vient bouleverser l’equilibre général du corps et générer des tensions. or le point fondamental de la course à pied et que c’est une activité à sensations avant tout.

En faisant l’analogie avec le sommeil, s’imposer une methode de pensée pour s’endormir est voué à l’echec car il faut au contraire que l’esprit vagabonde libre de toute reflexion et pensée. Idem pour la cap.

Dans un des posts qqun explique que les chaussures minimalistes ne servent à rien car il est possible de courir minimaliste avec des chaussures compensées. C’est vrai, pour qqun qui a la bonne foulée, il est tout à fait possible de courir en mocassin, en sandale, en espadrille, etc. C’est une vision tres reductrice des chaussures minimalistes, car leurs atouts majeurs sont : souplesse, légèreté, transmission des informations. Elles permettent de ressentir le sol sans risque de blessure (coupure, echauffement), et de travailler la proprioception et le renforcement musculaire en consequence.

Mon avis pour approcher le minimalisme mais surtout le bien etre postural est le relachement profond du corps et surtout de la colonne vertébrale pour lui redonner toute sa souplesse et sa mobilité, de sorte que les equilibres de compensation se fassent librement et que les muscles agonistes et antagonistes travaillent de manière équilibrée. ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’en course minimaliste on court à l’aplomb de la verticale, et qu’on excerce des mouvements de déhanchés avec une grande mobilité des bras et des épaules. Il ne faut pas aller chercher devant, en jetant les jambes, mais au contraire aller griffer derrière pour allonger la foulée.

Je ne suis pas kinésithérapeute ou ostéopathe, et surement que des explications biomecaniques seraient plus aisées pour comprendre. Essayer de courtes sorties, en travaillant la mobilité au maximum. Le top est pieds nus sur de l’herbe et sol tassé ou asphalte sans gravier.

Gilles

Messagepar Nine14 » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 11:26

giloubee a écrit:...
Dans un des posts qqun explique que les chaussures minimalistes ne servent à rien car il est possible de courir minimaliste avec des chaussures compensées. ...


Ce n'est pas ce qui a été dit.

Il n'a pas été dit que les chaussures minimalistes ne servent à rien.
Il a été dit que les chaussures minimalistes ne sont pas nécessaires pour courir avec une foulée efficace et moins traumatisante. On peut courir comme vous l'indiquez (souplesse, grattage, ..) en chaussures normales.

Le minimalisme, c'est un peu comme le nudisme.
Ceux qui font du nudisme affirment qu'ils passent les meilleures vacances possibles.
Mais on n'est pas obligé d'être nudiste pour passer de bonnes vacances.

Messagepar giloubee » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 11:58

Autant pour moi. J'ai mal retranscris vos propos, et je vous rejoins complètement. Il est possible d'avoir une foulée légère et non traumatisante avec des chaussures de running classiques.

La question que je me pose est la suivante: quel intérêt de courir en chaussures avec talon compensé si on a une foulée adaptée au minimalisme, avec le plaisir procuré par les sensations ressenties par le contact avec le sol: sensation de fraicheur dans l'herbe humide, douceur d'un tapis d'aiguilles de pin en sous bois, bruissement de la neige sous le pied. Les chaussures minimalistes étant souvent ultra fines, elles sèchent tellement rapidement que de mettre le pied dans une flaque n'est pas désagréable, même au contraire.

Il est remarquable de s'apercevoir à l'usage la manière dont le corps s'habitue à une absence de protection. Le regard, la pose du pied, ses capacités réflexes font que l'on se surprend à courir sur des chemins escarpés en montagne sans ressentir de gêne particulière. Cela aurait été impensable au début de ma transition il y 4 à 5 ans maintenant.

Messagepar cedricmtpl » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 12:14

Question bête, d'où vient le chiffre de 180 ppm? Est ce que les élites ont cette cadence?(j'ai pas l'impression).

Messagepar Nine14 » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 12:18

giloubee a écrit:...
La question que je me pose est la suivante: quel intérêt de courir en chaussures avec talon compensé si on a une foulée adaptée au minimalisme, avec le plaisir procuré par les sensations ressenties par le contact avec le sol: sensation de fraicheur dans l'herbe humide, douceur d'un tapis d'aiguilles de pin en sous bois, bruissement de la neige sous le pied. ....


Mon témoignage.
J'adore courir sur la plage en minimalisme (escarpin nautique à 9 euros de chez D4).
Je sais que c'est très bien pour ma foulée.
Je n'y suis pas souvent, sur la plage.
Et après 30 mn sur la plage, je sens mes mollets.
Donc, j'arrête avant qu'il ne soit trop tard.

Mais le plus souvent, je sillonne les petites routes, souvent à travers bois et forets.
Et il m'est déjà arrivé (plus d'une fois) de percer la semelle "air" de chez Nike avec une grosse épine ou de trouver une épine bien enfoncée dans mes semelles Hoka.
Je n'imagine pas le résultat avec une semelle de 2 mm.

Conclusion : je garde mes semelles normales, simplement pour me protéger.
Un peu comme on se protège au pôle Nord avec des vêtements très chauds.

Messagepar Franch » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 12:20

cedricmtpl a écrit:Question bête, d'où vient le chiffre de 180 ppm? Est ce que les élites ont cette cadence?(j'ai pas l'impression).

Les élites ont cette cadence de manière générale, quelque soit l'allure.
A noter que cette cadence est également considéré comme la cible en cyclisme pour obtenir le meilleur rendement possible

Messagepar Marathonnerre » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 12:53

Franch a écrit:
cedricmtpl a écrit:Question bête, d'où vient le chiffre de 180 ppm? Est ce que les élites ont cette cadence?(j'ai pas l'impression).

Les élites ont cette cadence de manière générale, quelque soit l'allure.


Une fréquence d'environ 180 pas / minute pour une amplitude d'environ 185 cm, cela fait à peu près 330 mètres / minute, soit environ 2h08 sur marathon (donc un peu plus de fréquence et d'amplitude pour courir en 2h03 / 2h05).

Messagepar cedricmtpl » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 12:58

Franch a écrit:
cedricmtpl a écrit:Question bête, d'où vient le chiffre de 180 ppm? Est ce que les élites ont cette cadence?(j'ai pas l'impression).

Les élites ont cette cadence de manière générale, quelque soit l'allure.
A noter que cette cadence est également considéré comme la cible en cyclisme pour obtenir le meilleur rendement possible


Pourtant à chaque fois que je vais regarder sur Strava je vois plutot 150/170, pour Jornet et d'Haene par exemple. Je parle de trail, sur route je ne sais pas.

Messagepar Franch » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 14:44

cedricmtpl a écrit:
Franch a écrit:
cedricmtpl a écrit:Question bête, d'où vient le chiffre de 180 ppm? Est ce que les élites ont cette cadence?(j'ai pas l'impression).

Les élites ont cette cadence de manière générale, quelque soit l'allure.
A noter que cette cadence est également considéré comme la cible en cyclisme pour obtenir le meilleur rendement possible


Pourtant à chaque fois que je vais regarder sur Strava je vois plutot 150/170, pour Jornet et d'Haene par exemple. Je parle de trail, sur route je ne sais pas.

En trail il faut pas regarder la moyenne mais la tendance générale sur les portions roulantes car en montée et en descente il y a d'autres problématiques en jeu

Messagepar cedricmtpl » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 15:01

Oui mais même en oubliant les côtes marchées je vois très rarement du 180.
On parle de trail alors si il faut pas en tenir compte pour les montées et les descentes... :)

Moi il n'y a qu'en descente technique que je monte à 180 ou plus.

Messagepar cedricmtpl » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 15:09

En effet, sur route, après recherche, je vois pas mal de rapides qui sont autour des 180.

Messagepar Franch » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 15:39

Juste quelques exemples et forcement difficile d'en faire des généralités :
Par exemple la dernière sortie de Chaigneau :
https://www.strava.com/activities/1348127600
cadence moyenne 159, on voit bien que les 20 premiers kilo plus raides ont une cadence très variée, mais les 10 derniers roulants sont autour de 170, 175 ppm

Brogniart :
https://www.strava.com/activities/1343125188
167 en moyenne mais 180 sur les portions roulantes

Nicolas Martin :
https://www.strava.com/activities/1346918262
Moyenne 183 mais sur une section au seuil de 4 km il est a 190 et ensuite en 45/30 il est a 205 :shock: a l'effort, 180 en recup

D'Haene : exemple d'un footing : https://www.strava.com/activities/1340704894
Bon la on voit que le capteur de la spartan ultra marche pas terrible... :lol:
Cela dit il a l'air d'avoir une cadence plutot faible en général, en même temps niveau gabarit y'a une légère différence avec Nico Martin... :mrgreen:

Messagepar parp » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 15:41

L'histoire des 180 pas/min, c'est à +/- 10 pas/min. Solarberg Sehel l'explique d'ailleurs bien (je ne sais plus si c'est sur son blog "le plaisir de courir" ou dans son bouquin "Courir léger"), il ne faut pas être complètement obsédé avec cette question de fréquence : d'une manière générale, plus on augmente l'allure, plus on aura tendance à tendre vers ces 180 (voire plutôt 190 pour des coureurs rapides). Courir à 10km/h à cette fréquence de 180, ça fait bizarre!
L'allure étant "relativement" lente sur ultra, même pour des coureurs élites, il n'est pas choquant de les voir courir à des fréquences inférieures à 180. Combiné à des périodes de marche, cela a certainement pour effet de diminuer leur fréquence moyenne. Je n'ai aucun doute que si on mettait Kilian ou FDH sur un 10km, ils courraient à une fréquence supérieure à 180.

Messagepar miniping » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 16:01

Hello, pour la cadence il y a des éléments de réponse dans la vidéo de "courir intelligent": https://www.youtube.com/watch?v=G0x7_gp2KHo

Par ailleurs, ses autres vidéos sont très instructives...

Messagepar giloubee » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 17:32

La cadence de 180 reste une base théorique. En pratique en foulée minimaliste l'amplitude est forcément réduite puisque le système pied/jambe se pose à l'aplomb de la hanche. Exception faite d'une très grande maitrise de la technique qui permet d'aller loin derrière et que l'on retrouve chez les coureurs rapides.

Comme il faut bien avancer à vitesse égale et amplitude réduite, il faut augmenter la cadence ! De mon expérience, en course minimaliste il y a une dissociation meilleure entre les membres supérieurs et inférieurs (sensation d'une gestuelle moins cadencée) et il est plus agréable et facile de modifier sa cadence à vitesse et profil égaux pour récupérer activement en sollicitant différemment ses muscles. Depuis que je cours en minimaliste je n'ai absolument aucune difficulté à m'adapter aux rythmes d'autres coureurs (plus lents il s'entend, sur la durée !) alors que le vieil adage du coureur dit: il faut courir à son rythme...

Gilles

Messagepar Twi » sa fiche K
» 09 Jan 2018, 17:37

Nine14 a écrit:Mais le plus souvent, je sillonne les petites routes, souvent à travers bois et forets.
Et il m'est déjà arrivé (plus d'une fois) de percer la semelle "air" de chez Nike avec une grosse épine ou de trouver une épine bien enfoncée dans mes semelles Hoka.
Je n'imagine pas le résultat avec une semelle de 2 mm.

Conclusion : je garde mes semelles normales, simplement pour me protéger.
Un peu comme on se protège au pôle Nord avec des vêtements très chauds.


Moi aussi avec mes 2 paires actuelles de chaussures de trail minimalistes (kilométrage cumulé 1000 km), je cours essentiellement de petites routes et chemins. Jamais eu ce problème d'épine, tout au plus quelques chocs sous le pied sans gravité suite à un caillou mal négocié (bien moins douloureux qu'une cheville tordue du haut d'une paire d'échasses de 3cm :mrgreen: ).

Cette confiance s'est construite progressivement, au début, je ne sortais pas des routes ou chemins très propres. Je crois, comme le suggère giloubee que "le regard, la pose du pied et les réflexes s'adaptent inconsciemment" pour ne pas mettre les pieds n'importe où. En cas de loupé, j'ai aussi la naïveté de croire que l'épine ne traverse pas d'un seul coup 2mm de semelle, l'épiderme, le derme et un joli bout de chair, et que le début de pîqure sur le pied enclencherait la réaction qui éviterait que l'épine ne s'enfonce plus loin.

Ou alors j'ai beaucoup de chance et je vous promets d'écrire un démenti à ce post quand je serai immobilisé dans mon canapé avec un pied transpercé :D .

Messagepar Nine14 » sa fiche K
» 10 Jan 2018, 13:09

giloubee a écrit:.... En pratique en foulée minimaliste l'amplitude est forcément réduite puisque le système pied/jambe se pose à l'aplomb de la hanche. ...


A l'aplomb de la hanche ?
J'aimerais voir cela sur une photo!

Je fais cette remarque car je n'ai jamais vu cela sur la moindre photo ou vidéo.
J'ai toujours remarqué que le pied se pose toujours un peu en avant de l'aplomb de la hanche.
Bien sûr, plus on talonne, plus le pied se pose loin devant.

Car poser à l'aplomb de la hanche signifie qu'à la pose, le membre inférieur est droit et totalement vertical. Cela me semble difficile, si ce n'est impossible.

Messagepar giloubee » sa fiche K
» 10 Jan 2018, 13:43

Il suffit de faire une recherche photos sur un navigateur avec comme mots clé « course minimaliste ». Le genou peut être légèrement en avant du corps et le pied se retrouve à l’aplomb de la hanche.

L’idee n’est pas de débattre du cm si en tiute rigueur l’aplomb est parfait. Encore une fois, aux sensations le pied vient se poser sans effort sur le sol sans rechercher à le lancer et aller chercher devant. Le mouvement est dicté par le haut du corps et un déhanché en creusant les lombaires. Quand le mouvrment est bien effectué on a l’impression que les jambes ne fournissent aucun effort.

Cela reste du discours. Le mieux serait de pouvoir courir ensemble ! Près de Grenoble ? :roll:

Messagepar Nine14 » sa fiche K
» 10 Jan 2018, 15:14

giloubee a écrit:.Il suffit de faire une recherche photos sur un navigateur avec comme mots clé « course minimaliste ». Le genou peut être légèrement en avant du corps et le pied se retrouve à l’aplomb de la hanche.

L’idee n’est pas de débattre du cm si en toute rigueur l’aplomb est parfait. Encore une fois, aux sensations le pied vient se poser sans effort sur le sol sans rechercher à le lancer et aller chercher devant. Le mouvement est dicté par le haut du corps et un déhanché en creusant les lombaires. Quand le mouvement est bien effectué on a l’impression que les jambes ne fournissent aucun effort.

Cela reste du discours. Le mieux serait de pouvoir courir ensemble ! Près de Grenoble ?..


Oui.
J'ai l'air de pinailler.
C'est vrai.

Mais je trouve vraiment que l'utilisation d'une certaine terminologie pousse des fois les coureurs qui veulent changer leur foulée vers des impasses.

Par exemple, parler de pose médio-pied pousse les coureurs à courir sur la pointe des pieds car ils pensent que, plus ils courent sur l'avant (l'inverse du talon) mieux c'est.
Je vois cela sur les vidéos postées sur le groupe FB LFR.

Ou parler d'aplomb de la hanche pourrait pousser les coureurs à courir à la "charlot" : en piétinant, les jambes droites.

De mon point de vue, il faudrait approfondir la biomécanique pour trouver les véritables bases du mouvement, pour pouvoir conseiller les gestes basiques (les gestes de base) et non la conséquence du geste basique.
Par exemple, la pose médio-pied devrait être le résultat d'une technique et non l'objectif.
Alors que, pour la majorité des coureurs cherchant à éliminer leur pose talon, la pose médio-pied est l'objectif.

PS : je te rejoins sur plein de points (souplesse, proprioception, sensations, ne pas lancer le pied en avant, ..) mais la foulée est quelque chose de tellement complexe (la preuve, l'homme court depuis 5 millions d'année et il n'y a toujours pas consensus sur "comment courir").

Petite remarque : perso, je ne recherche que la performance. La prévention des blessures n'est pas ma préoccupation.

Grenoble ? Je serais aux 24H de TULLINS le 7 avril.

Messagepar giloubee » sa fiche K
» 10 Jan 2018, 21:39

La conclusion est nous sommes d’accord tous les 2 ! (Nina14)

Le diktat du posé de pied medio plan est trop reducteur. C’est bien une consequence et non un objectif. Plus on cherche à optimiser sa foulée et plus le pied semble se poser à plat, même si en effet c’est l’avant qui touche le sol en premier. Bref, tout un dialogue d’expert !

Chapeau bas pour les 24h de Tullins. Outre la durée et l’effort particulier que cela demande, il faut accepter de tourner des centaines de fois sur un anneau...

Personnellement je ne vise ni l’absence de blessures, ni la performance en competition. Mon graal serait plutot d’atteindre un niveau de maitrise pour que la course devienne une seconde nature. Dans cette quête je vise l’efficacité et la recherche du moindre effort. Je reste persuadé qu’il est possible de courir à 15 km/h sur plusieurs kilomètres « tranquillement »

Gilles

Messagepar Nine14 » sa fiche K
» 11 Jan 2018, 04:59

giloubee a écrit:.... Je reste persuadé qu’il est possible de courir à 15 km/h sur plusieurs kilomètres « tranquillement »...


Les meilleurs nationaux et mondiaux font cela tous les jours.
Du 15 km/h en footing.

Mais, ce n'est pas leur foulée qui leur donne cette facilité.
C'est tout simplement leur talent, leur aptitude à être loin de leurs limites lactiques à cette allure.
Cette aptitude s'hérite (d'ou talent).
Elle ne s'acquiert pas.

Bien sûr, il faut la travailler puis l'entretenir.
Mais avec une VM6 de 16, impossible d'être à l'aise sur de nombreux km à 15.

Messagepar Franch » sa fiche K
» 15 Jan 2018, 10:10

Minimaliste convaincu, j'ai commencé à courir en Fivefingers pour renforcer mes pieds et mes jambes et valider ma foulée minimaliste.
Mais je n'ai jamais envisagé d'utiliser ce genre de chaussures pour ma cible de course , des trail longs et des ultra que je cours en Altra Lone Peak.
J'envisage également de courir pieds nus en indoor (gymnase) mais je me pose une question :
Est-ce que créer de la corne en courant pieds nus n'est pas un handicap pour des ultra dans la mesure ou ça pourrait en théorie favoriser la création d'ampoules sous la corne?
Est-ce que cette pratique rendrait obligatoire un soin des pieds en préparation des ultra (ce que je n'ai jamais fait et qui ne m'a jamais manqué jusqu'à présent)?

Précédent Retour vers [CàP] Course à pied, trail, marathon, route

Accueil - Haut de page - Version grand écran