[Dossier] HYDRATATION, quelques billes.... LIRE MSG 1

Discussions sur des sujets "sérieux" en rapport avec la course à pied.
Entrainement, physiologie, nutrition, blessures, gestion de course, ...

Messagepar boutentrail » sa fiche K
» 21 Sep 2018, 15:36

Sylvain IT a écrit:
boutentrail a écrit:Avez-vous lu cet article

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2564296/

:?:


Je viens de lire, mais je me demande quelle lecture tu en attends.

En gros le papier dit que si on boit hypotonique on prend des risques graves, n'est-ce pas?

Donc le papier va dans le sens du fil de papy, c'est bien ça?

Personnellement ce qui me "perturbe" c'est que dans le papier, on ne se penche pas sur les personnes qui ont une "stratégie raisonnée", à aucun moment je n'ai vu quelque chose qui distingue les différentes concentrations dans les boissons (n'est-ce pas?) : comme si tout le monde buvait de la même façon (liquide=liquide ==> alors que notre fil ici est basé me semble-t-il sur exactement l'idée inverse!), mais on considère que tout ceux qui boivent boivent mal... :roll:

Du coup @boutentrail je re-pose ma question : que doit-on comprendre?


Euh, je cherche juste une lecture objective, et éclairée tant qu'à faire.

Messagepar gilles74 » sa fiche K
» 22 Sep 2018, 06:43

Je voulais juste vous faire part de mon retour d’expérience sur l'UTMB (fini en 45h45).
L'an passé lorsque j'avais fait le tour du mont-blanc en 4 jours en off, j'avais appliqué le même protocole.

J'ai 2 flasques de 0.75cl.
Dans une des deux, j'ai mis 20 gr de sirop d'agave, du jus de citron pressé, et 1 gr de sel.
Dans l'autre de l'eau pure.

En fait je buvais toutes les 5 minutes maxi, une gorgée de ma boisson de l'effort, et toute de suite après 1 gorgée d'eau pure. Précisément, pour que le gout sucré de la boisson de l'effort ne reste pas en bouche, je la "rinçais" avec l'eau pure. A noter que sur cette course, il faisait assez froid dans les passages hauts, du coup pour éviter d'avaler de l'eau froide (pas très bon pour le ventre!), je la gardais un peu dans la bouche avant de l'avaler, afin de la réchauffer.

Un peu fastidieux me direz-vous, mais avec cette méthode, j'ai pu tenir toute la longueur de l’épreuve sans baisse de régime, ni gros coup de mou.
Pas de dégoût particulier, et régulièrement l'envie de manger, ce qui était bon signe quand à l'assimilation de la boisson.

A noter, en parallèle de l'apport liquide, je prenais du bouillon à chaque fois qu'il en était proposé, ainsi que des pâtes, et quelques morceaux de banane.

Ça fait des années que je cherche ma voie quand à la gestion de l'alimentation en ultra, et cette procédure à l'air de me convenir. A confirmer sur le prochain.

Si ça peut donner des idées à quelqu'un, même si je sais que chacun est différent :wink:

Messagepar Vik » sa fiche K
» 24 Sep 2018, 07:10

PierreMontagne a écrit:
Papy a écrit:Complément a l'écrit de Vik.

Sur Route, jusqu'au Marathon, hormis les estomac hypertonique, je milite pour un départ "a jeun".

Sur Trail, l'intensité étant moindre c'est plutôt jusqu'à 30...

L'Papy


Excusez moi je n'ai pas compris cette phrase: ''Sur Trail, l'intensité étant moindre c'est plutôt jusqu'à 30... ''
Qu'a t'il voulu dire jusqu’à 30 ? 30 minutes avant le départ ? 30 kilomètres après le départ ?
Merci


30km, ce qui grosso merdo correspond a la limite "marathon" en terme de durée (l'intensité étant moindre).

Messagepar amwin » sa fiche K
» 15 Oct 2018, 17:48

Salut,
Je ne sais pas si cela a été abordé dans le sujet, mais est-ce qu'il est possible de gérer l'osmolarité de sa boisson autrement qu'en mettant du sucre? (que ce soit glucose ou malto)
Exemple, j'aimerai bien pour mes sorties VTT, sans idée de performance ni de compétition, d'avoir une boisson qui me permette de bien m'hydrater (sinon je pisse tout) mais sans ajout de sucre.

Messagepar Papy » sa fiche K
» 15 Oct 2018, 19:10

Que veux tu mettre ?
Dans l'outil de calcul de Soren tu as les éléments audités.

Après, test... Mets de l'Antesite p.e., 0 calories.
J'en met dans mesbidons velos...

Tu peux essayer du lait... L'eau minérale à une osmolarite plus forte mais de l'ordre de 150 pour les plus hautes me semble t il.

C'est a toi d'imaginer...

L'Papy

Messagepar BigPat » sa fiche K
» 09 Fév 2019, 10:28

Les boissons isotoniques ne sont jamais parfaites en apport, il leur manque toujours quelque chose (sodium, potassium,...)
Est-ce embêtant de mettre dans 500 ml une dose de boisson isotonique ET une dose d'électrolytes.
Là, on serait sûr d'avoir un apport complet.
Mais y a t il un risque de sur dosage?

Messagepar Papy » sa fiche K
» 09 Fév 2019, 10:41

Sur 24h je sépare toujours les 2 prises.
Sinon une préparation à base de StYorre permet d'apporter des electrolytes (ou autre eau minerale, voir leur mineraux).
Sur le calculateur de Soren je crois que c'est pris en compte.
Sur courses sur circuit c'est facile, mais sur trail plus compliqué. Sur Raid28 j'avais 2 poches a eau, avec ou sans électrolytes.

L'Papy

Messagepar philibert69 » sa fiche K
» 09 Fév 2019, 11:15

J'ai lu récemment un article dans mon magazine préféré, un expert disait que contrairement à une idée reçue ( notamment en trail ), il ne fallait pas boire des petites gorgées souvent, mais plutôt de grosses gorgées moins souvent.
Il explique que si il y a peu de liquide dans l'estomac, la vidange gastrique ne se fait pas. Il faut un certain volume sinon le liquide reste, et cause déshydratation et vomissements. ..
J'y ai vu une certaine logique, qu en pensez vous?

Messagepar Papy » sa fiche K
» 09 Fév 2019, 12:17

Heu...
Boire souvent des petites quantités ou pas souvent de grosses quantités, cela fait le meme volume, n'est ce pas ?
Cela ne serait donc pas une question de volume...

L'Papy

Messagepar trape » sa fiche K
» 10 Fév 2019, 10:25

@amwin
le pouvoir osmolaire d'un liquide hydrique est lié à la concentration moléculaire/ionique du liquide.
Grossièrement cela se calcule de la façon suivante, si la boisson contient, par exemple, une substance à la concentration de 180 gr/litre d'une molécule (et dont le poids moléculaire est 180), alors ce liquide à une concentration d'une mole/litre et une concentration d'une mole/litre donne un pouvoir osmolaire de 1000 milli osmole (ou 1 osmole). Le sang, a un pouvoir autour de 280-300 milli osmole
Si un autre liquide hydrique contient 60 gr/l d'une molécule (et dont le poids moléculaire est 180) alors ce liquide à une concentration d'1/3 mole/litre et une concentration 1/3 mole/litre donne un pouvoir de 333 milli osmole
Si un autre liquide contient 60 gr/l d'une molécule (et dont le poids moléculaire est 60) alors ce liquide à une concentration d'1 mole/litre et une concentration 1 mole/litre donne un pouvoir de 1000 milli osmole (ou 1 osmole)
Pour un sel, en considérant qu'il y a une ionisation parfaite (100%) , on fait le même calcul d'osmolarité pour chaque ion . Ainsi une substance ionisable "apportera" plus d'osmolarité qu'une substance non ionisable.

Pour simplement expliquer le principe!

Précédent Retour vers [CàP] Course à pied, trail, marathon, route

Accueil - Haut de page - Version grand écran