24 heures de Saint-Doulchard

Edition 2003

24 heures de Saint-Doulchard le 22 novembre 2003 - St Doulchard - Course à Pied (trail, ultra) - 24h

Sport : Course à Pied (trail, ultra)
Date : Saturday 22 novembre 2003
Lieu : St Doulchard (18 - Cher, Centre )
Distance : kms
Heure départ : 11:00:00
Temps de course : 24:00:00

Enregistré par HervéB - validé par eric41

Éditeur de la catégorie (Course à Pied (trail, ultra), Cher, 11/2003) : eric41
Devenir éditeur

Détails

Course de 24 heures sur un anneau de 1000 mètres empruntant une partie de piste d'un complex sportif ainsi que des passages sur trottoir et allée. Ravitaillement à chaque tour dans une salle de sport.

Date d'arrivée : 20 Nov 2007
Retrait des dossards : la veille ou le matin de la course
Accès : Bourges (18)
Description du lieu : Piste de stade
Animations, repas : Oui, et ça fait du bien de s'assoir!
Lots/récompenses : Coupes aux vainqueurs, tee-shirt extra à chaque inscrit.
Services : Parking extèrieur,douches sur place, hébergement possible la veille et gratuit.

Attention !!!

Il est recommandé de se renseigner auprès des organisateurs avant de se rendre au départ d'une course. Les erreurs et les changements de dernière minute sont rares, mais cela arrive. Kikouroù décline toute responsabilité en cas d'erreur.

Forum de discussion

Aucun fil de discussion.

12 récits de course

Photos / Vidéos

Il n'y a aucune galerie de photos liée à cette course.

Il n'y a aucune vidéo liée à cette course.

Carnet d'entrainement

Kikous ayant rentré cette course dans leur carnet :

Avis, notes, impressions

Avis de 1 kikoureur (moyenne) :

  • Difficulté : 8/10
  • Ambiance : 9/10
  • Parcours : 7/10
  • Paysages : 6/10
  • Ravitos : 10/10
  • Organisation : 10/10
  • Bénévoles : 10/10
  • Public : 5/10
  • Note globale (moyenne) : 8.1/10

Commentaires des Kikoureurs :

  • HervéB : Préambule :
    J'avais visé depuis le milieu de l'année de faire un 24 heures, pour ça j'avais été aux 12 heures de Gravigny le 20 septembre, mais parti beaucoup trop vite je n'avais pas réussi à finir.
    Le souci majeur était mon entraînement, mon foncier m'autorisanr à faire le lièvre pour Bibi le 26 octobre en 3h08 et de récidiver le 16 Novembre en tant que guide de Jean-claude Perronnet, non voyant, 3 semaines plus tard, soit 6 jours avant St Doulchard, en 3h16 mais quand on connaît mes huit dernières semaines d'entraînements, courses comprises [s-7=28 kms, s-6=74 kms, s-5=62 kms, s-4=17 kms,s-3=39 kms,s-2=56 kms, s-1= 43kms, s-0=0, soit un maigre total de 319 kilomètres en près de deux mois], on peut se demander pour avoir la folie de s'essayer de faire un 24 heures en ayant toutes les chances.contre soit. Quand l'année à été bonne, record personnel sur semi, sur marathon, sur 100 kilomètres, il faudrait pouvoir s'arrêter et devenir raisonnable, mais quand on est un Shadock
    les limites dépassent souvent les bornes.
    Je suis donc arrivé à St Doulchard la veille de la course, très tôt dans l'après midi, histoire de me familiariser avec les lieux, j'ai rencontré de suite Bruno Faugeron, l'organisateur, très disponible ainsi que quelques coureurs dont Joseph Grall, V3, et Bernard Haumon, je suis aller avec ces deux dernier boire une mousse et discuter courses, sympa.
    Après, avec d'autres nous avons mangé dans le secteur et sommes aller retrouver nos lits.
    Au gîte, il y avait d'autres coureur dont une Marmotte (que ne n'ai démasquée que le lendemain), Loïc Lebon et son épouse. Après une nuit courte, entre mes deux camarades de chambrée, l'un toussait et l'autre ronflait , et même avec des bouchons d'oreille c'était loin d'être terrible, nous nous sommes levé à 6 heures du mat', alors que nous avions le temps, mais il y avait un tel va et vient, qu'il ne servait plus de resté couché.
    P'tit dèj' classique, on se prépare doucement pour tuer le temps ; levé de Jean-Pierre Guyomarc'h arrivé dans la nuit, il ne coure pas mais coach Christine Bodet. Enfin vers 9 heures ¼ nous levons le camp pour aller sur notre lieu de torture. Là, on trouve chacun notre table, les noms sont inscrits et une chaise, pour nos affaires. En moins de deux, il y a une nuée d'UFO, qui se rassemble. Tous le monde est prêt avant l'heure, photos de groupe, puis photos de tous les coureurs (vaux mieux les prendre avant, ils sont plus jolis), nous avons repéré les champions, et il y en a !

    La course :
    Cà y est, 11 heures le départ est donné de la piste en « cendré », de beaux petits grains qui se feront un plaisir de sauter dans nos godasses à chaque passage, c'est terrible.
    Pour une fois, je laisse tout le monde filer, sur 63 partants, je doit être 15 ème avant la fin, en fait je me base sur les données de ma montre GPS, et tache de ne pas être à plus de 5'30 au kilo, j'entend Diogène qui m'appelle, l'attends pour faire un bout de chemin avec, il s'étonne de me voir à l'arrière (voir Gravigny). Après deux heures, je suis régulier j'ai fait 22 kms, j'ai mon petit rythme, mais le circuit est assez spécial : La ligne de pointage est juste avant la salle, 5 mètres de descente pour y pénétrer et courir entre les tables coureurs à droite et le ravitaillement à gauche sur de la moquette , on sort, attention aux planches bouchant les trottoirs calées par un grand paillasson, quelques mètres en biais et on remonte un trottoir par une planche sous les tribunes du stade, 10 mètres de couloir et sortie avec légère descente sur la piste en cendrée que l'on prend vers la gauche, côté extérieur (pour le mesure des 1000 mètres au tour),on sort après ¾ de tour avec un virage assez sec à gauche et en légère descente sur bitume, à droite à la sortie du stade sur les trottoirs, là c'est tout plat; on tourne à droite, puis très léger faux plat montant avec une descente de trottoir, enfin on prend à droite dans une allée large légèrement montante, mais pleine de cailloux qui finiront par lasser, cette allée tourne vers la gauche ; en ha
    ut pour prenons à droite pour arriver face aux pointeurs et nous virons à droite vers la salle.
    Je commence à m'alimenter de temps à autre, sans trop charger mon estomac, mais de suite j'ai des douleurs gastriques avec énormément de gaz, mon ventre devient très dur, mais je fais avec. Comme je m'étais allégé le matin a cause du stress, je prends juste deux Immocel en prévention. Mon rythme est tranquille, je n'ai pas varié, mais certains ont baissé de cadence, j'attends de résultat de 4 heures de course (affichage 15/20 mn après), mais là stupeur : 43 kms au tableau, 47 à ma montre , je refais un tour pour vérifier le métrage, c'est ok, reviens dans la salle pour le ravitaillement et des étirements et regarde cette montre qui affiche + 10 mètres quand j'en fait 1 seul. Ce doit être des interférences dues aux poutrelles métalliques de la salle, je fais plusieurs vérifications, garde la montre, mais vire le GPS dans mon sac, il est inutile dans ce cas. Mon moral en à pris un coup, mais il faut repartir, je fini par digérer cette histoire, fait des kilomètres avec Pitou, l'ambiance est bonne, mais la longue nuit arrivera bientôt.Oignon me dit qu'il se fera masser après le 100 ième, c'est une bonne idée, à ce moment il m'en reste 25, je sens légèrement un point dans le mollet gauche, il faudra éviter la contracture, je baisse mon allure. J'aurais bien voulu passer ce 100 ième kilomètres entre 10h et 10h1/4 de course mais pour le passer en moins de 11h00, je demande même à Christine Bodet, qui termine 1ère femme si je peux la suivre sur un tour pour y arriver, c'est bon, ça passe. Une pause pour manger et m'essuyer le visage, depuis onze heures que je courre, le mari de Nicole (une coureuse) s'inquiète de me voir dégoulinant de sueur, il faut dire que je m'hydrate bien, mais moi-même je trouve ça curieux. Je continue un peu mais là ce commence à alterner marche et course, je fini par mettre le clignotant pour aller vers les kinés.
    Il y a une peu d'attente, mais ensuite, Le Kiné s'occupe mes pieds, il ne touche pas aux ongles qui commencent à m'en vouloir d'avoir fait plus de cents bornes mais vide une ampoule sur le petit doigt, pendant que La kiné me masse et s'occupe les petits muscles, c'est très agréable, mais il va falloir repartir (certains coureurs sont aller la voir plusieurs fois, on se demande pourquoi).
    Mi-course, comme je n'ai pas couru depuis 35 mn j'en suis à 102 kms, c'est pas le pied. j'alterne encore un peu course sur bitume et marche sur la piste ainsi que sur le chemin qui termine le tour, ou alors je fais un tour en courant, puis il tour en marchant (7,5 km/h). Entre temps j'ai décidé de faire la nuit en marchant et de ne recourir qu'a l'aube. C'est là que j'ai passé ma partie la plus agréable de ma course, à mon entrée sur la piste, Petit Coureur, se joins à moi, il a un problème de tendo
    n, il marche mais ne veut plus se risquer à courir, nous marchons donc ensemble, mais sur un bon rythme. Sur une moyenne de 13 kms toutes les deux heures arrêts compris, on ne perds pas trop de temps sur les coureurs (en pleine nuit, il n'y en a pas beaucoup), peu d'arrêts, des ravitaillements à la volée, nous allons tenir plus de 8 heures à ce rythme. La nuit passe à merveille avec Petit Coureur, quelquefois je délire un peu, il me passe des trucs dans la tête qui me font rire sans raison, je lui d
    is de ne pas en faire de cas, ceux sont les nerfs. Nous avons au moment de notre rencontre 18 kilomètres d'écart, je vise maintenant 180 kms lui peut largement battre son record.
    Pendant toutes la nuit, pour avons parler, de chose et d'autres, souvent de l'épreuve, tout en faisant notre marche « commando », on a doublé plus d'un fois des coureurs (n'est-ce pas Diogène, mais tu n'a pas été le seul). A un moment, on se demandait si on été plus de 10 sur le circuit, pas vu Oignon depuis 3 heures, on savait qu'il avait eu des problèmes gastrique, Christine était allé faire une sieste, d'autres dormaient, mais nos passages dans la salle étaient brefs et nous n'avions pas beaucoup le temps de prendre des nouvelles. Puis j'ai commencé à souffrir de partout, surtout des pieds, je les savais depuis très longtemps mal en point, il n'était plus question pour moi de vider le sable, rentré au fil des tours. Mais à un tendon derrière le genou gauche, mal au ventre à nouveau, et une grosse saturation. J'ai dit à Petit Coureur « va chercher bonheur », il fallait qu'il parte car je n'avais plus la pêche, il m'a incité à forcer un peu plus, mais je lui ai dit je si je forçais, je n'étais pas sur d'allé au bout des 24 heures. Il lui fallait partir pour son propre record, je n'avais pas à le ralentir, il m'avais déjà laissé la corde sur le parcours pendant très longtemps c'était déjà trop.
    Il reste alors 3 heures de courses, je ralenti pendant un bon tour, me ré-alimente en glucose, et le rythme revient à 6 km/h, coup de fil à Bibi, tous le monde est derrière les UFO, je reçoit des messages des Zanimos, mais ne peut répondre, si je veux garder un peu de batterie pour l'après course. Bibi me dis qu'on me pousse pour arriver à 175 kms, je pendant encore que c'est faisable si je n'est pas de coup de bambou. Oignon ressurgit, nous faisons plus d'un tour ensemble en marchant, il me dit que nous sommes dans le même tour, Christine à un kilomètre de moins. Il s'arrêtera vider ses chaussures et se ré-alimenter. 1 tour ½ plus tard il me repasse en courant, ça va mieux, il finira sa course avec Christine. Petit Coureur me passe une fois, comme quoi il fallait bien qu'il parte devant. Dernière heure, j'en suis à 172 kms, toujours à 6 de moyenne, mais là je me dis, « cool, c'est bon, tu fais trois tours peinard et tu attends dans un coin, j'en fais un, mais l'avance que j'avais, fait que même tranquillement, j'ai fait 175 kms et il reste encore 29 minutes ; Un tour après on me dit au pointage, tu peux faire 2 tours en 19 minutes, hou là ! ça fait juste. Je fait l'avant dernier en poussant un peu, reste moins de 9 mn. Là une jeune femme, se joint à moi pour le pointage, comme je marche elle doit suivre sans problème, nous discutons un peu, j'arrive près du collège, il y a une pendule à partir de laquelle j'avais repéré qu'il me fallait 3mn30 pour arriver au pointage, il en reste moins
    de trois. Je dis à mon accompagnatrice qu'il va falloir courir, l'amorce est compliquée, je lui demande si on va plus vite qu'en marchant, elle n'en est pas convaincue, je me détends, j'allonge plus, les muscles se délient, je fais abstraction de mes douleurs plantaire, courre de plus en plus vite, passe la ligne alors qu'il reste pratiquement 1 minute avant le gong, j'arrive à ma table, demande ma chaise et attends la fin.
    178,021 kilomètres, je me fais apporter à boire, et là je craque complètement, les larmes me viennent, j'ai souffert, mais ça je sais faire.

    Conclusion :
    Les conditions climatiques ont été idéales, mais il faudra je me m'entraîne un peu la prochaine fois, ça pourrait être un peu mieux. Notre binôme avec Petit Coureur m'a été salutaire, j'espère que je l'ai libéré assez tôt, mais il est clair que marcher huit heures au milieu de la nuit, à vive allure, ne m'aurait pas été permis seul. Une solidarité UFO interne (merci beaucoup à Mme Oignon) et externe (appels, messages Ufo / Zanimos), et également beaucoup de sympathie entre coureurs ainsi que de leurs accompagnateurs ont rendus cette épreuve très supportable.
    Merci à Oignon, pour ces bulles de Champagne qui font du bien et bravo à tous.

Résultats complets

Kikouroù n'a pas les résultats de cette course.
Vous pouvez vous connecter pour soumettre un fichier de résultats.

Résultats sur le web

Kikouroù n'a pas les résultats de cette course.

Résultat de 1 membre de Kikouroù

  • HervéB : , 0.000 km (0 km/h) (position: 17)
Accueil - Haut de page - Version grand écran